L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Avant/après : nouvelle vie pour cette longère abandonnée

Par Victor Miget
,
Mis à jour le 15 juin 2020
La longère après rénovation
La longère après rénovation © blackStones/Gommez-Vaez
Laissée à l'abandon pendant plus de 25 ans, cette longère s'est offert une seconde vie. En moins d'un an, la vieille bâtisse s'est muée en une maison moderne de 245 m2, lumineuse, chaleureuse et pleine de vie. Reportage.
Lorsque les travaux débutent dans cette longère de l'Yonne (89), le chantier s'annonce colossal. Les nouveaux propriétaires de cette bâtisse ancienne, abandonnée depuis 25 ans, souhaitaient en faire une maison familiale. "L'idée consistait à reconvertir cette longère. Avec au rez-de-chaussée, une pièce de vie et une chambre pour nos clients, puis à l'étage des espaces en mesure de recevoir leurs enfants et petits-enfants", explique Arnaud Lenoir, architecte d'intérieur et CEO de la société blackStones.
Or, absolument tout était à faire. Les anciens propriétaires avaient eux-mêmes abdiqué devant l'ampleur des travaux : l'ensemble était dépourvu de chauffage, équipé d'un système électrique archaïque, le sol était par endroit en terre battue... "Pour chauffer la maison, nous avons opté pour un poêle à granulés et à bûches, qui chauffe toute la pièce de vie. Il est notamment couplé à un plancher chauffant. Avec la VMC double flux, la chaleur monte et est rediffusée partout dans la maison. Des radiateurs ont seulement été installés dans les pièces à l'étage", précise Arnaud Lenoir.
Un nouveau réseau électrique a également été déployé, et une fosse sceptique creusée. Mais ce n'est pas tout. Sur la surface habitable de 245 m2, pas moins de 80 m2 supplémentaires ont été ajoutés... Fruit d'une collaboration entre deux agences, blackStones Architecte d'intérieur et Gommez-Vaez Architecte, avec un budget de 250.000 euros et presque une année de travaux, la longère en ressort méconnaissable.
L'ensemble oscille entre charme de l'ancien et modernité. Mobilier et décoration contemporaine côtoient le bois, notamment à travers quelques meubles anciens et une magnifique charpente omniprésente, créant ainsi une ambiance chaleureuse dont seules les maisons de campagne ont le secret. Au premier étage, à destination de la famille, on trouve désormais, deux salles de bains, un dortoir, une chambre avec deux lits séparés et une autre pour les parents. Cette longère oubliée se découvre ainsi une seconde jeunesse. Visite en images.
Avant/après : nouvelle vie pour cette longère abandonnée

Une longère à fort potentiel

La longère montrait déjà un fort potientiel
La longère montrait déjà un fort potientiel © blackStones/Gommez-Vaez
Avant travaux, même laissée à l'abandon, cette longère présentait un charme indéniable, doublé d'un énorme potentiel.
Une longère à fort potentiel

La charpente comme pièce maîtresse

Une charpente magnifique
Une charpente magnifique © blackStones/Gommez-Vaez
A l'intérieur, si tout était à refaire, la charpente apparaissait déjà comme l'une des pièces maîtresses de la future maison. Elle a donc été conservée et mise en valeur dans les pièces de vie.
La charpente comme pièce maîtresse

Une pièce principale très lumineuse

Une grande pièce lumineuse
Une grande pièce lumineuse © blackStones/Gommez-Vaez
A l'intérieur, la demeure profite de beaux volumes et d'une grande clarté. Une grande pièce centrale réunit ainsi un salon, une salle à manger et une cuisine. L'espace a cependant été cloisonné par endroit pour pouvoir, par exemple, créer un petit bureau dissimulé par des portes persiennes. Exceptionnellement lumineux, l'endroit profite d'un belle lumière traversante, grâce à deux grandes baies vitrées. "Les clients souhaitaient une ambiance très lumineuse pour cet espace. Nous avons, en plus, ajouté des fenêtres de toit dans la salle de vie, pour apporter encore plus de lumière naturelle", précise Arnaud Lenoir.
Une pièce principale très lumineuse

Un espace ouvert sur l'extérieur

Un espace en continuité avec l'extérieur
Un espace en continuité avec l'extérieur © blackStones/Gommez-Vaez
Grâce à ses larges baies vitrées, le salon dispose d'un lien privilégié avec le jardin. "Comme cette surface présente de grandes ouvertures, notamment sur le jardin, nous avons placé plusieurs plantes vertes pour apporter de la continuité", ajoute Arnaud Lenoir.
Un espace ouvert sur l'extérieur

Une décoration qui mélange les genres

Une décoration tout en mélange
Une décoration tout en mélange © blackStones/Gommez-Vaez
Côté décoration, il s'agissait de mêler authenticité du lieu et modernité. Ici, charpente couleur bois naturel, billot de boucher en cuisine, table de salle à manger type ferme, s'accordent avec une décoration d'influence scandinave, épurée, aux teintes plus froides. "Puisque nous avions choisi des matériaux relativement clairs, l'idée consistait à réchauffer l'atmosphère avec du bois plutôt que des couleurs", développe Arnaud Lenoir. Bois qui d'ailleurs, s'immisce même dans les détails. Comme dans les luminaires faits mains de la salle à manger, où des toiles de lin habillent une structure en bambou.
Une décoration qui mélange les genres

Une suite parentale intime

Une tête de lit sur mesure
Une tête de lit sur mesure © blackStones/Gommez-Vaez
Recloisonner une partie durez-de-chaussée a permis de séparer les espaces de vie de la sphère intime des propriétaires. "Pour la suite parentale, nous avons dessiné une tête de lit sur mesure", explique Arnaud Lenoir. Très moderne, elle contrebalance l'aspect brut de l'imposante poutre. Poutre qui, comme partout ailleurs dans la maison, apporte une petite touche de chaleur.
Une suite parentale intime

Une salle de bains riche en motifs

Une salle de bains motifs années 1970
Une salle de bains motifs années 1970 © blackStones/Gommez-Vaez
Riche en motifs, la salle de bains parentale tire son identité de ses carreaux de ciment aux motifs années 1970, qui tapissent la baignoire et le contour des vasques. Au sol, on retrouve également des carreaux de ciment plus clairs. Les portes persiennes turquoise, tout en contraste, marquent la séparation entre l'espace baignoire et douche.
Une salle de bains riche en motifs

Un dortoir pour les petits enfants

Le dortoir est dans une mezzanine
Le dortoir est dans une mezzanine © blackStones/Gommez-Vaez
A l'étage justement, au dessus du salon, une mezzanine a été construite. Elle reçoit un dortoir très épuré, pour accueillir les petits-enfants du couple. Contrairement au rez-de-chaussée, ici, des couleurs viennent réchauffer cette surface, où les nuances de gris dominent. De plus, avec ses fenêtres de toit et sa verrière donnant sur le rez-de-chaussée, l'espace s'avère très lumineux.
Un dortoir pour les petits enfants

Une chambre avec charpente apparente

La charpente apporte de la chaleur à cette pièce
La charpente apporte de la chaleur à cette pièce © blackStones/Gommez-Vaez
Plus classique, cette seconde chambre pour enfant bénéficie d'une grande et belle luminosité. En dépit de ses tons froids, elle reste chaleureuse, notamment grâce à l'imposante partie de charpente laissée visible, dont le pendant se retrouve d'ailleurs dans la chambre parentale du premier étage.
Une chambre avec charpente apparente

Une chambre avec petit salon

La chambre a son propre espace salon
La chambre a son propre espace salon © blackStones/Gommez-Vaez
Ici aussi, la structure en bois rappelle la nature du bâtiment et apporte une agréable note chaleureuse. La pièce accueille aussi un espace salon aux accents très british, avec ses meubles en cuir marron.
Une chambre avec petit salon

Une salle de bains qui mixe les styles

Une salle de bains entre chic et populaire
Une salle de bains entre chic et populaire © blackStones/Gommez-Vaez
L'étage comporte également deux salles de bains. L'une pour les parents, l'autre pour leurs enfants. Celle des premiers se pare d'un carrelage au sol en nuances de gris, identique à celui qui recouvre la salle de bains des enfants. L'espace douche est tapissé des mêmes carrelages métro en marbre qu'au rez-de-chaussée."Cette pièce mixe les styles. Avec l'aspect graphique et lumineux des carrelages métro en marbre et des robinets chics, combinés à des lavabos de collectivité", détaille Arnaud Lenoir.
Une salle de bains qui mixe les styles

Une salle de bains pensée pour les enfants

Ici, le carrelage monte jusqu'au plafond
Ici, le carrelage monte jusqu'au plafond © blackStones/Gommez-Vaez
La salle de bains pour les enfants est donc recouverte du même carrelage que dans la salle de bains parentale. Sauf qu'ici, petit détail, il grimpe jusqu'au plafond. Une astuce pratique contre les éclaboussures, lorsqu'un enfant en bas âge barbotte dans son bain.
Une salle de bains pensée pour les enfants

Une terrasse couverte

Des extérieurs rénovés
Des extérieurs rénovés © blackStones/Gommez-Vaez
A l'extérieur, les changements sont également de taille. "Nous nous sommes concentrés sur le ravalement puis nous avons créé deux terrasses", explique Arnaud Lenoir. A l'une des extrémités, une partie fermée qui servait notamment à l'entreposage de cages à lapins, se présentait sous la forme d'une structure en métal cerclée d'éléments maçonnés. Ces derniers ont été supprimés, pour ne conserver que la structure, ce qui a servi de base à une future terrasse couverte. Charme de l'ancien oblige, de vieilles tomettes recouvrent le sol de ce préau et rappelle le passé de la longère. Le tout agrémenté d'un bardage bois.
Une terrasse couverte

Une seconde terrasse en bois

Une terrasse en lames de bois
Une terrasse en lames de bois © blackStones/Gommez-Vaez
Pour la seconde terrasse, le choix s'est porté sur des lames de bois teintées. Cet espace, qui communique directement avec le salon, est ainsi le prolongement idéal des pièces de vie sur le jardin.
 
Fiche technique
Programme : rénovation complète d'une longère pour en faire une demeure familiale
Lieu : Yonne (89)
Superficie : 245 m2
Maître d'ouvrage : privé
Maître d'œuvre : Gommez-Vaez Architecte et blackStones Architecte d'intérieur
Coût des travaux : 250.000 euros
Durée des travaux : environ 12 mois
Une seconde terrasse en bois
Articles qui devraient vous intéresser
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic