L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Tout savoir sur le Blu-ray

Par Valentin Boudonnet
,
le 9 janvier 2013
Il envahit nos salons, attire de plus en plus de cinéphiles et recueille même la sympathie des joueurs de jeu vidéo. Que se cache-t-il donc derrière ce fameux disque ? Rien de moins que le successeur du DVD. Avantages, inconvénients, tendances actuelles... il est temps de tout vous révéler sur le Blu-ray.
Le DVD a eu de très belles années, mais force est de constater que la démocratisation du Blu-ray a engendré une nouvelle ère : celle de la Haute Définition (HD). Grâce à ce nouveau format imaginé par Sony, l'image des films ou des jeux se fait plus belle, plus réaliste et alors que commencent à poindre des lecteurs Ultra-HD, les modèles de base deviennent de plus en plus accessibles. La gamme s'est donc considérablement élargie pour le plus grand plaisir des acheteurs.
Doucement mais sûrement, le lecteur Blu-Ray est en train de remplacer le DVD dans tous les foyers de France et de Navarre. Si vous n'en possédez pas encore et que vous souhaitez vous en acheter un, il vous faudra d'abord comprendre comment séparer le bon grain de l'ivraie. Pour être sûr de ne pas vous tromper et connaître les dernières nouveautés, suivez nos conseils dans les pages suivantes.
Tout savoir sur le Blu-ray

Les avantages du Blu-ray

Ambiance Salon
Ambiance Salon © Philips
Quels sont concrètement les points forts du Blu-ray par rapport au DVD ? Premièrement, au niveau visuel, la qualité d'image est minimum 5 fois supérieure. Cela est dû à la résolution de l'image que peut fournir un Blu-ray : de 720p jusqu'à 1080p pour des télés 16/9 et des lecteurs dits "Full HD". C'est-à-dire que le Blu-ray est en mesure de faire tourner des films, en Haute Définition, sur des écrans entre 1280x720 pixels (pour plus de détails sur la résolution en général, voir notre article sur les vidéoprojecteurs) et 1920x1080 pixels.
Deuxièmement, la plus grande capacité du disque se retrouve aussi au niveau sonore. Comparativement, le son d'un DVD est en 5.1 alors que celui du Blu-ray est en 7.1 DTS HD ou Dolby True HD. Pour expliquer le plus simplement possible, le rendu 7.1 correspond à un son très proche du "son cinéma" que l'on obtient en installant sept enceintes dans une configuration bien particulière. DTS HD ou Dolby True HD ne sont que deux types de format audio différents. Ainsi, si vous disposez d'un home cinéma en 7.1, le Blu-ray s'avère idéal pour profiter d'une qualité sonore exceptionnelle.
Enfin, dernier avantage et non des moindres : la rétrocompatibilité. Alors que les lecteurs DVD ne pouvaient lire les cassettes VHS, les lecteurs Blu-ray peuvent se targuer de lire les DVD ainsi que les CD. En acquérant un lecteur Blu-ray, il devient donc possible de vous débarrasser sans remord de vos anciens lecteurs. L'avantage du 3 en 1. D'autant plus que certains lecteurs Blu-ray proposent désormais une petite amélioration de la qualité de vos DVD (l'upscaling) par rapport à un lecteur classique.
Les avantages du Blu-ray

Les inconvénients du Blu-ray

Equipement Blu-ray nécessaire
Equipement Blu-ray nécessaire © www.bluray-facile.com
Tous ces avantages ont bien entendu des pendants un peu moins positifs. Le principal inconvénient n'est qu'une conséquence de ce qui a été expliqué précédemment. Pour profiter pleinement de la qualité Blu-ray, un lecteur seul n'est pas suffisant. Il faut aussi une TV Haute Définition et de préférence en Full HD pour les derniers Blu-ray, un home cinéma 7.1, un câble HDMI et bien sûr des Blu-ray (généralement deux fois plus chers que des DVD).
L'addition est donc assez salée si l'on souhaite pousser les capacités du Blu-ray à son maximum, un prix total auquel il faut ajouter celui du lecteur (voir plus loin).
Son deuxième point faible et sans doute le principal pour la cible visée par le Blu-ray, les cinéphiles : son catalogue. Tous les blockbusters sont certes presque tous disponibles à leur sortie en Blu-ray avant de l'être en DVD, mais les films les plus anciens n'ont pas connu dans leur intégralité un passage sous le laser bleu. Ainsi, certains grands classiques ne restent encore disponibles qu'en DVD (voire VHS), mais ce n'est qu'une question d'années avant que la totalité des films ne soient disponibles en Blu-ray.
Les inconvénients du Blu-ray

Blu-Ray V.S HDVD : une victoire totale

Pour comprendre comment le Blu-ray a réussi à récupérer plus des 3/4 des films HD disponibles dans le commerce, il faut se souvenir qu'à partir de 2005, un autre type de disque avait tenté de succéder au DVD. Son nom : le HDVD (ou HD DVD) créé par Toshiba.
Cette année-là, les studios de cinéma Warner, Universal et Paramount roulaient pour le HDVD. Il existait entre eux un partenariat d'exclusivité qui faisait que tout film sortant de leurs studios serait disponible en HDVD uniquement. De son côté, le Blu-ray avait réussi à s'attirer les faveurs de Disney, Sony et 20th Century Fox. Il y avait donc un certain équilibre entre les deux encore. Le HDVD avait aussi des atouts par rapport à son concurrent comme la possibilité d'être lu, pour des HDVD bien particuliers, par un lecteur DVD classique ou la rétrocompatibilité de ses lecteurs (caractéristique absente des lecteurs Blu-ray à l'époque) Mais très vite, les partenariats ont commencé à affluer pour le Blu-ray et son concurrent a vu certaines entreprises, en marché avec lui, changer de camp.
En réaction, Toshiba (soutenu financièrement par Microsoft) a décidé de miser sur les fonctionnalités avancées de ses lecteurs, de telle sorte qu'à la fin de l'année 2006, il se vendait bien plus de lecteurs HDVD dans le monde que de Blu-ray. Seulement, pendant ce temps-là, Sony en a profité pour mettre de son côté bon nombre de studios, ce qui lui a permis d'inonder dès 2007 le marché de Blu-ray.
Le coup de grâce a été porté par la PlayStation 3 (voir page suivante) et a enterré définitivement le HDVD, forçant Toshiba à annoncer en 2008 l'arrêt de sa production. En comparaison, même si le lecteur enregistreur DVD est loin d'être dans en grande forme et que de nombreux appareils le supplantent aujourd'hui (voir notre article sur le sujet), il continue à se vendre, au contraire des lecteurs HDVD.
Blu-Ray V.S HDVD : une victoire totale

La PlayStation 3 : outil de démocratisation du Blu-ray auprès des 18-30 ans

PS3 slim
PS3 slim © Sony
Dire que la PlayStation 3 (PS3) a permis une démocratisation du Blu-Ray au même titre que la PS2 a fortement contribué à la vente de DVD est une évidence. Et il existe plusieurs raisons à cela.
Dans un premier temps, la console de Sony a surtout été connue pour deux caractéristiques : sa très grande puissance et son prix extrêmement onéreux, 600 euros pour sa version la plus complète. En revanche, là où le prix devenait bien plus raisonnable, c'est lorsque l'on considérait sa capacité de lecture des Blu-ray. Sachant qu'un lecteur Blu-ray performant coûtait dans les environs de 1000 euros à la sortie de la PS3, la console offrait donc une plus-value non négligeable pour les cinéphiles. D'autant que son lecteur était de très bonne qualité. Ses seuls manques étaient alors la non prise en compte du 7.1 et l'absence d'upscaling, deux soucis résolus aujourd'hui dans les versions plus récentes de la console.
La grande majorité des premiers acheteurs furent donc des cinéphiles mais aussi des jeunes joueurs entre 18 et 30 ans. Cette cible étant en partie acquise et séduite par le Blu-ray, Sony n'avait plus qu'à se consacrer aux familles et aux adultes entre 30 et 50 ans, ce qui a facilité son hégémonie sur toutes les tranches de la population. Trouvable aujourd'hui pour 220 euros, la PS3 garde encore un excellent rapport qualité-prix.
La PlayStation 3 : outil de démocratisation du Blu-ray auprès des 18-30 ans

Les différents produits : lecteurs classiques, lecteurs 3D, enregistreurs Blu-ray

Enregistreur LG HR922D
Enregistreur LG HR922D © LG
Tout comme le DVD, les lecteurs Blu-ray dispose d'une gamme importante de dérivés ou d'appareils high-tech en lien avec cette technologie.
Tout d'abord, les lecteurs classiques permettent de regarder un film de manière traditionnelle dans son salon. Les lecteurs Blu-ray 3D proposent quant à eux de lire vos films compatibles 3D, encore assez rares aujourd'hui, mais nécessitent là encore un matériel dédié, c'est-à-dire TV 3D + lunettes. La technologie 3D progressant peu à peu, le nombre de lecteurs Blu-ray 3D augmente aussi de manière exponentielle. Toutefois, l'ensemble reste toujours sensiblement plus cher qu'un lecteur classique.
Même si un certain nombre de lecteurs Blu-ray classiques proposent une fonction d'enregistrement, certains enregistreurs Blu-ray ont tout de même quelques atouts pour eux. Tout d'abord, la double piste d'enregistrement qui permet de pouvoir enregistrer deux programmes, sur deux chaînes différentes, au même moment. Ensuite vient une mémoire bien plus importante, de 150 Go jusqu'à 1 To (ce qui équivaut à 240h d'enregistrement en HD). A noter que presque tous ces enregistreurs font décodeurs TNT et possèdent une ou deux prises USB.
Les différents produits : lecteurs classiques, lecteurs 3D, enregistreurs Blu-ray

Lecteurs et Blu-ray, le prix

Lecteur Blu-ray Pioneer BDP-LX91
Lecteur Blu-ray Pioneer BDP-LX91 © Pioneer
Comme chaque appareil high-tech, il existe une immense gamme de produits et donc de prix. Mais pour se faire une idée l'on peut dire que, au minimum, en neuf, on peut trouver des lecteurs possédant toutes les fonctions de base pour moins de 70 euros en magasin. Par exemple le Samsung BD-E5300 ou le Philips BDP2900. Pour ce type de lecteurs, pas de mémoire flash donc clé USB obligatoire pour profiter des fonctions internet et souvent le câble HDMI n'est pas inclus.
A l'autre extrême, l'on trouve le Pioneer BDP-LX91 atteint le record de 2500 euros. Un prix élevé pour un lecteur très haut-de-gamme qui dispose d'une incroyable palette de fonctionnalités et notamment des paramétrages vidéo et audio pour tous les afficionados du montage. L'appareil se targue également de posséder le meilleur rendu des couleurs du marché et une finition impeccable.
Maintenant, si vous cherchez un lecteur ayant quelques fonctionnalités avancées comme la lecture de Blu-Ray 3D et le Wi-Fi intégré mais avec un prix raisonnable, comptez entre 130 et 180 euros en magasin.
Lecteurs et Blu-ray, le prix

L'avenir du Blu-ray (Ultra HD, Violet-ray)

Salon moderne
Salon moderne © Philips
Le marché du Blu-ray se porte bien aujourd'hui, même très bien. Si le baromètre vidéo du Centre National du Cinéma et de l'image animée (CNC) nous apprend que les ventes globales de Blu-ray et de DVD ont baissé de 8,8% durant les neuf premiers mois de 2012, il est expliqué que cette diminution est à imputer aux DVD et non aux Blu-ray qui ont vu leurs ventes augmenter de 10,4%. Selon les estimations du Syndicat de l'Edition Vidéo Numérique (SEVN), en 2014, la moitié des ménages devrait même pouvoir être équipée d'appareils (lecteurs, box, consoles) pouvant lire les Blu-ray.
Doit-on s'attendre encore à un nouveau format plus puissant que le Blu-ray ? Certains bruits de couloir prédisent la sortie dans moins de dix ans du "Violet-ray" qui pourrait contenir jusqu'à 1 To de données. Mais très peu d'informations confirmées ont filtré jusqu'à maintenant, donc ce disque reste plus de l'ordre du fantasme pour l'instant que du réel.
Une chose est sûre avec l'arrivée prochaine des lecteurs 4K (ou Ultra HD) qui affichent des résolutions de 4096x2160 pixels, les lecteurs Blu-ray classiques n'ont pas fini de baisser de prix. De quoi préférer peut-être la patience au coup de folie.
L'avenir du Blu-ray (Ultra HD, Violet-ray)
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic