L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Bien choisir son plan de travail de cuisine

Par
,
le
Parce qu'il est l'un des éléments les plus sollicités dans une cuisine, le plan de travail ne peut pas être choisi à la légère. Forme, matériaux, disposition, éclairage ... De nombreux éléments doivent être pris en compte afin qu'il réponde parfaitement à vos besoins et qu'il dure le plus longtemps possible dans le temps. Petit récapitulatif.
Le plan de travail est sans conteste l'élément le plus important dans une cuisine. On y nettoie ses aliments, on y prépare les repas, on y cuisine et, parfois même, on y travaille ! Bref, nous nous en servons pour tout un tas d'activités, ce qui suppose qu'il soit à la fois très fonctionnel et très résistant. "Il doit être capable de résister à tout : à la chaleur, bien sûr, mais aussi aux éclaboussures et aux frottements", indique Bruno Rousseau, responsable développement produits cuisines au sein de la société Fournier, distributrice des marques Mobalpa, SoCoo'c et Pérène.
"Sachant qu'une cuisine a une durée de vie moyenne de 25 ans, poursuit-il, il faut choisir un plan de travail suffisamment robuste pour tenir sur toute la longueur, il faut donc être exigeant sur la qualité. Cela suppose d'y mettre le prix, un investissement que l'on ne regrette jamais !"
Conclusion ? Lorsque l'on choisit un plan de travail, il faut se projeter dans le temps : non seulement il doit être capable de répondre à un usage intensif, mais vous devrez aussi prendre en compte les notions d'entretien et d'hygiène et les combiner à une esthétique qui corresponde à vos goûts. Vous l'aurez compris en lisant ces quelques lignes : choisir un plan de travail n'est pas une tâche facile. Pour vous y aider, découvrez en pages suivantes les conseils de Maison à part.
Bien choisir son plan de travail de cuisine

Choisir la forme de son plan travail

Choisir la forme de son plan travail - Lapeyre
Choisir la forme de son plan travail - Lapeyre © Lapeyre
La première des choses à faire lorsque l'on commence à réfléchir à son plan de travail est de choisir sa forme. Et là, les professionnels sont unanimes : il faut essayer de dégager un maximum de surface libre. "Plus vous aurez d'espace pour travailler et plus cuisiner sera simple", explique Bruno Rousseau, responsable développement produits cuisines au sein de la société Fournier. Lorsque la place est limitée, on peut opter pour un plan à débordement rabattable qui permettra d'accroître la surface de travail sans pour autant empiéter sur l'espace disponible.
Autre solution possible dans le cas d'une cuisine avec îlot : les plans de travail coulissants qui viennent recouvrir la zone de cuisson et de lavage afin d'offrir de la surface supplémentaire et, même, pourquoi pas, créer une zone repas.
Pour optimiser au mieux la place disponible dans votre cuisine et gagner en confort, sachez qu'il est également possible de jouer avec les découpes de votre plan de travail. Dans un angle, par exemple, il est préférable d'opter pour un pan coupé plutôt que pour un angle droit. Sachez également que le plan peut être enrichi d'une avancée, droite ou courbée, qui s'avère bien pratique notamment au niveau des plaques de cuisson. Pour être plus à l'aise, on joue avec la profondeur de son plan de travail : "Passer de 60 cm, qui est la profondeur standard, à 80 cm est tout à fait faisable, nous confirme Steven Deleul, responsable produits meubles chez Ixina, mais sans aller jusque-là, même 5 ou 10 cm en plus, peuvent apporter un meilleur confort."
Enfin, mieux vaut également privilégier la continuité de la surface plutôt que de créer des ruptures de rythme. "Une grande longueur en linéarité est toujours mieux que plusieurs petites longueurs séparées par des éléments de rangement. Mettre des obstacles entre les zones de cuisson et de lavage est une erreur car cela nuit à la fluidité des mouvements", affirme le professionnel.
Choisir la forme de son plan travail

Choisir le matériau de son plan de travail

Mobalpa
Mobalpa © Mobalpa
Inox, stratifié, quartz, verre, bois, corian... La palette des matériaux avec lesquels on peut fabriquer un plan de travail est extrêmement large : pas facile donc, de se décider ! Un choix d'autant plus difficile à faire que tous présentent des avantages et des inconvénients. Le quartz, l'inox et la lave émaillée résistent, par exemple, très bien à la chaleur mais l'on ne peut pas en dire autant pour les plans de travail stratifiés , en bois ou encore en Corian. Ce dernier est en revanche beaucoup plus agréable au toucher et apporte à la cuisine une touche nettement plus chaleureuse.
Si vos priorités sont l'hygiène et la facilité d'entretien, optez pour du verre trempé ou des résines de synthèse qui sont plus faciles à nettoyer que les autres matériaux. En prime, ils apportent une forte valeur ajoutée en termes d'esthétique. Le verre apporte de l'élégance, le Corian, un côté design qui résulte de l'absence de jonction et de joint apparent.
Inutile de dire que dans la mesure où chaque matériau possède ses propres particularités, mieux vaut s'être bien documenté en amont sur chacun d'entre eux. Pour ce faire, pas la peine d'aller chercher très loin : reportez-vous aux catalogues des fabricants. En général, ils contiennent des tableaux comparatifs très clairs et très faciles à comprendre. Résistance aux rayures, aux chocs, à la chaleur, à un usage intensif... En un coup d'œil, vous aurez cerné les principales caractéristiques de tous les matériaux disponibles !
Choisir le matériau de son plan de travail

Bien calculer l'investissement

Ixina
Ixina © Ixina
Outre les propriétés techniques et esthétiques, il vous faudra aussi tenir compte du prix. Et pour cause : d'un matériau à l'autre, il peut être multiplié par 10 ! La fourchette démarre entre 50 et 100 € du m2 avec le stratifié - matériau le plus abordable donc le plus vendu- et peut aller jusqu'à plus de 600 € du m2 pour du granit ou du quartz. "Inutile d'opter pour un matériau hors de prix si l'on ne cuisine que très rarement, conseille Bruno Rousseau. En revanche, poursuit-il, si l'on destine sa cuisine à un usage intensif, l'investissement vaut le coup".
Bon à savoir : pour conserver votre plan travail en bon état le plus longtemps possible, il convient tout de même, quel que soit le matériau, de prendre un certain nombre de précautions : ne pas poser dessus des plats sortant directement du four, par exemple, ou encore ne pas découper dessus vos aliments.
Il faut également penser à l'entretenir régulièrement. Le bois réclame, par exemple, d'être huilé tous les deux ou trois mois durant la première année d'utilisation puis, au moins une fois par an les années suivantes.
Bien calculer l'investissement

Positionner les modules de manière logique

Positionner les modules de manière logique - Ixina
Positionner les modules de manière logique - Ixina © Ixina
La règle qui prévaut, lorsque l'on se penche sur l'implantation de la zone de cuisson et de lavage est de respecter l'enchaînement logique entre les différentes activités pratiquées dans une cuisine. Dans l'idéal, on placera donc le réfrigérateur au début de la chaîne puisque c'est vers lui que l'on se dirige en général en premier. Sachant que l'on commence souvent par nettoyer ses aliments avant de les faire cuire, on installera ensuite la zone de lavage et, enfin, en dernière position, le module cuisson. "Le but du jeu est de réduire les déplacements au maximum", précise Bruno Rousseau de la société Fournier.
S'il vous est possible de suivre cet ordre, sachez qu'il y a quelques règles de bon sens à respecter : on évitera, par exemple, d'installer sa plaque de cuisson contre un mur de manière à éviter les salissures et à pouvoir utiliser ses poêles et de ses casseroles sans aucune gêne. Positionner son évier au bout d'un plan de travail est également déconseillé, compte tenu une fois encore des risques d'éclaboussures.
Pour une question de sécurité, il faut également veiller à laisser un espace libre de 30 cm de chaque côté de son évier et de ses plaques de cuisson.
Bon à savoir : Les éviers et les plaques de cuisson peuvent être installés de trois manières différentes. Ils peuvent être encastrés - c'est-à-dire être installés sur le plan de travail -, être affleurant - la cuve est installée par-dessous le plan de travail - ou encore sous plan : le montage a été effectué en usine par en dessous de manière à ce que la cuve soit exactement au même niveau que le plan de travail du coup on ne voit plus du tout la tranche du plan de travail.
Positionner les modules de manière logique

Agrémenter d'accessoires malins

Agrémenter d'accessoires malins - Lapeyre
Agrémenter d'accessoires malins - Lapeyre © Lapeyre
Pour rendre sa cuisine plus fonctionnelle, on peut l'enrichir d'accessoires. Porte-ustensiles, poubelles, porte-savons, égouttoir... De nombreux éléments peuvent être directement intégrés au plan de travail ou à l'évier ce qui permet de gagner une place considérable. Pour dégager un maximum de surface libre, on peut également l'agrémenter d'un mât de rangement : une barre qui relie le plan de travail au plafond. Les ustensiles y sont rangés verticalement et tournent autour de lui, facilitant ainsi la prise en main des utilisateurs. Autre alternative possible, plus commune mais tout aussi pratique : les barres à installer horizontalement au niveau de la crédence.
Lorsque l'épaisseur du plan de travail le permet, on peut même y intégrer des tiroirs. Bien entendu, on ne peut y ranger que des accessoires de faible épaisseur - ustensiles, planche à découper ou pèse aliment - mais cela reste extrêmement pratique et surtout, cela accroît de manière discrète la capacité de rangement.
Pour une esthétique épurée, on optera pour des blocs-prises escamotables. Munis en général de trois prises, ils sont bien pratiques pour le petit électroménager que l'on utilise que ponctuellement et permettent, une fois encore, de dégager un maximum de surface libre sur le plan de travail.
Pour être pratique et agréable, un plan de travail se doit aussi d'être bien éclairé. Le mieux est de multiplier les sources de lumière un peu partout et surtout de prévoir des éclairages encastrés - spots LED encastrés, réglettes extra plate, etc. - sous les meubles hauts de la cuisine. Lorsque la cuisine n'est pas utilisée, ils pourront servir à créer une ambiance.
Sachez d'ailleurs qu'il existe des crédences rétro-éclairées qui peuvent également vous aider à éclairer votre plan de travail tout en apportant une touche déco supplémentaire à votre cuisine.
Agrémenter d'accessoires malins

Se tenir informé des innovations 1/2

Cosentino
Cosentino © Cosentino
Le secteur de la cuisine est un secteur dans lequel apparaissent régulièrement de nouvelles innovations et de nouveaux concepts permettant tantôt d'économiser l'eau ou d'améliorer l'hygiène, tantôt de favoriser la convivialité. Se tenir informer est donc important pour trouver des idées et, surtout, avoir une cuisine à la pointe de la modernité.
En ce qui concerne les plans de travail, il semble que l'innovation se situe au niveau des matériaux. L'offre s'est en effet récemment étoffée avec de la céramique (matériau considéré par beaucoup comme étant actuellement le plus résistant du marché pouvant s'utiliser sur une très fine épaisseur), du marbre de Carrare ou des revêtements dits "actifs". Sur la Foire de Paris, qui se déroule actuellement à la porte de Versailles, on peut d'ailleurs découvrir le Bio2Clean®, un carrelage aux propriétés antibactériennes. "Votre pièce s'auto-stérilise aussi bien que si vous la nettoyiez plusieurs fois par jour à la Javel", assure ainsi le fabricant.
Ces dernières années, on voit également apparaître de nouveaux concepts de cuisines. Lors du dernier salon du meuble de Milan, on a ainsi pu découvrir le projet Shaping Silestone® des frères Campana. Le plan de travail se décompose en trois modules qui, au lieu d'être implantés le long des murs, sont disposés au milieu de la pièce de manière à former un îlot à plusieurs axes - comme les éléments d'un couteau suisse ! Les utilisateurs peuvent tourner autour, y cuisiner, s'y accouder pour discuter, s'y installer pour travailler... Bref, ils sont libres de se l'approprier comme ils le souhaitent !
Suite et fin en page suivante.
Se tenir informé des innovations 1/2

Se tenir informé des innovations 2/2

Pérène
Pérène © Pérène
Quelques années plus tôt, c'est le fabricant Pérène qui avait fait lui-aussi parler de lui avec son "chemin d'eau", conçu par le designer Jean-Michel Policar.
Son idée ? Remettre l'eau au cœur de la cuisine en transformant l'évier en un "canal" à partir duquel on peut à la fois laver ses aliments, les découper mais aussi égoutter sa vaisselle. "Le chemin d'eau, ce sont deux zones sèches associées à un canal ponctué par une vasque, et sur lequel prennent appui divers accessoires modulables : égouttoirs à légumes, à vaisselle et à verres, ou encore planche à découper", explique-t-on chez Pérène.
Grâce à ce système de vases communicants, la cuisine gagne en convivialité et l'utilisateur en confort d'utilisation. Pour couronner le tout, il réalise des économies puisque l'eau utilisée pour nettoyer les aliments se déverse directement dans l'évier et peut ainsi être réemployée pour laver de la vaisselle. Un concept promis à un bel avenir !
Se tenir informé des innovations 2/2
Nous vous recommandons

A L'origine, une maison passive de 100m2. En 2012, les propriétaires misent sur une extension afin d'agrandir leur bien en conservant tous les atouts écologiques du premier logement.