L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Par Pauline Polgar
,
le 31 mai 2007
Le Grand Palais accueille Anselm Kiefer dans le cadre de l'exposition Monumenta. Cet artiste mondialement connu du monde de l'Art dévoile ses œuvres empreintes de poésie au grand public. Sept "maisons" disséminées sous l'immense verrière servent de cadres physiques à ses peintures et ses installations.
Sous la verrière du Grand Palais se dégage une impression de gigantisme. Un cadre idéal à l'exposition Monumenta, qui lui redonne sa vocation première : la promotion de l'art. Aujourd'hui c'est un ensemble de "maisons" immenses - certaines atteignent près de 12 m de haut - ouvertes, dans lequel le visiteur déambule en toute liberté, selon le parcours de son choix. Sept maisons faisant écho à la présence de trois installations faites de ruines et de livres géants de plomb. L'une montre une tour à moitié écroulée, l'autre un bâti qui semble déjouer les règles de l'équilibre.
Quel est ce jeu subtil d'architecture ? C'est la volonté d'Anselm Kiefer. Cette figure de l'Art contemporain, un Allemand qui a adopté la France comme résidence d'artiste, allie des références tirées de la poésie et de la littérature, de la cosmologie ou encore de l'histoire qui donnent cœur et corps à ses œuvres.

Hommage et histoire

Le message de chacune est laissé à la subjectivité du contemplateur, auquel il ne délivre que quelques clés. L'exposition s'articule ainsi, tout en hommage avoué au couple de poètes Paul Celan (1920-1970) et Ingeborg Bachmann (1926-1973), dont les vers s'affichent par endroits. L'horreur de la Shoah transparaît sur d'autres, tels ces noms donnés aux étoiles de la constellation Voie lactée, des séries de chiffres écrits à la manière des tatouages des prisonniers des camps de la mort.
Chaque maison abrite une mise en scène différente. Dans l'une, c'est un immense herbier fait avec des fougères, dans l'autre des champs aux lignes de fuites hypnotisantes. Chaque œuvre porte la trace du temps : l'artiste aime en effet les laisser dehors, sous les affres climatiques, pour mieux marquer cette vie qui s'écoule.

Jeu de résonnances

Faisant référence à sa colline-atelier du Sud de la France, Anselm Kiefer explique : "Le fait qu'à Barjac et au Grand Palais je construise des maisons qui accueillent mes œuvres, signifie qu'il y a des chemins entre ces maisons (...)Le croisement c'est la rencontre (...) C'est pourquoi je fais aussi des ouvertures dans ces maisons, avec des portes qui sont toujours ouvertes, par où on peut s'évader, passer par une autre porte et créer des liaisons, des synapses, des connections entre les œuvres, entre les gens".
Nature, cosmos, temps... Les résonnances sont nombreuses. L'exposition s'intitule Sternenfall,"Chute d'étoiles" : le Grand Palais y est, pour Anselm Kiefer, un acteur à part entière, un "firmament, une voûte de verre qui joue le rôle d'un ciel étoilé grandeur nature."
Pour découvrir quelques images de l'exposition d'Anton Kiefer, cliquez sur suivant.

Sternenfall, "Chute d'étoiles" - Anselm Kiefer au Grand Palais

Du 30 mai au 8 juillet 2007
Avenue Winston Churchill
75008 Paris
www.monumenta.com
Tlj sauf le mardi de 10h à 20h et de midi à minuit du jeudi au dimanche.
Tarif : 4 € (réduit 2 €)

En savoir plus sur Monumenta

Cette manifestation, dont l'exposition d'Anselm Kiefer au Grand Palais est la première édition, s'inscrit comme un rendez-vous annuel du grand public avec la création de son époque. Elle accueillera en 2008 Richard Serra et en 2009, Christian Boltanski. La volonté affichée par ses organisateurs est de « donner les clés de compréhension au plus grand nombre » pour « sensibiliser tout un chacun au travail des artistes de notre temps. » Pour ce faire, l'exposition s'accompagne d'un dispositif sans précédent : des « médiateurs », installés tout au long du parcours, ne demandent qu'à être interpellés pour aider le visiteur à pénétrer l'œuvre de l'artiste. Conférences, projections, concerts, lectures, ateliers pour petits et grands, complètent le dispositif. Une bonne façon de se mettre à l'art !
Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Pyramide - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

pyramide kiefer
pyramide kiefer © PP-MAP
Dans la première maison, intitulée Nebelland, pays de brouillard, un grand tableau représente une pyramide (ou un chemin ?), le peintre à ses pieds, un coeur suspendu. Une toile inspirée du poème éponyme d'Ingeborg Bachmann. "J'ai vu le coeur du brouillard, j'ai mangé le coeur du brouillard."
Pyramide - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Le secret des fougères

herbier bunker kiefer
herbier bunker kiefer © PP-MAP
Dans cette seconde maison, une mise en résonnance entre un herbier géant composé de fougères, référence au poème du même titre de Paul Celan, et les bunkers qui lui font face. Le secret des fougères, selon un mythe ancien, est de donner l'invincibilité et l'invisibilité. Capacités que le bunker apporte également.
Le secret des fougères

Détail - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

fougères détail
fougères détail © PP-MAP
Chaque tableau doit vivre dehors, être marqué par le temps. Ici point de peinture : la terre, les fougères... Et le temps qui passe.
Détail - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Maison de la Voie lactée

voie lactée kiefer
voie lactée kiefer © PP-MAP
Verre brisé, graines de tournesol... Le travail de la matière est essentiel à Anselm Kiefer. Ce tableau symbolise le temps circulaire qui relie l'homme au cosmos. Chaque étoile de cette constellation est dénommée par un chiffre issu de la nomenclature de la NASA. Leur écriture évoque les tatouages des camps de la mort. Le travail d'Anselm Kiefer est également très marqué par la mémoire, l'histoire et la dénonciation de l'horreur de la Shoah.
Maison de la Voie lactée

Aperiatur terra - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Aperiatur terra kiefer
Aperiatur terra kiefer © PP-MAP
Cette maison abrite trois immenses tableaux, faisant apparaître des couleurs, dans des champs rappelant ceux de Van Gogh. Les lignes de fuite permettent d'interpeller le regard de n'importe quel point de la pièce où l'on se place. La matière y est très présente. Au mur resté blanc, ce vers biblique d'Isaïe : "Que la terre s'ouvre".
Aperiatur terra - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Voyage au bout de la nuit

Voyage au bout de la nuit kiefer
Voyage au bout de la nuit kiefer © PP-MAP
La mer agitée, des bateaux renversés... Le voyage n'en finit pas d'empirer. En hommage au roman de Louis-Ferdinand Céline, cette maison présente deux murs entiers de cette traversée.
Voyage au bout de la nuit

Détail - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

détail voyage au bout de la nuit
détail voyage au bout de la nuit © PP-MAP
La rouille est une matière du tableau à part entière.
Détail - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Sternenfall - Chute d'étoiles

Sternenfall - Chute d'étoiles kiefer
Sternenfall - Chute d'étoiles kiefer © PP-MAP
Dans cette maison, une bibliothèque monumentale, faite de livres de plomb et de plaques de verre qui tombent par intermittence.
Sternenfall - Chute d'étoiles

Dimanche des rameaux

dimanche des rameaux kiefer
dimanche des rameaux kiefer © PP-MAP
Un gigantesque herbier magnifique fait de feuilles de palmier contraste avec un palmier géant trempé dans le plâtre, mort.
Dimanche des rameaux

Détail - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

palmiers détail kiefer
palmiers détail kiefer © PP-MAP
Comme pour les fougères, les traces du temps donnent toute leur force aux tableaux.
Détail - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Sonnenschiff - bateau soleil

Sonnenschiff - bateau soleil
Sonnenschiff - bateau soleil © PP-MAP
Une installation imposante : une tour qui défie l'équilibre plantée de tournesols.
Sonnenschiff - bateau soleil

Espoir accidenté - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Espoir accidenté kiefer
Espoir accidenté kiefer © PP-MAP
Un paysage de ruines, de désespoir avec des livres de plomb disséminés. Une évocation de la censure ?
Espoir accidenté - Les "maisons" d'art d'Anselm Kiefer

Détail : un livre de plomb

détail livre de plomb
détail livre de plomb © PP-MAP
Les livres ont une grande importance pour l'artiste.
Détail : un livre de plomb

Sternenfall-chute d'étoiles

Sternenfall - Chute d'étoiles facade grand palais
Sternenfall - Chute d'étoiles facade grand palais © PP-MAP
Sans oublier la tour imposante de près de 17 mètres qui s'élève sous la voûte du Grand Palais et qui donne son nom à l'exposition. A découvrir jusqu'au 8 juillet.
Sternenfall-chute d'étoiles
Nous vous recommandons

Habilement transformé, cet ancien couvent où le charme et l'élégance des vieilles pierres se marient parfaitement au confort moderne.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic