L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Linky : la crainte des ondes électromagnétiques ne serait pas fondée

Par la rédaction avec AFP
,
le 26 septembre 2016
compteur Linky
compteur Linky © CL-Batiactu
Une nouvelle série de mesures réalisée par l'Agence nationale des fréquences (ANFR) signale que les compteurs électriques intelligents Linky n'émettraient pas plus d'ondes électromagnétiques que les anciens compteurs. Précisions.
En six mois, Enedis (ex-ERDF) avait déjà déployé près de 900.000 compteurs Linky dans les foyers français. Une mesure qui n'avait pas manqué d'inquiéter les électrosensibles, ces personnes qui se disent agressées par les ondes électromagnétiques émises par les appareils de notre quotidien.
Pourtant, une nouvelle série de mesures, réalisée par l'Agence nationale des fréquences (ANFR), publiée jeudi 22 septembre 2016, dévoile que le "champ électromagnétique du 'compteur intelligent' n'est pas plus élevé que celui des anciens compteurs."

Mesures dans les logements pour la première fois

L'ANFR a ainsi consacré une nouvelle série de mesures, en laboratoire mais aussi pour la première fois dans des habitations de plusieurs communes, sur ces compteurs qui suscitent la méfiance d'une partie du grand public. Cette étude permet à l'Agence de "disposer de mesures in situ", a expliqué à l'AFP son directeur, Gilles Brégant.
Avant de préciser que "ces mesures, que nous avons relevées dans les logements, sont venues confirmer celles réalisées en laboratoire, avec un champ électromagnétique faible, presque du même ordre que celui des anciens compteurs et qui correspond aux objets électriques du quotidien." D'après les mesures relevées par l'ANFR, le compteur Linky émet entre 0,25 et 0,8 volt par mètre (v/m) à 20 centimètres du compteur, le niveau décroissant rapidement à mesure que l'on s'en éloigne.

150 fois en-dessous de la limite réglementaire

De tels niveaux se situent entre 150 et 350 fois en-dessous de la limite réglementaire de 87 v/m, spécifique à la bande de fréquence utilisée par le compteur, a détaillé l'Agence. Un faible niveau qui s'explique par le fait que l'information, transmise par le compteur, est envoyée à un concentrateur, situé dans les transformateurs du quartier, via les courants porteurs en ligne (CPL) le long des câbles électriques, et non par des ondes radioélectriques, comme les téléphones portables ou la connexion Wifi.
"C'est un sujet qui fait partie des préoccupations de nos concitoyens, nous allons donc continuer de réaliser des mesures sur les différents compteurs existants", a conclu le directeur de l'ANFR.
Un vaste chantier réalisé par Enedis (ex-ERDF)qui durera six ans afin d'équiper près de 35 millions de foyers... et qui fait s'élever de nombreuses voix, y compris celles des associations et celles des communes.
Linky : la crainte des ondes électromagnétiques ne serait pas fondée
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic