L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Le tri sélectif à l'assaut de la salle de bains

Par Pauline Polgar
,
le 8 mars 2010
Champions dans la cuisine, les Français ne trient pas assez les emballages dans leur salle de bains et, s'ils le font, ils se trompent souvent. Pour y remédier, Eco-Emballages lance, en partenariat avec la marque Garnier, une grande opération de sensibilisation, avec comme arme principale, une poubelle de tri spéciale salle de bains.
Les Français ont beau déclaré à 84% trier leurs emballages chez eux, seuls 21% d'entre eux trient correctement ceux de l'hygiène et des cosmétiques : face à ce constat réalisé à l'occasion d'une étude Eco-Emballages-Ipsos rendue publique ce lundi (voir page suivante) et, devant l'importance de l'enjeu - 75.000 tonnes de d'emballages de produits cosmétiques et d'hygiène sont jetés chaque année - Eco-Emballages lance une vaste opération de sensibilisation au tri sélectif dans la salle de bains.

La première poubelle de tri spéciale salle de bains

poubelle tri salle de bains
poubelle tri salle de bains © Garnier-Eco-Emballages - ph. Didier Delmas, prise de vue au showroom BBath
 En partenariat avec la marque spécialisée en produits capillaires et de beauté Garnier, du groupe l'Oréal, l'organisme a imaginé une poubelle de tri spéciale salle de bains, dont 15.000 exemplaires seront distribués gratuitement, via des "Ambassadeurs du tri", chargés de sensibiliser les Français au tri sélectif et au recyclage. 2.000 autres seront offertes par le biais du site internet de Garnier. Une vaste opération dont Eco-Emballages attend aussi des retours d'expérience d'ici la fin de l'année.
La poubelle, fabriquée en plastique recyclée, se présente sous la forme de deux compartiments distincts, détachables, sur lesquels des silhouettes de produits et des consignes explicatives imprimées aident à effectuer les bons gestes de tri. Le côté jaune est réservé aux emballages recyclables : flacons plastiques (de shampoing et de douche), cartons (boîte de coloration ou de dentifrice) et métaux (aérosol de laque ou déodorant). Côté bleu-ciel, tout le reste : cotons-tiges, disques démaquillants et brosses à dents (qui ne sont pas des emballages) ou encore tubes de crème (car ce ne sont pas des flacons).
Le tri dans la salle de bains : un défi, des enjeux
Ce partenariat inédit entre un industriel de la beauté et de l'hygiène et l'organisme Eco-Emballages trouve son origine fin 2008, lors de la signature de la convention Ania-Ilec* avec les pouvoirs publics et l'organisme agréé par l'Etat Eco-Emballages, dont l'objectif est d'économiser les matières premières et réduire les émissions de CO2. Garnier est, à travers l'Oréal, la seule entreprise de cosmétique signataire. Réduire son impact sur la planète, en économisant les ressources naturelles, diminuant ses déchets et en encourageant le recyclage : tout un défi. "Pour la petite histoire, c'est d'ailleurs Jean-Louis Borloo qui nous a soufflé l'idée de la poubelle, en nous lançant le défi de faire avancer la sensibilisation des Français sur le tri dans la salle de bains", raconte Thierry Houssin, Houssin, directeur général de Gemey-Maybeline Garnier France, lors du lancement de l'opération ce lundi.
Pour Eric Brac de la Perrière, directeur général d'Eco-emballages, l'enjeu est d'importance. "Pour réaliser notre objectif, explique-t-il, à savoir 75% d'emballages ménagers recyclés (fixé par le Grenelle de l'environnement), contre 63% actuellement, il est nécessaire de :
- trier plus, notamment en habitat vertical - on note en effet que le tri est plus facilement opéré en maison individuelle- ;
- trier mieux, grâce à la mise à disposition d'informations et d'explications plus claires et uniformisées - il existe 300 consignes de tri différentes en France, en fonction de l'organisation de la collecte par les collectivités territoriales - ;
- mobiliser tous les acteurs, entreprises et collectivités locales ;
- et, enfin, assurer les débouchés des matières premières issues du recyclage : acheter des produits en matières recyclés doit devenir un enjeu commercial."
Et ces efforts passent notamment par la salle de bains ! Eco-conception, réduction des déchets... du côté des industriels, cela commence. Thierry Houssin rappelle par exemple que Garnier s'est engagé depuis 10 ans, par une charte d'entreprise, à réduire son impact sur l'environnement. Après avoir notamment allégé ses flacons de shampoing, la marque lance cette année, des pots en verre fabriqués avec 40% de verre recyclé.

Le progrès en marche

Quant à la sensibilisation sur le tri, incontournable ses dernières années, elle ne devrait aller qu'en s'amplifiant. De même que son pendant logique : la recherche et le développement dans le domaine du recyclage, notamment des plastiques. Eric Brac de la Perrière a, par exemple, annoncé la mise en place d'une expérimentation sur un million de foyers pour étudier le cycle des plastique à l'heure actuelle. "Je crois en l'économie circulaire : c'est pour cela que je suis là. Nous devons lutter contre le gaspillage. Alors, il y a des bons et des mauvais résultats, a-t-il concédé, mais on y travaille." Quant au geste de tri, "nous devons travailler ensemble pour que le tri se passe mieux partout et de manière uniformisé", a-t-il déclaré.
A noter qu'à l'occasion de la présentation de l'opération d'Eco-Emballage et Garnier, a été annoncé également le lancement du concours "Bath fiction", par le showroom de salle de bains B-Bath, en partenariat avec les premiers, pour inciter les designers et architectes à imaginer la poubelle de la salle de bains de demain. Dite salle de bains du futur, thème retenu par ce dernier pour les prochains Designer's day (du 9 au 14 juin 2010).
Pour en savoir plus sur l'étude de comportements des Français face au tri dans la salle de bains, réalisée par Ipsos pour Eco-Emballages, cliquez sur suivant.
*Convention sur les engagements pris par les entreprises de l'agro-alimentaire (ANIA) et les grandes marques (ILEC - Institut de liaisons et d'Etudes des industries de consommation) avec le Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire (MEEDAT) et Eco-Emballage, afin d'économiser les matières premières et réduire les émissions de CO2.
Le tri sélectif à l'assaut de la salle de bains

Fréquence - Le tri sélectif à l'assaut de la salle de bains

Etude tri et salle de bains Ipsos Eco-emballages
Etude tri et salle de bains Ipsos Eco-emballages © Eco-emballages - Ipsos
Afin de mesurer la réalité du geste de tri des Français dans leur salle de bains, l'étude Eco-Emballages/IPSOS a été menée en février 2009, par téléphone, selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille, catégorie d'agglomération et région), elle a été conduite auprès d'un échantillon de 1013 individus, représentatifs de la population française âgée de 15 ans et plus.
Premier constat : seuls 55% des Français déclarent trier systématiquement les emballages de la salle de bains. Alors que 84% des Français déclarent trier leurs emballages (67% en immeuble, 90% en maison individuelle), les Français n'ont pas tous adopté le geste dans la salle de bains.
"Ce chiffre est encore moins important chez les 15 / 35 ans, qui pratiquent à 38% le tri systématique dans les deux pièces de la maison (contre 62% chez les plus de 35 ans", précise l'étude.
Fréquence - Le tri sélectif à l'assaut de la salle de bains

Manque d'information

etude tri et salle de bains
etude tri et salle de bains © Eco-Emballages - Ipsos
Eco-Emballages a testé les personnes interrogées sur un échantillon de 17 objets qu'on trouve dans la salle de bains, en leur demandant "dans quelle poubelle ils jetteraient..." "Il en ressort qu'en moyenne 9,6 objets testés sont jetés dans la bonne poubelle". Seuls 21% des Français jettent dans la bonne poubelle la totalité ou les 3/4 des emballages de la salle de bains.
Manque d'information

La taille de la SDB ne compte pas

etude tri salle de bains
etude tri salle de bains © Eco-Emballages - Ipsos
Constat inattendu : la taille de la salle de bains ne compte pas, même si le manque de place est évoqué. "Les résultats de l'enquête révèlent que les personnes disposant d'une petite salle de bains de moins de 5m2 jettent correctement en moyenne 9,9 emballages contre une moyenne de 10 déchets pour ceux qui ont une salle de bains de plus de 10m2."
En revanche, plus on possède de poubelle, mieux l'on trie ! "L'étude montre que le nombre de contenants (poubelle, sac ou autre) dans la salle de bains permet de réduire le nombre d'erreur : les personnes déclarant posséder au moins deux contenants trient mieux !"
La taille de la SDB ne compte pas

Les raisons d'un tel constat

etude salle de bains et tri
etude salle de bains et tri © Eco-Emballages - Ispos
Pourquoi les Français trient peu et mal ? Le manque d'informations en est la cause principale, révèle l'étude. "Parmi les personnes interrogées, 47% d'entre elles s'estiment insuffisamment informées sur le tri des emballages de la salle de bains et déplorent le manque de documentation (affiches, courrier...)."
Les raisons d'un tel constat

Les trois raisons

Etude sdb et tri
Etude sdb et tri © Eco-Emballages - Ipsos
"Les personnes interrogées déclarant ne pas trier leurs emballages de salle de bains mettent en lumière un certain nombre de freins : le manque de motivation (flemme ou tout simplement absence de réflexe), le manque de moyen et de place pour plusieurs poubelles dans cette pièce, le manque d'information, etc."
Les trois raisons

Les bons gestes

etude sbd tri
etude sbd tri © Eco-Emballages - Ipsos
Selon l'étude, les emballages plastiques sont le "talon d'Achille du tri des Français". "Pendant l'enquête, seuls 2% des personnes interrogées ont été capables de trier correctement la totalité des emballages plastiques qui leur ont été présentés. Ce sont surtout ceux de la douche et ceux des crèmes cosmétiques qui ont posé des difficultés. Par erreur, 54% des personnes interrogées ne trient pas le flacon de shampooing ou de gel douche. 49% se trompent en triant le pot en plastique de crème ou de masque alors qu'ils doivent se jeter aux ordures ménagères. "
Les bons gestes

Les bons gestes, suite

etude sdb/tri
etude sdb/tri © Eco-Emballages - Ipsos
Eco-Emballage rappelle que l'on trie "tous les emballages en acier, aluminium, papier/carton et verre. Pour les emballages en plastique, on ne trie que les bouteilles et les flacons !" L'étude montre que outre le plastique, les Français manquent d'informations également sur d'autres emballages courants dans la salle de bains, comme les bombes de mousse à raser ou les aérosols de déodorant et de laque pour cheveux : "pour chacun de ses emballages, près d'une personne sur deux se trompe", précise-t-elle.
"Suite à cette étude, conclut Eric Brac de la Perrière, directeur général d'Eco-Emballages, nous tirons deux enseignements majeurs : les Français ont besoin de plus d'information et d'une poubelle de tri dédiée. C'est pourquoi nous nous sommes rapprochés de Garnier afin d'entrer dans l'univers de consommation de ces produits. Nous proposons ensemble une poubelle ludique, à deux compartiments, dont l'originalité est de préciser visuellement toutes les consignes de tri."
Les bons gestes, suite
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic