L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

My food, une serre connectée pour cultiver ses fruits et légumes à distance

Par Anais Mustiere
,
le 24 mars 2017
Les serres connectées Myfood
Les serres connectées Myfood © Myfood
Faire son marché de fruits et légumes sans bouger de chez soi, c'est ce que propose l'entreprise Myfood avec sa gamme de serres connectées. A installer sur sa terrasse ou dans son jardin, ces petits espaces dédiés ont été présentés au grand public lors du dernier salon de l'agriculture. Faciles à monter, à entretenir et à surveiller, ces serres 2.0 révolutionnent le quotidien. Présentation.
"L'autonomie alimentaire chez soi avec une serre connectée", c'est le concept proposé par l'équipe de Myfood, lancé officiellement en 2016. L'équipe de My Food à l'origine de ce projet a présenté ses serres connectées au grand public lors du dernier Salon de l'Agriculture. Comment ça marche ? Myfood propose des solutions clés en main de serres connectées à installer dans le jardin en une journée. "Les serres combinent les techniques les plus durables et efficaces sur une surface réduite : aquaponie et permaculture", explique Mickaël Gandecki, ingénieur pour Myfood. Ces mots un peu mystérieux désignent deux techniques d'agriculture.
L'aquaponie dans les serres Myfood
L'aquaponie dans les serres Myfood © Myfood
 
L'aquaponie permet de créer une synergie entre les végétaux et les poissons. Un bassin installé aux pieds des plantes fournit les nutriments nécessaires aux végétaux par le biais des déjections des poissons. "Tout se passe dans un univers fermé qui utilise 90 % moins d'eau que l'agriculture traditionnelle", précise My food.
La permaculture permet de favoriser le retour de la vie au sol avec des bactéries, verres de terre et des insectes dont la présence va permettre de maintenir un sol productif et en bonne santé. "L'idée est de reproduire ce qui se passe en forêt", ajoute Mickaël Gandecki.

Une communauté de testeurs au service de Myfood

Du grand format, 22 m2 aux plus petits, 3,5m2 pour les consommateurs urbains, la gamme Myfood s'est adaptée aux contraintes d'espace. "La plus petite, 3,5 m2 est adaptée aux citadins ne disposant que d'un très petit espace pour l'installer comme une terrasse ou un balcon", détaille l'ingénieur de chez Myfood. La version classique de la serre est vendue en moyenne 8.000 euros. Il est également possible de rajouter des options comme un poêle à granules ou des panneaux solaires (environ 2.500 euros) afin de réguler la température et de produire de l'électricité.
Depuis la présentation officielle, le concept ne cesse de séduire à travers le monde avec 35 serres connectées déployées. "Tunisie, Belgique, France ou encore la Suisse et l'Espagne, notre communauté de pionniers s'agrandit rapidement. Nous avons reçu plus de 3.000 demandes", raconte, heureux, Mickaël Gandecki. A savoir, pour installer une serre chez soi, il n'est pas nécessaire de faire une demande de permis de construire, les créateurs de Myfood conseillent aux potentiels acheteurs d'aller se renseigner auprès de leur mairie avant de se lancer dans l'expérience.
L'entreprise propose pour le moment aux consommateurs de tester en avant-première les serres afin d'apporter leurs retours d'expérience. "Nous en sommes encore au stade du prototype même si les bases sont posées, nous affinons le concept", explique l'ingénieur. En effet, actuellement, les serres commandées sont livrées et installées chez l'acheteur par les équipes de Myfood. Leur objectif est de développer "un système à la Ikea où le produit sera à monter soi-même", précise l'ingénieur.

La nature à l'ère du numérique

Comme aujourd'hui tout peut se faire à partir de son smartphone ou de sa tablette, Myfood a développé une application pour ses serres. Ouvrir ou fermer les aérations, régler la température, toutes ces manipulations sont gérées par le biais d'un tableau de bord numérique. "Il n'est pas nécessaire de rester collé le nez sur son téléphone pour surveiller la serre. Nous envoyons régulièrement des conseils aux utilisateurs", ajoute l'un des fondateurs de Myfood. Pas besoin non plus d'être un aficionados du jardinage ou du maraîchage, ce matériel a été pensé et développé pour limiter les contraintes. La serre peut vivre seule sans problème. "Si vous partez en vacances 15 jours, il n'y a pas de contraintes, le système s'autorégule", rassure Mickaël Gandecki.
Au-delà du produit en tant que tel, quels sont les avantages d'une serre comme celle de Myfood ? Selon les créateurs, une serre de 22m2 permet de produire en moyenne 200 kilos de légumes par an "cela peut nourrir une famille de quatre personnes", ajoute l'entrepreneur.
A savoir, seuls le blé, l'orge et les pommes de terre sont exclus des cultures possibles avec la serre. Ciboulette, fraises, choux ou encore salade peuvent en revanche être cultivés.
Les cultures verticales possibles
Les cultures verticales possibles © Myfood
 
Les premiers détenteurs du produit sont motivés par cette idée à la fois par son aspect environnemental mais aussi par sa transparence. "Les gens aujourd'hui veulent maîtriser et savoir ce qu'ils mangent", affirme Mickaël Gadencki.
Alors que le printemps pointe le bout de son nez, il est encore temps de se lancer dans l'aventure Myfood et de pourquoi pas, cueillir vos premiers fruits d'ici quelques mois.
My food, une serre connectée pour cultiver ses fruits et légumes à distance
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic