L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Des éclairages LED jugés dangereux pour la vue

Par Rouba Naaman
,
le 27 octobre 2010
Le rapport de l'Agence national de sécurité sanitaire (ANSES) a eu l'effet d'une bombe. Certains éclairages par diodes luminescentes, ou LED, seraient dangereux pour la vue, en particulier pour les enfants. Toutes les LED ne sont pas concernées, mais L'ANSES recommande d'éviter l'utilisation de certaines par les personnes les plus sensibles, et propose une normalisation des LED.
Les LED, diodes électroluminescentes accueillies comme l'éclairage écologique et durable du futur, seraient-elles dangereuses ? Un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), paru mardi 26 octobre, pourrait le laisser croire. Il affirme que certains systèmes à LED pourraient user la rétine, notamment chez les sujets sensibles comme les enfants.
Même si toutes les diodes ne sont pas concernées, il est aujourd'hui difficile de définir les produits inquiétants. En effet, l'avis révèle que les normes de sécurité existantes ne permettraient pas d'évaluer efficacement les risques liés à l'utilisation de LED. Malgré l'agitation de certains médias, les professionnels, eux, sont plutôt confiants.

La lumière bleue, facteur de risques

L'ANSES avertit des risques d'éblouissements liés aux LED (light emitting diode), ce qui n'a rien de plus étonnant que pour une lampe classique. Moins évident, l'agence s'inquiète des effets de la lumière bleue sur l'œil.
La lumière blanche des LED est obtenue, dans la plupart des cas, à partir d'une diode émettant des courtes longueurs d'ondes, autrement dit de la lumière bleue. Ce sont justement ces dispositifs qui sont mis sur la sellette. Des expositions répétées à cette lumière bleue seraient dangereuses pour la rétine, et pourraient même aggraver la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), dont de plus en plus de personnes sont victimes.
Et nous ne sommes pas égaux face aux risques liés à la lumière bleue. Les enfants, et plus généralement les personnes ayant un cristallin trop transparent, ainsi que les malades sensibles à la lumière, sont plus concernés. L'ANSES recommande donc que ces populations à risques évitent l'utilisation de ces diodes électroluminescentes.
Cliquez sur suivant pour découvrir la suite de l'article.
Des éclairages LED jugés dangereux pour la vue

La norme n'est pas adaptée aux LED

La norme n'est pas adaptée aux LED - LED
La norme n'est pas adaptée aux LED - LED © Cap Information Professionnelle
Autre point soulevé par ce rapport : aucune norme ne permet aujourd'hui d'estimer exactement le niveau de risque lié à l'utilisation d'une LED. La norme de sécurité NF EN 6247, qui estime les dangers pour l'œil de l'utilisation de lampes, définit quatre niveaux de risques, de 0 (risque nul) à 3 (risque élevé). Aux dires même de l'ANSES, cette norme "est insuffisamment adaptée à des éclairages utilisant des LED".
Le groupe de travail de l'agence a cependant tenté de classer des LED selon les critères de cette norme. Surprise : certains systèmes à LED vendus au grand public atteignent un niveau 2 (risque modéré) !
Le rapport préconise donc "de restreindre la mise sur le marché des LED à usage domestique [...] aux LED appartenant à des groupes de risques inférieurs ou égaux à 1". Et bien entendu, d'adapter la norme aux systèmes à LED.
Cliquez sur suivant pour lire la dernière partie de l'article.
La norme n'est pas adaptée aux LED

Silence des autorités, initiative des professionnels

Silence des autorités, initiative des professionnels - LED
Silence des autorités, initiative des professionnels - LED © Cap Information Professionnelle
L'inquiétude n'est pas nouvelle. Fin 2007 déjà, Osyris, société spécialisée dans les lasers, avait prévenu l'Institut de veille sanitaire (InVS) de ses inquiétudes concernant l'effet des LED sur la rétine.
L'association de patients atteints de troubles de la vue Rétina France, interrogée par Maison à Part, ne se dit pas surprise par le rapport de l'ANSES, aux vues "d'éléments scientifiques qui tendent à démontrer une usure de la rétine liée aux LED". Rétina France réclame "un affichage précis [sur les produits contenant des LED], afin de faire valoir le principe de précaution, qui est un minimum".
Du côté des autorités, c'est le silence radio. Joints par Maison à part, les Ministères de la santé et de l'environnement, l'ADEME (agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et la Direction générale de la santé se renvoient la balle. Aucun ne souhaite se prononcer pour l'instant sur les suites légales ou sanitaires de l'avis de l'ANSES.

Les professionnels réactifs

Les professionnels de l'éclairage sont beaucoup plus réactifs, et plutôt satisfaits des conclusions de l'ANSES. Dès mercredi, Xanlite public un communiqué où il "se joint à l'appel à la vigilance [...] et demande aux consommateurs de s'orienter sur des produits respectant la norme".
L'un des spécialistes de l'éclairage par LED, Homelights, affirme d'ores et déjà, dans un communiqué paru mardi 26, qu'il "mettra en œuvre un étiquetage informatif sur tous ses produits dès janvier 2011". Tous s'accordent donc pour dire qu'une norme adaptée est nécessaire. D'ici là, la précaution est de mise, pas la panique.
En savoir plus sur les éclairages LED.
Silence des autorités, initiative des professionnels
Nous vous recommandons

Des chambres d'hôte dignes d'un hôtel de luxe, et à l'empreinte environnementale réduite, pensées pour offrir un confort optimal.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic