L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Créer son gîte ou ses chambres d'hôtes : mode d'emploi

Par Manon Mercier
,
le 21 mars 2016
Créer son gîte est un rêve pour beaucoup de Français en 2017. L'envie de changer de vie et de rentabiliser un patrimoine poussent de plus en plus de particuliers à se lancer dans cette aventure. Maison à Part vous donne des conseils précieux pour parvenir à monter un gîte dans les règles de l'art... pour que le rêve devienne réalité. Décryptage.
En plein cœur des montagnes, à proximité de la mer ou d'un lieu fréquenté pour ses paysages saisissants, les gîtes et les chambres d'hôtes poussent comme des champignons depuis quelques années. Ainsi, en France, en 2015, selon Accueillir-Magazine, "23.000 loueurs gèrent un total de 61.000 chambres d'hôtes sur l'ensemble du territoire, soit une moyenne de 2,65 chambres d'hôtes par maison d'hôtes." L'activité touristique attire de plus en plus de propriétaires et séduit les touristes friands de ce type d'hébergement.
Créer un hébergement chez l'habitant nécessite toutefois beaucoup de travail en amont. De l'étude de marché, en passant par le choix de l'aménagement intérieur ou le coût de la location, tout doit être minutieusement pensé par le porteur de projet. Investissements coûteux, travaux et mauvaise anticipation des risques peuvent rapidement faire chavirer le navire. Pour vous éviter les couacs et vous permettre d'obtenir des réponses à vos questions, Maison à Part vous éclaire sur le sujet.
A noter : En janvier 2016, selon un sondage Opinionway pour l'Union des Auto-entrepreneurs, 37% des Français envisagent d'entreprendre un jour. S'ils devaient entreprendre, 45% d'entre eux en profiteraient pour changer de domaine de compétences. D'ailleurs, 40% se verraient bien gérer une maison d'hôtes !
Plus de conseils en pages suivantes...
Créer son gîte ou ses chambres d'hôtes : mode d'emploi

Je souhaite créer un gîte ou une chambre d'hôtes, quelles sont les démarches administratives ?

Si un propriétaire décide de se lancer dans la création d'un hébergement chez l'habitant, il sera nécessaire de déclarer son activité professionnelle auprès de la mairie dans laquelle est localisé la maison d'hôtes ou le gîte. L'identité de l'habitant, l'adresse précise de l'hébergement ou encore le nombre de chambres mises en location devront être mentionnés. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à vous rendre sur les sites institutionnels, comme service-public-pro.fr ou encore sur les plateformes de la Chambre du Commerce et de l'Industrie. (CCI) Les informations sont fiables et régulièrement mises à jour.

Les réseaux de professionnels de l'hébergement chez l'habitant

Il ne faut jamais perdre de vue toute l'importance d'adhérer à un réseau de professionnels de l'hébergement chez l'habitant. Qu'il soit virtuel ou physique, les intérêts sont nombreux. Ouvrir un gîte nécessite de se faire connaître dans le secteur. Le but est d'attirer les clients et de les inciter à venir chez soi. Gîtes de France, un office de tourisme ou une collectivité territoriale peuvent permettre de lancer l'activité et de la faire grandir sur le long terme. Ces institutions éditent pour la plupart des magazines ou des brochures susceptibles de ventiler largement votre offre.

Communiquer sur Internet

L'arrivée d'Internet permet également de doper son image et d'attirer plus vite des clients. Les photos jouent un rôle primordial dans la conquête de nouveaux locataires. "Par le biais de notre Fédération, nous essayons de pousser les propriétaires de gîtes ou de chambres d'hôtes à valoriser leur image sur la toile. Avoir de belles photos influencera les décisions des internautes au moment de choisir l'hébergement.", affirme Anne-Catherine Péchinot, directrice générale de la Fédération Gîtes de France.
Pour Philippe Riboulleau, propriétaire de la maison d'hôtes Agathe et Sophie en Isère et président Gîtes de France-Isère, dans le village de Lans-en-Vercors, la question ne s'est pas posée : "Aujourd'hui, je fais tout par Internet ! Évidemment, je continue à booster mon image par le biais de diverses organismes, mais beaucoup de mon activité et toutes les réservations notamment passent par le web".
Une évolution des mentalités et de nouvelles stratégies de conquête de nouveaux clients sont à prévoir grâce à Internet. "S'il n'y a pas de photos, si les descriptions sont pauvres, le client potentiel ne validera pas l'offre. Il veut être avant tout rassuré. La plupart des personnes hébergées dans nos gîtes sont des touristes qui souhaitent partir, s'évader et découvrir de nouveaux territoires. Aujourd'hui, ils recherchent davantage le bien-être et le confort. Les images jouent un rôle primordial dans leur prise de décision", explique Fabien Desmaux, responsable du développement et de l'ingénierie qualité chez Gîtes de France.
Je souhaite créer un gîte ou une chambre d'hôtes, quelles sont les démarches administratives ?

Quelle est la différence entre un gîte et une maison d'hôtes ?

Les deux types de structures phares dans l'hébergement chez l'habitant sont le gîte et la maison d'hôtes. Définitions.
Le gîte rural est un meublé de tourisme dans un habitat, de préférence à caractère régional. Il doit être équipé et est la plupart du temps loué à la semaine. Sous la forme d'une maison ou d'un logement, le gîte est localisé à proximité de l'habitation des propriétaires. On parle de "gestion libre", c'est-à-dire que les locataires sont indépendants et libres dans leur mouvement. Ils ne vivent pas avec les propriétaires du gîte. La clientèle est souvent touristique, mais il est de plus en plus fréquent de louer un gîte à des professionnels en déplacement, préférant opter pour ce type d'hébergement plutôt qu'un hôtel.
A ne pas confondre avec la maison d'hôtes... Le propriétaire des lieux ouvre les portes de sa propre maison pour y recevoir, pour une ou plusieurs nuits, des hôtes de passage. "La chambre proposée à l'hôte doit être aménagée et avoir des sanitaires. Comme une chambre d'hôtel", explique Fabien Desmaux, responsable du développement et de l'ingénierie qualité chez Gîtes de France. La spécificité de la chambre d'hôtes repose dans le fait que les locataires bénéficient du petit-déjeuner compris dans l'offre et que les locations se font à la nuitée contrairement au gîte. Ils vivent ainsi au rythme des propriétaires et sont en immersion chez eux.
Bon à savoir : la capacité d'accueil en maison d'hôtes est limitée à 5 chambres et à 15 personnes en même temps.
Quelle est la différence entre un gîte et une maison d'hôtes ?

Comment être certain que mon projet de création de gîte tienne la route ?

La certitude n'existe pas dans ce type de projet. La prise de risque est le maître-mot. Avant de se lancer dans l'aventure, une étude de marché doit impérativement être réalisée. Il faut comprendre l'environnement dans lequel peut évoluer l'hébergement touristique, percevoir les demandes sur le secteur et cerner la faisabilité économique du projet. "Il est donc prudent de prendre contact avec le comité départemental du tourisme auprès du conseil général (pour connaître les projets de développement économique de votre territoire à moyen et long terme)", conseille la banque Crédit Agricole.
Bon à savoir
: Renseignez-vous également sur ce que le gîte ou la chambre d'hôtes peut vous apporter en termes de revenus. Selon Gîtes de France, le prix de la location d'un gîte en 2014 est en moyenne de 443, 90 euros pour une semaine et pour quatre personnes.
Au-delà de ces premières informations, certaines structures encadrent les porteurs de projet et les accompagnent sur le long terme. Gîtes de France, dont la renommée a conquis depuis 60 ans l'espace touristique, fait valoir que "de la proposition à la réalisation concrète du projet, une équipe de spécialistes est au plus près des porteurs de projet. Au début, un diagnostic complet est réalisé. Sur le terrain ou au sein de l'agence locale." Un accompagnement personnalisé s'effectue donc entre les parties prenantes dès les débuts et toute au long de la collaboration. Tarifs, types de séjours, nombres de chambres à louer, normes à respecter pour bénéficier d'un label, tout est étudié de A à Z.
Si le projet n'est pas viable économiquement, les experts l'expliciteront au porteur de projet.
Dans tous les cas, la création d'un hébergement chez l'habitant est souvent onéreuse. Toujours selon cette même source, "le coût moyen de création est de 91.206 euros pour un gîte et 75.917 euros pour une maison d'hôtes".
Comment être certain que mon projet de création de gîte tienne la route ?

Bon à savoir

Gîtes de France dispose d'agences locales partout en France. "On travaille réellement à taille humaine et la proximité entre les différents acteurs de la Fédération est notre priorité. Chacune de nos équipes déployées en France, sont expertes de chaque territoire. Elles sont spécialistes de leur secteur géographique et touristique.", insiste Fabien Desmaux de Gîtes de France. Du chargé de développement en amont du projet aux comptables, de nombreuses personnes entourent le porteur de projet, chez Gîtes de France.
Bon à savoir

Pourquoi obtenir un label ?

Il existe quelques principaux labels en France : Gîtes de France, Clévacances, Accueil Paysan, Fleurs de Soleil, Bienvenue au château, Bienvenue à la ferme, Chambres d'hôtes Référence.
Un label permet à l'activité de prendre de la valeur sur le marché. Il exprime la qualité et est l'assurance d'un gîte contrôlé par un organisme. Dépendre d'un réseau de professionnels de l'hébergement chez l'habitant est recommandé pour un propriétaire de gîte. Son adhésion lui permet d'être reconnu par ses pairs et d'être crédible auprès de ses clients ou clients potentiels.
A noter :
"50% des loueurs de chambres d'hôtes ont choisi de rejoindre un label national", selon les chiffres Accueillir-magazine, en 2015.
Une communication plus large
Le propriétaire d'un gîte peut également bénéficier du droit d'usage de la marque et peut largement en faire la promotion.
Un panel de services et une agence locale
L'adhérant bénéficie également de nombreux autres avantages. De l'expertise du projet par des spécialistes à la gestion financière de l'activité, les réseaux de professionnels augmentent leurs services et accompagnent les constructeurs de gîtes et propriétaires de gîtes.
De plus, l'implantation au plan local d'agences départementales favorise le lien avec les porteurs de projet et les guide dans leurs démarches. Pour Gîtes de France, "cette aide ultra-personnalisée permet d'adapter chaque projet et quelle que soit la grandeur de celui-ci... Chaque projet est unique".
Pourquoi obtenir un label ?

Comment obtient-on un label ?

Chez Gîtes de France ou Clévacances, l'obtention du précieux label s'effectue en plusieurs étapes. Tout un processus de labellisation est organisé : de l'expertise du projet à la visite finale. La visite de labellisation est obligatoirement effectuée par des experts, vigilants aux respects des normes, telles que la mise à disposition d'équipements électro-ménagers fonctionnels, la présence de sanitaires, ou encore l'accès à l'eau potable courante. "Tous les hébergements sont contrôlés, sélectionnés et labellisés selon des critères de confort précis et une charte de qualité nationale", explique Fabien Desmaux de Gîtes de France. Après la visite et un diagnostic complet d'un hébergement, un label lui est attribué.
L'hébergement doit répondre à un certain nombre de critères stipulés clairement dans un Cahier des Charges sélectif. Pour ce qui est du gîte par exemple, "il est impérativement d'un usage totalement indépendant ; les immeubles en copropriétés sont donc exclus. Les occupants doivent disposer d'espaces extérieurs. Exemple : balcon, emplacement de stationnement de véhicules, jardin, terrasses", selon la CCI Ile-de-France concernant l'ouverture et l'exploitation d'un gîte rural. (La liste des normes à respecter n'est évidemment pas exhaustive pour cet exemple.)
Comment obtient-on un label ?

Peut-on vivre de cette activité ?

Si pour beaucoup, la création de gîte est synonyme de création de richesse, il reste cependant difficile de vivre entièrement de cette activité. La plupart du temps, le gîte est une aventure qui se mène à plusieurs personnes, souvent en couple. Pour autant, pour subvenir aux besoins du quotidien, il est souvent nécessaire qu'une des deux personnes exerce tout de même une activité professionnelle à l'extérieur.
Peut-on vivre de cette activité ?

Les différents profils des porteurs de projet

Attention, ce genre d'activité professionnelle nécessite beaucoup d'organisation et une envie forte de la part du porteur de projet. Créer son gîte exige d'être motivé et d'avoir la volonté réelle de mettre à disposition son patrimoine à des étrangers. Les clés de la réussite restent le lien social et l'envie de partager. Au delà des aspects financiers engendrés par ce type d'investissement, la qualité de l'accueil en gîte reste un point très important.
Le porteur de projet pas tout à fait décidé :
Un projet peut être virtuel (un particulier veut monter son gîte mais ne dispose ni du lieu, ni du patrimoine). Le particulier se renseigne auprès des réseaux de professionnels de l'hébergement chez l'habitant. Il y recevra de nombreux conseils personnalisés et envisagera ou non de mettre en œuvre son projet. "Généralement, ce type de personne revient vers nous quelques mois ou quelques années plus tard avec un vrai projet en main et un patrimoine à exploiter", explique Fabien Desmaux de Gîtes de France.
Le porteur de projet qui a encore du chemin à faire :
Il y a également le propriétaire qui possède un terrain à bâtir ou un bâtiment à rénover pour y créer son gîte. "Dans ce cas précis, il y a un diagnostic complet de l'hébergement ou lieu à bâtir. Les experts conseillent concrètement le porteur de projet et le guident dans ses choix futurs.", ajoute Fabien Desmaux.

Le porteur de projet immédiatement opérationnel :

Enfin, certains propriétaires sont à un stade très avancé de leur projet de création de gîte. Ils possèdent ainsi le patrimoine et ont un capital disponible pour investir dans l'activité touristique. "Cette fois, Gîtes de France se rend sur place et fait une visite de labellisation. Le bien est en situation de mise sur le marché", conclut ce même interlocuteur.
Les différents profils des porteurs de projet

Quelles sont les clés de la réussite ?

Créer son gîte ou sa maison d'hôtes doit respecter un certain nombre de critères. Pour Gîtes de France, la réussite de la création d'un gîte se base sur cinq critères :

1- La localisation

La localisation de l'hébergement est le premier critère à ne pas négliger. Est-ce une zone attractive et touristique ? En fonction de ce premier élément découle un second critère : y-a-t-il des services à proximité du gîte ? Il ne faut pas oublier que la création d'un gîte s'inscrit dans un marché local. Il est primordial de créer du lien social entre les différents acteurs locaux. Cela signifie qu'il faut travailler avec eux et non contre eux. Des magasins, des lieux pour exercer des activités sportives ou encore des airs de jeux pour les enfants à proximité de l'hébergement représentent autant de points à ne pas négliger lors de la création d'un gîte.

2- La qualité de l'hébergement

Ensuite, la qualité de l'hébergement joue un rôle clé et décisif. Il doit être équipé de nombreux produits permettant aux locataires de vivre paisiblement dans le gîte le temps d'un séjour. Machine à laver, four et télévision par exemple.

3- Une identité propre

Le lieu doit avoir sa propre identité, son histoire. Le nombre de gîtes augmente d'année en année. Entre 2004 et 2014, le nombre de structures Gîtes de France a augmenté, par exemple, de 5% avec l'ouverture de nombreux gîtes. En 2014, 3279 hébergements Gîtes de France ont vu le jour. Il faut savoir se démarquer et proposer une offre unique et de qualité.

4- L'accueil

La qualité de l'accueil joue un rôle important dans l'activité. Il faut savoir créer un lien privilégié avec les locataires et rester proche d'eux et de leurs demandes.

5- Une stratégie de communication efficace

Enfin, le propriétaire du gîte doit avoir mis en place les bons outils pour commercialiser son hébergement, en particulier réaliser une bonne stratégie de communication (voire de réservation) sur Internet.
Quelles sont les clés de la réussite ?
Nous vous recommandons

Mise au goût du jour dans un esprit campagne chic, cette demeure a retrouvé lustre et cachet.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic