L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Humidité, termites, fissures : comment les faire disparaître ?

Par
,
le
Comme un corps humain, la structure de la maison peut souffrir de nombreux maux : l'humidité, en tête, mais aussi les insectes xylophages, les champignons, les effritements et les déformations en tout genre. Comment diagnostiquer le problème, et surtout comment y remédier ? Maison à part fait le tour de la question.
Découvrez les différents problèmes qui peuvent toucher la structure de votre habitation, les astuces pour les diagnostiquer et la marche à suivre pour soigner votre maison, en pages suivantes.
Humidité, termites, fissures : comment les faire disparaître ?

Termites et autres xylophages

Diagnostic termites état parasitaire
Diagnostic termites état parasitaire © MC
Le cauchemar du bois, l'ennemi ultime de la cellulose, c'est le xylophage (littéralement, le "mangeur de bois"). A la tête de ces nuisibles, le termite bien sûr, qui dévorerait près de 40.000 maisons chaque année, mais aussi des espèces dont seules les larves attaquent le bois, comme le capricorne, la vrillette et le sirex.
Les symptômes : Les xylophages mangent la cellulose présente dans le bois et ses dérivés, comme le carton, le papier, etc. Ils creusent des galeries qui fragilisent le matériau. Lorsque vous apercevez des trous en surface du bois, les larves sont déjà sorties et laissent derrière elles un réseau parfois très étendu ! Du sol à la charpente, il faudra tout vérifier : plinthes, huisseries, papier, murs...
Seul un professionnel du diagnostic peut confirmer la présence de termites, mais il existe des kits de détection électronique. N'oubliez pas que vous avez l'obligation de déclarer auprès de votre mairie la présence de termites dans votre habitation, que vous soyez locataire ou propriétaire.
Les risques : On ne plaisante pas avec les xylophages ! "Leur activité peut affecter la qualité d'usage des bâtiments mais aussi causer des désordres importants dans leur structure même. Dans les cas les plus extrêmes, elle peut conduire à leur effondrement" explique le Ministère du développement durable. A l'heure actuelle, 51 départements, en particulier dans le Sud-Ouest et en Corse, sont entièrement ou partiellement infestés par les termites.
Les remèdes : Lorsque le diagnostic est posé, le professionnel est le plus à même de traiter le bois en profondeur et sur l'ensemble de la construction. Deux sortes de traitement sont possibles : un traitement chimique, en pulvérisant directement dans les murs des produits dédiés, et un non chimiques par appât, qui consiste à empoisonner quelques xylophages, qui contamineront ainsi toute la colonie.
En revanche, de nombreux produits préventifs existent. Des incontournables si votre maison présente de nombreuses structures en bois.
En pages suivantes, découvrez les risques liés à l'humidité et au développement des mérules, et comment s'en débarrasser.
Termites et autres xylophages

Humidité

humidité
humidité © CG-Batiactu
Dégâts des eaux, infiltrations ou remontées par le sol, l'humidité est l'une des nuisances majeures du bâtiment. "Elle dégrade le bâti, diminue l'efficacité de l'isolation, donne une impression d'inconfort, altère la qualité de l'air en favorisant l'apparition des moisissures qui libèrent des allergènes nuisibles à notre santé : bref, l'humidité dans la maison est une calamité" explique l'Ademe.
Les symptômes : Un papier peint qui se décolle, du carrelage qui craquèle, une décoloration des murs, un effritement du plâtre sont les tout premiers symptômes d'un problème d'humidité. Une odeur de moisi persistante, ou l'apparition de moisissures en sont d'autres plus évidents !
Les risques : Selon une étude de l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, 40% des logements en France sont contaminés par l'humidité et les moisissures. Une humidité excessive est dangereuse pour vous comme pour votre maison. Le développement de moisissures entraîne un risque allergène et toxique pour les membres de la famille. L'humidité fragilise la structure de l'habitation, mais peut également causer l'apparition de mérules, un champignon qui s'attaque aux boiseries (voir page suivante).
Les remèdes : Mieux vaut prévenir que guérir : aérez convenablement votre maison, à défaut d'installer un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC), et surveillez régulièrement l'étanchéité de la toiture. Nettoyez les moisissures avec une éponge imbibée d'eau de Javel.
Mais lorsque le bâti est touché, faites appel à un professionnel, qui pourra avant tout définir la cause de l'humidité, et vous conseiller sur les travaux à entreprendre pour réparer les dégâts - et, surtout, limiter leur aggravation. Vous pourrez ensuite renforcer l'isolation de la maison pour vous prémunir contre l'humidité.
En page suivante, découvrez comment soignez votre maison contre les mérules.
Humidité

Mérules et champignons

Mérules et champignons - Appartement infesté mérules
Mérules et champignons - Appartement infesté mérules © DR
Qui dit humidité dit moisissures et champignons. Parmi ceux-ci, les mérules sont l'espèce la plus virulente et la plus dangereuse pour les habitations. Et pour cause : elles peuvent se développer avec beaucoup moins d'eau que les autres champignons. Leur présence a été identifiée dans une cinquantaine de départements en France.
Les symptômes : La mérule est vicieuse et discrète, mais laisse tout de même quelques traces. "En général, on voit apparaître des plaques duveteuses blanches ou orangées semblables à des traces de moisissures, explique Isabelle Le Bayon, responsable mycologique à l'institut technologique FCBA. Dans certains cas, on peut également voir les parquets et les plinthes gondoler et sentir dans les lieux infestés une forte odeur de champignon".
Les risques : "Les mérules se développent derrière les plinthes et sous les revêtements, où ils dégradent entièrement les bois humides, à l'abri des regards" explique l'Anah. Le bois affaibli risque de ne plus pouvoir supporter les charges, et les sols et les murs peuvent finir par s'effondrer.
Les remèdes : Une maison bien entretenue, bien ventilée et exempte de problèmes d'humidité ne se verra pas infestée de mérules. Si c'est déjà trop tard pour votre habitation, faites appel à un diagnostiqueur. Il déterminera quels champignons sont à l'origine des dégâts, puis vous dirigera vers un spécialiste. L'humidité devra être le premier facteur à éliminer dans la lutte contre les mérules ; ensuite, seulement, les traitements fongicides et les travaux de réparation pourront avoir lieu.
Autre conséquence de l'humidité, le salpêtre. Découvrez comment s'en débarrasser en page suivante.
Mérules et champignons

Salpêtre

traitement anti salpêtre
traitement anti salpêtre © dIP-étanch
Une autre conséquence désastreuse de l'humidité est le développement du salpêtre, ou nitrate de potassium. Ce résidu, émis par des bactéries, cristallise sur les murs des maisons, suite à une remontée d'humidité par capillarité, en particulier dans certaines régions où l'eau présente une forte teneur en nitrates.
Les symptômes : Des traces blanchâtres et poudreuses sur la surface d'un mur ? Cela peut être du salpêtre. Cette cristallisation, qui peut apparaître comme du gel, abîme souvent le revêtement ou la surface du mur.
Les risques : Ses effets peuvent être dévastateurs : effritement du support, cassure, éclatement de la surface ou boursouflures. Il apparaît très difficile de se débarrasser du salpêtre une fois qu'il a envahi la maison...
Les remèdes : Si sa présence est avérée, il est possible de le traiter avec un produit spécifique prêt à l'emploi, qui crée un véritable rempart imperméabilisant pour empêcher les remontées de salpêtre et détruire les agents responsables de sa formation. Un assèchement du mur reste indispensable pour éviter que le problème ne réapparaisse. Après, seulement, vous pourrez poser un nouveau revêtement mural.
En pages suivantes, découvrez les risques liés aux fissures et effritements, et comment les réparer.
Salpêtre

Fissures

fiche pratique larousse fissure
fiche pratique larousse fissure © MAP
Comme des rides sur le visage de votre maison, les fissures sont souvent la marque du temps. Les mouvements du sol, naturels ou non, les travaux, l'humidité, les racines des arbres ou des erreurs dans la mise en œuvre peuvent ouvrir des brèches dans les murs en béton. Notez cependant que le béton est naturellement sujet au retrait, et peut donc se fissurer.
Les symptômes : Microfissure, lézarde ou brèche, la fissure se voit, par définition. Mais il convient surtout de surveiller son évolution : si la fissure s'élargit, même très lentement, n'attendez plus pour faire appel à un expert, qui pourra préciser le diagnostic et définir le danger.
Les risques : Les brèches sur les murs extérieurs peuvent créer des infiltrations d'eau. Si la craquelure semble ne toucher que la partie affleurant le mur, elle cache peut-être un dégât plus profond. Dans le cas d'une fissure qui évolue rapidement, le risque d'effondrement est réel.
Les remèdes : Le pansement dépend du nombre et de la taille de la blessure ! Sur les murs intérieurs, une petite fissure qui n'évolue plus peut être comblée à l'aide d'enduits prêts à l'emploi, souvent à base de gel de cellulose. Pour les brèches plus grandes, qui ont tendance à réapparaître, des produits de colmatage spéciaux existent. Vous pouvez aussi renforcer le rebouchage par une bande de calicot. Quant aux fissures sur l'extérieur, plus inquiétantes, elles doivent être auscultées par un expert, qui déterminera et éliminera (si possible) leur cause.
En page suivante, zoom sur l'effritement.
Fissures

Effritement

soigner sa maison
soigner sa maison © Sika Mur
Simple usure ou problème plus grave et plus profond ? L'effritement superficiel d'un mur est chose courante. Mais boucher les trous n'est pas toujours suffisant.
Les symptômes : Un trou plus ou moins large et profond se forme dans votre mur, et le béton s'effrite sous l'action d'une vis, voire de vos doigts. Parfois, un simple affleurement suffit à éliminer une couche de matière sur le mur !
Les risques : L'effritement est souvent la partie visible de l'iceberg, et cache un problème d'infiltration ou d'humidité. Mais il est aussi courant dans les très vieilles constructions et dans les caves. Si les dégâts sont étendus, l'humidité peut s'infiltrer encore plus et le mur sera fragilisé.
Les remèdes : Si le trou a été causé par une vis ou un clou, rebouchez-le avec un enduit spécial prêt à l'emploi ou à mélanger, en fonction de la taille du trou. L'intervention d'un professionnel est en revanche indispensable si la partie touchée dépasse 20 cm de long, ou si l'effritement laisse apparaître les pierres, afin de vérifier l'état du mur et de trouver la cause de l'effritement. Ensuite, la pose d'un enduit à la chaux est envisageable.
En page suivante, observez les déformations de votre maison et remédiez-y !
Effritement

Tassement et déformations

Comme pour les fissures, les déformations du bâti sont souvent dues à des mouvements du sol. Pour les immeubles très anciens, on pourrait même parler de "vieillissement naturel" ! Les effets sont d'ailleurs visibles à l'œil nu dans les rues les plus anciennes des grandes villes.
Les symptômes : L'outil qui détecte le plus facilement les déformations est le niveau, bien sûr. Il vous indiquera immédiatement que le mur est bombé, les poutres tordues, le plancher en pente, etc.
Les risques : Tout dépend de la vitesse à laquelle les éléments se déforment. Dans une très vieille bâtisse, il est normal que le sol ne soit pas parfaitement horizontal, ou que les murs ne soient pas droits. En revanche, si ces changements sont apparus rapidement, ils sont peut-être la manifestation d'un affaissement des fondations... qui peut aboutir à un effondrement.
Les remèdes : Le risque est trop grand et la structure trop complexe pour que vous vous y preniez seuls. Un professionnel qualifié du bâtiment pourra, en revanche, expertiser la maison et vous conseiller sur les travaux à entreprendre.
Tassement et déformations
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic