L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Les accidents d'ascenseurs ont chuté de 50% en cinq ans

le 4 avril 2012
Les ascenseurs
Les ascenseurs © G.N. Batiactu
Pas de doute pour la Fédération des ascenseurs, le recul des accidents d'ascenseurs depuis cinq ans est à attribuer à la loi de modernisation des ascenseurs. A combien s'élèvent les dépenses des travaux ? Quels sont les efforts encore à fournir ? Réponses.
On a tendance à l'oublier mais l'ascenseur est le moyen de transport le plus utilisé en France, avec 100 millions de trajets par jour. Toutefois, son existence nous revient à l'esprit lors de pannes, de cas d'arrêt de plusieurs heures ou pire d'accidents.
C'est d'ailleurs pour limiter et éradiquer toutes sortes de problèmes qu'en juillet 2002, Gilles de Robien, alors ministre de l'Equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer, annonce une nouvelle loi pour la mise en sécurité des ascenseurs existants en France (SAE). Il est prévu que la réalisation des travaux de sécurité correspondant aux «mesures techniques» se déroule sur une durée de 15 ans avec 3 échéances spécifiques : initialement en juillet 2008 et reporté à fin décembre 2010 (pour les travaux les plus urgents) ; juillet 2013 *; juillet 2018.
Selon la Fédération des ascenseurs, les travaux de mise en sécurité représentent 58% d'avancement global sur 7 années effectives. A fin 2011, 92 % des travaux de la première échéance ont été réalisés, 52% des travaux de la 2ème tranche et 18,5% de la 3ème échéance. En chiffres, il reste 26.500 équipements à sécuriser pour la première tranche, 140.000 pour la deuxième tranche, et près de 200.000 pour la troisième.

Des efforts encore à fournir

Côté budget, quelque 4,9 milliards d'euros ont été dépensés entre 2003 et 2011 : 2,6 milliards résultant directement de la loi SAE (mise en sécurité des ascenseurs existants) et 2,3 milliards correspondant à des travaux de "modernisation du parc".
Toutefois, la Fédération des ascenseurs tient à attirer l'attention sur la situation actuelle car "depuis 6 mois, la profession enregistre un ralentissement très net et préoccupant des commandes pour la suite des travaux de la loi SAE, à 16 mois de l'échéance de la 2ème tranche de travaux prévue en juillet 2013".

Des accidents en recul de 50% en 5 ans

Si la fédération tient à mobiliser sur les travaux restant encore à faire, elle note des améliorations notamment en termes d'accidents avec des diminutions enregistrées ces dernières années. Ainsi, les accidents graves et mortels d'usagers entre 2000 et 2006 atteignaient le chiffre de 35 alors qu'entre 2006 et 2011, ils s'établissaient à seulement 11. Globalement, de 2006 à 2011, on observe une baisse de 50% du nombre d'accidents (usagers ou techniciens). Selon la Fédération, ces chiffres correspondraient à l'impact positif de la loi. Aujourd'hui, la grande majorité des accidents est liée à 3 causes principales : les chutes dues à un défaut de précision d'arrêt (41%), les chocs lors de la fermeture des portes de la cabine (27%), les arrêts brusques en cabine (12%).
* Prochaine grande étape : les travaux de la 2ème tranche (2013)
Les travaux de la 2ème tranche (2013) portent sur : le contrôle de l'arrêt et du maintien de la cabine à niveau du palier pour les appareils installés avant janvier 1983 - un système de téléalarme pour l'assistance aux personnes bloquées - une résistance mécanique suffisante des vitrages de portes palières - un système de prévention des risques de dérive et/ou d'excès de vitesse pour les ascenseurs hydrauliques - des dispositifs de protection des techniciens contre les accidents causés par les poulies - un éclairage suffisant du local de machine.
Source : Fédération des ascenseurs
Les accidents d'ascenseurs ont chuté de 50% en cinq ans
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic