L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Bien préparer la rénovation de sa maison

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 30 janvier 2014
Se lancer dans des travaux de rénovation est toujours une aventure. Maison à part vous conseille sur la marche à suivre pour préparer toutes les étapes en amont : choix des travaux, estimation du budget, sollicitation des professionnels, démarches administratives, etc.
En pages suivantes, découvrez les différentes étapes à ne pas négliger lorsque l'on souhaite se lancer dans des travaux de rénovation.
Bien préparer la rénovation de sa maison

Déterminer les travaux nécessaires et prioritaires

Avant toute chose, vous devez définir les éléments qui, selon vous, méritent d'être rénovés dans votre maison. Souhaitez-vous réaménager la cuisine ? Changer la disposition de certaines pièces ? Abattre une cloison pour agrandir la chambre ? Faire poser une véranda ? Créer une surélévation pour gagner un étage ? Améliorer la performance énergétique de votre maison ? Ou, peut-être, plusieurs de ces travaux en même temps ?
A moins d'avoir une idée très précise en tête (remplacement du mobilier de la cuisine, par exemple), l'idéal est de faire appel à un professionnel : un architecte, dans le cas d'une extension par exemple ; un architecte d'intérieur, pour repenser l'aménagement du bien ; un bureau d'étude thermique, pour une analyse de l'état des performances énergétiques de la maison, etc.
Tous sauront définir, avec vous, la liste des travaux à réaliser. Ils pourront également estimer le coût de la rénovation, vous conseiller des artisans, etc.

Améliorer les performances énergétiques de son logement

Vous pouvez également faire réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE), auprès d'un diagnostiqueur certifié, pour connaître l'état de l'isolation et de la consommation énergétique de votre logement. A vous, ensuite, de vous renseigner sur les travaux qui pourraient améliorer ce bilan chiffré.
Vous trouverez, enfin, plus d'informations sur les travaux d'amélioration des performances énergétiques, ainsi que les listes des diagnostiqueurs certifiés et des artisans qualifiés, auprès des organismes suivantes : le Ministère du logement, l'Ademe, l'Anah, les organismes certificateurs comme Cequami, Qualibat, Promotelec ou Qualit'EnR, ainsi que les espaces Info-Energie de votre région, etc.
Déterminer les travaux nécessaires et prioritaires

Vérifier la faisabilité des travaux

Avoir de beaux projets et des idées à foison est une chose. Pouvoir les réaliser en est une autre ! Outre l'aspect financier (voir page suivante), certains obstacles peuvent se dresser sur la route de la réalisation de vos travaux.
Lorsque vous faites réaliser de lourds travaux de rénovation, comme une surélévation, une extension, l'ajout d'une piscine, etc., l'état du terrain est un point majeur à vérifier. Faites appel à un l'architecte qui demandera la réalisation des études nécessaires, avant de vous confirmer ou non que les travaux envisagés sont possibles.

Le plan local d'urbanisme

De même, si vous ne faites pas appel à un professionnel, vous devrez vous-même vérifier les conditions imposées par le plan local d'urbanisme (PLU). Ce document, disponible en mairie, fournit un cadre juridique et réglementaire à tout projet mis en œuvre sur la commune.
Concrètement, il indique, par exemple, de quelle couleur doivent être les volets ou la façade côté rue, quelle doit être la hauteur maximale du bâtiment ou l'inclinaison de la toiture, s'il est possible de transformer un local commercial en habitation, etc.
Autre élément inscrit dans le PLU : le coefficient d'occupation des sols (COS). Il définit le nombre de mètres carrés de surface habitable que l'on peut construire par mètre carré de foncier. Si votre logement se trouve sur une zone où le COS maximal est déjà atteint, vous ne pourrez pas, par exemple, surélever le bâtiment pour ajouter un étage supplémentaire.
Vérifier la faisabilité des travaux

Estimer le budget pour les travaux

Que vous ayez pris conseil auprès d'un professionnel, ou que vous vous soyez renseigné directement auprès des artisans, vous devez vous faire une idée concrète du coût total de la rénovation que vous allez entreprendre. Certains outils en ligne peuvent aussi vous donner une estimation précise de la somme à mobiliser, en fonction des travaux prévus.
Gardez en tête le fait que les travaux de rénovation sont souvent l'objet de surprise ! Casser un faux plafond laisse parfois apparaître une mauvaise isolation, qui devra aussi être changée. Le budget estimé en début de projet est donc souvent amené à être revu à la hausse.
Estimer le budget pour les travaux

Trouver un financement pour les travaux

Une fois l'estimation approximative des travaux réalisée, partez à la recherche d'un financement. Vous devrez peut-être faire appel à un prêt bancaire - mieux vaut, donc, anticiper cette étape de votre projet.
N'oubliez pas qu'il existe un grand nombre d'aides de l'État en cas de réalisation de travaux d'amélioration des performances énergétiques du logement, ou de mise aux normes d'accessibilité : crédit d'impôt développement durable (CIDD), primes à l'éco-rénovation, subventions de l'Anah, éco-prêt à taux zéro (PTZ), etc.
Pensez, enfin, au système de certificats d'économie d'énergie (CEE) qui pourront également vous apporter un complément financier en contrepartie de la réalisation de certains travaux de rénovation.
Trouver un financement pour les travaux

Faire réaliser des devis

Lorsque l'on se lance dans de lourds travaux de rénovation, l'erreur à ne pas commettre est de confier le chantier à un artisan sans avoir comparé au préalable les tarifs de la concurrence.
Une fois la liste précise des travaux fixée, tout en recherchant un financement, sollicitez les artisans pour la réalisation de devis. La plupart se déplacent chez vous gratuitement pour estimer le montant des travaux. Réclamez un devis écrit, dans lequel tous les éléments et leurs coûts sont détaillés - et non pas une somme totale sans précision des travaux auxquels elle correspond.
Inutile de faire défiler l'ensemble des artisans de la région dans votre maison ! Trois devis sont largement suffisants pour vous faire une idée et choisir le meilleur rapport qualité prix. Vous pouvez également faire appel à un courtier en travaux, qui négociera pour vous le contrat le plus intéressant.
Pensez également à demander leurs qualifications aux artisans, ainsi qu'un justificatif des éventuels labels de certifications qu'ils revendiquent. N'oubliez pas qu'à partir du 1er juillet 2014, l'obtention des aides de l'État pour certains travaux de rénovation est soumise à l'éco-conditionnalité : pour en bénéficier, vous devrez donc faire appel à des artisans certifiés.
Faire réaliser des devis

Déclarer les travaux auprès de la mairie

Pour la réalisation de certains travaux, vous devez déposer un permis de construire auprès de la mairie de la ville où se trouve le chantier. C'est le cas, notamment, pour la construction d'une piscine couverte, ou pour une extension de plus de 40 m².
Pour d'autres types de travaux, une simple déclaration en mairie est suffisante : construction d'un mur de plus de 2 mètres de haut sans création de surface plancher, installation d'une clôture dans le champ de visibilité d'un monument historique, travaux de ravalement, etc.
D'autres, enfin, ne nécessite aucune formalité administrative préalable. C'est le cas pour l'installation ou le changement de canalisations, ou pour la création d'une surface plancher de moins de 2m².
Pensez donc à vérifier, auprès de la mairie ou sur le site du Ministère du logement, si l'un des travaux que vous envisagez nécessite le dépôt d'un permis de construire ou d'une déclaration préalable.

Autres déclarations nécessaires

Par ailleurs, si vos travaux nécessitent la mise en place d'un échafaudage ou le stationnement d'une benne au pied de votre immeuble ou dans votre lotissement, vous devrez en demander l'autorisation à la mairie.
Déclarer les travaux auprès de la mairie

Demander l'autorisation de la copropriété

La réalisation de travaux dans les parties privatives d'une copropriété nécessite, dans certains cas, de solliciter l'accord du syndicat de copropriétaires. C'est toujours le cas lorsque les travaux dans les parties privatives affectent ou peuvent affecter les parties communes, l'aspect extérieur de l'immeuble ou sa structure.
En pratique, vous devrez demander l'autorisation du syndicat de copropriétaire pour percer une porte dans un mur porteur intérieur ou toucher à son intégrité, installer une fenêtre de toit, fermer un balcon, changer la couleur des volets, déposer le coffre d'une cheminée, etc.
Il convient, alors, de solliciter le syndic par lettre recommandée avec accusé de réception, pour qu'il ajoute le vote de l'accord de travaux à l'ordre du jour de la prochaine assemblée générale. Si la date de celle-ci est trop éloignée, le syndic pourra organiser, à vos frais, la tenue d'une assemblée générale extraordinaire.
 
Ne négligez pas cette étape ! Si vous vous lancez dans une modification sans avoir demandé l'accord des copropriétaires, ces derniers peuvent vous imposer de défaire les travaux réalisés, à vos frais. En cas de problème, par ailleurs, vous serez tenu responsable et devrez vous acquitter, le cas échéant, des frais engagés.
Demander l'autorisation de la copropriété

Prévenir les voisins des éventuelles nuisances

Même lorsqu'une autorisation de l'assemblée générale des copropriétaires n'est pas obligatoire, il peut être judicieux de prévenir vos voisins de la réalisation de travaux dans votre logement.
En effet, les travaux de rénovation peuvent entraîner de nombreuses nuisances : bruit excessif, poussière, encombrement des parties communes, blocage de places de stationnement par les engins de travaux ou les bennes, installation d'un échafaudage, traces de pas dans les escaliers, etc.
Pour éviter de subir le courroux de vos voisins, pensez à les prévenir en amont du début des travaux, en affichant un document dans les parties communes ou, mieux, en glissant un mot personnalisé dans les boîtes aux lettres. Précisez les horaires et la durée des travaux - et pourquoi ne pas leur proposer de venir voir le résultat à la fin ?
Prévenir les voisins des éventuelles nuisances

Ranger sa maison avant le début des travaux

Que l'on réalise les travaux soi-même ou que l'on fasse appel à un professionnel, la rénovation d'un logement est une période pendant laquelle la vie à la maison est bouleversée.
Organisez-vous en amont pour limiter le désagrément ! Rangez les éléments de valeur pour ne pas les perdre ou les voir disparaître. Protégez les objets fragiles pour éviter la casse. Déplacez les meubles qui peuvent l'être, et couvrez les autres pour les protéger de la poussière - l'idéal restant de vider au maximum les pièces concernées par les travaux.
Enfin, si les travaux sont amenés à prendre une grande ampleur, le mieux est peut-être d'organiser le départ de la famille pendant quelques jours - l'occasion de prendre des vacances ?
Ranger sa maison avant le début des travaux
Nous vous recommandons

Cette demeure californienne a retrouvé une nouvelle jeunesse grâce à une transformation pharaonique

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic