L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

L'éolien est-il trop cher et inapproprié ?

Par M.D
,
le 24 juillet 2008
eolienne
eolienne © DR
Le développement de l'éolien a été prescrit par le Grenelle de l'environnement comme énergie alternative pour faire baisser nos émissions de gaz à effet de serre. Mais ce développement a un coût, et c'est ce que dénonce l'Institut Montaigne dans un rapport publié récemment. D'après lui, cette solution engendre un surcoût économique important et ne serait pas la plus appropriée. Explications.
Le développement de l'énergie éolienne en France tel que l'a envisagé le Grenelle de l'environnement ne serait "pas la solution économique la plus appropriée", et ne répondrait "pas à un besoin étant donné la sobriété du parc de production électrique français en termes de CO2". C'est la conclusion d'une enquête publiée par l'institut Montaigne, "think tank", ou réservoir d'idées visant à influencer utilement le débat public. Si l'objectif est louable (atteindre les 20% d'énergie renouvelable à l'horizon 2020), les moyens ne sont pas adaptés, selon l'institut Montaigne. En effet, d'après l'étude, "l'objectif de 25.000 mégawatts (MW) affiché lors du Grenelle se traduirait, s'il était atteint, par un surcoût annuel moyen d'un milliard d'euros entre 2008 et 2020 et dépasserait les 2,5 milliards au-delà de 2020".

Un investissement initial coûteux

L'institut Montaigne justifie sa position en expliquant notamment que l'éolienne est une énergie "plus chère qu'il n'y paraît". "L'investissement initial explique la majeure partie du coût de l'éolien. (...) Ce coût est aujourd'hui à la hausse, d'une part en raison de l'augmentation du prix des matériaux de construction et, d'autre part, en raison de la forte demande d'éoliennes à travers l'Europe". A cela s'ajoutent le cout de l'entretien et le renforcement du réseau de transport d'électricité, l'installation de nouveaux équipements nécessitant beaucoup plus de temps (7 ans) que celle d'une ferme d'éoliennes (2 ans). Au final, l'étude estime le coût annuel complet de l'éolien terrestre à 163 euros/kW, alors que les économies réalisées chaque année grâce à ce procédé sont de 87 euros/kW d'éolien.
Mais tous ne sont pas d'accord avec les chiffres avancés par cette étude. Pour André Antolini, président du Syndicat français des énergies renouvelables (SER) interrogé par l'AFP, ces chiffres ne sont "pas conformes à la réalité" et font abstraction des analyses menées par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). "C'est la technologie la plus mature en termes d'énergies renouvelables et la France a le second gisement de vent en Europe", ajoute-t-il.
L'électricité faible émettrice de CO2
Autre argument de l'étude, la production d'électricité en France émet très peu de CO2, en raison de la part importante qu'y occupent le nucléaire et l'hydraulique. Aussi, s'agit-il de limiter les émissions de gaz à effet de serre, il serait plus judicieux de privilégier des solutions telles que la biomasse, les pompes à chaleur ou encore l'isolation des bâtiments, qui "réduisent les émissions de CO2 à moindre coût".
Selon les chiffres du SER, plus de 2.200 éoliennes étaient installées sur le territoire français en mai 2008, ce qui équivaut à une puissance de 3.000 MW. On construit une moyenne de 1.000 MW d'éolien chaque année, et 7.300 MW d'éolien à venir ont déjà reçu leur permis de construire. La France reste cependant loin derrière l'Allemagne, qui compte 22.000 MW, et l'Espagne, avec ses 15.000 MW.
L'éolien est-il trop cher et inapproprié ?
Nous vous recommandons

Admirez la possibilité que les ouvertures peuvent apporter à votre quotidien afin que l'extérieur et l'intérieur ne fassent qu'un.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic