L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Par Yasmina Bennaceur
,
le 4 avril 2012
En 2006, deux particuliers découvrent dans un jardin, à Pouilly-sur-Meuse, en Lorraine, un trésor de la Renaissance. Une telle découverte se produit moins d'une fois tous les cent ans. Classé "trésor national", cette collection d'orfèvrerie de table est exposée au musée national de la Renaissance, à Ecouen, dans le Val d'Oise. Découvrez en images des pièces d'une facture et d'une beauté rares.
Les trésors existent-ils encore aujourd'hui ? A en croire les historiens et conservateurs d'objets d'art, manifestement. Et c'est au château d'Ecouen que se trouve la plus importante découverte jamais réalisée dans le domaine des arts de la table à la Renaissance.
Le trésor de Pouilly-sur-Meuse, du nom du lieu de sa découverte, a été trouvé le 11 novembre 2006, alors que deux amis procédaient au creusement d'une fosse d'assainissement. Entre 30 et 80 cm en-dessous de la surface du sol, ils découvrirent, à même la terre et rangés en trois couches successives, trente-deux objets d'orfèvrerie civile en argent, de la vaisselle de table, datant de la fin du XVe et du XVIe siècle.

La suite de l'article en pages suivantes.

A qui appartient le trésor ?

Sans vous pousser à creuser dans votre jardin, sachez qu'une personne qui découvre un trésor, on l'appelle "l'inventeur", peut le mettre en vente, mais quelques règles régies par la loi sont à respecter.
En effet, la propriété du trésor dépend de l'endroit où celui-ci a été trouvé et des conditions de sa découverte.
Si l'inventeur découvre le bien sur son propre terrain, il est alors propriétaire de la totalité du trésor. S'il découvre le bien sur terrain d'autrui, par le seul effet du hasard, comme pour le trésor de Pouilly-sur-Meuse où ils furent deux amis, le trésor appartient pour moitié à l'inventeur et pour l'autre moitié au propriétaire du terrain.
Pour leur part, les deux amis de Pouilly-sur-Meuse se sont partagés un petit pactole de 1.4 millions d'euros...
Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Un trésor rare et inespéré

<b>Un trésor rare et inespéré</b> - Trésor de la Renaissance
Un trésor rare et inespéré - Trésor de la Renaissance © Y.B / Maison à part
"L'orfèvrerie d'Ancien Régime (de la Renaissance à la Révolution française) a presque entièrement disparu car il était courant, durant cette période, de la fondre pour battre monnaie et payer les troupes militaires. Cette vaisselle familiale composée d'objets simples destinés à un usage courant racontent un pan de l'histoire de la région Champagne Lorraine", nous révèle la commissaire de l'exposition, Michèle Bimbenet-Privat, également conservateur en chef au musée du Louvre à Paris. Le trésor de Pouilly-sur-Meuse a ainsi justifié une véritable enquête historique.
Œuvres d'orfèvres d'Ile-de-France en grande partie, de Champagne et d'Alsace, ces pièces rares ont été enterrées avec soin sur la rive droite de la Meuse, à une date inconnue mais postérieure à 1567.
Elles ont été acquises par une même famille de la fin du Moyen Age et au fil des générations, jusqu'à la veille de la huitième guerre de religions (1585-1598). La vallée voit alors passer de nombreuses troupes militaires et le pont de Pouilly-sur-Meuse est un passage obligé.

Une vaisselle familiale

Aiguière, cuillères, coupes, salières, timbales... les trente-deux objets qui composent le trésor, une vaisselle familiale aux formes simples, sont tous en argent, dont certains enrichis de décors gravés ou ciselés et en partie dorés.
A la Renaissance, il existait deux types d'orfèvreries, la vaisselle de table et celle d'apparat, leurs usages étaient radicalement différents. La première, comme l'ensemble découvert, était utilisée tous les jours, tandis que la seconde, ne "servait qu'à montrer qu'on était riche", soutient la commissaire d'exposition. A cette époque, il n'existe pas de pièce dédiée au repas, une simple planche soutenue par des tréteaux et recouverte d'une nappe faisait office de table, d'où l'expression "mettre le couvert". A l'occasion des banquets réservés aux aristocrates et aux princes, un dressoir exposait la vaisselle.
Un trésor rare et inespéré

A qui appartenait ce trésor ? Pourquoi l'a-t-on enfoui ?

A qui appartenait ce trésor ? Pourquoi l'a-t-on enfoui ? - Trésor de la Renaissance
A qui appartenait ce trésor ? Pourquoi l'a-t-on enfoui ? - Trésor de la Renaissance © Y.B / Maison à part
Durant ces années de guerre, ce territoire de frontière connaît une escalade de violences. Les protestants, persécutés par les catholiques, fuient la région et n'ont que quelques jours pour faire disparaître leurs biens, sous peine qu'ils soient saisis par la justice, une pratique qui incita certains à dissimuler les plus précieux.
Les initiales retrouvées de manière récurrente sur différentes pièces ont permis de retrouver le nom de la famille propriétaire de cette vaisselle : Beschefer, un nom que l'on ne trouve à l'époque qu'en Champagne et qui correspond à une famille bourgeoise commanditaire d'œuvres d'art.
Au plus fort des violences, Beschefer a dû emporter son orfèvrerie dans sa fuite et l'a enterrée pour la protéger. Cependant, pour des raisons inconnues, peut-être sa mort, il ne l'a jamais récupérée.
Il est à noter que les efforts et la complicité du musée Lorrain et du musée national de la Renaissance ont permis le maintien de ce trésor en France et ainsi évité sa dispersion lors de ventes aux enchères comme cela a failli être le cas...
Avant qu'elles ne rejoignent leur demeure définitive, le musée Lorrain de Nancy, les pièces ont pris place dans les appartements de Catherine de Médicis, un trésor à voir absolument, jusqu'au 2 juillet, parmi d'autres pièces d'orfèvre trouvées, elles aussi, de façon fortuite, au fil du temps.
Découvrez en images et en pages suivantes les différentes pièces qui composent le trésor.
A qui appartenait ce trésor ? Pourquoi l'a-t-on enfoui ?

Le château d'Ecouen - Musée national de la Renaissance

Le château d'Ecouen - Musée national de la Renaissance - Trésor de la Renaissance
Le château d'Ecouen - Musée national de la Renaissance - Trésor de la Renaissance © Y.B / Maison à part
Le château d'Ecouen date du XVIe siècle, il est situé dans le Val-d'Oise et abrite depuis 1977 le musée national de la Renaissance.
L'édifice appartient à la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur. Le musée est sous tutelle du Ministère de la Culture. L'actuel conservateur et directeur du musée est M. Thierry Crépin-Leblond.
Le château d'Ecouen - Musée national de la Renaissance

La vaisselle d'usage

La vaisselle d'usage - Trésor de la Renaissance
La vaisselle d'usage - Trésor de la Renaissance © Y.B / Maison à part
"La vaisselle d'usage comprend les ustensiles et les récipients que l'on pose sur la table et dont l'on se sert pour manger. Du même fait de cet usage quotidien, elle est généralement assez simple (tout est relatif) et peut être réalisée en bois, en céramique, en étain ou en argent, c'est à cette dernière catégorie qu'appartient le Trésor de Pouilly-sur-Meuse".
La vaisselle d'usage

Les coupes - Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Les coupes - Trésor de la Renaissance
Les coupes - Trésor de la Renaissance © Y.B / Maison à part
"Les coupes, avec ou sans pied, servent aussi bien aux boissons qu'aux aliments. Les images de repas de cette époque montrent un grand nombre de plats et de gobelets accompagnés de salières, parfois d'aiguières ou de "pots à eau"."
Les coupes - Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Aiguière couverte à bec verseur

Aiguière couverte à bec verseur - Trésor de la Renaissance
Aiguière couverte à bec verseur - Trésor de la Renaissance © Alain George et Gilles André
Aiguière couverte à bec verseur en argent partiellement doré, émaux translucides Paris, Pierre Ensoult(orfèvre), entre 1466 et 1506.
A angle droit et décor de godrons tors. Argent repoussé, ciselé, gravé, partiellement doré (frise de la base, du bord supérieur de l'aiguière et du bord du couvercle, bec verseur, pièce de pouce, graines de la charnière et bord du médaillon du couvercle), traces d'émaux translucides au médaillon du couvercle.
Une des deux graines de la pièce de pouce était cassée lors de la découverte du trésor.
Trésor de Pouilly-sur-Meuse Nancy, Musée Lorrain
Nancy, Région Lorraine-Inventaire Général
Aiguière couverte à bec verseur

Orfèvrerie - Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Orfèvrerie  - Trésor de la Renaissance
Orfèvrerie - Trésor de la Renaissance © Gilles André et Ludovic Gury
Aiguière couverte à bec verseur (détail) argent partiellement doré, émaux translucides Paris, avant 1507 orfèvre non identifié
Trésor de Pouilly-sur-Meuse, Musée Lorrain
Nancy, Région Lorraine-Inventaire Général
Orfèvrerie - Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Série de douze cuillères

Série de douze cuillères - Trésor de la Renaissance
Série de douze cuillères - Trésor de la Renaissance © Alain George et Gilles André
Châlons-en-Champagne, XVIe s.,Argent partiellement doré
Trésor de Pouilly-sur-Meuse,
Nancy, Musée Lorrain
Nancy, Région Lorraine-Inventaire Général
Série de douze cuillères

Salière "à vase"

Salière "à vase" - Trésor de la Renaissance
Salière "à vase" - Trésor de la Renaissance © Gilles André et Ludovic Gury
Paris, 1531-1532
Argent ciselé et partiellement doré
Trésor de Pouilly-sur-Meuse
Nancy, Musée Lorrain
Nancy, Région Lorraine-Inventaire Général
Le sel est une denrée rare à l'époque, et chère, les objets qui le contiennent le sont donc aussi. Bien que l'on mangeait avec les doigts, l'on se servait du sel avec la pointe du couteau, la salière avait un rebord pour éviter tout gaspillage.
Salière "à vase"

Décor de moresques

Décor de moresques - Trésor de la Renaissance
Décor de moresques - Trésor de la Renaissance © Gilles André et Ludovic Gury
Coupe à pied à décor de moresques, avec petite console supportant la coupe
Argent partiellement doré Reims, milieu du XVIe siècle
Trésor de Pouilly-sur-Meuse
Nancy, Musée Lorrain
Nancy, Région Lorraine-Inventaire Général
Décor de moresques

Inspiration de l'art islamique

Inspiration de l'art islamique - Trésor de la Renaissance
Inspiration de l'art islamique - Trésor de la Renaissance © Y.B / Maison à part
"L'introduction des moresques en France remonte à 1530, avec la publication à Paris du recueil du peintre Francesco Pellegrino : "La fleur de la science de portraiture et patrons de broderie façon arabique et italique". L'on connaît aussi un "Livre de moresques", édité à Paris chez Jérôme de Gourmont en 1546.
Inspiration de l'art islamique

Les Satzbecher - Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Les Satzbecher - Trésor de la Renaissance
Les Satzbecher - Trésor de la Renaissance © Gilles André et Ludovic Gury
Deux gobelets emboîtables
"Satzbecher" à couvercle, dont un sur pied, gravés de moresques Strasbourg, Dietrich Brey, 1560-1567
Argent ciselé, gravé et partiellement doré
Trésor de Pouilly-sur-Meuse, Musée Lorrain
Nancy, Région Lorraine-Inventaire Général
Les Satzbecher - Un trésor de la Renaissance enfoui dans un jardin

Le dîner du général

Le dîner du général - Trésor de la Renaissance
Le dîner du général - Trésor de la Renaissance © RMN / René-Gabriel Ojéda
Tapisserie de la tenture des Fructus Belli, d'après Jules Romain, Bruxelles, 1540 Ecouen, musée national de la Renaissance.
Le vainqueur se goinfre sur les vaincus, les scènes sont inventées mais les usages de table réalistes, il n'y a pas de couverts, hormis le petit couteau retourné qui, suppose-t-on, servait à piquer les aliments.
Le dîner du général

La vaisselle d'apparat

La vaisselle d'apparat - Trésor de la Renaissance
La vaisselle d'apparat - Trésor de la Renaissance © Y.B / Maison à part
"Du fait de sa fonction ostentatoire, la vaisselle d'apparat est rarement absente des images de repas de la Renaissance. Les trois tapisseries exposées dans la salle témoignent de ses formes et de sa mise en scène."
A l'occasion des banquets réservés aux aristocrates et aux princes, des officiers de Bouche - le panetier et l'échanson pour le pain et le vin, l'écuyer tranchant pour la viande et le fruitier - assurent le service de la table, sous la direction du maître de cérémonie, muni du bâton de sa charge, comme le montre l'une de ces tapisserie.
La vaisselle d'apparat
Nous vous recommandons

Jouer avec les volumes, permet d'obtenir un intérieur à la fois confortable et baigné de lumière, tout en restant connecté à l'extérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic