L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Seniors et étudiants : la cohabitation solidaire

Par Leslie Cottenceau-Mathurin
,
le 15 juin 2009
jeune et senior
jeune et senior
Se loger devient de plus en plus difficile, en particulier pour les étudiants. Afin d'aider ces jeunes à trouver un appartement adapté à leur portefeuille, Typhaine de Penfentenyo a fondé l'association "Ensemble2générations". Retour sur cette initiative.
Résidences universitaires bondées, loyers trop élevés... Trouver un logement pour les étudiants s'apparente bien souvent à un véritable casse-tête. Face à ce constat, Typhaine de Penfentenyo a mis en place l'association "Ensemble2générations". Ce service à la personne propose une cohabitation entre ces jeunes et des personnes âgées de 60 ans à 90 ans. Une initiative catholique mais, insiste Typhaine de Penfentenyo : "qui se veut ouverte à toutes les religions".

Un logement à moindre frais

"Trois formules existent, explique Typhaine de Penfentenyo, fondatrice de l'association et en charge de son action sur Paris. La première propose un logement gratuit à l'étudiant en l'échange duquel le jeune devra rentrer au plus tard à 19h pour tenir compagnie à la personne âgée. La deuxième est moins stricte sur les horaires, car l'étudiant participe au paiement des charges, entre 80 et 100 euros par mois. Enfin, la dernière formule laisse une plus grande autonomie à l'étudiant qui devra s'acquitter d'un loyer, mais inférieur au prix du marché, par exemple jusqu'à 350 euros par mois à Paris".
Anna, qui habite chez un retraité de 85 ans depuis sept mois, a choisi la première formule : "En arrivant de Guyane française, j'étais à la recherche d'un logement étudiant à Paris pour suivre des études de langues étrangères appliquées". Comme les résidences prévues à cet effet étaient pleines et que son budget était très limité, une assistante sociale l'a orientée vers plusieurs associations dont "Ensemble2générations". Au début, la jeune fille était un peu réticente à l'idée de vivre aux côtés de quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. Mais un rapport de confiance et d'amitié s'est rapidement installé : "Je me suis très vite adaptée à ce mode de vie. Je possède une chambre, ainsi qu'une salle de bain et des toilettes personnelles, explique-t-elle. J'ai l'impression de m'être fabriqué un nouveau cocon familial mais seulement à un quart d'heure de ma fac. La personne avec laquelle j'habite est comme un grand-père pour moi. Et comme ma famille est loin, cela m'aide au jour le jour à lutter contre la nostalgie".
Un échange de services
Hormis la troisième formule qui s'adresse aux jeunes particulièrement pris par leurs études, les étudiants sont invités à rendre de menus services aux personnes âgées en échange de leur hébergement : "Faire les courses, cuisiner, prendre le courrier, sortir au cinéma ou encore bricoler sont quelques unes des tâches que le jeune doit pouvoir prendre en charge", précise Typhaine de Penfentenyo. Toutes ces clauses sont précisées dans la convention signée par les deux parties. Toutefois, il appartient au binôme de s'y adapter dans la vie quotidienne : "Notre relation est avant tout basée sur la confiance, stipule Anna. A partir de mes horaires de cours, nous avons convenu que je rentrerai à 20h au maximum chaque soir, sauf le samedi qui est libre. Et pour prendre des vacances, il suffit que je le prévienne en avance de mon absence". Quant aux tâches ménagères, elles sont finalement assez peu nombreuses pour la jeune femme : "Il y a déjà quelqu'un qui s'occupe de faire les courses et la cuisine. Outre nos conversations quotidiennes, je bricole parfois et surtout, je l'aide à enlever ses bas de contention chaque soir".
Si cette formule ne peut pas convenir à tous les étudiants, notamment les plus fêtards, elle en a déjà séduit un grand nombre : "Rien que sur la région parisienne, 162 binômes ont été créés en un peu plus de deux ans", selon Typhaine de Penfentenyo. Dans l'avenir, elle espère d'ailleurs étendre cette formule à d'autres pays : "Du 3 au 5 juillet prochains se réunira le premier congrès international de logement intergénérationnel, l'occasion de penser à la création d'une charte commune avec notamment l'Espagne, les Etats-Unis et l'Australie, qui pratiquent déjà ce type de cohabitation, et pourquoi pas aussi rêver à élargir encore cette colocation solidaire mais, cette fois, vers de nouveaux pays...".
Le site ensemble2générations.fr
Seniors et étudiants : la cohabitation solidaire
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic