L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

Par Valentin Boudonnet
,
le 8 juillet 2013
Jessica Venediger a ouvert en 2008, à Marseille, un hôtel particulier d'un nouveau genre baptisé "Au vieux Panier". Il propose cinq chambres, aux univers radicalement différents, dans lesquelles des artistes venant de tous les horizons laissent libre cours à leur imagination. Cette année, les réalisations sont particulièrement inventives.
Fantasmagorique. Le mot correspond parfaitement à l'hôtel particulier "Au vieux panier" fondé par Jessica Venediger : il propose, en effet, un spectacle enchanteur et irréel. "C'est avant tout une expérience, une découverte, résume l'intéressée. Et puis si la direction artistique ne vous plaît pas, il reste le service hôtelier, qui est au même niveau que celui d'un établissement haut-de-gamme."
Véritables oeuvres d'art éphémères, les cinq chambres de l'hôtel sont toutes le résultat d'un appel à projets lancé, chaque année, aux artistes de la région (mais pas seulement !) désireux d'exercer leur talent dans un espace inhabituel. Jessica Venediger a eu cette idée à la fin de ces études d'économie, elle a pu la concrétiser quelques années plus tard, en 2008.

Un rêve devenu réalité

Voulant, premièrement, travailler dans l'éco-tourisme, elle a pu rencontrer, au fil de ses voyages, nombre d'artistes et faire mûrir un projet d'hôtellerie qui lui tenait particulièrement à cœur : des chambres d'hôtes, imaginées et décorées par des artistes ayant chacun leur univers. Jessica Venediger se réjouit d'ailleurs de cette diversité : "Chaque chambre, prise individuellement, est très différente des autres. Je ne respecte pas de logique prédéfinie, je fonctionne presque exclusivement à l'instinct."
Comme tous les ans, l'appel à projets a permis à de nombreux artistes de participer et de proposer leur propre vision d'une chambre comme œuvre d'art. "La saison 4" comme la présente Jessica Venediger sur son site officiel, correspond donc à la quatrième édition du concours, débutée en 2012. Elle constitue une liste de talents qui se distingue avant tout par son éclectisme : un grapheur, une sculptrice, un peintre, une designer et même un collectif d'architectes. Petite visite des lieux....
Suite de l'article en page suivante.
Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

Cinq chambres pour autant d'univers

Cinq chambres pour autant d'univers  - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
Cinq chambres pour autant d'univers - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Direction la chambre du premier étage qui est également la plus petite. Imaginée par Julien Colombier, elle "reprend tous les codes du street art, puisqu'il en est issu lui-même" comme l'explique Jessica Venediger. Un monde sans homme, une végétation florissante tentant de rivaliser avec des motifs géométriques qui se répètent : l'univers de l'artiste mêlant craie et peinture noire très marquée ne manque pas de charme. Le reste du mobilier a été disposé, quant à lui, selon un système astucieux de "creux" et d'excroissances. La cuisine et ses éléments viennent se nicher dans un coin, alors que le lit prend une place prépondérante dans l'aménagement.
La visite se poursuit avec "Skö". La démarche des Avexciters avec cette chambre envahie de milliers de rectangle de bois, est très différente de celle de Julien Colombier. "Trop heureux de pouvoir créer un univers entier et cohérent, ils n'ont pas voulu jouer la demi-mesure" avoue la fondatrice de l'hôtel. Ce que l'on peut aisément constater à la vue de ce déluge de bois, qui fait penser, tantôt à un habitat troglodyte, tantôt à un orgue de cathédrale. Anecdote sympathique que rapporte Jessica Venediger : "le bois utilisé a été obtenu de manière totalement gratuite. Il provient d'un ancien gymnase désaffecté." Rien ne se perd, tout se transforme !

Entre expérience sensorielle et délire graphique

Clairement phocéenne, l'inspiration de la chambre du 3ème étage, baptisée "710", flirte avec l'esprit des vieux cabarets et du monde de la nuit. Pour la petite histoire, la Dame Noir, responsable de l'aménagement, est aussi le nom d'un collectif marseillais regroupant un bar disco, une cantine japonaise, une boîte de nuit et un label de musique. Un univers entier que l'on retrouve dans la décoration très étrange que Jessica Venediger va jusqu'à qualifier de "lynchienne", référence à l'illustre cinéaste reconverti depuis quelques années dans la peinture et le design.
Milène Guermont, avec sa chambre "Polysensual", prouve à elle seule, l'intérêt de créer une œuvre dans laquelle on peut dormir. En apparence plus discrète que les autres, la chambre de l'artiste est plus sensorielle que visuelle. "C'est une réalisation qui doit se vivre" analyse Jessica Venediger. Fidèle à son matériau de prédilection, Milène Guermont joue avec le béton, modifiant son poids, tordant ses formes afin de casser nos utilisations habituelles de celui-ci. A ne pas rater : le mur magnétique en béton qui réagit au toucher et produit divers sons, enregistrés sur les toits de New-York par l'artiste.
Enfin, profitant du plus grand espace de l'hôtel, le grapheur Mist a pu laisser éclater son talent sur les murs de l'unique loft-terrasse du "Vieux Panier", situé au dernier étage. La réalisation se divise en deux parties. Blanche et étonnamment neutre le jour, la chambre change de visage la nuit lorsque la peinture phosphorescente fait apparaître nombre de symboles et de signes divers. Le reste du logement est, lui, un délire total (dans le sens d'imaginaire propre au rêve) multicolore tout droit sorti des années 90 et inspiré par des figures mythiques de l'art contemporain comme Jackson Pollock. "On a véritablement l'impression d'être au centre du tableau" confirme la propriétaire de l'établissement.
Suite de l'article en page suivante.
Cinq chambres pour autant d'univers

Les pièces communes : "le poumon de respiration"

Les pièces communes : "le poumon de respiration" - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
Les pièces communes : "le poumon de respiration" - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Bien que décorées par une agence de design, les parties communes n'ont absolument pas le même but que les cinq chambres accueillant des clients tous les soirs : elles font office de "poumon de respiration" d'après Jessica Venediger. Tout en restant originales, elles parviennent à créer un dégradé de sensations qui fait descendre le visiteur, par paliers, du monde artistique au monde réel. C'est aussi, pour la propriétaire, une sorte de respect pour la bâtisse - ancienne épicerie corse dont la devanture a été intégralement conservée - qui se situe en plein cœur du quartier historique de Marseille.
L'enveloppe travaux est au final assez réduite chaque année, car les artistes se plient le plus souvent aux contraintes des lieux, et non l'inverse. Seuls les sols du loft et quelques cloisons de la chambre de Milène Guermont ont dû être refaits pour cette quatrième édition. Jessica Venediger, ne cache pas cependant une petite pointe de frustration de ne disposer "que" de cinq chambres pour les artistes et se prend parfois rêver d'un agrandissement de l'hôtel dans les prochaines années.
En attendant, l'affaire marche bien puisque les chambres sont complètes en permanence et que des clients reviennent chaque année pour découvrir de nouveaux artistes. Une réussite qui profite également à Marseille, qui en sa qualité de capitale européenne de la culture en 2013, permet, une nouvelle fois, d'aborder le milieu de l'art autrement.
Découvrez en pages suivantes des photos des différentes chambres ainsi que des pièces communes.

Au vieux panier

13 Rue du Panier
13002 MARSEILLE
Propriétaire et fondatrice du projet : Jessica Venediger
"Loge Pourpre" (Julien Colombier) = 90 € la nuit (petite chambre)
"Skö" (Avexciters) = 120 € la nuit (chambre moyenne)
"710" (La Dame Noir) = 120 € la nuit (chambre moyenne)
"Polysensual" (Milène Guermont) = 135 € la nuit (grande chambre)
"Stalagmist" (Mist) = 190 € la nuit (loft)
Tel et réservations : 04 91 91 23 72
Site internet : www.auvieuxpanier.com
Les pièces communes : "le poumon de respiration"

"Loge pourpre" (Julien Colombier)

"Loge pourpre" (Julien Colombier) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Loge pourpre" (Julien Colombier) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Très sombre, la chambre imaginée par Julien Colombier profite néanmoins d'une explosion graphique dans ses hauteurs.
Là, la craie vient se mélanger à la peinture noire, pour créer une atmosphère street art, mais qui reste tout de même assez feutrée.
"Loge pourpre" (Julien Colombier)

"Loge pourpre" (Julien Colombier)

"Loge pourpre" (Julien Colombier) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Loge pourpre" (Julien Colombier) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Encastré dans différents trous, le mobilier de la "Loge pourpre", hors lit, se veut discret et effacé.
"Loge pourpre" (Julien Colombier)

"Loge pourpre" (Julien Colombier)

"Loge pourpre" (Julien Colombier) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Loge pourpre" (Julien Colombier) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Côté "coulisses", la chambre dévoile sa mise en scène.
La peinture noire n'est pas présente dans l'entrée. Cela montre bien la volonté dont doit faire preuve le visiteur pour pénétrer dans l'univers de l'artiste.
"Loge pourpre" (Julien Colombier)

"Skö" (Avexciters) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Skö" (Avexciters) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Skö" (Avexciters) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Le ciel va nous tomber sur la tête...
Telle celle ressentie par de célèbres Gaulois, cette crainte peut amener quiconque teste la chambre des Avexciters à ne pas vouloir s'allonger sur le lit.
Ce serait une grande erreur, puisque la principale force de cette réalisation réside dans cette structure mobile.
"Skö" (Avexciters) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Skö" (Avexciters) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Skö" (Avexciters) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Skö" (Avexciters) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Le collectif d'architectes ne s'est pas contenté de créer une structure mobile, il a choisi le mobilier et aménagé toute la chambre en respectant ce principe de domination du bois.
Cette chambre a d'ailleurs une senteur particulière selon Jessica Venediger : elle sent la sciure.
"Skö" (Avexciters) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Skö" (Avexciters) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Skö" (Avexciters) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Skö" (Avexciters) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Outre son caractère mobile, la structure en bois qui fait office de plafond dispose d'une autre spécificité.
Comme le montre la photographie ci-contre, la lumière traverse les différents rectangles de bois, afin de créer une ambiance chaleureuse unique. Aussi, toute la luminosité de la pièce est contrôlable directement par un petit galet, mobile, qui permet de varier les couleurs et les intensités.
"Skö" (Avexciters) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"710" (La Dame Noir)

"710" (La Dame Noir) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"710" (La Dame Noir) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
L'influence "ancien cabaret" se remarque immédiatement.
Les tons jaunes, l'omniprésence du noir, les toiles pour passer d'une pièce à une autre... Jessica Venediger la présente comme une chambre sexy, mais pas vulgaire.
"710" (La Dame Noir)

"710" (La Dame Noir)

"710" (La Dame Noir) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"710" (La Dame Noir) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Mieux vaut pas avoir peur du noir pour apprécier cette atmosphère très particulière...
"710" (La Dame Noir)

"710" (La Dame Noir)

"710" (La Dame Noir) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"710" (La Dame Noir) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
De façon assez surprenante, la chambre "710", propose une petite cour éclairée et très agréable.
Le contraste entre l'espace confiné et secret, et l'extérieur lumineux et ouvert, est très rafraichissant.
"710" (La Dame Noir)

"Polysensual" (Milène Guermont)

"Polysensual" (Milène Guermont) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Polysensual" (Milène Guermont) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Milène Guermont est connue pour son travail original du béton et son utilisation dans le logement quotidien, pourtant, la chambre "Polysensual" réussit à surprendre.
Par exemple, les petites suspensions, en forme de planètes, qui pendent du plafond sont intégralement réalisées en béton !
"Polysensual" (Milène Guermont)

"Polysensual" (Milène Guermont)

"Polysensual" (Milène Guermont) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Polysensual" (Milène Guermont) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Le contraste noir/beige, assez doux, vient parfaitement s'adapter à la finesse du béton de Milène Guermont.
"Polysensual" (Milène Guermont)

"Polysensual" (Milène Guermont)

"Polysensual" (Milène Guermont) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Polysensual" (Milène Guermont) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Véritable attraction de la chambre, le mur en face du lit possède un atout étonnant.
Il est magnétique et réagit au toucher, en produisant des sons enregistrés par l'artiste, un an auparavant, sur les toits de New-York. Une expérience qui renvoie au vécu de l'artiste, qui a déclenché, un jour, une synesthésie (trouble cognitif et sensoriel mélangeant ou faisant réagir entre eux plusieurs sens) en effleurant un mur en béton.
"Polysensual" (Milène Guermont)

"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
La direction artistique suivie par "Stalagmist" peut se résumer ainsi : des taches de couleurs semblables à des gouttes tombées d'un pinceau sur une toile encore immaculée.
Simple en apparence, le rendu n'en est pas moins puissant et l'impression de vivre au milieu d'une oeuvre d'art contemporaine en est d'autant plus prégnante.
"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Même la terrasse n'échappe au délire graphique de Mist.
Et tant mieux, puisqu'elle s'habille ainsi de couleurs chères à Mondrian et Jackson Pollock.
On peut d'ailleurs noter que le graffiti de Mist va jusqu'à "contaminer" une petite partie de l'immeuble.
"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
La chambre de "Stalagmist" : blanche, discrète et ornée de quelques tableaux rappelant un peu l'univers du graphiste.
En revanche, la nuit tombée...
"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
"Stalagmist" (Mist) - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
... la chambre révèle un visage tout autre.
Grâce à une peinture phosphorescente, Mist joue avec les codes, tel un enfant fabriquant de "l'encre invisible" avec du citron et une petite lampe.
Les symboles tracés, quant à eux, ne semblent revêtir aucune signification particulière. Ils sont purement décoratifs, bien que fortement liés aux arts de la rue néanmoins.
"Stalagmist" (Mist) - Des chambres d'hôtes comme des oeuvres d'art

Parties communes : le salon

Parties communes : le salon - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
Parties communes : le salon - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Le salon, la salle du petit-déjeuner, tout le reste de l'hôtel a été décoré par une agence de design marseillaise.
Même si forcément plus classique que celle des chambres, la direction artistique demeure originale, tout en respectant le caractère ancien de la batisse.
Notez que le mobilier provient majoritairement de trois agences ou designers différents que sont Cécile Gonnard, Laure Tinel et MAchin.
Parties communes : le salon

Parties communes : l'escalier

Parties communes : l'escalier - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
Parties communes : l'escalier - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Les créations originales que l'on peut retrouver dans l'escalier sont, elles, d'Hyperline studio.
Elles participent au passage, progressif et gradué, pour le visiteur, des différents univers instaurés par les cinq chambres, aux parties communes qui possèdent quelques touches artistiques mais mineures.
Parties communes : l'escalier

Parties communes : la terrasse

Parties communes : la terrasse - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes
Parties communes : la terrasse - Au vieux Panier Marseille - chambre d'hôtes © Guillaume Chamahian
Même la terrasse dispose de son aménagement personnalisé.
Celui-ci a été réalisé, cette année, par la société marseillaise Slowgarden.
Un façon supplémentaire de promouvoir l'art et le design phocéens.
Parties communes : la terrasse
Nous vous recommandons

A l'occasion des Assises du logement en novembre dernier, les experts se sont relayés pour dresser un portrait-robot de nos habitations. Zoom sur le confort et la qualité de l'air intérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic