L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Jardinier autrement, sans emploi de pesticides

Par Rouba Naaman
,
le 3 mars 2011
Jardinier sans pesticides
Jardinier sans pesticides © Ministère de l'Ecologie
Le ministère de l'Écologie a lancé la deuxième édition de la campagne "Les pesticides, apprenons à nous en passer !", en marge du Salon de l'agriculture. L'objectif est de sensibiliser les jardiniers amateurs aux risques liés à l'utilisation abusive de produits chimiques, et de les encourager à préférer les alternatives. Quelques conseils pour jardiner autrement.
"Chaque année, un peu moins de 5.000 tonnes de pesticides sont répandus par les jardiniers amateurs dans leur jardin ou leur potager". Fort de ce constat pour le moins inquiétant, les ministères de l'Écologie et de l'Agriculture relancent, pour la deuxième année, l'opération "Les pesticides, apprenons à nous en passer !". Avec le concours de seize partenaires*, la campagne vise à sensibiliser les jardiniers amateurs sur les dangers de l'utilisation des produits phytosanitaires.
Si un Français sur deux possède un jardin, tous n'ont pas conscience de la dangerosité potentielle des pesticides et engrais. Leur utilisation est depuis longtemps une évidence pour de nombreux jardiniers amateurs, qui font fi des risques pour avoir de belles fleurs et de bons fruits et légumes. "On nous a trop appris qu'une pomme ne devait pas avoir de tâches, et qu'on pouvait manger des tomates au mois de février" estime Monique Wachthausen, membre de l'association de jardiniers amateurs Jardiniers de France, interrogée par Maison à part.

Le bio comme une étape avant l'arrêt

Pourtant, en cas de non respect des doses, ou d'usage inadapté, le risque est concret, aussi bien pour l'environnement et la biodiversité que pour les enfants et les animaux domestiques. "De plus en plus de gens le perçoivent. Ils veulent s'affranchir des produits chimiques, mais ne savent pas toujours comment s'y prendre" explique Monique Wachthausen. Les associations de jardiniers, mais aussi les Conseils généraux, proposent des formations pour découvrir les solutions pour jardiner autrement.
Pas facile d'arrêter les pesticides du jour au lendemain ! "Les jardiniers sont souvent déçus, car il faut environ un an pour que la nature reprenne ses droits, et le jardin ses couleurs" témoigne Monique Wachthausen. Passer aux produits de jardinage biologiques est une bonne étape vers l'arrêt complet des produits phytosanitaires. "L'important est de bannir absolument les insecticides, qui anéantissent totalement l'écosystème des insectes" ajoute-t-elle.

Retour au compost et au paillage

Pour se passer définitivement de pesticides, c'est tout un mode de pensée qu'il faut réapprendre. "La qualité principale du jardinier, c'est la patience" répète Monique Wachthausen. La spécialiste conseille de laisser le temps à la nature de réinvestir les lieux, et à l'écosystème naturel de se reconstituer. "Les coccinelles mettront un certain temps à revenir vers votre jardin, à comprendre qu'elles n'y sont plus menacées" explique-t-elle. "Mais dès qu'elles auront réinvesti vos rosiers, elles les débarrasseront des pucerons !"
Pour Monique Wachthausen, la meilleure prévention - et la moins coûteuse - reste l'utilisation de techniques naturelles et ancestrales. Le compost fait maison remplace l'engrais, le paillage (disposition de branchages au pied des plantes) reconstitue un humus naturel, et le tout renforce la santé des essences. Enfin, le compagnonnage consiste à planter côte à côte les espèces qui se "soignent" entre elles. "C'est ce que les plantes font naturellement quand on les laisse vivre" souligne Monique Wachthausen.
* Les six Agences de l'eau, Conseil National des Jardins Collectifs et Familiaux, Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution, Fédération des Magasins de Bricolage, Fédération Nationale des Jardins Familiaux et Collectifs, Jardiniers de France, Jardinot, Horticulteurs et Pépiniéristes de France, Noé Conservation, Société Nationale d'Horticulture de France, Union des Entreprises pour la Protection des Jardins et des Espaces Verts.

Un concours pour jardiner autrement

La Société nationale d'horticulture de France (SNHF) lance le concours « Jardiner autrement, réduisons l'usage des pesticides », en parallèle de la campagne nationale. Gratuit et ouvert aux jardiniers de France métropolitaine, le concours récompensera les "démarches globales raisonnées les plus abouties en faveur du développement des équilibres biologiques". L'opération permettra de démontrer qu'il est possible d'obtenir un jardin productif tout en limitant l'usage des pesticides. A la clef, un week-end pour deux personnes en Anjou sur le thème du végétal. A vos râteaux !
Jardinier autrement, sans emploi de pesticides
Nous vous recommandons

Cloisons déposées, ouvertures agrandies, circulation facilitée... cette maison occitane a été transformée de l'intérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic