L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Découvrir l'exposition Trônes en majesté à Versailles

Par P.P.
,
le 21 mars 2011
L'exposition Trônes en majesté à Versailles démontre comment la représentation assise de l'autorité est universelle. Ou comment un siège peut devenir tout un symbole ! Un voyage à travers le temps et les civilisations, qui rassemble des pièces emblématiques provenant du monde entier...
L'on ne se doute pas qu'un simple siège, pour peu qu'il ait quelques attributs, peut revêtir une symbolique forte et ce, de manière aussi universelle : avec l'exposition Trônes en majesté au Château de Versailles, nous en avons pourtant une quarantaine d'exemples. Dans le décor somptueux des grands appartements, elle nous montre en effet que, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, autorité et assise sont intimement liées. Royauté ou République, spirituelle ou temporelle... toute forme d'autorité et, de toutes les provenances.
"C'est un symbole universel, explique Jacques Charles-Gaffiot, commissaire de l'exposition. Les aztèques, qui n'avaient aucun contact avec l'Europe, utilisaient des trônes, tout comme leurs envahisseurs espagnols ! En Inde, les statues du Bouddha en Éveil assis sous son arbre (le pipal) font écho aux statues du Saint-Louis français du Moyen Âge rendant la justice assis sous son chêne."

Un lieu symbolique

Une symbolique qui ne pouvait pas trouver meilleur écho que dans ce lieu majestueux qu'est le Château de Versailles. Jean-Jacques Aillagon, président de l'établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, raconte ainsi dans le dossier de presse : "Le point de départ de ce projet a été la proposition, faite au château de Versailles par les éditions du Cerf, de coéditer l'essai de Jacques Charles-Gaffiot : Trônes en majesté. J'ai immédiatement accepté (...) c'est un sujet qui concerne le château de Versailles, qui fut un lieu d'exaltation du pouvoir et de l'autorité. J'ai toutefois indiqué qu'il serait intéressant que la publication de l'ouvrage soit l'occasion de l'exposition, au Château, d'un certain nombre de trônes, de manière à rendre le propos de l'essai accessible au plus large public."

Dagobert, papes et rois

L'exposition bénéficie du prêt de pièces exceptionnelles, du Vatican, de la Cité interdite de Pékin ou encore des résidences royales européennes. Parmi les œuvres phares à découvrir également - l'on aurait envie de toutes les citer ! - il faut souligner la présence du fameux trône de Dagobert qui n'était jusqu'à présent jamais sorti des réserves de la BNF, "un des rares survivants du Trésor de la Basilique de Saint-Denis", comme le souligne Jean-Jacques Aillagon.

Découvrez quelques-unes des pièces exposées en pages suivantes.

Verbatim

"Trônes en majesté est l'occasion de montrer à quel point l'humanité fait appel, de façon constante et universelle, à des symboles récurrents, comme celui de la représentation assise de l'autorité. Ces symboles résistent au temps. La République même, comme le montre la dernière salle de l'exposition, a ses trônes. Je crois qu'il y a un fort intérêt culturel et même politique à inviter les visiteurs du Château à réfléchir à cette question centrale de la mise en scène symbolique de l'autorité. Plus les citoyens comprennent les ressorts de la vie politique, et plus ils exercent leurs propres responsabilités politiques de façon pleine et lucide. L'exposition Trônes en majesté a donc un intérêt historique évident. Elle a également une véritable portée civique." Jean-Jacques Aillagon, Président de l'Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles (source : Château de Versailles).

Trônes en majesté

Grands appartements et galeries de l'histoire de France
Château de Versailles
Exposition ouverte tous les jours sauf le lundi de 9h à 17h30 jusqu'au 30 mars et de 9h à 18h30 à partir du 1er avril, jusqu'au 19 juin 2011.
Commissariat de l'exposition : Jacques Charles-Gaffiot
Scénographie : Marc Jeanclos
Trônes en majesté, Jacques Charles-Gaffiot, éditions du Cerf 2011, 49€.
Découvrir l'exposition Trônes en majesté à Versailles
à lire aussi

Trône du roi Ghézo (1818-1858) pour la cérémonie de l'ato

Trônes en majesté - Musée du Quai Branly
Trônes en majesté - Musée du Quai Branly © Musée du Quai Branly - ph. Patrick Gries
"Trônes en majesté : l'autorité assise, le pouvoir debout" Trône exposé dans le salon Hercule
Royaume du Dahomey (Bénin actuel). Style afro-brésilien ou afro-portugais. Bois, métal. Prêt du Musée du Quai Branly.
"Depuis l'Antiquité, les Grecs ont distingué très tôt les deux notions fondamentales intrinsèques à l'exercice de toute souveraineté : la puissance et l'autorité. À la position verticale de la puissance, symbolisant la force du héros triomphant de ses adversaires et l'instabilité inexorable des puissants, correspond la position assise de l'autorité. Celle-ci octroie à son titulaire une magistrature incontestée, révérée et légitime. Le langage traduit ce constat dans l'expression 'asseoir une autorité'. Le siège ou le trône sont donc les symboles spécifiques de l'autorité." (Château de Versailles)
Trône du roi Ghézo (1818-1858) pour la cérémonie de l'ato

Cathèdre abbatiale - Découvrir l'exposition Trônes en majesté à Versailles

Trônes en majesté - Cathèdre
Trônes en majesté - Cathèdre © Chanoines réguliers de Saint-Victor - ph. Marc Wittmer
"Trônes en majesté : l'autorité assise, le pouvoir debout" Exposée dans le salon Hercule
La cathèdre est le siège normalement réservé à l'évêque. "Celle-ci et son marchepied, adossée au déambulatoire de l'église Saint-Pierre de Champagne-sur-Rhône, joyau de l'art roman, sont placés au fond du choeur et complètent le mobilier liturgique commandé en 2000 à l'artiste Goudji. Ils sont sculptés dans la pierre de Pontijou, le fer forgé, l'argent, les essences de bois précieux, le lapis-lazuli. Deux petits lions d'argent décorent la première marche du gradin, tandis que les armes du Père Abbé Maurice Bitz sont disposées au sommet du dossier et placées sous un chapeau prélatice d'argent orné de deux cordelières à six houppes chacune." (Château de Versailles)
Cathèdre abbatiale - Découvrir l'exposition Trônes en majesté à Versailles

Trône dit 'de Dagobert' (v.600-639)

Trône dit 'de Dagobert' (v.600-639) - Trônes en majesté
Trône dit 'de Dagobert' (v.600-639) - Trônes en majesté © Trône dit de Dagobert - BNF
Exposé dans le Salon de l'Abondance.
Bronze en partie doré; VIIe ou VIIIe siècle. Insigne de la royauté provenant du Trésor de l'abbaye de Saint-Denis. Paris, Bibliothèque Nationale de France.
"'Sur ce siège, les rois avaient la coutume de s'asseoir pour recevoir l'hommage des grands de leur royaume.' Le trône dit de Dagobert est ainsi mentionné pour la première fois par Suger (1081-1151), le célèbre abbé qui dès 1130 entreprend de reconstruire l'abbatiale de Saint-Denis, monument symbolique de la monarchie française et modèle du nouvel art gothique en France. Dans son De Administratione, il prétend avoir fait restaurer ce trône et s'en glorifie. En l'identifiant comme ayant appartenu à Dagobert, fondateur de l'abbaye au VIIe siècle, il entend ainsi mettre en valeur l'ancienneté du lieu et ses liens étroits avec la monarchie française." (Château de Versailles)
Trône dit 'de Dagobert' (v.600-639)

Trône de Louis XVI, réalisé pour l'ambassade de France à Londres

trône de Louis XVI
trône de Louis XVI © Worcester City Guildhall Collection
Exposé dans le salon de Vénus
Réalisé par François II Foliot (1748 ap.1808) et Toussaint Foliot (1715-1798) - sculpture du siège - et sa dorure par Marie Catherine Renon.
Worcester City Museums.
"Ce fauteuil identifié par Christian Baulez, sur lequel l'étiquette interdisait de s'asseoir, était destiné à représenter symboliquement l'autorité du roi de France."
Trône de Louis XVI, réalisé pour l'ambassade de France à Londres

Trône de l'empereur Qianlong (1711-1799) et son marchepied

Trône de l'empereur Qianlong
Trône de l'empereur Qianlong © Cité interdite
Exposé dans le salon de Diane
qianlong fut empereur de 1736 à 1795. Le trône fut réalisé entre 1735 et 1796, en bois de santal rouge et laqué. Pékin, collection du musée du palais.
Trône de l'empereur Qianlong (1711-1799) et son marchepied

Les dieux assis

Christ en majesté
Christ en majesté © Ville de Liège, Grand Curtius
Christ en majesté dit de Rausa vers 1230 Liège, Grand Curtius
Une oeuvre exposée dans le salon de Mercure. "Tout comme les souverains temporels auxquels elles transmettent la légitimité et l'autorité, les divinités et leurs émanations sont habituellement figurées dans la position assise, et ceci de tous les temps et sous tous les cieux (...) La forme et la nature des sièges s'adaptent au gré du temps et des cultures"
Les dieux assis

Petit tabouret royal, rü mfo

Petit tabouret royal
Petit tabouret royal © Genève, Musée Barbier-Mueller - ph. Studio Ferrazzini Bouchet
Exposé dans le salon de la guerre
Provenance : Bamoun, Cameroun, province de l'Ouest.
Réalisé en bois, perles de verre, étoffe/toile, cauris, plaques en laiton. Anciennes collections du roi Ibrahim Njoya, du capitaine Hans Glauning, d'Arthur Speyer et de Charles Ratton.
"En Afrique de l'Ouest, les trônes en bois recouverts de perles multicolores, assemblées en motifs géométriques, figurent parmi les insignes de l'autorité les plus impressionnants. D'origine royale, ce tabouret est désigné sous le nom de rü mfo, associant les deux termes 'tabouret' et 'roi'."
Petit tabouret royal, rü mfo

Les trônes mobiles

Howdah Phra Thinang Prapatthong
Howdah Phra Thinang Prapatthong © Musée nat. de Bangkok, Fine Arts Department
Howdah Phra Thinang Prapatthong du prince Inthawaroros Suriyawong Exposé dans la Galerie des Glaces
Début du XXe siècle. Bois sculpté et doré, bambou laqué.
Musée national de Bangkok (Thaïlande).
"Le Howdah est une sorte de nacelle portée à dos d'éléphant sur laquelle prennent place les souverains asiatiques pour parcourir de longues distances."
Les trônes mobiles

Trône de l'empereur Napoléon Ier pour le Sénat

Trône de Napoléon
Trône de Napoléon © Sénat - ph. G. Butet
Exposé salle du Sacre
Réalisé en 1804, sur commande du Sénat, par les ébénistes Georges Jacob et Jacob-Desmalter, d'après un dessin de l'architecte Jean-François Chalgrin (1739-1811). Acajou, soie et broderie dorée.
Trône de l'empereur Napoléon Ier pour le Sénat

Siège du Président de la République pour le défilé du 14 juillet

siège du Président de la république
siège du Président de la république © Mobilier national - ph. Isabelle Bideau
Un "trône" républicain, réalisé par Christophe Pillet.
Coque en bois de louro, preto sur contreplaqué moulé, sabots d'acier, garniture de cuir ivoire.
Siège du Président de la République pour le défilé du 14 juillet
Nous vous recommandons

Transformée du sol au plafond, cette petite maison bretonne a complètement changé de visage. Modernisée, agrandie par deux extensions et entièrement repensée, elle affiche désormais un profil contemporain, où ses propriétaires profitent d'une vue dégagée sur la mer

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic