L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Les détecteurs de fumée pourraient diviser par deux les décès liés aux incendies

le 3 avril 2013
Détecteur de fumée
Détecteur de fumée © Ministère du Logement
Cécile Duflot a rappelé, à l'occasion d'une visite chez les sapeurs-pompiers de Paris, la réglementation relative aux détecteurs de fumée dans les logements français, qui les rendra obligatoires d'ici à deux ans. L'objectif est de diviser par deux le nombre de victimes d'incendies domestiques, actuellement d'environ 700 par an.
L'actualité a donné, ces derniers jours, par huit fois raison à la ministre de l'Egalité des territoires et du Logement : deux incendies distincts ont fait 5 et 3 morts à Saint-Quentin (Aisne) et Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) rappelant de façon dramatique le retard français en termes de détection des sinistres. "Ces incendies sont trop nombreux en France", a martelé Cécile Duflot lors d'une conférence de presse. Chaque année, 250.000 sinistres seraient comptabilisés dans le pays, entraînant le décès de 600 à 800 personnes. "Notre objectif est de diviser par deux le nombre de victimes d'incendies, en particulier d'incendies domestiques", a déclaré la ministre.
La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France estime également que les derniers incendies survenus démontrent le manque flagrant de matériels de prévention. La réglementation prévoit pourtant l'installation obligatoire des "détecteurs avertisseurs autonomes de fumées" (DAAF) à la charge de l'occupant du logement, d'ici au 8 mars 2015, l'arrêté du 14 mars 2013 en précisant les modalités d'installation. Dans d'autres pays où le taux d'équipement est supérieur à 80 % dans les logements (Norvège, Grande-Bretagne ou Québec), le nombre de morts liés aux incendies aurait été divisé par deux ou plus. Rappelons qu'en 2010, le taux d'équipement en France n'était que de 3 %.

Des mesures d'urgence pour prévenir les risques

Cécile Duflot a donc annoncé de nouvelles mesures afin de renforcer la prévention du risque incendie. Un accord collectif sera passé entre l'Etat et l'Union sociale pour l'Habitat (USH) afin de demander aux bailleurs sociaux de parvenir à équiper rapidement les logements en détecteurs. Une réflexion sera engagée avec l'Agence nationale de l'Habitat (ANAH) afin d'accompagner les ménages les plus modestes pour leur équipement. La loi urbanisme et logement comportera des dispositions relatives aux copropriétés afin qu'elles puissent faire face aux frais de mise aux normes des immeubles. Le diagnostic électrique dans les immeubles et les habitations individuelles sera généralisé, un tiers des incendies étant lié à des défaillances dans les installations électriques.

Les incendies en France en quelques chiffres :

• 250.000 sinistres par an soit un départ de feu toutes les 2 minutes ;
• 10.000 victimes ;
• 600-800 décès ;
• 70 % des incendies mortels se déclarent la nuit, en raison de l'absence d'avertissement ;
• 3 % des logements français étaient équipés de détecteurs de fumée en 2010 ;
• 15 €, le prix d'un détecteur de fumée normalisé (CE - NF EN 14604).
Les détecteurs de fumée pourraient diviser par deux les décès liés aux incendies
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic