L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Maison de vacances : 10 conseils pour louer sans se tromper

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 13 avril 2015
Pour les vacances d'hiver, d'été ou pour un week-end, les maisons à louer sont très plébiscitées. Mais les locations saisonnières ne s'improvisent pas. Vous commencez à prospecter ? Découvrez nos dix conseils pour éviter les arnaques, résoudre les conflits avec le propriétaire, bref, pour ne pas gâcher les vacances !
A la mer ou à la montagne, lorsque l'on est nombreux, l'hôtel est souvent hors budget. Si la résidence secondaire est un rêve pour de très nombreux foyers, il reste onéreux... et contraignant !
C'est pourquoi les familles plébiscitent largement les maisons à louer pour les vacances. En France, ce type de locations ne manque pas, et l'on trouve des logements de toutes tailles et de tout confort dans toutes les régions.
Une location saisonnière, cela ne s'improvise pas ! Voici 10 conseils avisés pour ne pas gâcher les vacances.

Acceptez le fait que la "très bonne affaire" n'existe pas !

Pour choisir la maison de vacances idéale sans se faire avoir, "il y a des critères de bon sens", souligne Laetitia Caron, directrice générale de PAP Vacances.fr, site de locations de vacances exclusivement réservé aux particuliers. "Même s'il n'est pas toujours facile d'éviter les arnaques, on peut déjà se méfier lorsque le prix n'est pas en adéquation avec le bien". Une résidence de 200 m² avec vue sur la mer, près de Nice, pour 300 euros la semaine en haute saison, c'est une affaire trop bonne pour être honnête !
Comment éviter les arnaques ? "Les agences, organismes et offices de tourisme bénéficient d'une présomption d'honnêteté", ajoute Philippe Coadour, directeur réseau de Gîtes de France. Les locations proposées par ces professionnels sont souvent visitées avant que l'annonce ne soit publiée, gage qu'il ne s'agit pas d'une duperie.
En passant par des entreprises spécialisées, vous bénéficiez généralement d'un service client qui intervient en cas de litige. S'il s'agit de votre première location, cette solution peut s'avérer plus rassurante que dans le cas d'une annonce parue sur un site non spécialisé. Comptez tout de même un surcoût de 10 à 15%.
Enfin, pensez à consulter les avis des précédents occupants de la maison. Ils sont souvent honnêtes et vous permettront de découvrir les points forts et les points faibles de la location.

Réclamez des photos et posez des questions aux propriétaires

Tous les particuliers qui mettent en location une maison de vacances ne sont pas malhonnêtes, heureusement ! Mais leurs annonces ne sont pas toujours très détaillées, et vous risquez alors de vous faire une fausse idée du bien. "La décoration et l'équipement sont les principales causes de déception", nous précise Laetitia Caron.
N'hésitez pas à réclamer des photos supplémentaires de la maison, afin de vous faire une idée précise des volumes et du style.
Posez un maximum de questions sur l'équipement (électroménager, lit bébé, mobilier de jardin, barbecue), sur les conditions d'utilisations (interdit aux fumeurs, aux animaux, etc.), et sur le prix de la location (voir pages suivantes).
"Vérifiez aussi si la maison est mitoyenne, si elle donne sur une rue bruyante, ou si les propriétaires habitent une dépendance sur le même terrain", ajoute Laetitia Caron. Ce n'est pas forcément dérangeant, mais il vaut mieux être au courant avant de signer le bail pour ne pas avoir de surprise.
Enfin, vous pouvez aussi demander au propriétaire s'il met sa maison en location depuis longtemps, afin de connaître son niveau d'expérience dans le domaine. "S'il se montre disponible pour répondre à vos questions sur la région, par exemple, c'est qu'il est bien intentionné", souligne Philippe Coadour.

Demandez des précisions sur ce qu'incluent les charges

Parmi les questions à poser au propriétaire avant de faire votre choix, celle du prix. Les locations sont souvent proposées à la semaine, du samedi au samedi en haute saison, et parfois pour le week-end le reste de l'année. Le prix sur l'annonce peut être indiqué à la semaine ou à la nuit.
De même, les charges sont soit incluses dans le loyer, soit facturées à part de manière forfaitaire. "Doit être indiqué dans le contrat de location, la formule choisie par le propriétaire et le montant forfaitaire, le cas échéant", insiste Philippe Coadour. Il y sera également indiqué exactement ce qu'incluent les charges : eau, électricité, gaz, stère de bois, linge de maison, ménage en fin de séjour, etc.
Le propriétaire peut également choisir de vous facturer l'énergie consommée, à partir du relevé des compteurs réalisé au moment de l'état des lieux de sortie. "C'est le cas, surtout pour les locations l'hiver, lorsqu'il faut chauffer le logement", précise Laetitia Caron.
 
Bon à savoir : C'est le contrat de location qui fait foi. "Le propriétaire ne peut pas vous réclamer des charges qui ne sont pas indiquées clairement dans ce contrat, même si c'est un oublie de sa part", insiste Laetitia Caron.

Soyez honnêtes avec le propriétaire pour éviter les mauvaises surprises

Vous posez un maximum de questions au propriétaire ; à vous, en retour, de lui donner toutes les informations nécessaires afin qu'il vous connaisse un peu mieux.
Si vous fumez, si vous comptez amener votre animal de compagnie, si vous avez des enfants, si vous prévoyez d'inviter des amis pour un week-end, précisez-le au propriétaire du bien. "Même si, légalement, il ne peut pas vous refuser la location, c'est une question de bienséance, mais aussi une manière de créer de bon rapport avec votre futur bailleur", conseille Laetitia Caron, de PAP Vacances.fr.
 
Bon à savoir : Le propriétaire ne peut pas vous refuser la location si vous êtes fumeur ou si vous avez des animaux. Cependant, dans certains cas, il s'agit de leur résidence principale qu'ils vous proposent à la location le temps des vacances. S'ils sont allergiques au poil de chat, par exemple, il n'est pas correct de leur imposer ce désagrément...
De même, certaines annonces indiquent un nombre maximum d'occupants. "En théorie, si le propriétaire n'est pas prévenu, il peut vous refuser la location si vous êtes plus nombreux, souligne Laetitia Caron. En pratique, si vous en parlez avec lui en amont, il peut accepter de loger plus d'occupants que prévu."

signez un contrat de location le plus détaillé possible

Rien ne vous oblige à signer un contrat de location : vous pouvez vous mettre d'accord par téléphone ou par mail... à vos risques et périls ! "En cas de litige, il sera plus difficile de prouver la mauvaise foi du propriétaire", souligne Philippe Coadour, de Gîtes de France.
Le contrat de location doit indiquer absolument le nom du bailleur, ses coordonnées, l'adresse précise du bien, la durée de location, le montant du loyer, des charges, de la taxe de séjour et du dépôt de garantie, les modalités de paiement et les conditions d'annulation.
 
Bon à savoir : Ce sont les communes qui imposent le prélèvement d'une taxe de séjour. Elle peut dépendre du bien, du nombre d'occupants et du type de prestation. Renseignez-vous auprès de la commune où se trouve la location, afin de connaître les montants.
Ce contrat écrit doit également comporter les conditions d'occupation imposées par le propriétaire, comme le nombre d'occupants.
"En théorie, le contrat doit s'accompagner d'une fiche descriptive normée, qui comporte toutes les informations sur la nature du bien, sa surface, les équipements proposés, etc.", ajoute Philippe Coadour. En pratique, la fiche est complexe à remplir par des particuliers seuls. Assurez-vous tout de même que le bail comporte un maximum de détails, notamment sur les équipements.

Refusez de payer la totalité du loyer à l'avance

En matière de location saisonnière, l'une des arnaques les plus courantes concerne le paiement du loyer. "Si l'on vous presse, ou que l'on vous demande de faire un virement vers l'étranger, même si un contrat a été signé, c'est en général mauvais signe", nous explique Laetitia Caron.
En fonction des contrats, vous devrez verser une partie de la somme (en général 25%) à l'avance, sous la forme d'arrhes ou d'acompte. Refusez absolument de verser l'intégralité du montant à l'avance : en cas d'annulation, vous ne pourriez pas récupérer votre argent ! Le solde est payé à la remise des clefs.
 
Bon à savoir : En cas de versement d'arrhes, les deux parties ne sont pas engagées. Vous pouvez donc vous désister mais vous perdrez la somme. En cas de versement d'un acompte, le contrat est définitif, l'annulation est théoriquement impossible et une médiation est alors nécessaire. "Le premier système est utilisé de particulier à particulier, le second lorsque la transaction est réalisée via un organisme spécialisé, qui pourra résoudre le litige", nous précise Philippe Coadour.

Mettez-vous d'accord sur le dépôt de garantie

Pour les locations classiques comme pour les locations saisonnières, la question du dépôt de garantie fâche souvent. Sachez que le propriétaire a le droit, légalement, d'encaisser le chèque, mais doit vous restituer la somme sous un délai précisé dans le contrat de location.
"On ne peut vous réclamer un chèque de dépôt de garantie que si un état des lieux a été réalisé" insiste Philippe Coadour, de Gîtes de France. En revanche, son montant (souvent 25 à 30% du loyer) n'est pas fixé par la loi, "la réglementation en matière de location saisonnière étant plutôt souple", précise Laetitia Caron, de PAP Vacances.fr.
Pensez, donc, à bien mettre au clair ces différents points avec le propriétaire, avant la signature du contrat.

Souscrivez une assurance villégiature et une assurance annulation

Le propriétaire assure sa maison, mais vous aussi, vous devez vous assurer ! Car le dépôt de garantie permet de rembourser les petits dégâts, mais pas les grandes catastrophes...
Outre la garantie responsabilité civile, qui vous couvre en cas d'accident provoqué sur autrui, souscrivez une assurance villégiature pour la durée du séjour. Vous serez ainsi couverts en cas d'accident ou de dégâts graves causés sur l'habitation. "Certains professionnels vous réclameront même une attestation avant signature du contrat", nous précise Philippe Coadour.

Ne négligez pas l'état des lieux d'entrée

"Ne prenez pas à la légère l'état des lieux d'entrée", insiste Laetitia Caron. Comme pour une location classique, il s'agit de vérifier que les équipements promis sont bien présents et en état de fonctionnement. "L'état des lieux permet de consolider le contrat", précise Philippe Coadour.
Faites le tour du logement, testez les appareils électriques, ouvrez les placards et posez, là encore, toutes les questions nécessaires. "On ne va pas jusqu'au décompte des petites cuillères, bien sûr, mais l'état des lieux permet de partir sur de bonnes bases et, surtout, d'éviter tout litige au moment du départ, concernant notamment le dépôt de garantie", ajoute la direction général de PAP Vacances.fr.
En cas de problème (four en panne, mobilier de jardin inexistant, piscine indisponible), le propriétaire devra faire réparer les appareils le plus vite possible.
 
Bon à savoir : Si un problème survient pendant votre séjour, informez-en le propriétaire immédiatement par téléphone. "Puis, envoyez-lui un mail, voire un courrier recommandé s'il s'agit d'un panne sérieuse et qui nécessite une réparation rapide", conseille Laetitia Caron.

Tentez de résoudre à l'amiable les litiges pour ne pas gâcher les vacances

Rassurez-vous : les litiges ne sont pas si courants lors des locations saisonnières. Cependant, en cas de problème, un seul conseil de Laetitia Caron : "Cultivons la courtoisie !"
En effet, mieux vaut temporiser et tenter de résoudre les litiges à l'amiable avec le propriétaire, plutôt que de s'emporter et de risquer de gâcher les vacances. "La plupart des propriétaires sont de bonne foi, ajoute Laetitia Caron. Essayez de résoudre le problème en bonne intelligence".
"Si vous vous sentez floués, il est toujours possible de porter plainte, mais vous tirez un trait sur cette location", souligne Philippe Coadour. Si vous faites appel à un organisme ou une société pour cette location, vous pouvez également vous retournez vers elle pour une médiation, voire pour qu'elle trouve une alternative pour sauver vos vacances...
Propriétaires, vous comptez mettre votre logement en location pendant les vacances ? Découvrez nos conseils pour louer sa maison sans tracas. Si le concept vous plaît, vous serez peut-être tentés de créer votre propre gîte ou vos chambres d'hôtes !
Article mis à jour le 9 mars 2017.
Maison de vacances : 10 conseils pour louer sans se tromper
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic