L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Mix(cité) : réinventer la ville pour le "mieux vivre ensemble"

Par P.P.
,
le 11 juin 2012
Quel visage pour la ville durable ? Quelles réponses pour le mieux vivre ensemble ? La mixité est sur toutes les lèvres, mais dans les faits, où en est-elle ? L'Observatoire de la ville propose, le temps d'une exposition à la Cité de l'architecture, des éléments de réflexion et de débat pour "nourrir la ville".
S'il y a une hypothèse sur laquelle tous veulent bien s'entendre, c'est que "Le XXIe siècle doit inventer la ville durable". Et, pour l'Observatoire de la ville, "cette dernière sera nécessairement mixte, la ville du vivre ensemble", comme l'explique Christian Devillers, architecte-urbaniste. Il rappelle que le "mécanisme de ségrégation vient paradoxalement du progrès" : "le développement de la mobilité a fait que l'on n'était plus obligé d'habiter à côté de son travail. Ce choix a permis aux riches de s'installer où ils voulaient, avec les riches et les pauvres, là où ils pouvaient." Avec les problèmes et les regrets que l'on connaît.
Membre de ce laboratoire d'idées porté par la Fondation de Bouygues Immobilier (voir en page 2), ce spécialiste s'est interrogé pendant de nombreux mois, accompagné des autres membres du Comité éditorial, l'architecte Françoise-Hélène Jourda, les sociologues Alain Bourdin et Julien Darmon, ainsi que l'économiste Alain Sallez, sur les multiples formes de mixités existantes et sur leur apport à la politique de la ville. De débats en rencontres, avec des experts de tous horizons - élus, urbanistes, architectes, promoteurs immobiliers, militants associatifs, etc. - convaincre sur l'importance de la mixité n'est plus nécessaire, le consensus existe : mais quel visage doit-elle avoir pour façonner celui de la ville durable ?

Une politique de la rencontre

C'est toute l'ambition de cette exposition jusqu'au 15 juillet 2012 à la Cité de l'Architecture : donner à voir les projets nés sur notre territoire ou ailleurs, qui ont su apporter une réponse efficace à la problématique du "mieux vivre ensemble". Et d'en tirer les enseignements, sous forme de propositions*, dont certaines semblent certes frappées au coin du bon sens, mais "ça va toujours mieux en le disant".
À retenir notamment : la politique de proximité est essentielle. "Il faut lutter contre les formes d'exclusions sociale et spatiale, et créer des logements qui correspondent à tous et soient mieux répartis", défend Christian Devillers. Et le sociologue Alain Bourdin de renchérir, rappelant que : "L'on ne peut pas traiter de la mixité sociale seule". Il n'y a pas de mixité miracle, qui pourrait d'un coup de baguette magique tout arranger. Et c'est ce que l'exposition montre : à travers chaque expérience, qui s'inscrit dans un contexte précis, tous les visages de la mixité sont abordés, qu'elle soit sociale, fonctionnelle, générationnelle ou encore formelle.
"Nous l'avons conçue de façon ce qu'elle soit un outil d'information, un creuset de réflexion et le relais de notre volonté de prospectives et d'échanges, explique François Bertière, PDG de Bouygues Immobilier et président de la Fondation d'entreprise éponyme, afin de créer les circonstances propices au débat et à l'invention de solutions innovantes pour la ville de demain." Alain Bourdin le confirme : "Je suis convaincu que la mixité se fabrique à coup de projets (...) Plus on aura les capacités à inventer des projets, plus aura la chance de réussir à créer de la mixité."
En pages suivantes, les douze propositions de l'Observatoire de la Ville et quelques exemples tirés de l'exposition.

Mix(cité) - villes en partage

Exposition du 16 mai au 15 juillet 2012
à la Cité de l'architecture & du patrimoine
Mix(cité) : réinventer la ville pour le "mieux vivre ensemble"

Douze propositions pour le mieux vivre ensemble

Vue de l'exposition Mix(cité)
Vue de l'exposition Mix(cité) © Graphix Images / Laurent Zylberman
L'Observatoire de la ville s'est fixé comme "mission de renforcer les échanges entre les acteurs de la ville et d'en développer une vision prospective et participative." À la suite des échanges d'expériences et d'expertises menées cette année, le Comité éditorial fait part de douze propositions portant sur l'urbanisme et sur la gestion et la pérennisation de la mixité urbaine.
"Ces propositions partent toutes d'un même postulat : le développement économique des territoires, dont dépend un développement urbain harmonieux, est une condition indispensable pour assurer la mixité."

L'urbanisme

*Agir à toutes les échelles de la ville car la mixité sociale et générationnelle se joue principalement au niveau du logement et de l'habitat, la mixité fonctionnelle au niveau du quartier, la mixité des lieux de rencontre et du travail au niveau de la ville. Toutes ces mixités se renforcent les unes les autres.
*Rapprocher le travail et l'habitat par des politiques volontaristes d'urbanisme comme cela a été réalisé avec succès dans les villes nouvelles - avec 50 % de taux d'emploi sur place, contre 15 % dans la plupart des autres villes de la région parisienne, à l'exception des plus grosses (Paris, Boulogne...) -, par l'incitation à construire des logements dans les bassins d'emploi, par le développement d'opérations mixtes - logement et tertiaire - pouvant contribuer au développement économique des territoires et à la réduction des déplacements en voiture.
*Privilégier l'échelle du quartier, maillon de partage des équipements quotidiens (école, commerces, crèche, soins, sport, culture...) accessibles par mobilité douce (marche, vélo, bus, tramway), point central de la relation humaine, de l'échange et de la rencontre.
*Rechercher une syntaxe des formes et des espaces de la ville permettant d'optimiser l'équilibre architectural entre bâtiments et espace public, entre forme et usage et permettant d'éviter la "cacophonie".
*Créer et promouvoir les lieux et les évènements de la rencontre : espaces publics, marchés, lieux de culture, médiathèques, maisons de quartier, évènements sportifs, culturels ou festifs, accessibles aux autres par les moyens de la mobilité urbaine.
*Promouvoir la mixité de l'habitat par le mélange des générations, par la diversité de l'offre de logements collectifs, individuels ou semi-collectifs, favorisée par la mixité morphologique.

Gestion et pérennisation de la mixité

*Poursuivre l'action de l'État, en particulier la mise en oeuvre de la politique de rénovation urbaine, la loi SRU et la politique de la ville, dont l'interruption nuirait gravement aux quartiers en cours de rénovation.
*Favoriser la promotion sociale et matérielle à l'intérieur des ZUS (Zones Urbaines Sensibles) par la stabilisation des classes moyennes, par l'ascension sociale des habitants déjà sur place et par la valorisation des ressources du quartier.
*Capter les biens immobiliers issus des mutations qui vont venir du vieillissement de la population, par préemption municipale ou par mutualisation de l'investissement, pour les transformer en logements pour les plus fragiles : personnes âgées, ménages issus de l'immigration ou à faibles revenus, étudiants.
*Développer l'économie solidaire et l'entrepreneuriat social. Le rôle des promoteurs sociaux tels "Habitat et Humanisme" ou d'associations telles que "Unis-Cité" ou "Ensemble2Générations", pour réaliser la mixité de projets solidaires, est essentiel.
*Encourager les initiatives citoyennes pour des actions de solidarité, la création d'évènements culturels, éducatifs, en faveur de l'environnement, ou festifs, gage de rencontres et de partage pour les habitants.
*Utiliser le numérique dans la ville pour favoriser la mixité, pour favoriser la cohésion sociale et pour réduire le fossé numérique qui existe actuellement sur les plans générationnel, social et culturel.
Source : Observatoire de la ville
Découvrez en pages suivantes quelques exemples de projets présentés lors de l'exposition.
Douze propositions pour le mieux vivre ensemble

Mix(cité) sociale

logements sociaux saint denis
logements sociaux saint denis © Daniel Rousselot
Logements sociaux à Saint-Denis (93)
"Erigée par certains au rang de principe républicain, la mixité sociale figure dans le droit de l'urbanisme et nourrit nombre de polémiques politiques et techniques." Julien Damon, professeur associé à Sciences Po Paris.
Logements sociaux livrés par les architectes Brénac & Gonzalez, dans le quartier Cristino-Garcia, à Saint Denis (93). Dans cet ancien quartier en friche, sont programmés 445 logements neufs sur 3,5 ha pour 2014, dont 3/5e de logements sociaux.
Mix(cité) sociale

Mix(cité) générationnelle

Centre intergénérationnel Cigma, à Laval
Centre intergénérationnel Cigma, à Laval © Graphix Images
Centre intergénérationnel Cigma, à Laval
"Une ville sans enfant est de l'avis de tous une ville sans futur, mais une ville sans anciens est une ville sans passé, et les conséquences n'en sont pas moins déplorables. Faudra-t-il en arriver à des quotas par tranche d'âge dans les quartiers comme ceux des logements sociaux ?" Françoise-Hélène Jourda.
Ce centre intergénérationnel multi-accueil (Cigma), à Laval (53), conçu par l'architecte Philippe Tardits, relie une crèche à un "établissement d'hébergement pour personnes dépendantes" ou atteintes de la maladie d'Alzheimer, un véritable pont entre les générations.
Mix(cité) générationnelle

Mix(cité) des formes urbaines

Ginko bordeaux
Ginko bordeaux © Christian Devillers Architectes / Ill. AXYZ
Ginko, à Bordeaux
"La mixité urbaine autorise le rassemblement dans un même secteur urbain, d'immeubles collectifs, semi-collectifs et de maisons individuelles, ce qui ne peut que favoriser la pluralité des choix individuels dépendant, notamment, de la taille des ménages, des cycles de vie des individus et de leurs différences culturelles. Mais attention à la cacophonie. Il faut trouver des règles de composition, une syntaxe." Alain Sallez, professeur émérite de l'ESSEC.
Ginko, l'éco-quartier du Lac de Bordeaux (33), conçu par le tandem d'architectes-urbanistes formé par Christian Devillers et l'agence BLP, offrira à ses 6 000 habitants une mixité d'usages et des fonctions ainsi qu'une proximité des équipements. Chaque îlot possède une particularité : commerces en pied d'immeuble, alignement le long des canaux, maisons en bandes avec jardins arborés...
Mix(cité) des formes urbaines

Mix(cité) des fonctions

Hikari  Kengo Kuma
Hikari Kengo Kuma © Cyrille Thomas
Hikari, Lyon (69)
"Donner plus de chance à une grande partie de la population de trouver un emploi près du lieu d'habitation.(...) Développer un tissu urbain mixte, c'est aussi, à l'inverse, offrir des logements à proximité des lieux de travail." Christian Devillers, architecte-urbaniste.
Hikari, réalisé par l'architecte Kengo Kuma, est le 1er îlot mixte à énergie positive à Lyon Confluence, nouveau centre multifonctionnel. Un réseau de communication énergétique lui permettra de mutualiser la consommation et la production d'énergie de ses 3 bâtiments.
Mix(cité) des fonctions
Nous vous recommandons

L'association Coénove a comparé les coûts d'investissement et de consommation et de maintenance de différentes solutions de chauffage

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic