L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

"Des piscines plus petites mais mieux équipées"

Par Céline Chahi
,
le 23 avril 2008
piscines - FPP
piscines - FPP © FPP
Depuis la canicule de 2003, le marché de la piscine connaît en France un incroyable essor. Des bassins plus nombreux mais également plus confortables, mieux équipés et mieux intégrés dans le paysage. Alors que l'heure est bientôt à la baignade, Maison à part dresse le portrait-robot de ces bassins nouvelle génération.
Sortir de chez soi, plonger dans une eau translucide et, après s'être bien rafraîchi, s'allonger au soleil sur un transat en se laissant bercer par les clapotis de l'eau... Voici une scène idyllique devenue presque banale pour 1.346.000 particuliers en France, ceux qui possèdent une piscine ! Pour goûter à ce petit plaisir, les futurs acquéreurs sont désormais prêts à faire un certain nombre de concessions - au niveau de la superficie notamment - pourvu qu'elles n'aient toutefois pas de répercussions sur leur confort : "les piscines sont plus petites, huit mètres par quatre ou neuf mètres par quatre, mais mieux équipées. Elles procurent aux utilisateurs un excellent confort, sans leur imposer trop de servitudes" indique Philippe Bach, président de la Fédération des Professionnels de la Piscine (FPP).

Le bien-être devenu essentiel

Les utilisateurs n'espèrent donc plus seulement pouvoir nager dans leurs piscines, mais également s'y sentir bien. Une quête de bien-être qui passe par l'intégration de spas à l'intérieur ou à côté du bassin, ainsi que par l'ajout d'accessoires qui facilitent l'accessibilité pour les enfants et les personnes âgées comme, par exemple, des escaliers pour remplacer les traditionnelles échelles. A noter également la généralisation d'un certain nombre d'équipements - souvent automatisés - permettant de conserver la chaleur tout en évitant que l'eau ne se salisse : abris de piscines, couvertures ou chauffage qui, permettent du même coup de rallonger la période de baignade. "Avec ces équipements, l'eau des bassins conserve une température agréable, même quand l'air extérieur se rafraîchit" explique Philippe Bach.
Une meilleure intégration dans le paysage
piscines - FPP
piscines - FPP © FPP
 
L'autre évolution notable concerne la manière de concevoir une piscine. Désormais, comme le signale le président de la FPP, la piscine doit en effet se fondre dans son environnement et s'intégrer le plus harmonieusement possible avec le bâti existant : "les professionnels conçoivent des piscines comme des ensemble cohérents, des lieux à vivre, à partager, explique-t-il. Les piscines réussies sont celles qui s'intègrent dans le paysage, créant ainsi un espace de vie supplémentaire particulièrement agréable et convivial". Cela impose de se pencher très tôt sur la question de la végétation et de la décoration aux abords de la piscine, notamment sur le choix des matériaux et de leurs coloris. L'éclairage est également un élément indispensable : sous forme de LED, il peut être intégré à la piscine ou servir à baliser le chemin jusqu'à celle-ci. Reste qu'au niveau de la piscine elle-même, les possibilités sont multiples, à commencer par le liner qui détermine la coloration de l'eau : du jaune pour un univers "lagon", du blanc pour un effet "transparence totale" ou encore du noir... Mais attention, le risque est de ne plus voir où l'on pose le pied !
Une piscine : "jusqu'à + 20% du prix de vente d'un bien immobilier"
Selon la Fédération des Professionnels de la piscine, les maisons implantées sur les côtes méditerranéennes et atlantiques ainsi que dans la région Centre équipées de bassins enterrées "bénéficient d'une valorisation pouvant aller de + 5% à + 20%". Une règle valable également dans les autres régions lorsque la piscine est équipée d'un système de chauffage ou d'une couverture. S'appuyant sur une étude réalisée en 2005 par l'Institut Décryptis, la Fédération souligne qu'aux yeux de certains propriétaires, il est devenu presque "nécessaire" d'invertir dans une piscine. Un investissement rentabilisé à long terme grâce à la plus-value réalisée au moment de la vente de la maison. Avec une piscine, il semblerait en effet que "des maisons moyennes se vendent plus cher" tandis que de "belles maisons sans piscine risquent de se vendre en dessous du marché." La Fédération en profite pour rappeller que les piscines enterrées sont aujourd'hui devenues "accessibles", entre 10.000 et 65.000 euros en moyenne, et conclut en indiquant que "la construction d'une piscine enterrée correspond à un investissement et doit être raisonnée sur le long terme, au même titre qu'une maison".
"Des piscines plus petites mais mieux équipées"
Nous vous recommandons

L'association Coénove a comparé les coûts d'investissement et de consommation et de maintenance de différentes solutions de chauffage

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic