L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Des villages imprimés en 3D pour dépolluer les océans

le 11 janvier 2016
L'imaginatif architecte belge Vincent Callebaut livre une nouvelle vision du futur avec "Aequorea", un village subaquatique imprimé en 3D à partir d'algoplast, un matériau issu d'algues et de déchets plastiques flottants. Une solution aux problèmes de la planète bleue ?
Toujours à l'avant-garde, Vincent Callebaut n'en finit pas d'imaginer un futur en vert et bleu. Son leitmotiv : apporter des solutions aux problèmes de surpopulation, d'alimentation et de pollution grâce à des constructions intelligentes et biomimétiques.
Et sa dernière création, "Aequorea" ne déroge pas à la règle : elle s'inspire d'une méduse luminescente qui "se caractérise par ses tentacules articulés et palmés [qui] lui permettent de nager afin d'assurer sa stabilité et de produire sa propre énergie", assure l'architecte. Il décrit la construction comme suit : "Un gratte-océan imprimé en 3D à partir des déchets plastiques du 7e continent".
Selon lui, les technologies futures permettront, d'ici à quelques années, de transformer cette soupe de détritus pétro-sourcés en ressource utile. Faisant parler une petite fille du futur, en 2065, il anticipe : "Au cœur d'ateliers flottants en forme de croissant de lune, ils ont mélangé cette matière première à une émulsion d'algues gélifiantes afin de pouvoir l'extruder sous forme de filaments écologiques. Ces bobines [...] ont ainsi été utilisées par les imprimantes architecturales 3D pour réinventer la construction navale".
Poussant toujours plus loin l'idée de copier les mécanismes naturels, Vincent Callebaut envisage que les villages flottants deviennent des "puits de carbone bleus" qui fixent le carbonate de calcium à la façon des coquillages pour se fabriquer un squelette externe, très épais pour lutter contre la pression régnant au fond. "En utilisant l'aragonite (à très forte teneur en carbone) comme matériau de construction pour ses façades transparentes, une Aequorea peut fixer annuellement 2.500 tonnes de CO2 supplémentaires sur 1 km²", poursuit la petite fille dans sa lettre.
Découvrez Aequorea en images dans les pages suivantes.
Des villages imprimés en 3D pour dépolluer les océans

Mise à contribution des algues à tous les étages

Mise à contribution des algues à tous les étages - Aequorea
Mise à contribution des algues à tous les étages - Aequorea © Vincent Callebaut Architectures
Pour l'éclairage, la lumière solaire s'estompant rapidement avec la profondeur, l'architecte prévoit d'utiliser la luciférine, substance bioluminescente, grâce à des organismes symbiotiques placés dans les vitrages. Tandis que, pour l'énergie, il propose de créer au cœur des structures, des centrales "océanothermiques" exploitant la différence de température entre les eaux de surface et celles du fond pour produire du courant électrique.
De même, la pression extrême s'exerçant à 1.000 mètres de profondeur permettra de séparer l'eau et le sel marin pour obtenir de l'eau douce par filtration au travers d'une membrane semi-perméable. Et pour les déchets ou le CO2 produits, ce sont encore des algues qui sont mises à contribution pour les dégrader et en retirer de nouvelles ressources.
Mise à contribution des algues à tous les étages

20.000 habitants sous les mers

20.000 habitants sous les mers - Aequorea
20.000 habitants sous les mers - Aequorea © Vincent Callebaut Architectures
Esthétiquement, les îles artificielles prennent la forme de tours torsadées de 500 mètres de diamètre s'enfonçant à 1.000 mètres sous la surface des mers en s'affinant en pointe. Chacune d'elle est prévue pour accueillir 20.000 résidents dans des appartements de 25 à 250 m². Un quart des 250 niveaux (soit plus de 343.000 m² sur 1,37 million de m² totaux) y est réservé à la permaculture et l'agro-écologie afin de produire des ressources alimentaires. L'accès en surface est également prévu par quatre marinas recouvertes de mangrove s'enracinant sur un dôme flottant...
Comme on le voit, Vincent Callebaut a pensé à tout. Reste que les technologies sont encore à développer et les moyens pour produire ces structures géantes, à trouver. C'est pourquoi il espère une véritable révolution verte pour demain.
20.000 habitants sous les mers

Des constructions aux allures de méduses et de poulpes

Des constructions aux allures de méduses et de poulpes - Aequorea
Des constructions aux allures de méduses et de poulpes - Aequorea © Vincent Callebaut Architectures
Les créations de Vincent Callebaut rappellent l'esthétique des villes et créatures intelligentes vues dans le film "Abyss" de James Cameron. Elles se donnent des allures de méduses, de polypes ou de poulpes.
Des constructions aux allures de méduses et de poulpes
Nous vous recommandons

La Casa del Desierto est un pavillon de verre chargé de démontrer les capacités de ce matériau en climat extrême.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic