Créer un potager : conseils et astuces de pro

    Publié le 25 mai 2021 par Emma Zrour
    Débutants ou confirmés, dans votre jardin, sur une terrasse ou même un balcon, suivez les conseils de nos experts pour réussir votre potager. Planter, tailler et récolter vos propres fruits et légumes n'aura plus aucun secret pour vous !
    Bonne nouvelle : pas besoin d'être un expert pour cultiver ses propres légumes ! Avoir ou ne pas avoir la main verte n'existe pas dans le jardinage, et notamment dans le potager. Il n'y a rien de magique, sauf la patience et la persévérance. Débarrassez-vous donc de cette idée reçue, et enfilez gants, bottes et chapeau de paille pour vous lancer dans un véritable projet d'agriculture et de biodiversité. "La main verte, c'est l'amour de la plante. On l'observe et on s'en occupe tout simplement" nous explique Benoît Porta, chef de produits végétal de chez Gamm Vert.

    Depuis quelques années, les choses ont bien changé, et les Français se lancent dans des potagers moins grands, voire dans un modèle dit "urbain". Pour Pascal Laforge, responsable marketing magasins chez Truffaut, "auparavant, le potager était surtout réservé aux personnes propriétaires d'un jardin. Aujourd'hui tout le monde peut faire pousser des tomates ou des herbes aromatiques sur un balcon ou une rambarde de fenêtre. Plus simple encore, une cagette, du feutre, du terreau, et vous organisez vos premières plantations. Si vous réussissez tant mieux, si vous avez oublié d'arroser ou de mettre à l'ombre vous ne perdez qu'une vingtaine d'euros. Il faut y aller tranquillement et, au fur et à mesure, cela va générer l'envie de faire plus et mieux, pour arriver à une forme de passion".

    Le potager, un effet de mode ?

    Engouement pour les produits bio, refus des pesticides, préservation de la biodiversité... Autant de sujets qui s'inscrivent dans une réflexion sur la santé de notre planète, mais aussi la nôtre. Cultiver son potager est-il une étape supplémentaire dans cette prise de conscience ou un simple effet de mode ?

    Pour Benoît Porta, cette tendance va durer. "Il y a une volonté de bien-être avec un véritable retour aux sources, aux valeurs, et une satisfaction personnelle à produire et à manger le fruit de son travail".

    Ces dernières années, les grandes villes (Paris, New-York, Sydney...) ont vu apparaître des potagers urbains. En manque de verdure, mais surtout d'espace, les citadins investissent les toits, les friches urbaines, les terrasses, les balcons et même les garde-corps... On y plante et on cueille soi-même ses propres radis, tomates, fraises et autres herbes aromatiques.

    Selon l'étude de L'ObSoCO (février 2020), 57% des Français avaient jardiné au cours des 12 derniers mois, et 38% d'entre eux possèdent un potager. Aujourd'hui, plus besoin d'avoir un terrain donc, il existe de nombreuses alternatives comme les carrés potagers, les jardinières, en hauteur ou à poser sur une rambarde, les sacs en géotextile... pour créer son potager. Au jardin ou en ville, voici quelques conseils pour vous lancer !

    Comment créer son potager ?


    Comment créer son potager ?
    Comment créer son potager ? © Castorama
     
    "La culture de fruits et légumes ne demande pas forcément de la pratique mais plutôt de la logique"
    assure Ronan Humeau, expert métier végétal chez Jardiland. On apprend en s'amusant, et pour cela il y a que règles à connaitre.
    • La patience. C'est la vertu principale du jardinier. Il ne faut pas aller trop vite, ni trop en faire.
    • Organiser son jardin. Prenez le temps de regarder l'espace dont vous disposez, de vérifier son exposition pendant la journée, d'analyser la qualité de la terre, ou encore de visualiser l'emplacement du robinet d'eau pour éviter de faire des kilomètres. Le terrain doit être lumineux, bien exposé et à l'abri du vent. Gamm Vert délivre une petite astuce supplémentaire : "ramassez une poignée de terre comme échantillon, puis faites-la analyser dans une jardinerie pour connaître le pH du sol. Vous pourrez alors enrichir votre sol si nécessaire, avec de la matière organique par exemple (fumier, terreau pour potager...)".
    • Combien de temps puis-je consacrer à mon potager ? Avec les beaux jours, l'envie de sortir et de jardiner se fait pressante. Planter ses premières tomates, faire pousser des aromates... tout cela peut se faire en un week-end, mais avez-vous réellement le temps ( et l'envie) de rempoter, de nettoyer, d'arroser régulièrement et de récolter, mais aussi de désherber, retourner la terre...
    • Définir l'emplacement de son potager. Après avoir trouvé les réponses à ces questions, vous pourrez vous lancer dans la création de votre potager, dans votre jardin si vous vivez à la campagne, sur une votre terrasse, ou sur votre balcon si vous vivez en ville. Dans tous les cas, déterminez quelle surface vous souhaitez y consacrer.

    Comment créer un potager urbain ?


    Comment créer un potager urbain ?
    Comment créer un potager urbain ? © Bacsac/Jérôme Galland
     
    Pour ce type de potager, c'est le contenant qui va être primordial. Celui-ci doit absolument être isolant pour garder l'humidité nécessaire à la terre. Privilégiez des matériaux comme le bois ou un tissu géotextile. Vous pouvez également utiliser un paillage pour chasser les mauvaises herbes, mais aussi éviter les invasions de limaces et d'escargots.

    Pour les débutants, commencez par une plantation ludique et facile, comme le radis (ils ne demandent que 18 jours pour passer du potager à l'assiette), les légumes d'été en plants (tomate, courgette, carotte, poivron), les herbes aromatiques, et pourquoi pas quelques fraisiers.

    Vous pouvez aussi cultiver quelques arbres fruitiers en version miniature (le mini cerisier a la cote !), ou des agrumes. Citronnier, oranger, kumquat se prêtent à la culture en pot, mais il faudra les rentrer l'hiver lorsque les températures descendent en dessous des -5°.

    Bon à savoir : pourquoi des plants et non des graines ? "Pour éviter le gâchis, car vous en avez toujours plus dans un sachet de graines que vous n'en avez besoin" indique Benoît Porta.

    Comment bien entretenir son potager ?


    Comment bien entretenir son potager ?
    Comment bien entretenir son potager ? © Jardiland
     
    Avant toute chose, il faut être à l'écoute de son potager et savoir l'observer. Une plante est un être vivant qui a des besoins en eau et en nutriments. Un plant de tomates qui a la tête inclinée vers le bas signifie qu'il a soif. Une plante qui jaunit et qui ne pousse plus, c'est, à l'inverse, signe d'un arrosage trop important.

    Si ce n'est pas un problème d'eau, c'est une carence en nutriments. Dans ce cas, il faudra apporter de l'engrais organique. En observant la plante, il est possible d'intervenir avant qu'il ne soit trop tard.

     
    Astuces de pros

    - Pour choisir l'emplacement de votre portager, regardez où poussent les plantes sauvages. Vous saurez ainsi si votre potager pourra se développer ou non. Par exemple, si vous avez des orties dans le fond du jardin, c'est que votre potager se plaira à cet endroit. En effet, l'ortie aime les lieux riches en matières organiques et en compost. À l'inverse, si vous voyez du liseron, c'est que la terre est très argileuse.

    - Le test du boudin vous donnera une indication sur la nature de votre sol. Il consiste à ramasser un peu de terre humide dans la main et à la modeler pour en faire un boudin. Si ce dernier reste en place, c'est que le sol est argileux, il faudra alors introduire du sable pour le drainer. S'il s'effrite, c'est que la terre est sableuse. Elle devra être enrichie avec plus d'humus.

    - Pour économiser l'eau, arrosez le matin ou le soir. L'évaporation sera moins importante. Vous pouvez aussi installez un récupérateur d'eau de pluie et garder cette eau pour arroser.

    - Pour garder l'humidité et diminuer les arrosages, recouvrez la terre de paillage. Les copeaux (écorces de sarrasin ou de bois) se désagrègent naturellement et forment alors du compost. Les mauvaises herbes auront également du mal à s'implanter. Le travail de désherbage sera ainsi moins fréquent. Autre avantage : le paillage protège les micro-organismes présents dans le sol.

    - Pour protéger vos cultures, parsemez de la cendre autour de vos plants. Vous pouvez aussi planter un verre au ras du sol et y verser de la bière pour éloigner les escargots, friands de jeunes pousses. Le hérisson est également un bon compagnon de potager : il raffole des limaces et des insectes.

    - Un hôtel à insectes va également favoriser la biodiversité grâce aux auxiliaires. Ces petits insectes agissent comme prédateurs sur les nuisibles.

    - Les fleurs de jachère aussi attirent les insectes auxiliaires, comme la coccinelle qui mange 200 pucerons par jour, ou des insectes pollinisateurs comme l'abeille et le bourdon. Les capucines attirent les pucerons sur elles, alors que les œillets d'Inde vont les repousser.

    Quel terreau choisir pour son potager ?


    Quel terreau choisir pour son potager ?
    Quel terreau choisir pour son potager ? © Gamm Vert
     
    Il n'existe pas un type de terreau, mais plusieurs. Il en existe pour les potagers et pour chaque type de plantations (bacs ou pleine terre). Sa composition sera donc différente en fonction du lieu. On peut également utiliser de la terre végétale que l'on mixera avec la terre du jardinier pour apporter quelque chose de plus consistant. Ce mélange permet de retenir l'eau plus facilement.

    Concernant les petites plantations, il faut également penser à renouveler ou amender la terre. Une plante a en effet besoin de nourriture pour grandir, la terre a donc tendance à s'appauvrir avec le temps, en particulier sur une petite surface. Il faudra donc lui apporter de nouveaux nutriments avec du compost ou de l'engrais naturel par exemple.

    Pensez également à la rotation des cultures. Si l'on plante toujours les mêmes plantes aux mêmes endroits, la terre va s'appauvrir plus rapidement. Il est donc conseillé de varier les semences.

    Quel calendrier dans le potager ?


    Quel calendrier dans le potager ?
    Quel calendrier dans le potager ? © Botanic
     
    Le portager se prépare dès le début du printemps. Pour commencer, vers mars-avril, il vous faudra préparer la terre, c'est-à-dire la nettoyer et l'aérer. Côté plantations, débutez par des légumes dits précoces comme les radis, les légumes racines, la salade.

    Une fois les saints de glace passés, vous pourrez attaquer les légumes d'été (tomates, courgettes, poivrons, piments...). A la fin de l'été, vient ensuite le moment de planter les cucurbitacées.

    Contrairement à une idée reçue, l'hiver n'est pas une saison morte et le potager continue de vivre ! Plantez-y des épinards, oignons, choux et, bien sûr, toujours des aromates.

    Combien coûte un potager ?


    Combien coûte un potager ?
    Combien coûte un potager ? © Truffaut
     
    L'investissement financier pour un potager est relativement faible. Pour un potager urbain, il faut prévoir l'achat du carré ou des pots, de la terre et des graines. Comptez ici une petite centaine d'euros.

    Pour un potager au sol d'une superficie supérieure, il vous en coûtera environ 15 € pour le paillage, auxquels il faudra rajouter le prix des graines et des plants que vous souhaitez cultiver.

    "Il ne faut pas se dire je fais un potager pour qu'il soit rentable, ou pour que je sois en autosuffisance alimentaire. Il faut avant tout le faire pour le plaisir, pour retrouver cette terre nourricière et, aussi, pour se ressourcer. Le travail du potager est très ludique avec les enfants, c'est avant tout un moment de plaisir" estime Benoît Porta chez Gamm Vert.


    Créer un potager : conseils et astuces de pro
    Articles qui devraient vous intéresser
     
    Recevez gratuitement
    La newsletter Maison à Part
    L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
    Vous pouvez vous désabonner en un clic