L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Faire soi-même sa balustrade en béton

le 25 mai 2011
Prendre des moules pour réaliser soi-même une balustrade en béton destinée à sécuriser une terrasse, un escalier extérieur ou le pourtour d'une piscine est maintenant possible. Découvrez un exemple de mise en oeuvre.
Une balustrade en béton va généralement servir à terminer une terrasse, protéger une piscine, sécuriser un balcon ou un escalier. Elle est composée de quatre éléments différents : les trumeaux, la lisse basse, les balustres et la main courante. Et quelle que soit la destination finale de cette balustrade, les étapes qui précèdent sa réalisation sont les mêmes.
En ce qui concerne les différents éléments composant la balustrade, il y a deux façons d'aborder leur réalisation : soit de manière traditionnelle en faisant soi-même ses propres coffrages, soit en utilisant des moules à béton qui permettent d'obtenir des lisses, mains courantes, balustres et piliers. Pour cet exemple, nous avons choisi la technique des moules.
Remarques générales
Pour des raisons esthétiques et pour toutes les opérations qui vont suivre, prendre toujours le même ciment et le même ciment-colle, de la même teinte, afin d'avoir tous les éléments de la même couleur.
A chaque utilisation d'un moule, penser à enduire sa face interne d'huile végétale, pour un démoulage plus aisé. Il est utile de savoir qu'il faut compter en moyenne, pour la réalisation d'un mètre linéaire de balustrade (4 balustres, un mètre de main courante et un mètre de lisse basse), 50 kg de ciment et 50 kg de sable fin. Ceci sans compter les trumeaux !
Avant de commencer quoi que ce soit, dessiner au sol, le plus précisément possible, à l'aide d'un crayon, d'un mètre et d'un cordeau à tracer, non seulement le tracé de la balustrade mais aussi l'épaisseur de la lisse basse ainsi que celles des trumeaux.
La suite de l'article à la page suivante.
Faire soi-même sa balustrade en béton

Etape 1 : la chape

Commencer par couler une chape en béton ou bien la contrôler si elle est déjà existante. Si la chape est ancienne, la nettoyer parfaitement avec un nettoyeur haute pression pour enlever mousses et moisissures. Avec une grande règle de maçon et un niveau, il est impératif de vérifier sa planéité. Si des défauts sont décelés, il vaut mieux les corriger par un ragréage. La chape doit être parfaite.
Etape 1 : la chape

Etape 2 : le dallage

Entre la chape de béton et la lisse basse, il est courant de daller ou de carreler la terrasse. La pose des dalles peut se faire en les installant perpendiculaires à la future balustrade, ou en diagonales. La pose en diagonale est esthétique mais occasionne de nombreuses coupes, beaucoup de déperditions et un temps de pose très long.
Commencer, pour des raisons esthétiques, la pose par l'extérieur de la terrasse de manière à ce que les coupes soient contre le mur de la maison, donc moins visibles. Pour une bonne adhérence des dalles à la chape de béton, procéder à un double encollage. Enduire la dalle à poser avec du ciment-colle à l'aide d'une spatule crantée. Faire de même sur la surface de la chape en progressant mètre carré par mètre carré, le ciment-colle séchant assez rapidement. Si l'air est chaud et très sec, mettre de l'eau dans un seau et humidifier les dalles et la chape avant de les encoller. Enfoncer la dalle en la frappant légèrement avec un maillet en caoutchouc. Coller ensuite la dalle voisine en laissant un espace constant entre elles pour pouvoir y insérer un joint de même épaisseur partout.
Si le dallage n'est pas terminé en fin de journée, ou lors d'un temps de repos, retirer, avec une truelle, l'excédent de ciment-colle des espaces entre les dalles avant qu'il ne sèche. Le dallage de la terrasse terminé, attendre au moins deux jours avant de poser les joints. Appliquer un ciment pour joints assez liquide, que vous aurez préparé dans une auge, avec une raclette en caoutchouc. Laisser sécher puis, quand il commence à bien prendre, nettoyer les dalles de la terrasse à l'éponge humide.
Etape 2 : le dallage

Etape 3 : la fabrication du béton

Pour faire un bon béton il faut mélanger pour un sac de 25 kg de ciment, 40 litres de sable (50 kg), 50 litres de gravier (75kg) et environ 10 litres d'eau. Pour la réalisation des différents éléments de cette balustrade il est recommandé de faire un béton fin en prenant du sable très fin et du gravier le plus fin possible.
Il faut soit faire le mélange à la main avec pelle et brouette ou, beaucoup mieux adapté à la situation vu la quantité de béton qu'il faut pour réaliser une balustrade, avec une bétonnière. Dans ce cas, introduire après la mise en marche de la bétonnière le gravier en premier, ensuite la moitié du sable et environ la moitié de l'eau. Il faut que le gravier et le sable soient bien mélangés et mouillés. Ajouter petit à petit le ciment et, la bétonnière continuant à tourner, l'eau de manière progressive sans dépasser le volume indiqué. Le béton doit être onctueux, humide. Utiliser rapidement le béton. Une fois la bétonnière vide, recommencer l'opération si besoin est, sans que le béton collé au fond puisse sécher ou laver à grande eau le fond et les parois de la bétonnière.
Important : une bétonnière doit tourner en permanence quand elle est pleine de béton, sauf pour la vider. C'est un outil très dangereux. Ne jamais y introduire autre chose que les ingrédients prévus. Ne jamais y mettre la main ou le bras; pas plus que des outils.
Etape 3 : la fabrication du béton

Etape 4 : les trumeaux

Une fois la terrasse propre, sèche et plane, il est temps d'installer les trumeaux qui serviront à borner la balustrade mais aussi à lui conférer toute sa solidité.
La balustrade commencera par un trumeau et finira par un autre. Les autres trumeaux seront positionnés tous les trois mètres, toujours de manière régulière pour l'esthétique.
Pour les implanter, percer des trous avec une perceuse à percussion et ancrer 4 fers à béton dans la dalle, sous chacun des trumeaux. Ces fers à béton dépasseront de 10 à 15 cm. Couler du ciment-colle dans ces trous, y enchâsser les fers, assembler les 4 faces des moules des trumeaux, les positionner au-dessus des fers précédemment installés et les remplir de béton. Laisser sécher. Fixer par la suite les chapeaux sur le dessus grâce à une fine couche de ciment-colle.
Etape 4 : les trumeaux

Etape 5 : la lisse basse

La lisse basse, qui est la base de la balustrade, sert à supporter et fixer les balustres. Pour la réaliser, il suffit de couler du béton dans un moule spécialement étudié pour la réalisation de lisses basses. Ils ont tous une cinquantaine de centimètres de longueur pour des largeurs et des hauteurs différentes suivant les modèles. Fermer les moules grâce aux boulons prévus à cet effet puis y couler le béton. Glisser en son centre un fer à béton de 6 mm d'épaisseur pour le solidifier.
Il est intéressant d'utiliser plusieurs moules simultanément pour gagner du temps. Attendre au minimum 48 heures que le béton soit bien sec, puis ouvrir les moules et en sortir les lisses. Fixer chaque morceau de la lisse au sol sur un lit de ciment-colle d'environ 4 cm d'épaisseur. Cette lisse sera collée au début comme à la fin contre un trumeau.
Entre chaque trumeau, il faudra installer environ 6 moulages de lisse en les collant entre eux et contre les trumeaux de début et de fin avec du ciment-colle. Les recouper si nécessaire pour obtenir une jonction parfaite.
Etape 5 : la lisse basse

Etape 6 : les balustres

moule balustre
moule balustre © MF
Pour réaliser ces petites colonnettes d'une soixantaine de centimètres de haut, utiliser un moule à balustre dans lequel sera coulé du béton.
Ce moule sera choisi en fonction des goûts de chacun parmi des dizaines de modèles différents. Fermer le moule à l'aide du dispositif prévu à cet effet et y couler le béton. Placer au centre du moule, quand le béton est encore frais, un fer à béton et attendre le séchage. Répéter l'opération autant de fois qu'il y aura de balustres à créer en utilisant si besoin est plusieurs moules pour gagner du temps.
Il faut en général compter 3 à 4 balustres par mètre linéaire. Les balustres une fois secs, les démouler puis les coller sur la lisse basse, à intervalles réguliers, sur un lit de ciment-colle d'environ 2 cm d'épaisseur.
Moule balustre.
moule balustre © MF
Moule balustre.
 
Etape 6 : les balustres

Etape 7 : la main courante

Pour fabriquer la main courante, procéder comme pour la lisse basse et les balustres. Mouler les différents éléments en incorporant en leur centre un fer à béton et les laisser sécher. Entre chaque élément de la main courante, ainsi qu'entre la main courante et chaque trumeau, il va falloir sceller deux fers à béton de 6 mm pour solidifier le tout. Pour cela, percer les trumeaux au niveau de la jonction avec la main courante. Faire de même à chaque extrémité de tous les éléments la composant. Remplir les trous des trumeaux de ciment-colle, y introduire les fers, laisser prendre.
Une fois que tout a bien séché, enduire le haut de chaque balustre d'une épaisseur constante d'environ 5 centimètres de ciment-colle puis appliquer dessus, l'un après l'autre, les éléments de la main courante en introduisant les fers dans les trous qui leur correspondent. Relier le dernier élément de la main courante au dernier trumeau. Faire un joint au ciment-colle entre tous les éléments de la main courante munis de leurs fers à béton. Laisser sécher, c'est terminé. Il ne reste plus qu'à peindre si c'est nécessaire.
Etape 7 : la main courante
Nous vous recommandons

Jouer avec les volumes, permet d'obtenir un intérieur à la fois confortable et baigné de lumière, tout en restant connecté à l'extérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic