L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Travaux de rénovation énergétique : méfiez-vous du label RGE

Par G.N. et R.N.B.
,
le 8 décembre 2016
Diagnostic calamiteux, prix déraisonnables, manque d'une approche globale pour une rénovation thermique efficace... Les griefs de l'UFC-Que choisir contre les artisans labellisés RGE sont nombreux. L'association révèle les résultats édifiants d'une enquête de terrain, deux ans après une première étude tout aussi inquiétante.
L'UFC-Que Choisir est en colère : selon l'association indépendante de défense des consommateurs, la rénovation énergétique est en situation d'échec en France, elle évoque "un système bancal avec des défauts majeur". En 2014 déjà, elle dressait un constat assez sévère. Elle récidive aujourd'hui en rendant publics les résultats d'une enquête* de terrain menée au mois de septembre 2016, un an après l'entrée en vigueur de la loi de Transition énergétique.
L'une des causes de cet échec : le manque de fiabilité du label RGE, "Reconnu garant de l'environnement", selon l'association. Cette qualification est attribuée aux artisans et entreprises de travaux spécialisées dans l'isolation et le chauffage, pour peu que leur travail réponde aux critères de qualité du label. Un peu moins de 40.000 sociétés en bénéficient depuis fin 2011.
Le label RGE, un passage obligé pour les entreprises de rénovation
Cette distinction a pris une importance capitale pour la profession ces dernières années. En effet, depuis le 1er juillet 2014, un particulier qui réalise des travaux de rénovation énergétique dans son logement devra absolument passer par une entreprise certifiée RGE s'il souhaite profiter des aides de l'État (CITE, éco-PTZ, etc.). C'est ce que l'on appelle l'éco-conditionnalité des travaux de rénovation.
En 2014, l'UFC-Que choisir avait testé les compétences de certaines entreprises RGE sur des chantiers de rénovation énergétique. Deux ans après un premier constat accablant, l'association a renouvelé l'expérience en septembre 2016. Prétextant la rénovation de 10 logements présentant un très mauvais bilan énergétique, elle a fait appel à 37 artisans chargés de réaliser un diagnostic et établir des devis.

Le diagnostic préalable aux travaux, trop souvent négligé

L'association rappelle : "Avant toute préconisation de travaux, un diagnostic complet du bâti est nécessaire, portant sur trois critères : ventilation, isolation et production de chaleur". Or, la visite complète des maisons n'a été réalisée que par moins d'un tiers des professionnels (31%), les autres n'ayant que peu - ou pas - visité les lieux. Il apparaît que seuls 9% ont correctement inspecté le logement.
Comment choisir un artisan fiable ? Nos conseils en page suivante.
* Enquête menée en août-septembre 2016, auprès de 37 artisans (10 avec la mention "Offre globale", 16 avec la mention "Pro de la performance" et "Eco-artisan" et 10 avec une mention spécialisée) ainsi que 5 auditeurs RGE, pour 10 maisons à rénover, construites entre 1975 et 1981, avec des factures annuelles d'énergie comprises entre 1.160 et 4.600 €.
Travaux de rénovation énergétique : méfiez-vous du label RGE

Travaux de rénovation énergétique : comment choisir un bon artisan ?

Lors de l'attribution du label RGE, les professionnels sont formés à la notion de rénovation globale, c'est-à-dire un chantier concernant aussi bien l'isolation (fenêtres, murs, toitures, portes) que le système de chauffage, ou la ventilation (VMC double flux, etc.). Avec pour objectif d'améliorer les performances énergétiques du bien en améliorant tous ces critères.
Les artisans se focaliseraient trop sur leur domaine de compétence
Pourtant, lors de l'enquête de l'UFC-Que choisir, les artisans se sont montrés somme toute corporatistes : "Ils sont 68% à ne s'intéresser qu'à un seul des trois critères, celui qu'ils savent faire", souligne Jacques Blindauer, spécialiste de l'association. "Aucun artisan n'a fait de préconisations permettant une rénovation globale cohérente et performante ; il n'était qu'1 sur 23 en 2014". Concrètement, le chauffagiste aurait tendance à se focaliser sur le remplacement de la chaudière, au détriment de l'isolation du toit, tandis que l'installateur de menuiseries changera les fenêtres sans se préoccuper de l'état du système de ventilation.
Les propositions formulées aboutissent finalement à des économies d'énergie insuffisantes, comprises entre -18% et -38% sur les consommations, alors que l'objectif affiché pour 2050 est de parvenir à -75%.
Prix trop élevés et mauvaise information sur les aides de l'Etat
L'UFC-Que choisir épingle enfin les artisans sur les prix qu'ils pratiquent, qualifiés d'"exorbitants", mais aussi sur leur méconnaissance des aides de l'Etat, hormis le crédit d'impôt. "L'ensemble des devis était non conforme sauf un", ajoute l'association.
Notons, toutefois, que l'échantillon observé est réduit, et une généralisation de ces observations à l'ensemble des artisans semble hasardeuse. Qualibat, l'organisme qui délivre le label RGE, a d'ailleurs rapidement réagi auprès de nos confrères de Batiactu, précisant que de nombreux contrôles étaient réalisés depuis 2015, et que la certification n'était pas attribuée automatiquement.

Conseils pour bien choisir son artisan

Cependant, l'enquête a l'intérêt d'alerter les particuliers sur le risque de tomber sur un artisan incompétent ou indélicat, même lorsque celui-ci affiche une certification quelle qu'elle soit. Alors, comment bien choisir son entreprise lorsque l'on prévoit des travaux de rénovation de son logement ? En appliquant, avant tout, quelques conseils simples :
- Favoriser les entreprises de proximité et leur réclamer leurs références ;
- Se fier au bouche-à-oreille et demander l'avis de ses proches ou de ses voisins ;
- Réclamer à l'artisan les preuves de sa certification le cas échéant, qu'il s'agisse du label RGE ou d'un autre label de qualité (Qualit'EnR, Eco-artisan, etc.) ;
- Réclamer à l'artisan les preuves qu'il est convenable assuré ;
- Se renseigner en amont sur les tarifs pratiqués, par exemple via un comparateur comme EnChantier.com ;
- Toujours faire établir plusieurs devis comparatifs auprès de plusieurs artisans, afin de pouvoir choisir en connaissance de cause ;
- S'assurer que les devis sont complets, et présentent notamment le numéro Siren de l'entreprise, la description détaillée de chaque prestation, les modalités des réclamations et les garanties et le taux de TVA applicable.
Travaux de rénovation énergétique : comment choisir un bon artisan ?
Nous vous recommandons

Pour les maisons qui ont la chance d'être implantées dans un joli cadre, la transparence est un choix pertinent.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic