L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

La fiabilité des diagnostics de performance énergétique de nouveau mise en cause

le 21 février 2011
DPE
DPE © Illustration - MAP/DR
Alors qu'UFC-Que Choisir dénonçait en 2008 le caractère aléatoire du classement des diagnostics de performance énergétique (DPE), l'association réitère son cri d'alarme en 2011. Et ce constat est "d'autant plus alarmant" pour l'organisme que les DPE sont devenus, depuis le 1er janvier, obligatoires dès la mise en vente ou en location des logements.
L'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui avait déjà critiqué en 2008 le caractère aléatoire du classement des diagnostics de performance énergétique (DPE) dont l'échelle oscille entre A et G, ne constate aucune amélioration en 2011.
"Sur 4 maisons visitées par 16 diagnostiqueurs : deux maisons ont été classées dans pas moins de 3 classes énergétiques différentes, une a été classée dans 2 étiquettes différentes, une seule s'étant vue attribuer la même étiquette énergétique par tous ces 'professionnels'", souligne l'association dans un communiqué, s'inquiétant de telles dissonances entre les résultats. Ainsi, "une des maisons enquêtée a été classée, selon les diagnostiqueurs, en C, D ou E, avec une estimation de consommation de 134 kWh à 244 kWh par m2 et par an, soit une facture annuelle variant de 1000 à 1800 euros !", précise l'association.

Les logiciels au cœur de la polémique

Comme l'explique à l'AFP la chargée de mission d'UFC-Que Choisir, Caroline Keller, ces chiffres sont le reflet d'un manque de rigueur. Elle dénonce, entre autres, les différents logiciels utilisés par les entreprises. Avec les mêmes données, "ils ne donnent pas toujours les mêmes résultats", a-t-elle expliqué à l'AFP.
Mais l'UFC-Que Choisir est d'autant plus critique qu'aujourd'hui les DPE sont devenus obligatoires dès la mise en vente ou en location des logements, tout comme leur affichage dans les annonces immobilières. Aujourd'hui, ces données servent non seulement à connaître la consommation d'énergie, mais elles participent également à fixer le montant du nouveau prêt à taux zéro.
Par conséquent, l'UFC-Que Choisir propose "d'adopter sans délai des mesures techniques pour fiabiliser les Diagnostics de Performance Energétique" et de "rendre opposable le DPE entre l'acheteur et le vendeur pour que la responsabilité du diagnostiqueur puisse être engagée en cas de diagnostic erroné".
La fiabilité des diagnostics de performance énergétique de nouveau mise en cause
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic