L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Décoration de Noël : Tour de France des traditions

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 15 décembre 2011
Des santons en Provence, des boules de verre et des étoffes en Alsace, et des lumignons à Lyon. Chaque région de France garde jalousement ses traditions de Noël et ses coutumes de décoration pour les fêtes. Découvrez celles qui persistent, dans notre tour de France de la déco de Noël !
Découvrez les traditions de décoration de Noël de Provence, d'Alsace, de Bretagne ou de Catalogne en pages suivantes.
Décoration de Noël : Tour de France des traditions

Les santons d'Aix-en-Provence et Marseille

Les santons d'Aix-en-Provence et Marseille - Tour de France Noël
Les santons d'Aix-en-Provence et Marseille - Tour de France Noël © Aix-en-Provence Tourisme
Si les crèches de Noël se retrouvent partout en France, c'est en Provence que la tradition est la plus profondément ancrée. Et pour cause : le santon et la crèche moderne ont fait leur apparition à Marseille, au XVIème siècle. "Les premières figurines étaient fabriquées en liège, bois, cire, carton-pâte ou fil de fer" nous explique l'Office du tourisme des Bouches-du-Rhône. Dès 1797, un certain Jean-Louis Lagnel façonne le premier santon en argile.
Le succès des crèches de Noël est aujourd'hui mondial. En France, et plus spécifiquement en Provence, la tradition est un véritable sacerdoce. On ramasse mousse et brindilles en famille, pour créer l'ambiance générale de la crèche, et on choisit ensemble les santons qui trôneront à l'intérieur et autour.

Des figurines traditionnelles... et d'autres moins !

Outre les figurines de Marie, Joseph, l'âne et le bœuf - qui ne seront rejoints par le petit Jésus que le 24 décembre, au douzième coup de minuit - on trouve aujourd'hui toutes sortes de santons. Animaux de toutes tailles, villageois et visiteurs, et bien sûr, les trois rois mages.
Certains santons sont typiques de la Provence, et bien peu contemporains de l'étable de Bethléem, comme Marius, personnage de l'œuvre d'Alphonse Daudet. On trouve aussi parfois le père Noël ou d'autres figures célèbres, comme l'Abbé Pierre.
Plusieurs artisans, des "maîtres santonniers", fabriquent et peignent encore les santons à la main. La foire aux santons d'Aix-en-Provence, qui se déroule actuellement, est d'ailleurs l'occasion de découvrir ce savoir-faire traditionnel, et de s'offrir de nouvelles figurines !
Les santons d'Aix-en-Provence et Marseille

Le blé germé de la Sainte-Barbe en Provence

Tour de France décoration Noël
Tour de France décoration Noël © CRTA - Hamm
En Provence, les festivités de Noël commencent le 4 décembre, jour de la Sainte-Barbe. C'est la date à laquelle l'on met le blé à germer, symbole de fertilité et d'abondance, suivant une tradition qui remonte à l'époque romaine.
Dans trois soucoupes, qui représentent la Trinité, on dépose des grains de blé ou les lentilles sur du coton humide, et on l'arrose tous les jours. S'il a germé avant le soir de Noël, et que les germes poussent droits et bien verts, la récolte de l'année à venir sera excellente. Si, trop arrosés, les grains ont pourri, les paysans se préparent à une mauvaise moisson.
Le dicton provençal le dit bien : "Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn", quand le blé va bien, tout va bien ! "Une fois la bonne taille atteinte, on égalise le blé, on l'entoure d'un ruban rouge et on le place dans la crèche" explique l'Office du tourisme des Bouches-du-Rhône. Le soir du réveillon, les trois coupelles sont placées sur la table habillée de trois nappes blanches, avec trois chandelles blanches.
Les blés germés de la Sainte-Barbe sont arrosés jusqu'à la fin de la "Calendale" (la période de Noël), le 2 février, jour de la Chandeleur.
Le blé germé de la Sainte-Barbe en Provence

La Fête des Lumières à Lyon

La Fête des Lumières à Lyon - Tour de France décoration Noël
La Fête des Lumières à Lyon - Tour de France décoration Noël © Muriel Chaulet
En décembre, Lyon vole le titre de "ville lumière" à Paris, pour au moins quelques jours. A partir du 8 décembre se tient la Fête des Lumières, tradition centenaire qui mobilise aujourd'hui toute la ville, et accueille près de trois millions de visiteurs français et étrangers.
L'origine de la Fête des Lumières remonte au XIXème siècle, et n'est pas directement liée aux festivités de Noël. Le 8 décembre 1852, une statue de la Vierge Marie, protectrice de Lyon depuis 1643, est installée sur la colline de Fourvière. Pour fêter l'événement, "les Lyonnais ont illuminé leurs fenêtres et leurs balcons avec des bougies, et sont descendus dans la rue" raconte l'Office du tourisme de la ville.

Lumignons et illuminations

Depuis, tous les 8 décembre, les habitants commémorent cette nuit. Ils ressortent les lumignons, des photophores en verre épais, dans lesquels on place une bougie courte et large aux bords cannelés, et les déposent sur les bords des fenêtres. Cette tradition s'est doucement mêlée à celle de Noël, et fait maintenant partie des illuminations des fêtes de fin d'année.
Aujourd'hui, la Fête des Lumières est très attendue à Lyon. Elle est devenue un tremplin pour de jeunes artistes, éclairagistes, architectes, plasticiens, vidéastes, qui présentent leurs œuvres lumineuses et artistiques dans les rues de Lyon pendant quatre nuits de spectacle.
La Fête des Lumières à Lyon

Les boules de Noël en verre de Meisenthal, en Moselle

Les boules de Noël en verre de Meisenthal, en Moselle - Tour de France décoration Noël
Les boules de Noël en verre de Meisenthal, en Moselle - Tour de France décoration Noël © CIAV Meisenthal
Tous les sapins du monde sont décorés avec des boules de Noël. Mais quelle est l'origine de cette coutume ? Comment les boules décoratives ont-elles remplacé les pommes qui ornaient traditionnellement les conifères (voir page 7) ? Pour le découvrir, il faut se rendre en Moselle, plus précisément à Meisenthal.
La légende veut que l'année 1858 ait été particulièrement dure. "La grande sécheresse priva les Vosges du Nord de fruits, et le sapin de Noël n'eut donc parure qui vaille. Un souffleur de verre de Goetzenbruck inspiré tenta de compenser cette injustice en soufflant quelques boules en verre" raconte le Centre international d'art verrier de Meisenthal. L'artisan créa ainsi une tradition qui a traversé les mers et perdure aujourd'hui encore.
Les villages lorrains de Goetzenbruck et Meisenthal développent ensuite un véritable artisanat du verre soufflé et de la boule décorative réalisée entièrement à la main. Aujourd'hui encore, le Centre international d'art verrier transmet ce savoir-faire aux jeunes artisans, et lance chaque année une boule de Noël spéciale.

Centre international d'art verrier de Meisenthal

www.ciav-meisenthal.fr
Les boules de Noël en verre de Meisenthal, en Moselle

Les étoffes de la région de Mulhouse, en Alsace

Les étoffes de la région de Mulhouse, en Alsace - Tour de France décoration Noël
Les étoffes de la région de Mulhouse, en Alsace - Tour de France décoration Noël © CRTA - Meyer
L'Alsace, le pays de Noël... ou plutôt les pays de Noël ! Le département se découpe en effet en sept contrées*, ayant chacune leur propre spécialité liée aux fêtes de la nativité. Au sud, se trouvent Mulhouse et sa région, connue pour ses chants et pour sa culture ancestrale du textile.
"Les premières industries textiles sont apparues en 1746 à Mulhouse à l'initiative de quatre jeunes mulhousiens. Commença alors un fabuleux mouvement de développement de la ville" raconte l'Office du tourisme de Mulhouse et sa région. La tradition textile perdure aujourd'hui encore, avec notamment un Musée de l'impression sur étoffes, et un Ecomusée textile.

Un tissu différent designé chaque année

A l'occasion de Noël, ce savoir-faire unique est mis en avant jusque dans les rues de Mulhouse ! Les artisans textiles fabriquent une étoffe différente chaque année, aux couleurs des fêtes. "Des milliers de mètres de tissus viennent décorer les marchés de Noël et les monuments, se déclinant en une multitude d'objets et cadeaux" explique l'Office du tourisme de la ville.
Dans les maisons aussi, le tissu a son heure de gloire à Noël. Nappes, serviette, et même décorations des sapins, tout se décline en textile à Mulhouse !
* Du nord au sud : Haguenal, pays des mystères ; Saverne, pays des lumières ; Strasbourg, pays des saveurs ; Sélestat, pays du sapin (voir page 7) ; Colmar, pays des étoiles ; la région de l'Ecomusée, pays des veillées de Noël ; Mulhouse, pays des chants et des étoffes.

Musée de l'impression sur étoffes

www.musee-impression.com

Ecomusée textile du Parc de Wesserling

www.parc-wesserling.fr
Les étoffes de la région de Mulhouse, en Alsace

Le sapin de Noël de la région de Sélestat, en Alsace

Le sapin de Noël de la région de Sélestat, en Alsace - Tour de France décoration Noël
Le sapin de Noël de la région de Sélestat, en Alsace - Tour de France décoration Noël © CRTA - Meyer
Le sapin, roi des forêts et des festivités de Noël, serait né à Sélestat, dans le centre de l'Alsace. C'est en tout cas à la Bibliothèque humaniste de la ville que l'on trouve la toute première mention de vente de sapins, datant de 1521 !
Dès le Moyen-âge, un beau conifère était placé dans le chœur des églises le 24 décembre. "Il représentait l'arbre du Paradis garni de pommes, rappelant le fruit de la tentation" explique le Comité régional du tourisme d'Alsace. Les paroissiens transposent l'idée au sein de leurs foyers : le sapin est suspendu au plafond avec une pomme à sa base, et décoré de pommes rouges appelées "Christkindle".
Les pommes sont bientôt rejointes par des fleurs en papier, des rubans, des feuilles dorées, des noix argentées, des confiseries en pâte d'amande et des pains d'anis. A partir du XVIIème siècle, quelques bougies illuminent le sapin, et à la fin du XIXème, des sujets en cire, des boules décorées et des guirlandes sont spécialement créés pour Noël.

Comité régional du tourisme d'Alsace

noel.tourisme-alsace.com
Le sapin de Noël de la région de Sélestat, en Alsace

La bûche enrubannée en Bretagne

La bûche enrubannée en Bretagne - Tour de France décoration Noël
La bûche enrubannée en Bretagne - Tour de France décoration Noël © DR
De nombreuses traditions et croyances entourent la bûche de bois mise dans l'âtre le soir de Noël (voir pages 9 et 11). Quelle que soit la région de France, la bûche doit être la plus grosse possible, et brûler le plus longtemps possible, en signe de prospérité et de longévité pour les habitants du foyer.
En Bretagne, la bûche de Noël, appelée "Kef Nedeleg", est consciencieusement choisie, parfois plusieurs mois avant le réveillon. Enrubannée, décorée de guirlandes, de fleurs et de branchages vivaces, elle est enfin aspergée d'eau bénite et de sel.
Allumée le soir de Noël, avant le départ pour la messe, la bûche doit brûler pendant trois à quinze jours selon les régions (jusqu'au nouvel an, à la fête des rois, etc.). Celles qui étaient trop énormes pour se consumer entièrement étaient conservées pour l'année suivante. Enfin, on attribuait au tison de la bûche de Noël et à ses cendres des vertus diverses, comme la protection de la maison ou la purification de l'eau de pluie.
La bûche enrubannée en Bretagne

Le Caga Tiò de Catalogne

Le Caga Tiò de Catalogne - Tour de France décoration Noël
Le Caga Tiò de Catalogne - Tour de France décoration Noël © DR
En Catalogne aussi, la bûche joue un rôle central dans les traditions de Noël. Peut-être plus qu'ailleurs, puisqu'elle y est un personnage quasi mythologique ! Une coutume surprenante célèbre la nature et l'arbre dans la région.
Le Tiò de Nadal (bûche de Noël, en catalan) est un tronc creux, de taille variable. Choisi le jour de la Sainte Lucie, le 13 décembre, il est affublé de deux ou quatre morceaux de bois qui lui servent de "pattes". Les enfants lui dessinent un sourire et des yeux, et le déguisent avec une couverture et une "barretina" (bonnet rouge traditionnel). Chaque jour, jusqu'au soir de Noël, la famille nourrit symboliquement le tronc.
Mais le sort qui l'attend est bien moins sympathique ! Le 25 décembre, le Tiò est sauvagement battu à coups de bâton par les enfants, qui chantonnent "Caga tiò !". Ils ordonnent littéralement à cette pauvre bûche de déféquer...
Les parents ont caché discrètement, la veille, des friandises, du touròn et des fruits secs dans le creux de la bûche. A tour de rôle, les enfants passent la main sous la couverture, et récupèrent les cadeaux sucrés que le Tiò est censé avoir déféqué...
Le Caga Tiò de Catalogne

D'autres traditions de Noël autour de la maison

D'autres traditions de Noël autour de la maison  - Tour de France Noël
D'autres traditions de Noël autour de la maison - Tour de France Noël © Catherine Kohler
D'autres régions ont, elles aussi, leurs traditions de Noël spécifiques, qui tournent souvent autour des mêmes thèmes : la bûche, la lumière, et les symboles de prospérité pour l'année à venir. Certaines sont encore pratiquées, d'autres sont tombées en désuétude.
Une tradition germanique, importée dans l'Est de la France, reprend, comme en Provence, le mythe de Sainte-Barbe. Ce jour du 4 décembre, une branche de cerisier fraichement coupée est placée dans un vase. Si les bourgeons éclosent le soir du réveillon, l'année sera féconde.
Dans plusieurs régions, notamment le Nord - Pas-de-Calais, des processions sont formées dans les rues, avec lampions et lumignons. En Normandie, des feux sont allumés en extérieur, sur les plages par exemple.
En Savoie, la bûche, choisie aussi grosse que possible, est parfois arrosée de vin ou d'eau de vie. En Corse, c'est le nombre de bûches qui compte, et non la taille : on doit placer dans la cheminée autant de bûches que de membres du foyer - sans quoi, l'année suivante, la famille se verrait endeuillée d'autant de personnes que de bûches manquantes.
Au Pays Basque, le 24 décembre, l'Olentzero passe de maison en maison pour proposer du bois de chauffage aux foyers les moins aisés. Ce charbonnier est aujourd'hui assimilé à la figure du père Noël et chargé de distribuer les cadeaux aux enfants. Les cendres tirées de la bûche de l'Olentzero sont répandues sur le pas de la porte de la maison, pour la protéger elle et ses habitants pendant l'année suivante.
Enfin, la Bourgogne possède une tradition proche de celle du Tiò de Nadal catalan. Les enfants prient une souche de bois de leur offrir des confiseries, et vont ensuite récupérer les bonbons que la bûche a accepté de leur donner.
D'autres traditions de Noël autour de la maison
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic