L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Chauffer sa salle de bains

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 12 mars 2012
Sèche-serviette ou convecteur, discret et plat ou coloré et décoratif, à basse température ou à grande puissance... Tous les choix sont possibles pour le système de chauffage destiné à la salle de bains. Pour bien choisir le mieux adapté à vos besoins, découvrez les conseils de nos spécialistes.
La salle de bains n'est pas une pièce comme les autres, et son mode de chauffage aussi se démarque. Source d'énergie, taille et nombre des appareils, emplacement et normes de sécurité, rien ne doit être laissé au hasard.
"Tout dépend de la taille de la pièce, et des besoins de la famille" explique Gilles Boisliveau, président du conseil stratégique radiateur d'Uniclima (syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques). Il conseille de se poser trois questions avant de choisir : a-t-on besoin d'un système de chauffage principal, ou d'appoint ? Quelle est la surface disponible pour installer le chauffage ? Et enfin : quel style de radiateur souhaite-t-on ?
Pour vous aider à répondre à ces questions, et à trouver la solution de chauffage pour votre salle de bains, découvrez la suite de l'article en pages suivantes.
Chauffer sa salle de bains

Les différents types de chauffages pour la salle de bains

Les différents types de chauffages pour la salle de bains - Chauffage salle de bains
Les différents types de chauffages pour la salle de bains - Chauffage salle de bains © Radson
Dans une salle de bains, tout est possible, ou presque, en matière de chauffage, "sous réserve de prendre les précautions nécessaires" précise Fabrice Knoll, architecte. Certaines mesures de sécurité sont en effet incontournables (voir page 4), mais tous les systèmes de chauffage sont compatibles avec les salles d'eau.

Le radiateur électrique, le plus accessible

Le plus classique, et surtout le plus abordable, est le chauffage électrique. Il peut prendre la forme d'un radiateur rayonnant, à inertie, à accumulation ou soufflant, mais le format le plus apprécié est le sèche-serviette (voir page 3). Il existe également de petits convecteurs d'appoint, spécialement destinés aux salles d'eau. Mobile ou à fixation murale, parfois à infrarouge, ils chauffent très vite mais sont énergivores. "Ils doivent être réservés à un chauffage ponctuel uniquement" conseille Fabrice Knoll.
Les prix s'échelonnent de 15 euros, pour les plus petits convecteurs, à plus de 1.000 euros pour les appareils les plus sophistiqués. "Pour une salle de bains d'environ 6 m², on conseille une puissance de 500 à 750 W" explique Gilles Boisliveau. Comptez alors entre 50 et 150 euros.

Chauffage à eau chaude, pour une chaleur douce

Un système de chauffage à eau chaude est également possible, relié à une chaudière centrale fonctionnant au gaz ou au fioul, ou encore grâce à des panneaux solaires thermiques. "La chaleur est alors douce et durable" explique Fabrice Knoll. Les chaudières sont évidemment plus chères (1.000 à plus de 4.000 euros), mais elles fournissent le chauffage - et souvent l'eau chaude sanitaire - de toute la maison.
Ce sont souvent des radiateurs classiques ou des sèche-serviettes qui apportent alors la chaleur dans la salle de bains. Mais il est également possible d'installer un chauffage par le sol. "Il apporte la chaleur par le carrelage, et l'on a ainsi les pieds au chaud ! Cependant, il n'est pas toujours suffisant à chauffer toute la pièce" précise Fabrice Knoll. Ils peuvent alors être combinés à un radiateur d'appoint.
En page suivante, zoom sur le sèche-serviette, le radiateur phare de la salle de bains.
Les différents types de chauffages pour la salle de bains

Le sèche-serviette, la star du chauffage de la salle de bains

Le sèche-serviette, la star du chauffage de la salle de bains - Chauffage salle de bains
Le sèche-serviette, la star du chauffage de la salle de bains - Chauffage salle de bains © Zehnder
Le grand succès du chauffage de salle de bains, c'est le sèche-serviette. Les Français ont très vite adopté ce radiateur, et ne pourraient plus se passer d'une serviette toute chaude ! Idéal pour les petits espaces, il tient lieu à la fois de porte-serviette, de radiateur... et il chauffe les serviettes !
Le sèche-serviette est aussi un objet de décoration ! Les appareils rivalisent en effet de style, du chrome à l'aluminium en passant par l'imitation bois et la couleur. Certains peuvent même se transformer en miroir... On trouve aujourd'hui des modèles de sèche-serviette à partir de 60 euros, mais comptez jusqu'à plus de 2.000 euros pour les modèles les plus originaux.
Chauffer la pièce et les serviettes en un seul appareil ?
Un sèche-serviette peut-il vraiment chauffer toute une pièce ? "Pour une salle de bains parisienne, qui mesure en moyenne 2 à 4 m², c'est en général suffisant" indique Fabrice Knoll. Pour des salles d'eau plus grandes, en revanche, Gilles Boisliveau recommande de choisir un appareil indiquant explicitement la mention "radiateur" avant le terme de sèche-serviette.
"Il faut distinguer les petits appareils d'appoint, d'une puissance de moins de 100 W, et les radiateurs plus puissants" ajoute-t-il. Couvert par des serviettes, un appareil trop petit ne chauffe pas assez fort pour toute une pièce. Il convient donc de bien choisir la puissance du sèche-serviette. "Pour une salle de bains de 8 m², on préconise une surpuissance de 250 W, en plus des 500 W de chauffage standard, soit 750 W" explique Gilles Boisliveau.

La bi-énergie, une bonne solution

Le sèche-serviette, à convection ou à chaleur soufflante, peut être électrique ou fonctionner à l'eau chaude. Mais il existe aussi des appareils dits à bi-énergie. "Ils permettent de maintenir la salle de bains à une température de base et, pour obtenir une montée rapide de la température, par exemple au moment de la douche, on a recours à l'électricité" explique un guide de l'Ademe. Mieux encore : l'été, lorsque la chaudière centrale est éteinte, l'appareil peut fonctionner sur l'électricité pour chauffer les serviettes de bains de manière ponctuelle.
En page suivante, découvrez les règles de sécurité et d'économies d'énergie à suivre pour le système de chauffage de la salle de bains.
Le sèche-serviette, la star du chauffage de la salle de bains

Chauffage de la salle de bains : les règles à suivre

Chauffage de la salle de bains : les règles à suivre - Chauffage salle de bains
Chauffage de la salle de bains : les règles à suivre - Chauffage salle de bains © Thermor
Quelques règles de sécurité sont incontournables pour l'installation d'un système de chauffage électrique dans une salle d'eau. "Choisissez absolument des appareils homologués NF, pour vous assurer qu'ils ne dépasseront pas une certaine température lors de la chauffe" conseille Gilles Boisliveau. Cette précaution est valable en particulier pour les sèche-serviettes, qui sont voués à être couverts.
Comme pour tout appareil électrique et prise de courant, l'emplacement du radiateur électrique dans la salle d'eau est réglementé. Un appareil de chauffage ne peut être placé que dans le "volume 2", c'est-à-dire à plus de 60 cm de toute source d'eau. "Il doit être de classe II, et être protégé contre les projections d'eau (IPX4)" précise l'association Promotelec.

Les économies d'énergies de chauffage

Pour limiter votre consommation d'énergie, pensez à équiper votre chauffage d'un thermostat, voire d'un programmateur. "Les salles de bains sont inoccupées la plupart du temps. On peut alors maintenir une température de base, et programmer une hausse du chauffage aux heures où la pièce est la plus utilisée, le matin et le soir" explique Gilles Boisliveau.
Et l'humidité dans tout cela ? La bête noire des salles de bains ne peut malheureusement pas être éliminée par un système de chauffage quelconque. "Seule la ventilation, naturelle ou mécanique, permet de réduire l'humidité de la pièce" explique Fabrice Knoll. Attention, donc, à ne pas boucher les aérations de la salle d'eau... même s'il fait froid !
Chauffage de la salle de bains : les règles à suivre
Nous vous recommandons

A l'occasion des Assises du logement en novembre dernier, les experts se sont relayés pour dresser un portrait-robot de nos habitations. Zoom sur le confort et la qualité de l'air intérieur.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic