L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Totalement reconstruite, une maison de ville triple sa surface

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 28 mai 2018
De 40 m2, cette maison de ville est passée à 150 m2, grâce à une reconstruction quasi-totale et une optimisation de l'espace disponible sur le terrain. A l'intérieur, les beaux volumes sont mis en avant par un fil conducteur noir et une déco graphique.
De cette maison de ville située en banlieue parisienne, il ne reste pas grand-chose. Hormis la façade côté rue, absolument tout a été déposé et reconstruit - un chantier massif et périlleux, orchestré par l'architecte Camille Hermand. Lorsqu'ils achètent cette maisonnette de 40 m2, le couple de propriétaires table sur un investissement malin : "le terrain était intéressant, et le PLU permettait de construire beaucoup plus sur la surface disponible", explique l'architecte à Maison à part.
Le cahier des charges laisse une belle marge de manœuvre à l'architecte : le couple rêve de beaux volumes, et d'une décoration très graphique. Toutefois, un obstacle complique la tâche de Camille Hermand : un terrain en pente, avec un jardin en amont du niveau de la rue, ce qui est plutôt inhabituel, l'arrière de la maison étant habituellement en contrebas.
Au final, la nouvelle maison offre une surface habitable de 150 m2, ce qui correspond à plus de trois fois sa surface d'origine ! Une optimisation phénoménale que nous vous proposons de découvrir en images.
Totalement reconstruite, une maison de ville triple sa surface

Une maison découpée en niveaux pour effacer la pente

Une maison découpée en niveaux pour effacer la pente
Une maison découpée en niveaux pour effacer la pente © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
La problématique majeure de ce chantier a été la conception d'une maison sur un terrain en pente. "Pour ne pas en faire une 'maison des escaliers', il fallait couper le souffle du visiteur à chaque niveau", détaille Camille Hermand. En passant la bibliothèque noire qui sépare l'entrée de la pièce à vivre, l'on découvre en effet un premier niveau ultra lumineux grâce à une baie vitrée XXL donnant sur le jardin.
Une maison découpée en niveaux pour effacer la pente

Une cuisine entre carreaux bleu et placards noir mat

Une cuisine entre carreaux bleu et placards noir mat
Une cuisine entre carreaux bleu et placards noir mat © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
A droite de l'entrée (qui se trouve ici, à droite, hors champ), la cuisine est lovée sous les toits et profite de la lumière provenant de la rue, par le biais d'une fenêtre de toit et d'une fenêtre basse. "Nous avons aussi prévu des ouvertures pour éclairer le sous-sol, où se trouvent un salon TV, un bureau et les espaces techniques", précise l'architecte.
Pour en savoir plus sur cette cuisine graphique et contemporaine, découvrez notre article.
Une cuisine entre carreaux bleu et placards noir mat

Une salle à manger aux murs noir mat

Une salle à manger aux murs noir mat
Une salle à manger aux murs noir mat © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Face à la cuisine, après quelques marches, on découvre l'espace salle à manger. C'est la deuxième étape d'un fil conducteur majeur dans l'aménagement de la maison : l'omniprésence du noir mat, ici en peinture au mur. "Le noir n'assombrit pas, au contraire : en jouant sur le principe du contraste, on apporte de la lumière", justifie Camille Hermand.
Une salle à manger aux murs noir mat

Un salon largement ouvert sur le jardin et la terrasse

Un salon largement ouvert sur le jardin et la terrasse
Un salon largement ouvert sur le jardin et la terrasse © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Derrière la table de repas, s'étend le salon. Pas de doute ici, on a voulu effacer la frontière entre l'intérieur et l'extérieur. "Le jardin pénètre littéralement la maison, et avec lui, la lumière", souligne l'architecte. Les menuiseries XXL reprennent le noir mat.
Un salon largement ouvert sur le jardin et la terrasse

Une banquette maçonnée pour meubler le salon

Une banquette maçonnée pour meubler le salon
Une banquette maçonnée pour meubler le salon © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Près du foyer, une banquette maçonnée a, elle aussi, été peinte en noir. Son aspect rectiligne rappelle les nombreuses marches de la maison.
Remarquez, au sol (ici, à droite) une vitre au sol qui joue le rôle de puits de lumière pour le salon TV situé au sous-sol.
Une banquette maçonnée pour meubler le salon

Un salon contemporain tout en volume

Un salon contemporain tout en volume
Un salon contemporain tout en volume © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Comme le souhaitaient les nouveaux propriétaires, Camille Hermand a tout fait pour offrir de beaux volumes dans chaque pièce. De l'entrée (visible ici à l'arrière-plan, en contrebas) à l'escalier montant jusqu'au 2e étage, la maison joue sur les hauteurs et les différences de niveaux.
Un salon contemporain tout en volume

Une façade très vitrée côté jardin

Une façade très vitrée côté jardin
Une façade très vitrée côté jardin © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Côté jardin, Camille Hermand a opté pour des façades très vitrées, afin d'apporter un maximum de lumière à cette maison de ville. A l'étage, la baie vitrée donne sur la suite parentale.
Une façade très vitrée côté jardin

Un escalier baigné de lumière, caché derrière une bibliothèque

Un escalier baigné de lumière, caché derrière une bibliothèque
Un escalier baigné de lumière, caché derrière une bibliothèque © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
L'escalier, situé derrière la bibliothèque noire, est ainsi protégé du regard du visiteur qui entre dans la maison. Découvrir cette coulée lumineuse est donc une belle surprise lorsque l'on s'approche pour monter à l'étage.
Un escalier baigné de lumière, caché derrière une bibliothèque

Le noir, fil rouge de la maison

Le noir, fil rouge de la maison
Le noir, fil rouge de la maison © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Même dans la cage d'escalier, le fil rouge du noir mat se prolonge, comme ici au niveau du radiateur, des luminaires et des fenêtres. "J'ai opté pour un faux blanc, un gris très clair de chez Farrow & Ball, pour les murs, afin de créer une belle harmonie", précise Camille Hermand.
Le noir, fil rouge de la maison

Une suite parentale avec salle de bains contemporaine

Une suite parentale avec salle de bains contemporaine
Une suite parentale avec salle de bains contemporaine © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Au premier étage, se trouve la suite parentale. On y pénètre par le dressing (ici, en face) qui donne accès à la salle de bains, très contemporaine.
Une suite parentale avec salle de bains contemporaine

Une cloison vitrée pour séparer la chambre de la salle de bains

Une cloison vitrée pour séparer la chambre de la salle de bains
Une cloison vitrée pour séparer la chambre de la salle de bains © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
La salle de bains parentale est séparée de la chambre double par une cloison équipée de deux vitres de part et d'autre du radiateur sèche-serviettes noir.
Une cloison vitrée pour séparer la chambre de la salle de bains

Une chambre bleu marine baignée de lumière

Une chambre bleu marine baignée de lumière
Une chambre bleu marine baignée de lumière © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Ouverte sur le jardin grâce à une belle baie vitrée, la chambre des parents ne manque pas de lumière. L'occasion pour Camille Hermand d'opter pour un beau bleu marine aux murs et au plafond, sans pour autant plonger la pièce dans le noir.
La lumière du jour traverse la chambre pour arriver à la salle de bains grâce aux deux portes et aux deux vitres.
Une chambre bleu marine baignée de lumière

Carrelage métro pour une salle de bains moderne

Carrelage métro pour une salle de bains moderne
Carrelage métro pour une salle de bains moderne © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Toujours au 1er étage, la première chambre d'enfant est associée à une salle de bains habillée de carrelage métro blanc et bleu. "Là encore, j'ai joué sur l'effet graphique pour apporter de la modernité", souligne Camille Hermand.
Carrelage métro pour une salle de bains moderne

Un escalier en résine béton gris pour une touche industrielle

Un escalier en résine béton gris pour une touche industrielle
Un escalier en résine béton gris pour une touche industrielle © Jennifer Sath / Camille Hermand Architecture
Entre le noir mat, la résine béton des marches et le bois laissé au naturel, l'escalier arbore une jolie touche industrielle et contemporaine. On découvre la verrière qui permet à l'escalier d'être aussi lumineux. Cette dernière portion permet d'accéder au 2e étage, où se trouve une dernière chambre et sa salle de bains.
 
Fiche technique :
Programme : Reconstruction d'une maison de ville
Lieu : Puteaux (92)
Maître d'ouvrage : privé
Maître d'œuvre : Camille Hermand Architecture
Surface : 150 m2
Budget : non communiqué
Un escalier en résine béton gris pour une touche industrielle
Nous vous recommandons

Découvrez la transformation époustouflante d'un appartement familial au coeur de Paris.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic