L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Propriétaires : tout savoir sur vos impôts 2008

Par Marie Castets
,
le 28 avril 2008
Les revenus fonciers perçus l'année dernière sont imposables et certaines dépenses ouvrent droit à des réductions ou des crédits d'impôts. Cette année, les contribuables qui ont acheté leur résidence principale en 2007 bénéficient par ailleurs d'un crédit d'impôt au titre de leurs intérêts d'emprunt.
Pour la troisième année consécutive, les contribuables vont recevoir un formulaire de déclaration de revenus pré-remplie. Seuls les salaires, pensions de retraite, allocations de pré-retraite ou chômage, les indemnités journalières de maladie et les rémunérations versées par CESU (chèque emploi service universelle) ou financées par la PAJE (prestation d'accueil au jeune enfant) sont déjà indiquées sur le document fiscal. Tout ce qui concerne les revenus fonciers et les réductions d'impôts doit être complété par le contribuable.
A retenir : Les contribuables ont jusqu'au 30 mai à minuit pour envoyer leur déclaration papier à l'administration fiscale. Ils bénéficient néanmoins d'un délai supplémentaire s'ils font les démarches par le biais d'internet (11 juin pour la zone B et la corse, 17 juin pour la zone A et le 24 juin pour la zone C et les départements d'Outre-Mer). Le service de déclaration en ligne est ouvert à partir du 2 mai. Une réduction d'impôt de 20€ est accordée à tous ceux qui déclarent leurs revenus en ligne pour la première fois s'ils règlent également la facture par internet.
Pour tout savoir sur la fiscalité de votre patrimoine immobilier, cliquez sur suivant.
Propriétaires : tout savoir sur vos impôts 2008

Micro foncier ou régime réel ?

fiscalité déclaration revenus fonciers
fiscalité déclaration revenus fonciers © MAP
Les personnes qui touchent des loyers issus de location dite "loi de 89", ont le choix entre deux systèmes: le micro foncier ou le régime réel. Deux options aux conséquences fiscales radicalement différentes.
Vous percevez des revenus issus d'une ou plusieurs location(s) vide(s) ? Si leur montant annuel 2007 n'excède pas 15.000€, ils sont à reporter sur la déclaration de revenus classique (n°2042, case BE) et bénéficient, au titre du régime dit du « micro-foncier », d'un abattement forfaitaire de 30%. Cet abattement est calculé par l'administration fiscale. Si vous estimez que vos charges sont très importantes, vous pouvez néanmoins opter pour le régime réel et bénéficier de la fiscalité afférente. Dans ce cas, il faut souscrire une déclaration de revenus fonciers (n°2044) tout en sachant que ce choix sera irrévocable pendant trois ans.
A partir du moment où le montant brut des recettes locatives excède 15.000 €, le régime réel devient obligatoire. L'intérêt dans ce cas : le déficit foncier est déductible du revenu foncier global. Il en va ainsi des intérêts d'emprunt contractés pour acheter le logement mis en location. Par ailleurs, les charges telles que réparations locatives, dépenses d'amélioration, primes d'assurances sont également déductibles à hauteur de 10.700 €. Si le montant total des charges excède ce plafond, il est possible de récupérer l'excédant pendant dix ans lors des prochaines déclarations de revenus. Les investisseurs qui se sont lancés dans le Borloo populaire « neuf » ou le « Robien recentré » doivent se procurer auprès des services fiscaux la déclaration n°2044 spéciale. A défaut, ils ne pourront bénéficier de l'amortissement prévu par ces régimes.
Vous avez peut-être mis un bien en location entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2007. Si vous avez payé la taxe sur les logements vacants l'année précédant la conclusion du bail, vous bénéficiez cette année d'une déduction de 30% sur les revenus de cette location perçus l'année dernière.
Micro foncier ou régime réel ?

Location meublée et BIC

fiscalité déclaration revenus complémentaire
fiscalité déclaration revenus complémentaire © MAP
Les revenus tirés d'une location meublée -appartement ou chambre, y compris location d'une pièce de sa résidence principale -sont imposables dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) du formulaire complémentaire n°2042C. Le montant des recettes de la location ne doivent pas dépasser 23.000 € et procurer moins de 50% du revenu global du contribuable. Le cas échéant, et si le montant du revenu issu de cette location est inférieur à 76.300 € mieux vaut choisir le régime du micro BIC qui propose un abattement forfaitaire automatique de 70% !
Sachez enfin que si vous louez une chambre de votre résidence principale et que le loyer appliqué n'excède pas certains plafonds (163€ par m2 hors charges en région parisienne et 118 € dans le reste de la France), ces revenus ne sont pas imposables.
Location meublée et BIC

Achat de votre résidence principale

fiscalité déclaration revenus intérêts d'emprunt
fiscalité déclaration revenus intérêts d'emprunt © MAP
C'était la mesure phare du paquet fiscal, celle qui a fait le plus parler d'elle. Les particuliers qui ont acheté leur résidence principale l'année dernière peuvent déduire dès 2008 les intérêts d'emprunts versés en 2007. L'avantage fiscal prend la forme d'un crédit d'impôt, ce qui implique que les contribuables non imposables ou faiblement imposés recevront l'excédent sous forme de chèque de la part du Trésor Public.
Les intérêts versés au titre de 2007 font l'objet d'un crédit d'impôt de 40% retenus dans la limite de 3.750€ pour une personne célibataire et 7.500 € pour un couple marié ou Pacsé. Ces plafonds sont majorés de 500 € par personne à charge, et doublés si au moins l'un des membres du foyer fiscal est handicapé. Pour bénéficier de cette nouvelle mesure, il faut inscrire le montant des intérêts (hors cotisation d'assurance crédit) dans la case UH de la déclaration de revenus.
Achat de votre résidence principale

Crédits d'impôts

argent
argent © JEFRAS-FOTOLIA
Certaines dépenses liées à l'achat de matériels économes en énergie ou visant à adapter le logement au handicap d'une personne ouvrent droit à des crédit d'impôts. Revue de détail.
Certaines dépenses en faveur des économies d'énergies et du développement durable ouvrent droit à des crédits d'impôts limités à 8. 000€ pour une personne seule, et 16.000€ pour les contribuables soumis à une imposition commune. Une majoration de ces plafonds de 400€ par personne à charge est prévue.
Le crédit d'impôt correspond à 50% des frais occasionnés par l'achat d'équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable ou de pompes à chaleur. Il est de 40% pour l'acquisition de chaudières à condensation, de matériaux d'isolation thermique ou d'appareils de régulation de chauffage, si l'achat a été effectué à partir du 1er janvier 2005. Le taux de ce crédit est porté à 25% pour les acquisitions faites avant cette date. Les dépenses d'équipements de raccordement à un réseau de chaleur ou de récupération et de traitement des eaux pluviales, ouvrent droit à un crédit d'impôt de 25%, tandis que l'acquisition de chaudière à basse température permet de bénéficier de 15% de crédit d'impôt.
Quant aux dépenses liées à l'aide aux personnes, certaines permettent également de profiter d'un crédit d'impôts : 15% pour les dépenses d'acquisition d'ascenseurs électriques spécifiques et pour les travaux de prévention des risques technologiques, et 25% concernant les frais occasionnés par des équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées. Ce crédit d'impôt est plafonné à 5.000€ pour une personne seule (célibataire, veuve ou divorcées) et 10.000 pour les couples qui font une déclaration commune. Là encore, ces montants sont majorés de 400€ par personne à charge.
Crédits d'impôts
Nous vous recommandons

Cloisons déposées, ouvertures agrandies, circulation facilitée... cette maison occitane a été transformée de l'intérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic