L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Tout savoir sur la récupération d'eau de pluie enterrée

Par Céline Chahi Bechkri
,
le 12 mai 2011
Plusieurs équipements existent pour récupérer puis valoriser son eau de pluie. Parmi eux : les cuves enterrées qui permettent d'alimenter une partie de sa maison. Fonctionnement, mise en œuvre, avantages, inconvénients... Maison à part vous en fait la présentation.
Lorsque l'on parle de récupérer son eau de pluie, on pense tout de suite aux cuves hors-sol à installer à l'extérieur dans le prolongement de sa descente de gouttière. Grâce à elles, on peut ainsi arroser son jardin ou sa voiture sans débourser un centime. Seulement voilà : il existe une autre solution pour valoriser son eau de pluie. Cette solution, c'est la récupération enterrée, un système très réglementé encore mal connu du grand public, qui repose sur l'enfouissement d'une cuve dans le sol d'un jardin.
Dans les grandes lignes, il fonctionne sur le même principe que les systèmes hors-sol sauf qu'au lieu de servir uniquement à stocker l'eau, il la filtre, la rendant ainsi utilisable à l'intérieur de la maison pour alimenter certains équipements ou appareils électroménagers comme, par exemple, les WC ou les lave-linges. "L'eau est stockée à une température constante et l'abri de la lumière. Du coup, contrairement à de l'eau issue d'une cuve hors-sol qui va avoir tendance à devenir verte, elle reste transparente et sans odeur", explique Michel Lacour, co-fondateur de l'entreprise "Eaurigine", société spécialisée dans l'installation des systèmes de récupération d'eau de pluie enterrés.

Un important budget à prévoir

Bien entendu, le budget à prévoir n'est pas le même. Dans un cas, il suffit d'acheter son équipement - comptez en moyenne 200 euros pour une cuve - et de le raccorder à sa descente de gouttière tandis que dans l'autre, il faut réaliser des travaux de terrassement et de plomberie.
récupération eau de pluie
récupération eau de pluie © C. Chahi Bechkri
 
Parce qu'il est difficile pour un particulier de se lancer dans de telles opérations, certaines entreprises spécialisées, comme celle de Michel Lacour, proposent des formules clé en main. Pour la réalisation d'un système enterré, le montant de la facture s'échelonne en moyenne en général entre 5.000 et 10.000 €. L'enveloppe varie en fonction de la capacité de la cuve - celle d'une cuve enterrée est nettement supérieur à une cuve hors-sol -, de l'accessibilité du terrain et de l'état de la plomberie existante. Notons au passage que le système s'adapte aussi bien aux constructions neuves qu'anciennes.
Il faut cependant savoir que cette somme peut être rapidement rentabilisée grâce notamment au crédit d'impôt de 22% à valoir sur le matériel - si, et seulement si, l'installation a été réalisée par un professionnel - et aux économies d'eau réalisées. "Grâce au système enterré, on peut arriver à alléger sa facture d'eau de 50% ", assure Michel Lacour. Et de citer l'exemple d'une famille comprenant deux adultes et deux enfants et dont la consommation est passée depuis l'installation de la cuve de 14.000 litres/mois à 7.000/mois, soit une économie de 296 € en dix mois. Un argument financier qui vient s'ajouter à une liste d'avantages déjà longue...
La suite de l'article en page suivante.
Tout savoir sur la récupération d'eau de pluie enterrée

Les avantages et les inconvénients

Eaurigine
Eaurigine © Eaurigine
Comme nous l'évoquions en page précédente, le principal inconvénient du système enterré est son prix qui reste élevé. Il faut donc non seulement être prêt à investir une importante somme d'argent pour en profiter mais, également, ne pas avoir peur de voir son jardin en travaux. La gêne n'est cependant que momentanée puisqu'une fois installée, la cuve est presque totalement invisible et ne prend pas de place. "La seule contrainte est qu'elle doit rester accessible pour nous laisser la possibilité d'intervenir dessus en cas de problème", précise Michel Lacour, installateur de cuves enterrées.
En contrepartie, le système présente de nombreux avantages. Récupérer son eau de pluie, c'est en effet, d'une manière générale, agir en faveur de la planète en contribuant à la préservation d'une ressource naturelle qui devient rare. Par ce geste, les particuliers aident aussi à préserver les nappes phréatiques tout désengorgeant les stations d'épuration lors de fortes pluies.
Enfin, comme l'explique Michel Lacour c'est également, devenir autonome. "Les mesures de restriction d'eau deviennent fréquentes dans de plus en plus de régions et les amendes prononcées sont sévères. Avec nos systèmes, les gens peuvent continuer à vivre normalement en arrosant leurs pelouses sans contrainte".
La suite de l'article en page suivante.
Les avantages et les inconvénients

Les conditions préalables

Les conditions préalables - Eaurigine
Les conditions préalables - Eaurigine © Eaurigine
Avant d'installer le système chez un particulier, tous les professionnels réalisent une étude de faisabilité car il faut savoir que toutes les maisons existantes ne peuvent pas être équipées d'un système de récupération d'eau de pluie enterré. Certaines toitures très anciennes peuvent en effet contenir de l'amiante ou être fabriqués à partir d'autres matériaux présentant également des risques pour la santé.
Par ailleurs, étant donné le coût engendré par l'installation du système, il faut être sûr de pouvoir le rentabiliser or, ce n'est pas forcément le cas à chaque fois : si la toiture est trop petite, par exemple, seule une petite cuve pourra être installée et du coup, la quantité d'eau récoltée sera insuffisante pour subvenir aux besoins du foyer.
Sachant que le diamètre d'une cuve peut aller jusqu'à plus de deux mètres, il faut enfin avoir suffisamment de place pour l'accueillir dans son jardin.
A l'inverse, il faut savoir qu'en France certaines habitations sont soumises à une obligation de s'équiper d'un système de récupération d'eau de pluie. Une poignée de lotissements sont en effet dépourvus de réseau d'évacuation et les propriétaires doivent pallier ce manque. Libre à eux de récupérer l'eau puis de la valoriser ou simplement de la récupérer. Ce genre de cas reste marginal dans l'Hexagone mais ce n'est pas le cas partout en Europe. Ainsi, en Belgique, les systèmes de récupération d'eau de pluie ont été rendus obligatoires dans les logements neufs.
La suite de l'article en page suivante.
Les conditions préalables

Les différents types de cuve

Les différents types de cuve - Eaurigine
Les différents types de cuve - Eaurigine © Eaurigine
La cuve est l'élément principal du système enterré aussi est-il important de bien la choisir. Il faut d'une part, déterminer son dimensionnement et d'autre part, se décider entre deux matériaux : soit du béton, soit du plastique.
Concernant le dimensionnement autrement dit la taille de la cuve, c'est le professionnel qui le détermine en fonction de différents critères, les principaux étant la surface de la toiture, la pluviométrie moyenne de la région et les besoins du foyer. "Nous essayons d'être le plus en adéquation avec les besoins des particuliers, explique Michel Lacour. Même si nous avons suffisamment de place dans le jardin, cela ne sert à rien d'installer une cuve trop grande si l'eau n'est pas utilisée". A noter que la contenance des cuves peut varier entre 5.000 et 10.000 litres ce qui fait, en termes de dimensions, un diamètre de plus d'un mètre à plus de deux mètres.
En ce qui concerne la matière, deux choix s'offrent aux particuliers : le béton ou le plastique, deux matériaux qui présentent - une fois encore - aussi bien des avantages que des inconvénients. Particulièrement légère, la cuve plastique s'avère par conséquent plus facile à installer que la cuve béton. "Dans le cas où le terrain est humide, la mise en place de la cuve plastique est moins commode car il faut la poser sur un radier béton et la sangler", note cependant Michel Lacour. La cuve béton, quant à elle, se révèle plus résistante. "Le béton se fait attaquer par l'eau de pluie naturellement. Ce qui a pour effet de neutraliser le pH et donc évite la corrosion des appareils sur le réseau d'eau de pluie",ajoute le professionnel.
La suite de l'article en page suivante.
Les différents types de cuve

Le fonctionnement - Tout savoir sur la récupération d'eau de pluie enterrée

Le fonctionnement - Eaurigine
Le fonctionnement - Eaurigine © Eaurigine
Plutôt complexe au premier abord, le fonctionnement du système enterré s'avère au final assez simple. Les gouttières de la maison sont reliées entre elles de manière à former un réseau avec un point de sortie unique. L'eau ainsi collectée se retrouve de fait dans un seul et même tuyau. Avant de se déverser dans la cuve où elle sera stockée, elle passe par un filtre à feuilles qui la débarrasse des salissures provenant du toit (mousses, feuilles, lichens, etc..).
L'eau de la cuve est ensuite injectée dans la maison grâce à une pompe située à l'intérieur de l'habitation. Certains modèles, à l'instar des modules compacts Rainsystem-AF Comfort fabriqués par la société Wilo, indiquent d'ailleurs par l'intermédiaire d'un écran LCD le niveau de remplissage de la citerne, la pression de l'installation et l'état de fonctionnement de l'appareil. En cas de trop plein dans la cuve, l'eau est automatiquement redirigée vers un puisard - sorte d'égout en ciment percée qui permet l'épandage naturel de l'eau.
Récupération eau pluie
Récupération eau pluie © C. Chahi Bechkri
 
A noter que l'arrivée de l'eau de pluie dans la maison suppose la mise en place d'une nouvelle tuyauterie. La règle d'or étant, comme insiste Michel Lacour, que "l'eau de ville ne soit jamais en contact avec l'eau de pluie".Avant de pouvoir être utilisée, l'eau passe successivement dans un filtre à sédiments et un filtre à charbon actif. A la sortie, elle ressort claire, transparente, sans odeur et sans métaux lourds mais, par contre, elle n'est pas débarrassée de ses bactéries. "Pour arriver à une filtration totale, il faudrait rajouter une lampe à U.V au bout de la chaîne mais ce n'est pas d'actualité", informe Michel Lacour.
L'eau peut ensuite venir alimenter une liste restreinte d'équipements et d'appareils électroménagers situés à l'intérieur de la maison comme, par exemple, les sanitaires ou encore le lave-linge et être utilisée à l'extérieur pour l'arrosage du jardin ou encore le lavage des voitures.
Le fonctionnement - Tout savoir sur la récupération d'eau de pluie enterrée

Ce que dit la loi

Ce que dit la loi - Eaurigine
Ce que dit la loi - Eaurigine © Eaurigine
Parce qu'elle peut présenter des risques pour la santé si elle n'est pas bien réalisée, l'installation d'un système de récupération d'eau de pluie est très réglementée. L'arrêté ministériel du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments délivre un certain nombre de consignes à respecter lors de la mise en place des différents éléments. On y apprend ainsi que "les réservoirs de stockage doivent être faciles d'accès, fermés par un accès sécurisé pour éviter tout risque de noyade et protégés contre toute pollution d'origine extérieur".
Le texte indique également les appareils ou équipements pouvant être raccordé au système. "L'utilisation d'eau de pluie collectée à l'aval de toitures inaccessibles est autorisée, à titre expérimental, pour le lavage du linge, sous réserve de mise en œuvre de dispositifs de traitement de l'eau adaptés et que la personne qui met sur le marché le dispositif de traitement de l'eau déclare auprès du ministère en charge de la santé les types de dispositifs adaptés qu'il compte installer et que l'installateur conserve la liste des installations concernées par l'expérimentation, tenue à disposition du ministère en charge de la santé".
Par ailleurs, l'arrêté du 3 octobre 2008 dresse la liste précise des équipements éligibles au crédit d'impôt. Il y est par exemple stipulé qu'une crapaudine doit être installée en haut de chaque descente de gouttière acheminant l'eau vers le stockage. Par ailleurs, une plaque apparente doit être scellée à l'intérieur de la maison au-dessus du robinet de soutirage, portant d'une manière visible la mention : "eau non potable" et un pictogramme caractéristique.
Pour consulter la liste du matériel éligible au crédit d'impôt, cliquez ici.
Et pour connaitre les conditions d'installation et d'utilisation d'un système enterré, cliquez ici.
Ce que dit la loi
Nous vous recommandons

Avec le froid qui s'installe, la tentation de rallumer son chauffage se fait sentir. Les gestes indispensables pour chaque type d'équipements.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic