L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Étudiants : 10 conseils pour se loger en toute sérénité

Par Amélie Pierquin
,
le 8 septembre 2014
À la rentrée, le logement devient la préoccupation première, mais aussi la plus urgente, de nombreux étudiants. Qu'ils soient déjà installés ou en pleine recherche, de nombreuses questions font surface. Quel type de logement choisir ? Comment trouver des aides financières ? Comment éviter les déconvenues avec son bailleur ? Éléments de réponse.
Chaque année, en période de rentrée scolaire, la course au logement fait rage chez les étudiants. Dans les grandes villes universitaires, comme Paris, où le marché est tendu, les places se font rares et chères.
Si des résidences universitaires existent, elles ne suffisent malheureusement pas à loger l'intégralité des étudiants qui quittent le domicile familial pour terminer leurs études. Reste alors la solution de la location, seul ou à plusieurs, d'un studio, d'une grande maison à partager ou d'une chambre chez l'habitant.
Malgré les difficultés, quelques conseils pratiques peuvent faciliter la recherche des étudiants ainsi que leur emménagement. Faire les bons choix, trouver les bonnes pistes, éviter les pièges... Découvrez, en pages suivantes, dix conseils aux étudiants pour se loger en toute sérénité.
Article mis à jour le 2 mars 2017.
Étudiants : 10 conseils pour se loger en toute sérénité

Logement étudiant : faire marcher son réseau

Dans la recherche de logement, si vous souhaitez intégrer le parc privé, la première chose à faire est de vous tourner vers votre entourage.
Que ce soit votre famille, vos amis ou les amis de vos parents, quelqu'un de proche pourrait avoir entendu parler d'un appartement libre ou avoir soi-même un bien à disposition.
Si les recherches sont infructueuses, vous pouvez utiliser des réseaux plus larges. Passez une annonce sur Facebook dans votre cercle de connaissances pour éviter les arnaqueurs ou les mauvais plans, ou parlez-en aux commerçants de quartier. Parfois, les situations se débloquent très rapidement, simplement grâce au bouche-à-oreille.
Logement étudiant : faire marcher son réseau

Etudiants, où chercher votre logement ?

Si personne dans votre entourage, proche ou élargi, n'est en mesure de vous aider à trouver votre logement, de nombreuses autres possibilités s'offrent à vous.
Vous pouvez faire appel aux professionnels de l'immobilier comme les agents immobiliers, les administrateurs de biens, les bailleurs institutionnels ou le réseau des notaires. En passant par ces professionnels vous avez la certitude d'être protégés par un cadre légal.
En effet, leur profession est régie par la loi Hoguet (loi du 2 janvier 1970), qui exige qu'ils soient titulaires d'une carte professionnelle délivrée par la préfecture te renouvelable chaque année. Cette carte est la garantie pour vous que votre interlocuteur est apte à exercer et qu'il n'a pas été condamné pour fraude, escroquerie ou vol.
Cependant, ses prestations ont un coût et les commissions alourdissent la facture.
Vous pouvez également louer entre particuliers. Louer entre particuliers permet d'éviter de payer une commission et la sélection des locataires est moins sévère que chez les investisseurs institutionnels par exemple.
Mais attention, les particuliers ont tendance à surévaluer leur bien, il peut donc s'avérer plus rentable de payer des frais d'agence qu'un loyer trop élevé pendant des années. De plus, il est nécessaire de toujours vérifier les dires du bailleur quant à l'état du bien.
Il existe aussi des foyers d'étudiants ou de jeunes travailleurs, ainsi que des cités universitaires. Ce type de logement est très convoité car les prix sont très abordables. Cependant les places sont limitées et les critères d'entrée strictes.
"Les étudiants aiment souvent ce type de logement car cela favorise la solidarité entre jeunes, essentielles lorsque l'on quitte ses parents pour habiter une nouvelle ville, souvent plus grande", nous explique Laure Bourgoin, chargée de mission logement à la Confédération de la consommation du logement et du cadre de vie (CLCV).
Il existe une autre personne auprès de laquelle vous pouvez faire votre demande de logement, si vous êtes salarié : votre entreprise.
Le 1% logement ou 1% patronal, consiste à offrir, par une participation des entreprises, des logements locatifs sociaux et conventionnés aux salariés ou à apporter un large éventail d'aides aux propriétaires mais également aux locataires. Ce système est ouvert aux étudiants répondant à certains critères :
- les étudiants boursiers d'État de l'Éducation Nationale Française
- les étudiants justifiant d'un contrat à durée déterminée ou d'un stage d'une durée minimale de 3 mois au moment de la demande d'aide.
Etudiants, où chercher votre logement ?

Etudiants, anticipez pour vous loger

Pour ne pas vous retrouver dépourvu au moment de la rentrée scolaire, le conseil le plus avisé est sans doute de vous y prendre à l'avance.
Une demande de logement, qu'elle soit dans le privé ou non, aboutie rarement en quelques jours.
"Pour les demandes auprès du CROUS par exemple, pour obtenir une place en cité universitaire, il ne faut surtout pas attendre le mois de septembre. Les demandes sont nombreuses et plus le marché est en flux tendu, plus les places se font chères", rappelle Laure Bourgoin de la CLCV.
En outre, emménager dans un lieu que vous avez choisi par dépit ou à la va-vite peut vous réserver de désagréables surprises.
Etudiants, anticipez pour vous loger

Etudiant, évaluez votre budget logement

Avant de vous lancer dans vos recherches de logement, il est important de bien préparer votre dossier pour perdre le moins de temps possible, et surtout de définir clairement le budget que vous souhaitez mettre dans votre loyer.
Votre budget affinera vos recherches, il déterminera la localité et la taille de votre logement.
Tentez de savoir si vos parents peuvent vous aider d'une petite participation mensuelle, voyez si votre emploi du temps vous laisse le temps d'avoir un job en parallèle des cours, si vous recevez la bourse de l'Éducation Nationale, etc.
En page suivante, découvrez nos conseils pour trouver des aides financières
Etudiant, évaluez votre budget logement

Logement étudiant : trouver des aides financières

En moyenne, un étudiant recherche un appartement d'une surface réduite (de 10 m2 à 18 m2) avec un loyer allant de 450 € à 800 €. Pour vous aider à assumer cette charge, des aides financières sont attribuées selon des critères divers.

Les aides de la CAF

Les plus connues, l'Aide personnalisée au logement (APL) et l'Allocation de logement à caractère sociale (ALS), sont versées par la Caisse d'allocation familiale (CAF).
Elles ne sont pas cumulables, et répondent à des conditions d'attribution strictes, comme la surface du logement (9 m² au moins), son état, et vos ressources. Ces aides sont valables également pour les résidences universitaires et les appartements meublés.
Si elles étaient auparavant rétroactivement versées depuis le début de l'année scolaire, les aides de la CAF ne le sont plus. Ne tardez donc pas à déposer votre dossier !

La Caution locative étudiante

La Caution locative étudiante (CLÉ) est une aide destinée aux étudiants dont les familles ne peuvent jouer le rôle de caution.

L'Avance Loca-pass

Ce prêt sans intérêts ni frais de dossier est accordé par un organisme d'Action logement, pour financer le dépôt de garantie d'un logement du parc public ou privé. L'étudiant doit en revanche être salarié ou stagiaire sous contrat dans une entreprise.

Les aides locales

Un Fonds de solidarité pour le logement (FSL) est instauré dans chaque département, pour aider les locataires en difficultés. Il peut servir à financer le premier loyer, le dépôt de garantie ou encore l'assurance du logement.
Certaines communes proposent des aides destinées aux étudiants, comme l'AILE à Paris (Aide à l'installation dans un logement pour les étudiants). Ce versement de 900 euros est destiné aux étudiants boursiers ou non locataires d'un logement vide.
Logement étudiant : trouver des aides financières

Choisir le type de logement étudiant qui vous convient

"Le choix du type de logement dépend, principalement, du budget. Les biens dans le secteur privé sont plus chers en moyenne que les autres, mais sont moins difficiles d'accès. En tant qu'étudiant, il faut simplement faire attention à ne pas se faire avoir par un propriétaire qui abuserait de la naïveté ou de la situation précaire des jeunes", rappelle Laure Bourgoin, chargée de mission logement à la CLCV, interrogée par Maison à part.
Dans le secteur privé, il y a plusieurs façons de se loger : l'on peut louer simplement un appartement à un particulier, ce qui vous offre une liberté accrue et autonomie totale, il existe même des appartements meublés qui permettent de réduire les coûts lors de l'installation.

La colocation

Il y a également la possibilité de se mettre en colocation : une bonne solution pour ceux qui souhaitent avoir plus d'espace.
Depuis la loi ALUR, la clause de solidarité qui imposait au colocataire quittant l'appartement de s'acquitter des charges et de sa part du loyer jusqu'à la fin du bail, a été supprimée.
"Pour que la colocation se passe bien et éviter tout litige il est important que le mode de répartition des charges soit clairement établi entre les locataires, ce n'est en aucun cas le rôle du bailleur de trancher sur ce type de problème", conseille Laure Bourgoin.
Sous-louer une chambre chez l'habitant est également une solution pour gagner de l'espace et de l'argent. Le concept de colocation solidaire se développe de plus en plus, répondant à trois problèmes de société : la pénurie de logements, la solitude des personnes âgées, et leur précarité croissante.
Certaines associations proposent une chambre chez un senior contre la réalisation de services (travaux, ménages, etc.), mais attention, les horaires de présence auprès de la personne âgée sont alors réglementés.
Moins contraignante, la location d'une chambre dans une famille. Idéale pour les étudiants étrangers, cette solution permet de s'intégrer rapidement dans une nouvelle ville (ou un nouveau pays).
Les chambres d'étudiants
Les biens les plus recherchés par les étudiants sont les chambres en résidences universitaires. Leur nombre est encore insuffisant pour répondre à toutes les demandes, et les places très prisées sont réservées aux étudiants boursiers ou en difficultés financières. Adressez-vous au CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de la région où vous souhaitez vous installer.
Choisir le type de logement étudiant qui vous convient

Logement étudiant : Vous renseigner sur vos droits et devoirs

Avant de vous lancer dans une recherche de logement ou avant d'entrer dans votre nouvel appartement, il est très important que vous vous renseigniez sur vos droits et vos devoirs en tant que locataire. Vous êtes une cible facile pour les personnes mal intentionnées.
"Pour ne pas tomber dans des arnaques, on ne répétera jamais assez de bien lire tout document avant de le signer, l'on peut aussi se faire accompagner par des associations pour les locataires ou les étudiants", rappelle Laure Bourgoin de la CLCV.
Logement étudiant : Vous renseigner sur vos droits et devoirs

Logement étudiant : faire preuve de bon sens

Pour déjouer les abus ou les pièges tendus par les bailleurs peu scrupuleux, il suffit bien souvent de faire preuve de bon sens.
"Nous ne traitons pas plus litiges à propos de jeunes qui se font avoir que d'autres tranches d'âge. C'est souvent juste une question de bon sens. On ne doit pas accepter n'importe quoi de la part de son propriétaire", explique Louise Bourgoin, chargée de mission logement à la CLCV.
Logement étudiant : faire preuve de bon sens

Logement étudiant : se protéger grâce aux assurances

Il est obligatoire de souscrire à une assurance lorsque l'on emménage dans un nouvel appartement. Pour un étudiant qui n'a pas de ressources, ou peu, cela peut avoir un réel impact sur le budget.
Mais cet investissement vaut vraiment la peine, s'il y a un dégât quelconque dans votre appartement et que vous n'êtes pas assuré, la totalité des frais de réparation vous incombe, même si vous n'êtes pas propriétaire. De plus, un défaut d'assurance peut entrainer une rupture de contrat avec votre bailleur.
Le propriétaire est en mesure de souscrire lui-même une assurance pour vous et l'inclure dans vos charges mensuelles ou annuelles.
Logement étudiant : se protéger grâce aux assurances

Logement étudiant : Bien faire votre état des lieux à l'entrée

Vous avez enfin trouvé un appartement, bravo ! Mais avant d'emménager ne négligez pas l'état des lieux à l'entrée. Il est important d'être exhaustif, n'ayez pas peur de pinailler ou de trop vous attarder sur des détails.
"Si l'état des lieu à l'arrivée est bâclé, ce sera forcément en défaveur du locataire. En effet, l'état des lieux de sortie est mené par le propriétaire et si celui-ci est rigoureux, le moindre souci non signalé à l'entrée sera facturé au locataire", précise Laure Bourgoin de la CLCV.
Si, au fur et à mesure de votre emménagement, vous découvrez des éléments à signaler (robinet qui coule, porte qui ne ferme pas...) vous avez jusqu'à 15 jours après l'entrée dans l'appartement pour envoyer un courrier détaillant tous ces problèmes à votre propriétaire.
Logement étudiant : Bien faire votre état des lieux à l'entrée
Nous vous recommandons

Découvrez les solutions de constructeurs pour des maisons plus performantes et plus confortables.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic