L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Maximum ou l'art de transformer les déchets industriels en mobilier

Par Manon Mercier
,
le 19 décembre 2016
Maximum, manufacture de mobilier située en région parisienne, revalorise les déchets industriels. Tabourets aux couleurs acidulées, tables construites à partir d'échafaudages ou chaises réalisées avec de vieux parquets massifs voués à la benne... C'est LA nouvelle (et écologique !) idée qui séduit les industriels. Explications.
"Nous plaçons les déchets des industriels au départ d'un nouveau cycle de production", explique Armand Bernoud de la manufacture Maximum.
L'idée est révolutionnaire et écologique. Il s'agit de produire du mobilier en série. Un mobilier issu des matières premières jetées massivement par les industriels chaque jour. La jeune entreprise s'approvisionne auprès d'artisans et d'industriels parisiens.
"Au cours de son processus de production, l'industrie française rejette plus d'un tiers de sa matière première qu'elle transforme", précise le professionnel. Soit 350 millions de tonnes de matériaux qui finissent ainsi chaque année dans les bennes des usines.
Un mobilier unique qui se façonne au gré des déchets
La jeune manufacture a vu le jour en 2015. Elle ambitionne de "reprendre les déchets sériels (fabriqués en série) et de produire à son tour son propre mobilier en série." La forme initiale de la matière première est donc source de créativité pour Maximum : "Nos meubles sont dessinés en fonction de la forme des déchets récupérés. Nous les réemployons ensuite pour les transformer en objets", ajoute Armand Bernoud.
Tabourets ultra-colorés, tables construites à partir d'échafaudages ou chaises réalisées à partir de poudre plastique... Pour les découvrir, rendez-vous en pages suivantes...
Maximum ou l'art de transformer les déchets industriels en mobilier

Une table montée sur des échafaudages

Une table montée sur des échafaudages  - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels
Une table montée sur des échafaudages - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels © Maximum
Nom du produit : Clavex
Son histoire : L'ensemble de la table est issu des déchets industriels. D'ailleurs, sa structure verre/acier parle d'elle-même... Son look est 100% industriel ! Ses pieds, réalisés à partir d'échafaudages, lui garantissent stabilité et solidité. Son plateau de verre enfin apporte de la légèreté (en apparence... seulement) au mobilier.
La peinture époxy, utilisée pour recouvrir la table, est, à la base, présente sous la forme de poudre. Elle est déposée sur la structure et le tout est cuit pour faire adhérer la teinte au produit fini.
La couleur est unique. Elle dépend en effet des poudres "perdues" (jetées par l'industriel car la teinte n'est pas pure). Ces matières sont non-conformes aux critères de vente et se retrouvent ainsi revalorisées au travers du mobilier Maximum.
Le partenaire de Maximum : Altrad-Plettac
Une table montée sur des échafaudages

Des chaises en plastique recyclés aux couleurs uniques... et illimitées

Des chaises en plastique recyclés aux couleurs uniques... et illimitées - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels
Des chaises en plastique recyclés aux couleurs uniques... et illimitées - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels © Maximum
Nom du produit : Gravêne
Son histoire : En partenariat avec A.Schulman - grand groupe spécialisé dans le domaine de la plasturgie -, Maximum se lance le pari de réaliser une série de chaises... hautes en couleur.
L'histoire débute au moment de la mise en forme de la commande pour le client. A.Schulman réduit en poudre le plastique qu'il crée. Ce dernier est alors coloré dans la teinte souhaitée. Soit une teinte unique et pure.
Autrement dit, les commandes varient... et les couleurs changent en fonction des clients et de leurs besoins. "Pendant le broyage, il arrive que des résidus des plastiques précédents soient encore présents dans la machine. Ils viennent polluer la couleur des premiers sacs de la production en cours", précise Armand Bernoud.
C'est à ce moment précis que Maximum intervient dans la chaîne de production : la manufacture récupère ces "premiers sacs" voués à la benne. Dans son atelier enfin, elle transforme ces résidus en spaghettis de plastique liquide. La matière créée se dépose ensuite sur un moule pré-fait, en forme d'assise. (Voir sur la photo ci-dessus)
Les pieds de la chaise sont également produits à partir de vieux parquets massifs. Sur la photo, ce sont des tubes d'aciers (chutes industriels destinées au recyclage).
Le partenaire de Maximum : A.Schulman
Des chaises en plastique recyclés aux couleurs uniques... et illimitées

Une poudre ultra-colorée ... pour des assises acidulées

Une poudre ultra-colorée ... pour des assises acidulées - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels
Une poudre ultra-colorée ... pour des assises acidulées - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels © Maximum
Pour mieux comprendre : Voici à quoi ressemble concrètement la poudre de plastique broyée. (avant transformation en spaghettis de plastique liquide)
Une poudre ultra-colorée ... pour des assises acidulées

Des tabourets tatoués de tests industriels

Des tabourets tatoués de tests industriels  - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels
Des tabourets tatoués de tests industriels - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels © Maximum
Nom du produit : Rotoman
Son histoire : "Chez A.Schulman, un opérateur doit vérifier la conformité de chaque plastique produit. Ainsi, chaque jour, des tests sont moulés, observés et jetés", explique Armand Bernoud. Le résultat est abstrait et inutilisable. Il s'agit de "blocs" de plastique tatoués.
Conscient de la perte occasionnée par ces tests à répétition, Maximum propose à l'industriel de revaloriser ces déchets. Cette fois, le test prendra la forme d'un tabouret. Après avoir été observé, le "test" retrouvera ainsi une nouvelle vie : il deviendra une assise. (comme en témoigne ces inscriptions placées sous le tabouret)
Le partenaire de Maximum : A.Schulman
Des tabourets tatoués de tests industriels

Un arc-en-ciel de tabourets recyclés

Un arc-en-ciel de tabourets recyclés - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels
Un arc-en-ciel de tabourets recyclés - Maximum, l'art de recycler les déchets industriels © Maximum
Le résultat : Une multitude de couleurs, un produit réutilisable ... la fin des déchets !
Un arc-en-ciel de tabourets recyclés
Nous vous recommandons

Découvrez cette maison basse consommation qui s’intègre parfaitement dans son environnement marquant sa différence grâce à son esthétisme et en offrant d'excellentes performances énergétiques.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic