L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Un "bloc escalier" pour chauffer une maison bio

le 1 juillet 2010
La "Villa N.", maison particulière conçue par les architectes Ken Mimran et Robert Chazette et construite à Romorantin (41), explore de nouvelles voies dans le bioclimatique et se positionne entre la basse consommation et le passif. Visite.
Réalisée à Romorantin (41), la "Villa N." a été pensée dès les premières esquisses comme une maison compacte et accessible financièrement et ce pour 1.100 euros TTC/m² réels (hors terrain et honoraires) ! "La conception de ce bâtiment ne souhaitait pas une architecture trop contemporaine, afin de conserver les caractéristiques régionales, tout en proposant un bilan écologique aussi satisfaisant que les modèles du label passif et BBC dont la tendance est de simplifier leurs typologies en ignorant le patrimoine local", explique Ken Mimran, architecte et concepteur de cette maison.

Un concept inédit

L'idée majeure et novatrice de ce projet était de valoriser les énergies produites, dont les calories normalement perdues sont récupérées naturellement dans le projet.
Ainsi, plutôt que de considérer le local technique comme une "zone tampon", l'architecte l'utilise pour le transformer en une réserve de chaleur centralisée. C'est-à-dire qu'il associe à ce local technique un escalier massif. Ce dernier, redistribue, grâce à son inertie importante, les calories emmagasinées dans la journée et à toutes les pièces de la maison durant la nuit. L'espace de vie a donc été développé autour de ce noyau central qui est entouré, d'une part par le local technique, et d'autre part par la cheminée. "L'ensemble créant une véritable colonne vertébrale", précise Ken Mimran, ajoutant que c'est cette configuration qui concentre toute l'originalité de la démarche bioclimatique, car la maison est ainsi équipée d'un noyau d'énergie qui devient alors l'âtre du foyer.

"Un bloc central véritable usine à calories"

L'escalier proposé par l'architecte est un monolithe de béton. Celui-ci joue le rôle de supraconducteur pour la chaleur reçue de l'exposition du salon au sud et emmagasinée en partie par l'inertie de la dalle de sol qui transmet ses calories au noyau, mais aussi pour la chaleur générée par les installations présentes dans le local technique (VMC, pompe à chaleur, ballon d'eau chaude solaire, nourrices ECS et ECC).
Ce bloc central se révèle ainsi être une véritable "usine à calories", souligne l'architecte, où la moindre source de chaleur est exploité pour se substituer aux besoins initiaux de chauffage, et formant l'essentiel de la nouveauté du principe bioclimatique appliqué dans cette maison.
L'implantation du projet s'est ensuite faite traditionnellement, c'est-à-dire avec la pièce de vie (chaude) au sud, bénéficiant d'une casquette pour limiter le trop plein de lumière estivale de sud-ouest, les pièces tièdes en pourtour du bâtiment pour conserver les bénéfices des apports solaires directs et les zones tampons (froides) au nord, telles que les garages et l'entrée, afin de limiter les déperditions, et enfin un espace tampon en partie haute des combles.
Enfin, une pergola, suspendue aux deux piliers de soutènement, complète la casquette présente au sud-ouest, le tout permettant d'occulter les rayons solaires de l'été dont les apports calorifiques seraient trop importants. Un système similaire sera réalisé ultérieurement au sud lors de la construction de la terrasse afin de ventiler le coin repas extérieur.

FICHE TECHNIQUE DU CHANTIER

Maître d'ouvrage : NC
Maitre d'œuvre : Ken Mimran et Robert Chazette (Architectes DPLG DSUR)
Entreprises
Blanchet : Maçonnerie VRD
Bouchart : Charpente/Couverture
Fournier : Menuiseries
D.R.B : Isolation et Placo
Romo Energies : Electricité, VMC, Chauffage...
Maridet : Carrelage
Sologne Ravalement : Enduits et ravalement
Lacour : Peinture
Surface SHON : 235.55 m²
Durée du chantier : 9 mois
Date de livraison : Mi-juillet 2010
Budget : NC
Un "bloc escalier" pour chauffer une maison bio

Début du chantier en octobre 2009

Début du chantier en octobre 2009 - maison bio climatique
Début du chantier en octobre 2009 - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Mise en place des soubassements.
Début du chantier en octobre 2009

Vue des armatures d'acier

Vue des armatures d'acier - maison bio climatique
Vue des armatures d'acier - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Début du chantier, l'emplacement de l'escalier central sur vide sanitaire isolé, avant mise en place des rupteurs thermiques.
Vue des armatures d'acier

L'escalier proposé par l'architecte est un monolithe de béton

L'escalier proposé par l'architecte est un monolithe de béton - maison bio climatique
L'escalier proposé par l'architecte est un monolithe de béton - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Au bloc central, sera adossée une cheminée qui viendra renforcer le rôle du bloc calorifique rayonnant intégré entre deux sources de chaleur utilisées en journée essentiellement.
L'escalier proposé par l'architecte est un monolithe de béton

Vue de la façade nord-est

Vue de la façade nord-est - maison bio climatique
Vue de la façade nord-est - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Vue du bardage en ardoise.
Vue de la façade nord-est

Vue de la façade sud et ouest

Vue de la façade sud et ouest - maison bio climatique
Vue de la façade sud et ouest - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Ici, la "casquette" protège l'ouest de la maison.
Vue de la façade sud et ouest

Mise en place d'une casquette pour limiter le trop plein de lumière estivale

Mise en place d'une casquette pour limiter le trop plein de lumière estivale  - maison bio climatique
Mise en place d'une casquette pour limiter le trop plein de lumière estivale - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
La casquette projette son ombre à l'étage afin de protéger celui-ci du soleil.
Mise en place d'une casquette pour limiter le trop plein de lumière estivale

Vers la fin du chantier

Vers la fin du chantier - maison bio climatique
Vers la fin du chantier - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Le chantier en phase d'achèvement et ombre projetée par la casquette.
Vers la fin du chantier

Ombre portée sur une façade

Ombre portée sur une façade - maison bio climatique
Ombre portée sur une façade - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Ombre portée en mouvement pour refroidir le mur sans ôter de lumière entrante.
Ombre portée sur une façade

façade Est - Un "bloc escalier" pour chauffer une maison bio

façade Est - maison bio climatique
façade Est - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Vue de la façade Est avec peu de lumiere donc peu d'ouvertures.
façade Est - Un "bloc escalier" pour chauffer une maison bio

Le puits canadien devant la façade nord ouest

Le puits canadien devant la façade nord ouest - maison bio climatique
Le puits canadien devant la façade nord ouest - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
"L'orientation générale de la maison au sud, son système de puits canadien de 50 mètres, une isolation active allant jusqu'à 60 centimètres dans les combles, le soin apporté à limiter les ponts thermiques et un chauffe-eau solaire performant, permettent ensuite de proposer un bilan écologique positif, plaçant la 'Villa N.' dans la liste des éco-constructions qui cherchent à améliorer le bioclimatique et l'esthétique passive en respectant les typologies traditionnelles afin de ne pas dénoter dans le paysage environnant composé de bâti traditionnel."
Le puits canadien devant la façade nord ouest

Pour accéder à l'étage supérieur

Pour accéder à l'étage supérieur - maison bio climatique
Pour accéder à l'étage supérieur - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Vue de l'escalier depuis l'entrée et panoramique.
Pour accéder à l'étage supérieur

Vue du garde-corps à l'étage

Vue du garde-corps à l'étage - maison bio climatique
Vue du garde-corps à l'étage - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Détail du garde-corps de l'escalier et luminosité intérieure.
Vue du garde-corps à l'étage

Vue de l'"usine à calories"

Vue de l'"usine à calories" - maison bio climatique
Vue de l'"usine à calories" - maison bio climatique © K. Mimran et R. Chazette Architectes
Vue de l'escalier avec des tablettes de chêne clair de 3x6 cm.
Vue de l'"usine à calories"
Nous vous recommandons

Cette demeure californienne a retrouvé une nouvelle jeunesse grâce à une transformation pharaonique

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic