L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013

Par Sabrine Zahran
,
le 2 septembre 2013
Pour cette 22ème édition du festival des jardins de Chaumont-sur-Loire, plus d'une trentaine de paysagistes et d'architectes ont été invités à créer un jardin sur une parcelle de 250 m2. Le thème de cette année, "jardins des sensations", offre une grande liberté que les paysagistes, architectes et designers exploitent avec brio. Découverte.
Comme chaque année, le festival des jardins de Chaumont-sur-Loire, qui se déroule sur un site verdoyant entre Tours et Blois, a attiré de nombreux paysagistes, architectes ou encore sculpteurs, venus du monde entier. Parmi les 300 projets envoyés depuis, entre autre, la Chine, l'Algérie, l'Espagne, le Japon ou encore la Russie, seuls une trentaine ont eu la chance d'être sélectionnés par un jury présidé par le journaliste littéraire Bernard Pivot. Les heureux élus ont eu pour mission de travailler sur une parcelle de terre de 250 m2, accessible durant 7 mois, soit jusqu'au 20 octobre 2013.

250 m2 pour chacun

En 2013, trente nouveaux jardins ou œuvres végétales ont ainsi vu le jour. Des jardins colorés, remplis de sons et de surprises. Les visiteurs pourront s'y promener mais aussi les sentir, les écouter, et même les goûter. Les cinq sens seront donc mis à l'épreuve afin de procurer des sensations et de stimuler l'imagination des visiteurs.
Pour cette 22ème édition sur le thème "jardin des sensations", certaines personnalités se sont vues délivrer une "carte verte", semblable à une "carte blanche", pour réaliser leurs créations. Parmi ces cartes vertes : Patrick Jouin et son banc taillé dans un tronc d'arbre ou encore Yu Kongjian et son "ruban rouge", ainsi que de nombreuses créations aux noms exotiques : "Les sniffettes, casques à sniffs", mélange de fleurs et d'odeurs pour le moins étonnant.
Mais aussi "La jetée", qui pose la question du développement durable via une dizaine de petits miroirs éparpillés dans un jardin ou encore "Les parfums du vignoble" évoquant la création du vin du début à la fin, ou encore des meules de foin impressionnantes... De nombreux jardins semblables à des œuvres d'art, qui font passer d'une ambiance à une autre. Trente voyages en un seul et même déplacement.
Découvrez en pages suivantes les photos de quelques-uns des jardins à visiter.
22ème Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire
Thème 2013 : "Jardins des sensations"
Jusqu'au 20 octobre 2013
Au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 41150
www.domaine-chaumont.fr
Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013

Gram(in)ophobe

Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013
Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013 © E.Sander
Gram(in)ophobe, créé par deux scénographes, un créateur sonore et un designer d'objet, est un parcours végétal, aux élévations variables. En suivant un chemin étendu se révèle végétale en mouvement, aux couleurs et à la luminosité changeante. Au bout du chemin se trouve une structure en forme de globe, semblable à une hutte en bois.
Au centre de la voûte, un concert. Sonorités animales ? Végétales ? Aquatiques ? Minérales ? Un ensemble de récepteurs disséminés dans le jardin récoltent les sonorités des graminées et les répand dans la hutte qui devient une antre musicale.
Cette expérience invite à une contemplation plus riche et plus fine encore du paysage.
Concepteurs : Alexandra ÉPÉE, scénographe plasticienne, Flora RICH, designer d'objet et Olivier BRICHET, scénographe constructeur et créateur sonore
Gram(in)ophobe

Les sniffettes, casques à sniffs

Les sniffettes, casques à sniffs - les sniffettes
Les sniffettes, casques à sniffs - les sniffettes © E.Sander
Ce jardin rend hommage à l'odorat, souvent délaissé dans la hiérarchie des sens, selon ses deux concepteurs. C'est ainsi que, 7 "casques à sniffs" délivrent leurs arômes, odeurs sauvages, inquiétantes ou sensuelles. Le promeneur peut, au gré de son désir, glisser sa tête dans ces sniffettes et se laisser imprégner des différents parfums. L'intérieur des sniffettes est tapissé de petits points lumineux dans lesquels figurent un ciel constellé "d'étoilettes".
Ainsi, de sniffette en sniffette, le visiteur peut, au gré de sa fantaisie, arpenter ce cosmos sur un tapis végétal et en partie minéral.
Concepteurs : Anniethi, architecte, artiste plasticienne, et Hervé Fougeray, chaudronnier, artiste plasticien
Les sniffettes, casques à sniffs

La jetée - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013

La jetée
La jetée © E.Sander
Le jardin met en scène le visiteur à travers une métaphore paysagée où des dizaines de petits miroirs ronds offrent différents points de vues, telles des bribes du jardin, perturbant la vision de ce dernier. Il lui faudra atteindre le bout de la jetée située au cœur du jardin pour enfin comprendre la supercherie des miroirs.
'La jetée' donne naissance à un jardin rempli de miroirs et de reflets.
Concepteur : César GOURDON et Amélie BUSIN, architectes
La jetée - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013

Les parfums du vignoble

les parfums du vignoble
les parfums du vignoble © E.Sander
Ce jardin est une marche au milieu des coteaux. On y retrouve tous les parfums du vin, de la grappe de raisins à la cave du viticulteur. Au niveau des couleurs, des touches de fruits rouges en tout genre, cassis, mûre ou myrtille, se mélangent habilement à la noisette. Des caisses de vins sont peintes en rouge, formant une étagère plantée au milieu des vignobles.
Ce jardin des sensations représente une immersion au cœur de plusieurs cépages régionaux, articulés autour d'une pièce centrale et colorée.
Concepteurs: Emma Boutot et Olivier Simon
Les parfums du vignoble

Voir les sons, entendre les couleurs

Voir les sons, entendre les couleurs  - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013
Voir les sons, entendre les couleurs - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013 © E.Sander
Vous ne verrez que lui. L'objet trône, au centre d'un parcours. Il est semblable à un cocon en bois, rond, avec une entrée ovale. L'attraction est renforcée par le contraste d'un environnement varié et de couleurs éclatantes. Après avoir emprunté un chemin en bois entouré d'un parcours coloré et animé, le promeneur accède à ce cocon. Cet espace clos, douillet et réconfortant, appelle à une méditation silencieuse, au milieu des plantes qui s'agitent au vent.
Concepteurs: Julie Aviron, paysagiste, Jérôme Levallard et Alice Gounet, paysagistes DPLG et Sarah Schrader, designer couleur, graphisme & matière
Voir les sons, entendre les couleurs

En apesanteur - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013

En apesanteur  - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013
En apesanteur - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013 © E.Sander
Un sas en métal patiné de rouille isole le jardin de l'extérieur. De petites ouvertures à hauteur d'œil éveillent la curiosité du promeneur.
Une fois l'antichambre franchie, l'on arrive sur une longue terrasse de bois brut. Le visiteur peut s'asseoir dans un des fauteuils ornés de pictogrammes illustrant les cinq sens. Autour, se trouvent de grands massifs. Sur le bassin-miroir, se trouvent des boules à facettes et des bulles de savon.
Concepteurs: Luc Voisin, architecte d'intérieur, paysagiste, Jeanne Couallier, professeur d'arts appliqués, créatrice de mode et Mathieu Brison, architecte DESA, créateur d'événements
En apesanteur - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013

Des meules impressionnantes

Des meules impressionnantes  - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013
Des meules impressionnantes - Le festival de Chaumont-sur-Loire fait encore sensation en 2013 © E.Sander
L'intérêt que portait Claude Monet aux meules a ouvert grand les yeux du sculpteur Robin Godde, en révélant toute la beauté de ce matériau. Selon le concepteur "Dresser une meule de foin a quelques rapports avec la construction d'un bâtiment : on doit obtenir sa stabilité dans les forces de sa gravité et sa forme résulte de sa fonction". Ces meules, devenues colossales suite à l'accumulation d'innombrables brins de pailles, incarnent un nouveau regard original porté sur le végétal.
Concepteur: Robin Godde, sculpteur
Des meules impressionnantes

Tu ne me chercherais pas si tu m'avais trouvé

tu ne me chercherais pas si tu m'avais trouvé
tu ne me chercherais pas si tu m'avais trouvé © E.Sander
Ce jardin est une allégorie du Royaume Perdu, un retour sans cesse renouvelé vers ce monde premier. Le jardin est composé de deux parties : le jardin blanc, demeure celui de la lumière, et le jardin noir, une enveloppe externe sombre et mystérieuse, symbole du temps qui passe. Un cube au bout du jardin capte l'attention et intrigue le visiteur. Ouvert vers le ciel, il est la porte du jardin merveilleux.
Ce jardin est une invitation à se défaire de nos sens, et à s'extirper de notre apparence externe, pour mieux s'ouvrir au monde intérieur.
Concepteurs: Ghanem Laribi, architecte-paysagiste, et Farid Hireche, concepteur-paysagiste
Algérie
Tu ne me chercherais pas si tu m'avais trouvé
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic