L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Filtration piscine : comparatif des différents systèmes

Par
,
Mis à jour le 21 juin 2017
Pour éliminer efficacement les impuretés et rejeter une eau claire pour sa piscine, il existe différents systèmes de filtration écologiques, faciles d'entretien ou parfaitement autonomes. Média-filtrant, filtration à poche ou à cartouche, les filtres de piscine possèdent tous des caractéristiques adaptées au besoin de chaque utilisateur.
Chaque année, des milliers de Français investissent dans des piscines enterrées ou hors-sol à la recherche de détente et surtout d'une eau de qualité.
Pour éliminer les bactéries et les impuretés tels les grains de terre, feuilles ou algues, chaque piscine doit se doter d'un système de recyclage de l'eau. Et l'un d'entre eux est particulièrement indispensable, le système de filtration.
Comment ça marche ?
Après avoir été récupérée par les skimmers, bouches d'aspiration situées sur le côté des piscines, l'eau est aspirée grâce à la pompe vers le système de filtration, chargé d'éliminer les impuretés. A l'intérieur, le filtre est généralement constitué d'une cuve pouvant servir à différentes méthodes de filtration.
La qualité de la filtration de l'eau dépend donc du choix du type de filtrations et des filtres. Car les différents modèles ne possèdent pas tous la même finesse de filtration, c'est-à-dire la capacité à éliminer les saletés les plus infimes.

Le filtre à diatomée

A conseiller aux baigneurs exigeants en matière de qualité de l'eau. A l'intérieur de l'appareil à filtration, le filtre est rempli de diatomées, des micro-organismes aquatiques d'une grande finesse de filtration (entre 2 à 5 microns).
C'est l'une des filtrations les plus performantes du marché. Le recours à cette petite algue permet de limiter l'utilisation de produits de traitement.
Combien ça coûte ?
En revanche, les filtres à diatomée sont plus onéreux (600 à 1.000 €) et demandent un entretien assez contraignant. Lors de son nettoyage, il faut installer un bac séparateur pour filtrer l'eau et éviter de rejeter la diatomée dans la nature.

Le filtre à sable

C'est le système de filtration le plus utilisé dans les piscines. Son principe : l'eau pompée traverse un lit de sable qui retient les particules en suspension.
Peu onéreux, sa finesse de filtration est moins importante (de 20 à 50 microns) mais il est possible d'améliorer sa performance en y ajoutant des floculants ou d'autres médias filtrants tels la zéolite ou le verre pilé. Ces derniers vont augmenter temporairement la performance de filtration. Cette solution est à envisager lorsque l'eau de la piscine commence à devenir trouble ou en cas de forte chaleur.
Côté entretien, le système bénéficie d'un contre-lavage automatique. Lorsque le sable est encrassé, un système automatique déclenche un nettoyage à l'eau qui est ensuite évacuée dans les égouts.
Combien ça coûte ?
Entre 100 et 400 €.

Le filtre à zéolite

Si vous souhaitez passer du sable au zéolite, vous ne serez pas obligé de changer d'appareil à filtration. En effet, les filtres à zéolite fonctionnent sur le même principe que les filtres à sable.
Lorsque l'eau est aspirée dans le haut de la cuve, elle est ensuite dispersée sur la totalité du zéolite, un minerai naturel. Ce cristal possède la caractéristique de résister à l'eau de toute nature (eau dure, eau calcaire) et sa finesse de filtration est équivalente à celle d'un filtre à diatomées.
Combien ça coûte ?
Si le prix du filtre est le même que pour une filtration au sable, le media filtrant (la zéolite) est environ trois fois plus cher.

Le filtre à verre recyclé

Le verre recyclé est utilisé chez tout type de système de filtration fonctionnant avec du sable. La finesse de filtration s'obtient en fonction du diamètre des verres recyclés qui est équivalente à 5 microns.
Son autre atout concerne sa forte capacité à éliminer les impuretés qui réduisent l'efficacité du filtre. Sur un média filtrant ordinaire, les bactéries se fixent et déposent une substance gluante appelée le biofilm. Ce dernier est alors responsable de l'accumulation du sable et de la zéolite. Le verre recyclé est chargé négativement et positivement pour lutter contre le développement d'un biofilm et évitent ainsi l'encrassement du filtre.
Par ailleurs, ce filtrant est doté d'une forte capacité de contre-lavage, c'est-à-dire le temps nécessaire pour se débarrasser des particules captées.
Combien ça coûte ?
Le prix de ce media filtrant se situe entre celui du sable et celui de la zéolite.

Le filtre à cartouche

Ces filtres sont parfaitement adaptés aux piscines de petite dimension. Les cartouches sont constituées d'une matière synthétique ou végétale qui va capter les impuretés de l'eau.
Il existe différentes façon d'assembler le filtre à cartouche dans le processus de filtration : soit en le plaçant avant la pompe et après le skimmer, soit en le plaçant après la pompe. Son installation est facilitée car il ne demande pas de raccordement au tout à l'égout.
Côté entretien, les filtres à cartouche sont écologiques. En effet, il n'utilise pas un système de contre-lavage rejetant l'eau chlorée de la piscine dans le tout à l'égout. Un petit témoin indique à l'utilisateur l'encrassement de la cartouche qu'il pourra ensuite nettoyer avec un simple jet d'eau. Pour réduire sa fréquence de nettoyage, il est conseillé d'utiliser un filtre surdimensionné au volume de son bassin.
De plus, l'appareil ne prend très peu de place, un sérieux avantage pour les emplacements étroits de certains bassins. Enfin, il dispose d'une assez bonne finesse de filtration (10 à 20 microns).
Combien ça coûte ?
150 à 600 € pour le système, environ 20 à 40 € pour la cartouche.

La poche filtrante

La poche filtrante fonctionne sur le principe de la microfiltration. L'eau est lavée de ses impuretés grâce aux pores très fins de la poche filtrante. Ces sacs en polyester ont la capacité de filtrer une grande quantité d'eau. Il existe différentes dimensions adaptées à la quantité d'eau que l'on souhaite nettoyer. Les plus grandes poches du marché sont capables de recycler près de 500 m3/h d'eau !
Situées entre le skimmer et la pompe, les filtres à poche sont le moyen de filtration le plus simple et le moins coûteux. Sa finesse de filtration peut varier entre 20 microns pour une eau douce et 50 microns pour une eau dure calcaire.
"Elles ne nécessitent pas d'évacuation à l'égout car ces petites chaussettes peuvent se nettoyer à la main ou en machine à laver", explique Joëlle Pulinx, secrétaire adjointe de la fédération des professionnels de la piscine (FPP).
Combien ça coûte ?
Moins de 70 € en fonction du modèle.

Le système de traitement aux ultra-violets

Utiliser les ultra-violets du soleil pour purifier l'eau. Cet autre système alternatif et écologique s'appuie sur le rayonnement UV pour désinfecter et purifier naturellement l'eau grâce à la combinaison des rayons solaires et de l'ozone.
Cet appareil sera privilégié chez les baigneurs sensibles aux effets du chlore. Il est capable de détruire les chloramines (germes, algues) qui se développent lors de contact entre le chlore et les substances organiques comme l'urine ou la transpiration responsables d'allergies et d'irritation de la peau.
Combien ça coûte ?
Entre 300 et plus de 1.000 €.
Filtration piscine : comparatif des différents systèmes
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic