L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

La crème des objets "made in France" racontée

Par Augustin Flepp
,
le 27 mars 2014
Les verres Duralex, les bocaux Le Parfait, les arrosoirs Guillouard... Ces objets inventés en France ont marqué des générations de Français grâce à leur fonctionnalité et leur longévité. Une richesse du savoir faire hexagonal racontée dans un ouvrage, Objets estampillés, publié récemment aux éditions de la Martinière.
"Le made in France, en lui-même, ne vient rien dire". Dans une interview à France Info le 10 mars 2014, le journaliste de Canal +, Benjamin Carle, qui a poussé l'expérience à l'extrême en tentant de vivre exclusivement de produits français, raconte à quel point il est aujourd'hui difficile, en terme de pouvoir d'achat, d'imaginer un retour du "made in France".
En effet, les objets de notre quotidien ont pris un sérieux accent asiatique ou américain, portant un coup au passage à des marques françaises emblématiques, pourtant toujours actives et de qualité inégalée, telles que Henriot-Quimper (les bols bretons), Luminarc (le presse-citron) ou Laguiole (les couteaux).
Pourtant, ces objets de cuisine ou de mobilier restent aujourd'hui incontournables chez les Français qui apprécient la qualité du design, la simplicité de l'utilisation et la noblesse des matières.
Pour mettre à l'honneur ces objets reconnus dans le monde entier, un ouvrage, Objets estampillés, réalisé par Véronique Méry et Christine Fleurent, présente une sélection de 100 objets nés et fabriqués en France, accompagnés de commentaires sur leur origine et le succès qu'ils ont rencontré.
"Ce livre ne se veut pas franchouillard, prévient Véronique Méry que nous avons interrogée. Il souhaite simplement reconnaître le savoir-faire industriel et artisanal et rendre hommage aux professionnels qui produisent encore ces produits".
L'auteure s'est d'ailleurs rendue compte que les entreprises étaient intimement fières de maintenir encore aujourd'hui une certaine activité industrielle.

Des objets racontés par des personnalités célèbres

A la découverte de pages biens illustrées et aux photos grand-format, le lecteur sera sans doute repris par des pensées nostalgiques, comme les heures de travail passées sous l'éclairage Jieldé, lampe industrielle par excellence des années 50, ou sa fierté de contempler, pendant son petit-déjeuner, son prénom calligraphié sur son bol breton de chez Henriot-Quimper.
"A sa parution, certains lecteurs étaient surpris de constater que des objets de leur enfance ont été fabriqués en France", ajoute Véronique Méry.
L'ouvrage a privilégié la qualité des visuels sur les commentaires, même si l'on apprend des anecdotes plutôt amusantes. La poêle Tefal, par exemple, est issue d'une canne à pêche et de son produit antiadhésif, le téflon. Les amateurs des verres de cantine Duralex apprendront qu'il était impossible d'avoir plus de 50 ans car il n'existait seulement que 50 moules de fabrication. Les célèbres casseroles en cuivre Mauviel ont, quant à elles, embarqué en 1911 sur un certain Titanic.
Des plus modestes au plus luxueux, les objets sont également racontés par une cinquantaine de personnalités de l'architecture, de la culture, de la cuisine ou de la musique, y apportant un regard intime et passionné sur leur utilité et leur design.
Découvrez en pages suivantes quelques-uns de ces produits cultes et leurs histoires
Un ouvrage sur les objets "made in France"
Un ouvrage sur les objets "made in France" © Edition la Martinière
 Objets Estampillés- Editions de la Martinière
245x340mm
224 pages
45 euros prix éditeur
Auteurs :
Christine Fleurent a commencé sa carrière dans la photographie puis s'est spécialisée dans l'univers de l'art de vivre. Elle a notamment publié pour les éditions de la Martinière, La Grande Histoire des arts de la table.
Styliste et créatrice, Véronique Méry a collaboré avec différents magazines de décoration.
La crème des objets "made in France" racontée

Le bol breton Henriot-Quimper

Le bol breton Henriot-Quimper - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Le bol breton Henriot-Quimper - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
Le bol breton de la maison Henriot-Quimper est inventé par Jean-Baptiste Bousquet en 1690.
Jusqu'au 18e siècle, les peintres et créateurs de toutes la Bretagne vont travailler à la manufacture. Les premières illustrations régionalistes et religieuses, dessinées à main levée apparaissent à la fin du 19e siècle et les prénoms calligraphiés, symboles des bols breton, se développent à partir de 1930.
Le bol breton Henriot-Quimper

La chaise Tolix

La chaise Tolix - Un ouvrage sur les objets "made in France"
La chaise Tolix - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
"Le témoignage d'un design primitif, prototype de la modernité", dixit Brigitte Durieux, auteur d'ouvrage sur les objets cultes du mobilier.
Son fondateur, Xavier Pauchar, eu l'idée de plonger de la tôle métallique dans du zinc en fusion pour la protéger de la corrosion. La première chaise industrielle française, née en 1934, a un procédé de fabrication extrêmement complexe (100 opérations sont nécessaires).
Utilisée sur le paquebot Normandie, la chaise Tolix a obtenu une belle récompense quelques années plus tard en intégrant le centre Georges Pompidou à Paris.
La chaise Tolix

Les verres Duralex

Les verres Duralex - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Les verres Duralex - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
A la cantine en primaire, les verres Duralex ont marqué des générations de bambins. Et cette question inoubliable, "Et toi tu as quel âge ?"
Au fond de chaque verre était inscrit un numéro qui correspondait au numéro du moule de fabrication. Pour le côté amusant de l'histoire, l'auteur raconte qu'il était impossible d'avoir plus de 50 ans car les moules de fabrication étaient au nombre de 50.
Le nom Duralex provient de l'expression latine Dura lec, sed lex "la loi est dure mais c'est la loi". Une appellation qui veut mettre en valeur la robustesse du verre.
Les verres Duralex

Le couteau Laguiole

Le couteau Laguiole - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Le couteau Laguiole - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
Le couteau régional le plus fabriqué en France. Depuis son origine (1829), les couteaux issus de la forge Laguiole ont connu de nombreuses évolutions de formes et de dessins. Avant l'apparition de la célèbre abeille en 1908, les couteaux pouvaient être ornés de trèfles ou de fleurs. Ils sont aujourd'hui toujours réalisés à la main et avec des matériaux nobles comme le bois exotique ou l'ivoire utilisés pour le manche. Parmi leur dernier-né, le couteau réalisé avec Christian Ghien.
Le couteau Laguiole

Le bocal Le Parfait

Le bocal Le Parfait - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Le bocal Le Parfait - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
Né à Reims aux Verreries Mécanique Champenoises en 1930, les bocaux Le Parfait sont devenus incontournables des amateurs de conservation de confitures ou de plats en sauce.
Ils ont surtout été grandement appréciés par les ménages à une époque où les réfrigérateurs n'existaient pas. Aujourd'hui, l'usine s'est délocalisée dans le Puy-de-Dôme à Puy Guillaume, mais la fabrication n'a pas changé.
Le verre et le joint de caoutchouc orange compose encore ce bocal devenu, sans doute, l'un des précurseurs du plus contemporain, Tupperware.
Le bocal Le Parfait

Le poêle Godin

Le poêle Godin   - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Le poêle Godin - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
Jean-Baptiste André Godin, l'inventeur du Godin en 1840, était déjà optimiste. "L'histoire enregistra nos succès", disait-il lors de la création. Et il ne s'est pas trompé. Ce poêle utilise l'une des matières les plus conductrices de la chaleur, la fonte qui la supporte et la diffuse rapidement dans les pièces de la maison. Le succès est foudroyant et le poêle appelé "Godin" s'invite chez des milliers de Français qui l'apprécient également comme un objet de décoration à part entière.
Le poêle Godin

Le moulin à poivre Peugeot

 Le moulin à poivre Peugeot - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Le moulin à poivre Peugeot - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
L'origine de ce célèbre moulin à poivre revient aux frères Peugeot de la marque automobile. Au début du XIXe siècle, les deux frères héritent d'un moulin dans le Doubs qu'ils vont transformer en fonderie d'acier pour la fabrication de rubans fins et de ressorts.
En 1874, le moulin à poivre apparaît en porcelaine blanche, au départ, puis se décline ensuite en métal argenté et en bois.
Aujourd'hui, si son nom d'antan "Z" a été remplacé par "Bistro", il reste l'un des objets discrets mais indispensables de la cuisine.
Le moulin à poivre Peugeot

La lampe Jieldé

La lampe Jieldé - Un ouvrage sur les objets "made in France"
La lampe Jieldé - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
Depuis sa commercialisation en 1952, des générations d'étudiants et de professionnels ont travaillé sous l'éclairage studieux de cette lampe industrielle de son concepteur Jean-Louis Domecq. Au début des années 50, ce mécanicien souhaitait trouver un éclairage adapté à son travail. Reprenant les initiales (phonétiquement) de son nom, Jean-Louis Domecq réalise une lampe constituée d'acier et de fonte d'aluminium ainsi que quatre éléments (bloc, réflecteur, interrupteur, socle et bras).
La lampe Jieldé

Le papier peint Zuber

Le papier peint Zuber  - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Le papier peint Zuber - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
L'exemple d'un "made in France" reconnu outre-Atlantique. La femme de JFK, Jacky Kennedy, a appliqué sur les murs de la maison Blanche, Les Vues d'Amérique, un papier peint panoramique réalisé par la marque alsacienne Zuber. La manufacture du Haut-Rhin se crée à la fin du XVIIIe siècle, une époque marquée par l'engouement du papier peint "paysage" et aux dessins propices au rêve et au voyage. L'entreprise utilise encore le même procédé d'impression à la planche et des outils d'origine
Le papier peint Zuber

Le presse-citron Luminarc

Le presse-citron Luminarc - Un ouvrage sur les objets "made in France"
Le presse-citron Luminarc - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
Le presse-citron, l'autre objet de la cuisine qui passerait presque inaperçu. Les millions de cuisiniers, l'utilisant dans leur recette à base de citron, n'imaginent sans doute pas qu'il est issu d'une longue tradition française.
Né dans une verrerie à Arques en 1825, le presse-citron change de nom de marque en 1948 pour s'appeler Luminarc, contraction de lumière et de Arques.
L'objet connaît un essor considérable dans les années 50 grâce à son verre moulé qui facilite la presse du citron. Les plus grands chefs pâtissiers l'utilisent dans leur recette à l'instar de Pierre Hermé qui avoue son adoration dans un commentaire dans l'ouvrage :"Le presse-citron est un objet incontournable et indispensable en pâtisserie".
Le presse-citron Luminarc

L'arrosoir Guillouard

L'arrosoir Guillouard - Un ouvrage sur les objets "made in France"
L'arrosoir Guillouard - Un ouvrage sur les objets "made in France" © Christine Fleurent
Un modèle de longévité. L'arrosoir, implanté depuis 1911 à Nantes, reste l'un des rares produits du jardin constitué d'acier étamé et galvanisé à chaud. Grâce à son longue durée de vie (30 ans), il s'est transmis de génération en génération au gré des intempéries.
L'arrosoir Guillouard
Nous vous recommandons

Transformée du sol au plafond, cette petite maison bretonne a complètement changé de visage. Modernisée, agrandie par deux extensions et entièrement repensée, elle affiche désormais un profil contemporain, où ses propriétaires profitent d'une vue dégagée sur la mer

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic