L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Une brochure pour réfuter 10 idées reçues sur les HLM

le 27 février 2012
L'Union sociale pour l'habitat édite en ce mois de février une brochure intitulée "10 idées reçues sur les HLM - Et vous, vous en êtes où ?" qui entend faire un état des lieux sans tabou de la réalité de l'habitat social français. Détails.
Les HLM ? "Des logements au rabais", "passoires thermiques", qui ne sont "que des tours, des barres" situés dans "des quartiers difficiles" ; "des logements réservés aux plus démunis" mais où il y a "encore trop de riches" ; sans compter que ce sont souvent des logements "attribués à vie", de manière injuste et qui coûtent "cher au contribuable"... Autant d'idées reçues qui ont la vie dure alors même que plus de dix millions de Français habitent des logements sociaux en France.
C'est pour les combattre que l'Union Sociale pour l'habitat (USH) - porte parole du Mouvement HLM, qui regroupe quelque 770 organismes HLM - a décidé d'y répondre "sans tabou", à l'aide d'une brochure intitulée "10 idées reçues sur les HLM - Et vous, vous en êtes où ?". Le document s'appuie notamment sur les résultats du baromètre d'image du logement social - réalisé en avril dernier par la TNS-Sofrès - et entend, alors que la crise du logement bat son plein et que l'année comprend de grands enjeux électoraux, peser de tout son poids dans le débat actuel.

Des constats et des engagements

L'on y apprend ainsi par exemple, pour reprendre certaines des idées précédemment citées que, contrairement à ce que l'on pourrait croire, pas loin de 81% des locataires HLM sont satisfaits de leur logement ; et que, par ailleurs, 72% du parc social est composé de logements en petits immeubles et non pas seulement de grandes barres déshumanisées (voir encadré).
brochure HLM 10 idées reçues
brochure HLM 10 idées reçues © USH
 L'USH n'élude pas pour autant les difficultés : il est vrai que des efforts restent à faire. C'est pourquoi, à chaque idée reçue correspond également des "engagements pour demain". Un quart des logements HLM se trouvent en zone dite "sensible" et contribuent à alimenter l'image dégradée des HLM. Et de défendre avec vigueur une "mixité sociale" essentielle pour empêcher la constitution de "ghettos" et une politique de transformation, de sécurisation et de rénovation des quartiers les plus en difficultés. Pas moins de "42 milliards d'euros vont être investis en dix ans dans la rénovation urbaine" rappelle l'organisme, à travers le Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU), tandis qu'il entend militer activement pour le lancement d'un second programme (PNRU2). Sans oublier la nécessité de poursuivre l'effort de construction...
L'USH reconnaît aussi "des efforts encore à faire" dans l'optimisation de la demande et de l'offre de logements sur le territoire, et la simplification des démarches.
Destinée dans un premier temps aux relais d'opinion, aux institutionnels, aux associations de locataires, comme aux décideurs (élus, parlementaires...), etc, la brochure devrait également être prochainement disponible en téléchargement sur le site de l'USH, en cours de refonte.
En page suivante, les dix idées reçues et les principaux arguments les réfutant.
Une brochure pour réfuter 10 idées reçues sur les HLM

Dix idées reçues sur les HLM

Dix idées reçues sur les HLM - brochure HLM 10 idées reçues
Dix idées reçues sur les HLM - brochure HLM 10 idées reçues © USH
1. "Les HLM, des logements au rabais" : 81% des locataires HLM se déclarent satisfaits de leur logement. Le logement social est en général spacieux et bien équipé. A titre d'exemple, sa surface par personne a presque doublé en trente ans ; et le mouvement HLM, qui ne nie pas la "situation dégradée" d'environ 5% des logements, s'engage à poursuivre les travaux de suivi et de contrôle, comme son travail sur la qualité, en maintenant un niveau d'exigence fort.
2.
"Les HLM, que des tours, des barres et des quartiers difficiles" : 72% des logements du parc HLM se situent en maisons ou dans de petits et moyens immeubles. La taille moyenne d'une nouvelle opération aujourd'hui ? 20 logements. Mais il est vrai qu'un quart des logements HLM se situe en zone dit "sensible". Et de noter les efforts sur la rénovation urbaine, le développement de programme mixte social-privé et le développement de partenariats locaux pour favoriser l'insertion économique des habitants.
3. "Les HLM, des passoires thermiques" : il se trouve que le parc HLM est pionnier dans les démarches d'économies d'énergie. Les consommations d'énergie des logements sociaux sont inférieures en moyenne de 30% à celles de l'ensemble des logements français. Et la démarche se poursuit avec une vraie ambition d'éco-performance.
4. "Les HLM, des logements réservés aux plus démunis" : 64% des ménages français sont éligibles au logement social (sous plafonds PLUS). Certes, les HLM sont un recours vital pour les plus pauvres. Le parc se paupérise en même temps que la pression de la crise se ressent, tandis que la nécessité de répondre au Droit au logement opposable affecte plus particulièrement certaines régions. Mais il reste que les HLM se veulent des artisans de la mixité sociale : un véritable choix de société pour lutter contre la création de "ghettos".
5. "Encore trop de 'riches' en HLM" : 60% des ménages logés en HLM ont un revenu inférieur à 60% des plafonds de ressources PLUS, soit 1070 euros net mensuels pour une personne seule en province ou 2070 euros net pour un couple avec deux enfants. Un tiers des ménages vivent sous le seuil de pauvreté. Par ailleurs, les conditions de ressources sont strictement contrôlées : les locataires qui voient leurs revenus augmenter et dépasser le plafond sont soumis depuis 1954 à un surloyer. Aujourd'hui ils sont 4% dans ce cas. Et le mouvement HLM de préciser que les plafonds doivent maintenir la possibilité d'un accueil diversifié, tandis que le dispositif du surloyer doit être encore plus dissuasif.
6. "Les HLM, des logements à vie" : environ 10% du parc est proposé chaque année à la location, par mobilité des locataires. Chaque année, sur les 450.000 logements attribués, 110.000 le sont à des locataires HLM pour adapter au mieux le logement à leur situation. Mais il est vrai que structurellement, les petits logements et les très grands font défaut. Il faut donc encore continuer les efforts en termes de constructions, de stabilisation et d'adaptation du parc.
7. "Les HLM, des attributions injustes"
: On compte pas moins de 450.000 attributions par an. le système est extrêmement contrôlé, selon l'USH et il est soumis à des lois et des règlements précis. Le dispositif associe bailleurs sociaux et acteurs disposant d'un droit de réservation comme la mairie, la préfecture ou encore les comités interprofessionnels du logement. Reste un sentiment d'injustice lié à la pénurie de logement et la nécessité de continuer les efforts en matière de simplification des procédures de demandes et d'amélioration de la transparence.
8. "Les HLM, une nébuleuse d'organismes" : l'USH revendique 770 organismes au plus près des territoires qui permet une gestion de proximité. 6.000 logements, c'est la taille moyenne du parc géré par un organisme HLM en France. Des efforts de réorganisation restent à faire.
9. "Les HLM, ça coûte cher au contribuable" : le livret A est le socle de la construction HLM, les logements sont financés à 74% par emprunts contractés par les organismes auprès de la caisse des dépôts. Les loyers permettent notamment de rembourser ces emprunts et de financer pour 12% la construction.
10. "Les HLM, des investissements improductifs" : les HLM sont un investissement d'avenir, utile et responsable proclame l'USH. 15,7 milliards d'euros d'investissement en 2009, soit l'équivalent de 115.000 emplois non délocalisables.
Dix idées reçues sur les HLM
Nous vous recommandons

Avec le froid qui s'installe, la tentation de rallumer son chauffage se fait sentir. Les gestes indispensables pour chaque type d'équipements.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic