L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

8 conseils pour améliorer la qualité de l'air intérieur chez soi

Par Céline Chahi
,
Mis à jour le 18 février 2019
La pollution de l'air se trouve autant à l'extérieur qu'à l'intérieur de la maison. La bonne nouvelle, c'est que nous pouvons, par de petits gestes simples, parvenir à améliorer la qualité de notre air intérieur. Découvrez lesquels.
Les pollens, les pesticides agricoles, le trafic routier... Les sources de pollutions extérieures sont nombreuses mais elles sont, dans l'ensemble, bien identifiées. C'est encore loin d'être le cas dans nos maisons. Or, comme le souligne l'Association Qualitel, qui vient d'éditer une brochure regroupant des conseils pour améliorer la qualité de l'air intérieur chez soi : "nous sommes exposés à de multiples 'polluants' présents dans l'air intérieur".

Seulement voilà, on ne les perçoit pas forcément. Certains émanent des produits ou des équipements qui se trouvent chez nous, d'autres sont liés à nos usages et nos comportements. Comment agir à notre échelle pour améliorer la qualité de l'air intérieur ? Réponses en 8 conseils pratiques faciles à mettre en œuvre au quotidien.


 
Écoutez les conseils de la rédaction de Maison à part.com pour améliorer la qualité de l'air à l'intérieur de votre maison, dans la rubrique "La vie en vraie" de la matinale de Sud Radio.

A réécouter ici.

Et ne ratez pas notre intervention dans cette rubrique, tous les lundis à 6h40 en direct sur les ondes de Sud Radio !
 
 

Aérer son logement régulièrement, en particulier la chambre


Pour permettre à l'air vicié de s'évacuer de votre logement, il convient de l'aérer au moins deux fois par jour pendant 10 min. "Il est essentiel de bien aérer la chambre car c'est une pièce très chargée en dioxyde de carbone", explique Jean-Frédéric Bailly, directeur études et recherches au sein de l'Association Qualitel. "En ouvrant ses fenêtres le matin, on fait disparaitre les émanations de la nuit et en les ouvrant le soir, celles de la journée", poursuit-il.

Certaines circonstances exceptionnelles nécessitent d'accroître les périodes d'aération, c'est notamment le cas lors de travaux ou de cessions intensives de cuisine.

A retenir : il est déconseillé d'aérer son logement en cas de pic de pollution. Attention également, si votre logement est situé en ville, le long d'une artère passante. Dans ce cas, n'aérer pas lors des heures de pointe.

Comprendre comment la ventilation de son logement fonctionne


Comprendre comment la ventilation de son logement fonctionne est primordial pour savoir comment circule l'air à l'intérieur et d'où arrive l'air extérieur. "Mieux on comprend comment se font les échanges d'air entre l'intérieur et l'extérieur et mieux l'on peut agir pour qu'ils se fassent dans de bonnes conditions", assure Jean-Frédéric Bailly.

Où sont les entrées et les sorties d'air ? Quels appareils ont été installés et où ? Autant de questions que les occupants doivent se poser au moment de leur installation dans le logement.

Comprendre comment la ventilation de son logement
Comprendre comment la ventilation de son logement © QUALITEL
 

Bien entretenir ses appareils de ventilation


Pour que les flux d'air circulent le mieux possible donc que les polluants s'évacuent bien du logement, il convient tout d'abord de vérifier que les entrées d'air et les bouches d'extraction ne soient pas obstruées. Il est recommandé de nettoyer régulièrement les différents équipements dédiés à la ventilation.

"La plupart d'entre eux sont démontables, il ne faut donc pas hésiter à les retirer pour les entretenir", encourage Jean-Frédéric Bailly. Les grilles de ventilation, par exemple, peuvent facilement être nettoyées mais encore faut-il y penser !

En cas de fort encrassement, on pourra changer le filtre, une opération simple à la portée de tous.

Adopter les bons gestes en cuisine


La cuisine est une pièce du logement particulièrement sensible en termes d'émissions de polluants. "La cuisson des aliments peut provoquer l'émission de COV", alerte l'Association Qualitel dans une brochure regroupant des conseils pratiques pour réduire la pollution de l'ait intérieur chez soi. "L'exposition des occupants aux vapeurs et fumées qui se dégagent est alors quotidienne et leur toxicité a été mise en évidence lors d'expérience en laboratoire". Voilà pourquoi il est vivement recommandé d'aérer très régulièrement cette pièce et d'être équipée d'une hotte performante.

On préconise également d'éviter certains modes de cuisson, plus polluants que d'autres, comme par exemple la friture.

Les bougies sont plébiscitées par les Français pour parfumer leurs intérieurs
Les bougies sont plébiscitées par les Français pour parfumer leurs intérieurs © zstockphotos
 

Limiter les comportements à risques


Si les équipements ont un rôle important à jouer pour garantir une bonne qualité de l'air dans les logements, les occupants aussi. Certains comportements présentent en effet plus de risques d'émissions de polluants que d'autres.

Le fait de fumer chez soi ou encore de mettre à brûler des encens ou une bougie parfumée sont des gestes à bannir. Certaines enquêtes récentes ont effet révélé que la combustion de ces produits engendrerait l'émission de formaldéhyde. Découvrez notre article dédié ici.

Surveiller l'apparition de moisissures


Les moisissures peuvent nuire à la qualité de l'air intérieur. Il est donc très important de surveiller attentivement les pièces dans lesquelles elles sont susceptibles de se développer. Si elle engendre des dégâts matériels dans les logements, l'humidité cause en effet également des problèmes de santé chez les occupants : rhumatismes, arthrose, asthmes, allergies, affections respiratoires... Comme le rapporte William Coignard, d'après une enquête de l'Institut Pasteur, "près de 85 % des asthmes, des bronchites et des rhinites seraient dus à des habitations trop humides".

Pour éviter qu'elles apparaissent, il convient de vérifier que le logement bénéficie d'une bonne aération et que les appareils censés renouvelés l'air intérieur fonctionnent bien. On évitera aussi de faire sécher son linge à l'intérieur.

Produits d'entretien ménager : mode d'emploi
Produits d'entretien ménager : mode d'emploi © Thinkstock
 

Privilégier des produits d'entretien "sains"


Si faire le ménage est important pour maintenir une atmosphère saine chez soi, encore faut-il faire attention aux produits d'entretien que l'on utilise. "Ils contiennent de nombreuses substances qui ne représentent pas forcément un danger en tant que telles mais qui, ne réagissant avec certains molécules présentes dans l'air, produisent des substances dangereuses", alerte l'association Qualitel dans son guide "Comment réduire la pollution de l'air intérieur".

"Les produits ménagers émettent des composés organiques volatils (COV), certains sont toxiques comme le benzène et le formaldéhyde reconnus cancérigène par le Centre international de recherche contre le cancer", explique Jennifer Maherou, chargée de la documentation scientifique de l'Association Santé Environnement France "Ces composés volatils atteignent très rapidement les organes respiratoires et peuvent entraîner de graves troubles de la santé", poursuit-elle.

Pour trouver des produits d'entretien sains, le plus important est de se rapporter au label figurant au dos de l'emballage. Si le produit est écolabellisé, cela signifie que les composants sont de qualité et que les risques pour l'environnement sont considérablement réduits. En France, il existe actuellement deux labels. Produits d'entretien ménagers : de quelles substances faut-il se méfier ? Les réponses ici.

Choisir avec prudence son mobilier


Parce qu'il est avéré que votre mobilier émet des composés organiques volatiles, celui-ci doit être choisi avec prudence. L'association Qualitel préconise d'opter pour "des matériaux, mobiliers et produits de décoration labellisés et de privilégier ceux portant l'étiquette A+". Les labels assurent aux consommateurs l'absence (ou une teneur très faible) de substances indésirables pour la santé et pour la peau comme formaldéhyde, benzène et toluène chlorés ou encore colorants cancérigènes ou allergènes. Les émissions de COV (composés organiques volatils) sont également limitées ainsi que les dégagements d'odeur. Pour tout savoir sur les Eco labels du secteur de l'ameublement, cliquez ici.

Bon à savoir : dans une chambre de bébé, il est recommandé de déballer et de monter les meubles bien en amont l'arrivée de l'enfant. Et également bien sûr, par la suite de bien ventiler la pièce. Des précautions qui permettent faire s'évaporer les substances nocives avant que la pièce soit occupée.
8 conseils pour améliorer la qualité de l'air intérieur chez soi
Nous vous recommandons

Mise au goût du jour dans un esprit campagne chic, cette demeure a retrouvé lustre et cachet.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic