L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Tout savoir sur l'architecture végétale

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 2 mars 2012
Elles se multiplient sur les façades des immeubles, et sur les toits de certaines maisons. Les surfaces végétalisées offrent de nombreux avantages, visuels mais aussi acoustiques et thermiques. Peut-on installer un mur végétal sur n'importe quelle façade ? Faut-il avoir la main verte pour l'entretenir ? Les réponses à vos questions dans notre fiche pratique.
Un jardin vertical, sur la façade de votre maison, cela vous tente ? A l'image d'installations de plus en plus nombreuses, vous rêvez d'une toiture végétale ? Découvrez, en pages suivantes, les avantages de l'architecture végétale, ses grandes règles et ses difficultés.
Tout savoir sur l'architecture végétale

Décorer murs et toitures avec des végétaux

Décorer murs et toitures avec des végétaux - Architecture végétale
Décorer murs et toitures avec des végétaux - Architecture végétale © Greenwall / Architecture végétale, Editions Eyrolles
La gare du Nord et le musée du quai Branly à Paris, le quai Rive Neuve dans le Vieux-Port de Marseille, le Palais Miramar sur la Croisette cannoise... Les murs et toitures végétales se multiplient depuis quelques années, pour le plus grand plaisir visuel des passants. "Ils créent un nouvelle forme de square, vertical, sans perte de foncier" illustre Jean-François Daures, architecte et auteur d'un livre sur l'architecture végétale (voir ci-dessous).
La végétalisation est une option très intéressante pour cacher un mur disgracieux, dans la cour d'un immeuble, par exemple. D'autant plus qu'il n'y a pas de contre-indication pour installer une structure végétale sur un mur, pour peu que l'on choisisse la technique adaptée au mur ou à la toiture (voir page 5).

Le plaisir des yeux... et du nez

La vue n'est pas le seul sens qui profite du mur végétal ! L'odorat aussi est mis en éveil, grâce à certaines plantes. "L'immortelle, par exemple, dégage une odeur proche de celle... du curry !" nous explique Jean-François Daures. Installé à l'intérieur, dans la cuisine par exemple, ou à l'extérieur, le mur végétal contribue à l'esthétique de la maison, mais il joue aussi un rôle dans les conforts thermiques acoustiques. Découvrez-le en page suivante.
Architecture végétale
Architecture végétale © Architecture végétale, Editions Eyrolles
 

Architecture végétale

Jean-François Daures
Editions Eyrolles
250 pages
Prix public indicatif : 32 €
Décorer murs et toitures avec des végétaux

Les avantages thermiques et acoustiques des surfaces végétalisées

Les avantages thermiques et acoustiques des surfaces végétalisées - Architecture végétale
Les avantages thermiques et acoustiques des surfaces végétalisées - Architecture végétale © Greenwall / Architecture végétale, Editions Eyrolles
"Le bruit est la première pollution urbaine" rappelle Jean-François Daures, et le mur végétal est une solution intéressante pour le contrer. Installer une structure accueillant des végétaux sur une façade, en laissant une lame d'air ventilée entre les deux, permet de limiter sensiblement le bruit. "Grâce à cette lame d'air, un mur végétal absorbe jusqu'à 18 décibels (dBA)" explique l'architecte.
Pour un immeuble en ville, le système ne remplacera pas une isolation acoustique, mais il permet d'améliorer nettement le bilan visuel et sonore, dans une cour qui résonne par exemple. "Si vous souhaitez installer un mur végétal à des fins décoratives, optez pour une installation acoustiquement performante : elle ne coûtera pas beaucoup plus cher" conseille Jean-François Daures.

Un système de rafraîchissement naturel

Esthétique, acoustique, odorant... et rafraîchissant ! Le mur végétal avec lame d'air ventilée fait circuler l'air chaud et le refroidit, pour un confort d'été optimisé. "On peut gagner jusqu'à 15°C, ce qui est particulièrement intéressant pour les maisons à ossature bois, qui manque d'inertie thermique" explique Jean-François Daures.
"Le mur végétalisé agit vraiment comme un mur manteau" continue l'architecte. Il protège la façade contre les intempéries et, à l'échelle d'une ville, il rafraîchit l'air, grâce à un phénomène d'évapotranspiration, lié à la respiration des plantes.

Et la pollution de l'air ?

Certaines plantes sont connues pour dépolluer l'air. Mais à l'échelle du mur ou de la toiture végétalisés, Jean-François Daures reste circonspect : "les études du CIRAD de Grenoble rappelle que les effets dépolluants ont été observés dans un milieu clos. Difficile, donc d'extrapoler à un espace complètement ouvert".
En page suivante, découvrez les grandes règles de l'architecture végétale.

Le conseil du pro :

Ce ne sont pas les plantes, mais le substrat et la structure (voir page 4) qui font l'efficacité technique du mur végétalisé. Et tous les systèmes ne se valent pas en matière de confort thermique et acoustique. Si vous souhaitez avant tout optimiser votre habitat, "optez pour une installation certifiée par le CSTB" conseille Jean-François Daures.
Les avantages thermiques et acoustiques des surfaces végétalisées

Les règles de l'architecture végétale

Les règles de l'architecture végétale - Architecture végétale
Les règles de l'architecture végétale - Architecture végétale © Architecture végétale, Editions Eyrolles
Qu'elle soit placée en façade ou en toiture, la structure végétale se compose d'un support, garni d'un substrat sur lequel vont pousser les plantes, et d'un système d'irrigation.
La technique la plus simple consiste à faire monter des plantes grimpantes (type lierre) sur les façades, en les aidants de câbles en inox. Les bacs de substrats peuvent alors être posés au pied du mur. "C'est une solution simple, mais décevante du point de vue de la biodiversité, car en général une seule plante monopolise la surface" explique Jean-François Daures. Comptez environ 60 euros pour un système de lianes.
Vous pouvez également choisir le mur composé de jardinières empilées, ou de caissons. Les supports peuvent être achetés en magasins (comptez environ 400 euros pour un mur en bacs), ou réalisés maison. "A l'aide de maille grillagée plastifiée, on peut fabriquer de parfaits casiers" affirme Jean-François Daures. Dans les deux cas, optez pour un support non clos, qui permet aux racines de s'étendre, et aux plantes de se déplacer sur le mur végétal.

Un bon substrat pour des plantes en bonne santé

Pour le choix du substrat, quelques règles s'imposent. Il doit résister aux arrosages successifs, à la putréfaction, et fournir suffisamment de nutriments aux plantes sans avoir besoin d'être changé régulièrement.
Jean-François Daures conseille d'opter pour la sphaigne, pour ses propriétés idéales. Cette plante proche de la mousse est antibactérienne, antifongique, et peut retenir jusqu'à 15 fois son poids en eau. "Elle régule l'eau, de telle sorte que chaque plante puise l'eau dont elle a besoin. Un cactus peut donc cohabiter avec une plante qui a besoin de beaucoup plus d'eau, sans problème" ajoute l'architecte.
Le feutre horticole en rouleau (2,70 euros le mètre) ou les plaques en fibre de coco sont également des solutions intéressantes. "Mais elles n'apportent pas la même efficacité acoustique et thermique" précise Jean-François Daures.
Enfin, des systèmes d'irrigation en kit existent dans les magasins de bricolage et d'horticulture. N'oubliez pas de prévoir un espace pour le local technique, ainsi qu'un bac pour récupérer l'excédent d'eau le cas échéant.
En pages suivantes, apprenez à bien choisir les plantes de votre installation végétale.

Attention !

Le support doit toujours être étanche. Dans le cas d'une toiture végétalisée, la remarque est encore plus valable. "Le film antiracinaire est indispensable" insiste Jean-François Daures. Proscrivez également les plantes aux racines puissantes, comme les bambous, "qui peuvent transpercer le béton" précise l'architecte.
Les règles de l'architecture végétale

Bien choisir les plantes d'un mur végétal

Bien choisir les plantes d'un mur végétal - Architecture végétale
Bien choisir les plantes d'un mur végétal - Architecture végétale © Architecture végétale, Editions Eyrolles
Aussi étonnant que cela puisse paraître, toutes les plantes savent défier la gravité, et pousser à la verticale. Jean-François Daures évoque même un plafond végétal qu'il a créé, et dont le résultat l'a beaucoup surpris : "les plantes se sont mises à pousser à l'envers, et en spirale, pour chercher la lumière !".
Pratiquement toutes les plantes peuvent être installées sur un mur végétal. Mais le choix des essences n'est pourtant pas anodin. "Il faut savoir marier les espèces entre elles, car certaines trop envahissantes entraînent une mortalité forte de leurs voisines" explique Jean-François Daures. Des palettes de plantes existent, proposant des combinaisons réussies. A défaut, adressez-vous à un spécialiste.

15 à 20 espèces ou variétés différentes

Jean-François Daures conseille vivement d'éviter la monoculture, pour stimuler la biodiversité, mais aussi pour la survie de la structure végétale. "Sur un mur qui ne présente que deux variétés différentes, si une maladie attaque l'une des deux, c'est la moitié de l'installation qui se trouve dénudée". Assurez vos arrières en combinant 15 à 20 espèces ou variétés, "cela ne coûte pas plus cher, et c'est visuellement plus intéressant".
Placez les plantes qui ont le plus besoin d'eau en bas du mur, et, à l'inverse, les plantes de terrain sec en haut et sur les bords de la structure. "Arrosez très peu et de manière régulière, en fonction de la saison" ajoute l'architecte. Et pour l'entretien ? "Rien de plus que dans un jardin classique : désherbage régulier, très rarement une taille".
Bien choisir les plantes d'un mur végétal
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic