L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Du CP à la terminale, des architectes dans les classes

Par PP, CG
,
le 21 octobre 2010
Les architectes ont décidé de sensibiliser les enfants à leur activité en allant donner des cours à l'école. Au total, ce sont plus d'un million d'élèves, du C.P à la terminale, des académies de Paris et Créteil qui vont pouvoir bénéficier de cette initiation. Mais pourquoi cette opération ? Comment parler d'architecture à l'école ? Les réponses de Ludovic Lobjoy, Vice-Président de l'Ordre des architectes d'Île-de-France.
Sensibiliser au cadre de vie, transmettre le plaisir de son métier, éduquer à l'architecture, offrir un regard nouveau sur ce qui nous entoure... Quel meilleur endroit que l'école pour permettre tout cela ? Aujourd'hui de nombreux ateliers, manifestations ou opérations ponctuelles existent à travers l'Hexagone, certaines même se déroulant déjà avec les écoles. L'opération "Les architectes
Architectes dans les classes
Architectes dans les classes © DR
 dans les classes",
lancée ce mardi par l'Ordre des architectes d'Ile de France, les rectorats de Paris et Créteil et les CAUE de Paris, Seine et Marne, Seine-Saint-Denis et du Val de Marne, s'inscrit dans cette continuité. Avec l'idée de fédérer les actions pour mieux les multiplier et, qui sait ? L'Étendre nationalement. "Multiplier ce type d'action, c'est faire un bond en avant au niveau national", explique ainsi Cloud de Grandpré, Président du Réseau des Maisons de l'architecture. Avec, pour les 30.000 architectes français, un potentiel de 12 millions d'élèves à rencontrer.

1.186.000 élèves concernés

L'initiative s'adresse pour l'instant aux 1.186.000 élèves des 4.300 établissements des académies de Paris et Créteil, du CP à la terminale. L'idée ? Faire intervenir ponctuellement les architectes dans les classes "pour éveiller la curiosité des futurs citoyens sur leur cadre de vie." Le tout s'inscrivant d'ailleurs, dans le cadre de l'enseignement de l'histoire des arts - désormais obligatoire depuis 2008 dans les écoles, collèges et lycées.
L'Éducation nationale voit donc cette opération en partenariat avec les architectes d'un très bon œil. Liberté totale est laissée à l'enseignant et l'architecte pour décider du cadre de l'intervention : promouvoir ce type d'action, faire connaître les possibilités et aider les architectes comme les enseignants à mener leur projet à bien, ne serait-ce qu'à les faire se rencontrer, voilà les enjeux de cette opération.
Ludovic Lobjoy, Vice-Président de l'Ordre des architectes d'Île-de-France, nous en dit plus. Cliquez sur suivant pour lire son interview.
Du CP à la terminale, des architectes dans les classes

Interview - Du CP à la terminale, des architectes dans les classes

Ludovic Lobjoy
Ludovic Lobjoy © Ludovic Lobjoy, le 19 octobre 2010 - PP/MAP
Ludovic Lobjoy, est Vice-Président de l'Ordre des architectes d'Île-de-France (propos recueillis par Céline Galoffre)
Maison à part : A partir de quel constat avez-vous lancé l'opération ?
Ludovic Lobjoy : Cette action s'appuie sur la conviction qu'il faut donner à nos concitoyens un niveau de compréhension et un degré de sensibilité à l'architecture suffisant pour les rendre plus attentifs, plus sensibles et plus exigeants vis-à-vis de leur cadre de vie. Pour leur permettre de vivre une meilleure relation avec la ville et l'architecture, il faut sensibiliser le plus tôt possible. Et puis les architectes sont fiers de leur métier, ils aiment partager leur passion, leur désir d'architecture. Les enfants sont un public merveilleux, ils sont attentifs et parfaitement à même de développer ce désir d'architecture et de qualité de vie. S'adresser à un enfant, c'est toucher une cellule familiale : à travers les enfants, on s'adresse aussi aux parents et aux familles.
De plus, depuis 2008, l'enseignement de l'histoire des arts (architecture, musique, cinéma, sculpture...) est rendu obligatoire à l'école primaire, au collège et au lycée. Conscients de l'importance de cet enjeu, l'Ordre des architectes d'Île-de-France, les CAUE 75, 77, 93, 94 et les Académies de Paris et de Créteil ont décidé de croiser leurs compétences pour aller au devant du jeune public, le familiariser à l'architecture. C'est de là qu'est née l'action 'les architectes dans les classes', lancée sous le patronage du ministère de la Culture et de la Communication.
Maison à part : Comment va se passer cette action de sensibilisation ?
L.L : Les interventions - qui peuvent s'inscrire dans des disciplines aussi diverses que l'histoire, la géographie, la littérature - seront préparées en binôme par l'enseignant et l'architecte, car l'enseignant est le garant de la démarche pédagogique. A l'architecte d'évaluer, selon l'âge des élèves et le contexte de la classe, l'approche la mieux adaptée à son public. Il peut s'agir d'approches sensorielle, ludique, thématique ou encore de visites d'un quartier, d'un bâtiment... L'objectif reste pour l'intervenant d'éveiller les élèves à leur environnement bâti afin qu'ils le (re) découvrent, le comprennent et soient en mesure - demain - d'en devenir des acteurs 'éclairés'. Les architectes sont aussi des parents d'élèves, ils peuvent donc chacun être porteurs du projet et de la démarche vers les établissements de leurs enfants, ou des enfants de leurs proches.
Pour la suite de l'interview, cliquez sur suivant.
Interview - Du CP à la terminale, des architectes dans les classes

Suite de l'interview

Suite de l'interview - architectes dans les classes
Suite de l'interview - architectes dans les classes © Affiche de l'opération - DR
Maison à part: Comment se déroule concrètement cette opération, et quand débute-t-elle ?
L. L : Le projet sera opérationnel d'ici à fin 2010. Si un enseignant souhaite recevoir un architecte dans sa classe, il lui suffit de prendre contact avec le CAUE de son département. Pareil pour les parents d'élèves, qui peuvent bien sûr faire part de cette opération auprès de l'établissement de leurs enfants. Du côté des architectes, nous allons lancer un appel à candidature début novembre par voie de mail, il suffira de s'inscrire auprès de l'Ordre des architectes d'Île-de-France qui réunira les volontaires pour une demi-journée d'information, à l'occasion de laquelle sera distribué le "Guide à l'usage des architectes" intervenant en milieu scolaire, édité par l'Ordre des architectes d'Île-de-France dans le cadre de cette action. Les architectes seront ensuite contactés par les CAUE de Paris, de Seine-et-Marne, de Seine-Saint-Denis ou du Val-de-Marne qui leurs proposeront des créneaux d'intervention. Pour les départements dont les CAUE ne sont pas partenaires de l'opération (78, 91, 92 et 95), les architectes pourront se rapprocher directement des établissements scolaires, en informant l'Ordre de leur démarche afin de bénéficier des outils dédiés.
De plus, cette action va faire l'objet d'une large campagne de communication dans toutes les écoles et tous les établissements scolaires de la Région Île-de-France, à travers des affiches et des flyers. Tous ces supports seront également disponibles en téléchargement.
Maison à part: Quels sont les objectifs de l'action à court et moyen terme ?
L.L : L'initiative "Les architectes dans les classes" s'adresse potentiellement à plus d'un million d'élèves des 4.300 établissements des académies de Paris et Créteil, du C.P à la terminale. Il y a un objectif quantitatif, à l'échelle du Grand Paris et nous souhaitons qu'un maximum de jeunes soit en contact avec un architecte. Les futurs citoyens ne doivent pas ignorer leur cadre de vie, mais le comprendre comme un enjeu de société et l'aborder comme un atout, avec lequel les architectes vont les familiariser. A la campagne, on vit au rythme des saisons, à la ville, on doit apprendre à vivre au rythme de la ville, de l'urbain car cela ne va pas de soi. Les citoyens doivent être exigeants vis-à-vis de l'architecture et des politiques, et les architectes ont besoin d'interlocuteurs compétents ! Ce projet donne rendez-vous à l'ensemble de la population francilienne avec la ville et l'architecture.
Maison à part : Au final, que souhaiteriez-vous que les élèves retiennent ? Que souhaitez-vous transmettre ?
L.L : La notion fondatrice de cette action, c'est le désir d'architecture et le plaisir de la ville. Nous voulons le partager avec les élèves. Parler d'architecture dès l'école doit préparer chaque enfant à devenir un citoyen éclairé. Cette action porte trois enjeux. Pour les élèves, il s'agit d'apprendre à lire l'architecture, la ville, l'environnement sous l'angle du plaisir et saisir l'importance de la qualité du cadre de vie dont ils seront demain les acteurs. Pour les enseignants, il s'agit, à travers l'histoire des arts, de créer des liens entre l'école et le monde professionnel. Et pour les architectes, l'objectif est de partager leur culture avec le jeune public et susciter le désir d'architecture, auquel tout le monde a droit.
Propos recueillis par Céline Galoffre.
Renseignements : Site de l'ordre des architectes d'IDF
Suite de l'interview
Nous vous recommandons

Pour sublimer leur résidence et profiter des beaux jours, des propriétaires décident de réaliser une généreuse piscine sur leur parcelle.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic