L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Maisons bois : halte aux idées reçues

Par C. Chahi Bechkri
,
le 13 novembre 2012
Malgré un fort développement des maisons bois en France, un certain nombre de préjugés persistent autour de ce type de constructions. On les croit plus fragiles que les autres, plus facilement inflammables, mais aussi plus coûteuses. Qu'en est-il réellement ? Réponses en pages suivantes.
Une maison bois, beaucoup de gens en rêvent mais peu osent s'en faire construire une. Pourquoi ? Tout simplement parce que toutes sortes d'idées préconçues circulent à leur sujet. Certains les disent plus fragiles, les présentent comme plus dangereuses par rapport aux risques d'incendie. D'autres alertent sur les risques de présence d'humidité ou encore sur l'entretien qui est présenté comme "très contraignant".
Qu'en est-il réellement ? Découvrez les réponses des professionnels du bois. Maison à part a consulté deux experts : Estelle Billiotte déléguée régionale IDF au Comité National pour le Développement du Bois (CNDB) et Maxime Baudrand, conseiller construction bois au sein d'Atlanbois (Association interprofessionnelle de la filière bois en Pays de la Loire).
Pour en savoir plus sur les propriétés des maisons bois, cliquez en pages suivantes.
Maisons bois : halte aux idées reçues

Les maisons bois et l'environnement

ONF
ONF © ONF
Construire en bois conduit à la déforestation ? "Faux et même ultra faux", répond avec vigueur Maxime Baudrand, spécialiste de la question du bois construction au sein d'Altanbois (Association interprofessionnelle de la filière bois en Pays de la Loire). Et pour cause : la France ne souffre d'aucune pénurie de bois. Au contraire : avec une couverture de près de 30% de notre territoire, nos forêts ne sont jamais aussi bien portées qu'aujourd'hui. Elles occupent d'ailleurs la même superficie que les terres agricoles. "En se basant sur l'accroissement biologique annuel de nos arbres, on estime qu'il en pousse un volume de 110 millions de m3. Or, nous n'en exploitons que 65 millions, inutile de dire que nous avons de la marge !".
Si la situation est aussi bonne, c'est parce que nos forêts sont gérées durablement. En France en effet, dès qu'un arbre est coupé, un ou plusieurs spécimens sont automatiquement replantés derrière. "Le code forestier est très strict en France, commente Maxime Baudrand. Dès que la superficie d'une parcelle est égale ou supérieure à 25 hectares, par exemple, les propriétaires sont dans l'obligation de fournir un plan simple de gestion (PSG). Ce document comprend les renseignements administratifs concernant la forêt, le bilan de la gestion passée ainsi que le programme annuel des coupes et travaux correspondant aux objectifs fixés. Grâce à lui, l'ensemble de nos ressources forestières, y compris celles du domaine privé, se trouvent ainsi pérennisées".
A noter que pour s'assurer que le bois provient bien de forêts gérées durablement, il existe des labels :
- PEFC (apposés principalement aux bois européens)
- FSC (qui concerne plus particulièrement les bois exotiques)
Enfin, il ne faut pas perdre de vue que choisir le bois, c'est aussi contribuer d'une certaine manière à la réduction de l'effet de serre. En consommer permet en effet de conserver le Co2 stocké par les arbres pendant leur pousse. S'ils n'étaient pas coupés pour qu'on utilise leur bois, ces arbres se décomposeraient dans la nature en relâchant du dioxyde de carbone dans l'atmosphère. L'on sait par ailleurs que ce sont les arbres juvéniles qui offrent la plus grande capacité de stockage, mieux vaut donc leur faire de la place quand cela est possible.
La suite en page suivante.
Les maisons bois et l'environnement

Les maisons bois et la fragilité

CNDB
CNDB © CNDB
Fragile, vous avez dit fragile ? Pourquoi dans ce cas la plupart des plus vieux bâtiments construits dans le monde sont-ils fabriqués en bois ? Les temples japonais, les maisons à colombage... Les exemples d'édifices historiques en parfait état de conservation sont nombreux et prouvent la solidité des maisons bois. En cas de tremblements de terre, les constructions bois affichent d'ailleurs une étonnante résistance mécanique. "Au lieu de s'effondrer ou de s'effriter comme les autres, elles se penchent, plient, se courbent mais restent debout", indique Estelle Billiotte déléguée régionale IDF au CNDB.
Comment l'expliquer ? "Les qualités intrinsèques du bois y sont pour beaucoup, explique Maxime Baudrand. En plus d'être léger, c'est un matériau qui a la particularité d'être particulièrement souple et élastique. Ces propriétés lui confèrent la capacité d'absorber les chocs et de suivre naturellement les mouvements du terrain. En résumé, le bois est naturellement antisismique. D'ailleurs, il est devenu le matériau de prédilection dans les zones sujettes aux tremblements de terre". Certaines régions françaises classées en zones sismiques comme, par exemple, la Vendée ou la Loire Atlantique y reviennent.
A noter : "La construction bois a arrêté de se développer en France à peu près au moment de la première guerre mondiale, informe Estelle Billiotte. "Tous les charpentiers avaient en effet été réquisitionnés pour construire des tranchées. Leur savoir-faire s'est perdu et l'ère du béton est arrivée... Aujourd'hui, nous ne faisons que nous réapproprier ce savoir-faire oublié".
Les maisons bois et la fragilité

Les maisons bois et les risques d'incendie

feu cheminee
feu cheminee © DR
"Les risques d'incendie ne sont pas plus importants dans une maison bois que dans une autre maison", assure Maxime Baudrand. Face au feu, le bois possède même des qualités que n'ont pas les autres matériaux. Comme l'indique notre interlocuteur d'Atlanbois, "sa combustion est lente, régulière et prévisible". Des atouts lorsqu'un incendie se déclare puisque les occupants de la maison vont disposer de plus de temps pour sortir de chez eux.
Sachant que la vitesse de combustion du bois est de 0,7 mm/minute (« on part du principe que le bois perd 1 cm en un quart d'heure », précise Estelle Billiotte), l'on peut ainsi dimensionner l'ossature de la maison en fonction de la vitesse de combustion. "Dans les bâtiments recevant du public, il arrive que l'on surdimensionne la charpente de manière à ce que tout le monde puisse évacuer les lieux avant que la structure soit trop endommagée".
Si la combustion est aussi lente, c'est parce qu'il se forme une croûte carbonisée en surface du bois qui le protège et accroît sa résistance au feu. "La preuve flagrante lors d'un incendie, c'est que le verre des fenêtres fond totalement alors que les cadres restent en place. Certes, ils sont carbonisés mais ils restent en place", insiste Maxime Baudrand.
A noter : l'on peut améliorer artificiellement la tenue du bois au feu en optant pour des éléments de construction ayant reçu en amont un traitement ignifugeant.
Les maisons bois et les risques d'incendie

Les maisons bois et le bruit

Les maisons bois et le bruit - CNDB
Les maisons bois et le bruit - CNDB © CNDB
"Une maison bois peut effectivement être bruyante si le matériau n'est pas utilisé aux bons endroits" admet Estelle Billiotte. On déconseille ainsi de l'installer au niveau du plancher car il va avoir tendance à répercuter le son du moindre choc et l'on sait combien le sol est propice aux impacts : meubles que l'on déplace, talons que l'on oublie de retirer... "Pour éviter cet effet désagréable, il faut porter une attention particulière à la constitution des planchers. Un isolant phonique doit venir combler l'espace vide entre les solives d'un plancher. Par ailleurs, une sous-couche acoustique doit être installée entre le support et le revêtement", insiste la déléguée régionale IDF du CNDB.
En revanche, ce qui est paradoxal, et qui peut prêter à confusion, c'est que dès lors qu'il est utilisé en tant qu'élément décoratif et non plus structurel (autrement dit lorsqu'il est mis en œuvre sous une forme moins dense et moins épaisse), le bois offre une excellente correction acoustique. "Le bois est un matériau fibreux qui piège le son et l'atténue", indique notre interlocutrice. D'où sa présence massive dans les salles de conférence, les auditoriums et les salons home cinéma.
La suite en page suivante.
Les maisons bois et le bruit

Les maisons bois et l'humidité

humidité
humidité © CG-Batiactu
"Les problèmes d'humidité n'apparaissent que si le bois est mal mis en œuvre ou si l'essence est mal choisie car c'est un matériau qui a la capacité de réguler naturellement l'hygrométrie", indique assure Estelle Billiotte. Concrètement, cela signifie que le bois absorbe le surplus ou perd de l'eau en fonction de l'humidité contenue dans l'air.
Un bardage mal ventilé, un pare-pluie mal posé... La liste des malfaçons qui peuvent engendrer des problèmes d'humidité et donc, favoriser l'apparition de champignons ou les attaques d'insectes, est longue. "Le matériau bois est très sensible, commente Maxime Baudrand d'Atlanbois. Il suffit d'un petit bouleversement pour que tout son équilibre soit contrarié. Sa mise en œuvre doit donc être très exigeante : il faut arriver à rendre les murs des maisons étanches tout en les laissant respirer".
A noter : les champignons ne peuvent se développer dans le bois que s'il contient plus de 20 % d'humidité. Idem pour les insectes.
Les maisons bois et l'humidité

Les maisons bois et l'entretien

Lasure extérieure Couleurs Nature V33
Lasure extérieure Couleurs Nature V33 © V33
"Une maison bois ne nécessite aucun entretien particulier", assure Maxime Baudrand. "Il n'y a rien à faire à l'intérieur puisque l'ossature bois est prise en sandwich entre une paroi intérieure et extérieure, poursuit-il. En revanche, les choses sont un peu différentes à l'extérieur, en particulier avec le bardage", distingue-t-il.
Installé à l'extérieur, le bois va avoir tendance à se patiner, à adopter une teinte grisâtre argentée, surtout en partie basse de la maison - zone non protégée par le débord de toiture - qui peut ne pas plaire à tout le monde. "Il faut se faire à l'idée de cette décoloration dès le début et l'accepter", commente Maxime Baudrand.
Pour l'empêcher de tourner au gris, il convient donc de passer une lasure tous les deux à trois ans. Elle va venir renforcer les défenses naturelles du bois et garantir la tenue de son aspect.
Cette opération contraignante peut cependant être évitée en optant pour des bardages pré-peints en usine ou pré-lasurés. Ils laissent respirer le bois et le protègent sur une longue période : entre 5 à 10 ans selon les produits.
Les maisons bois et l'entretien

Les maisons bois et l'urbanisme

CNDB/LECOQ-VALLON Catherine
CNDB/LECOQ-VALLON Catherine © CNDB/LECOQ-VALLON Catherine
Si pendant longtemps les maisons bois ont eu du mal à se faire accepter dans les villes, elles y sont aujourd'hui de plus en plus nombreuses. "Si le bois est arrivé à se faire une place en ville, c'est en partie grâce aux éco-quartiers qui se multiplient un peu partout", informe Maxime Baudrand. "De toute façon, reprend-il, il est interdit d'interdire l'utilisation d'un certain type de matériau. La seule chose que peuvent contester les municipalités, c'est son aspect".
D'un point de vue légal, l'on peut donc construire en bois partout, y compris dans les centres-villes, mais il faudra que son rendu esthétique corresponde aux exigences de l'architecture locale, autrement dit du Plan Local d'Urbanisme (PLU).
A noter : Les choses sont un peu différentes à proximité d'un bâtiment historique. Dans ce cas, le projet doit être soumis à l'avis d'un architecte des Bâtiments de France. Ce dernier bénéficie d'un pouvoir de décision plus important que le maire puisque, contrairement à lui, il peut, s'il le juge nécessaire, interdire l'utilisation du bois.
Les maisons bois et l'urbanisme

Les maisons bois et l'esthétique

Les maisons bois et l'esthétique - CNDB
Les maisons bois et l'esthétique - CNDB © CNDB
Qui dit maison bois, dit forcément présence de bois à l'extérieur. C'est souvent ce que l'on entend lorsque l'on évoque les maisons bois. L'on imagine systématiquement une maison enveloppée de bois or, ce n'est pas forcément le cas. "Une maison bois peut être habillée de n'importe quel matériau : de la pierre, de la brique, du métal, du crépis... Il existe d'innombrables possibilités. On peut même mixer les matériaux", informe Estelle Billiotte du CNDB.
Les maisons bois sont donc de véritables caméléons, elles arrivent ainsi facilement à se fondre partout, en particulier en ville où, comme nous l'avons vu précédemment, le bois laissé au naturel n'est pas forcément toujours le bienvenu. Elles peuvent aussi se faire remarquer et se distinguer par rapport aux autres, comme ici.
Les maisons bois et l'esthétique

Les maisons bois et le prix

argent
argent © Fotolia
Le prix est souvent un frein à la construction d'une maison bois. Dans les esprits en effet, on a l'habitude de penser qu'une maison bois est plus chère qu'une construction maçonnée. "Cela était vrai il y a dix ans mais nous n'étions pas dans la même gamme de maisons. Les constructions bois étaient toutes des réalisations exceptionnelles avec une architecture très compliquées du coup, forcément, les tarifs se sont envolés", concède Estelle Billiotte.
Aujourd'hui, elles se sont simplifiées et les procédés constructifs se sont perfectionnés, leur coût a ainsi considérablement diminué et, parallèlement, leurs performances se sont améliorées. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si beaucoup de logements sociaux sont aujourd'hui construits en bois. "Les bailleurs sociaux ont la capacité de raisonner en termes de coûts globaux. Ils ont compris que si la construction bois engendre un surcoût, estimé entre 5 et 10% par rapport à une construction maçonnée : il faut en effet plus de matériaux pour fabriquer les murs et davantage de finitions. Cette dépense peut être vite rentabilisée notamment grâce aux économies d'énergie réalisés à l'usage", indique Maxime Baudrand. Les murs des maisons bois étant moins épais que ceux des maisons maçonnées, la construction bois permet donc, en prime, d'optimiser au maximum tout le foncier disponible.
En résumé, il faut donc réfléchir de manière globale pour arriver à savoir si l'investissement est rentable.
Les maisons bois et le prix
Nous vous recommandons

A l'occasion des Assises du logement en novembre dernier, les experts se sont relayés pour dresser un portrait-robot de nos habitations. Zoom sur le confort et la qualité de l'air intérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic