L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Poser du parquet flottant : mode d'emploi

Par Stéphanie Thibault
,
le 14 mars 2019
Le parquet flottant a de nombreux avantages. Plébiscité pour son petit prix, il possède le charme d'un plancher un bois, est facile à entretenir et surtout très facile à poser : il suffit de clipser les lames entre elles. Voici quelques conseils pour ne pas se tromper.
Avec ses lames qui s'imbriquent les unes dans les autres, le parquet à clipser facilite grandement les travaux de rénovation. Il offre en effet le côté chaleureux d'un plancher en bois, mais affiche un prix plus doux qu'un parquet massif (à partir de 8€/m2 pour du stratifié). Il est surtout rapide et très facile à poser. "C'est ce qu'il y a de plus simple" confirme Eddy Courvoisier, chef de secteur aménagement chez Castorama à Metz-Tessy, "contrairement à un parquet collé par exemple, qui nécessite un certain savoir-faire, notamment pour manipuler la colle".

On parle de parquet "flottant" car celui-ci n'est pas directement fixé au sol. Les lames de parquet sont en effet solidaires les unes des autres, mais le plancher, lui, est simplement posé sur une sous-couche. Moyennant le respect de quelques règles, la méthode est simple : il suffit de clipser les lames de parquet entre elles.


Les outils, le matériel



Pour poser correctement votre parquet flottant, vous aurez besoin :
  • de lames de parquets (prévoyez 10% de perte avec les découpes)
  • de plinthes
  • un film pare-vapeur et une sous-couche résiliente (+ du ruban adhésif aluminium)
  • de cales de dilatation
  • une scie sauteuse
  • une boîte à onglets
  • un tire-lame
  • un maillet et/ou un marteau
  • un mètre, une équerre, un crayon
  • une règle de maçon
  • des gants, des lunettes de protection


Préparer la pose



Le parquet flottant peut être posé sur une dalle en béton, mais aussi sur un ancien revêtement, tel que du carrelage ou un sol vinyle. Pour garantir sa bonne tenue, assurez-vous que le support soit parfaitement plan, propre et sec. "Utilisez une règle de maçon pour vérifier la planéité du sol. Si vous constatez une différence de niveau de plus de 2mm, il est préférable de faire un ragréage" conseille Eddy Courvoisier.

Avec un système de chauffage au sol, pensez à vérifier la compatibilité de votre parquet car il risquerait de gondoler sous l'effet de la chaleur.

 
Pour éviter qu'elles ne se déforment une fois posées, il est aussi conseillé d'entreposer les lames de parquet au moins 48 heures dans la pièce où elles doivent être posées. Le bois étant un matériau sensible aux variations de températures et d'hygrométrie, il aura ainsi le temps de s'adapter.



Poser la sous-couche



"Le parquet flottant nécessite la pose d'une sous-couche. Cela permet d'isoler, notamment contre le bruit" indique Eddy Courvoisier. Elle se présente sous forme de dalles ou de rouleau et doit être posée sur toute la surface de la pièce.

Cette sous-couche inclut parfois un film pare-vapeur. Le bois s'accommodant mal de l'humidité, il est indispensable de protéger son parquet d'éventuelles remontées qui pourraient l'endommager. C'est le cas des pièces situées au rez-de-chaussée sans vide sanitaire par exemple, ou équipées d'un plancher chauffant réversible (chauffage/climatisation). Si ce n'est pas le cas, vous devrez installer ce film avant de poser la sous-couche. Pour une bonne étanchéité, prenez soin de le faire légèrement remonter sur les bords du mur et fixez-le au sol à l'aide d'une bande adhésive spéciale en aluminium.


Poser les lames de parquet



 

Dans quel sens poser les lames de parquet ?
On privilégie généralement une pose dans le sens de la lumière, c'est-à-dire dans le sens de la lumière diffusée par la fenêtre. "Dans une grande pièce, le parquet se pose également dans le sens de la longueur pour accentuer l'effet de perspective" ajoute Eddy Courvoisier.
  • Poser la première rangée. Commencez dans le fond de la pièce, contre le mur opposé à la sortie. Disposez les lames sur le sol pour avoir un aperçu du rendu et pour en ajuster la disposition si besoin. La dernière lame de la rangée doit en effet mesurer au minimum 30 cm. Si ce n'est pas le cas, raccourcissez la première pour rééquilibrer la rangée. Prenez les mesures, à l'aide d'une équerre tracez un trait de crayon sur l'envers de la lame et ajustez la longueur en sciant l'extrémité.
Posez une première lame dans l'angle, la languette orientée du côté du mur. Clipsez la seconde lame dans le prolongement en l'inclinant légèrement pour insérer la languette dans la rainure. Abaissez la lame et aidez-vous du maillet si besoin pour assembler correctement les lames les unes dans les autres. En cas de besoin, utilisez un tire-lame et un marteau pour insérer le dernier morceau.
  • Poser les cales de dilatation. Au fur et mesure que vous avancez, et avant de poser les rangées suivantes, vous devez placer des cales de dilatation entre les lames de la première rangée et le mur. "C'est indispensable car le bois travaille en permanence. Il se dilate ou se rétracte en fonction de l'humidité ou de la température. Pour qu'il puisse le faire, le parquet ne doit jamais toucher le mur. Comptez un espace de 5 mm pour du stratifié, et 8 mm pour du contrecollé ou du parquet massif" indique Eddy Courvoisier. Pensez donc à inclure la cale de dilatation dans vos mesures avant de découper la dernière lame d'une rangée aux dimensions voulues
Poser les rangées de lames suivantes. "Vous pouvez utiliser la chute pour démarrer sur la deuxième rangée si elle mesure au moins 30 cm" précise Eddy Courvoisier. "Pour assembler les lames, il suffit d'insérer la languette de la lame à poser dans la rainure de celle déjà en place, en l'inclinant légèrement, de l'abaisser une fois clipsée, et de la faire coulisser pour la placer" explique le professionnel.

Procédez de la même manière sur toute la longueur de la rangée, puis pour les rangées suivantes, sans oublier d'insérer une cale de dilatation à chaque extrémité.

  • Poser la dernière rangée. La dernière rangée nécessite souvent de découper les lames dans le sens de la longueur. Placez d'abord une cale de dilatation contre le mur et mesurez la distance entre la cale et la dernière rangée de lames. Reportez ces mesures sur l'envers de la lame à poser et tracez un trait de coupe. Une fois aux bonnes dimensions, insérez la languette de la lame à poser dans la rainure correspondante. Utilisez un tire-lame et un maillet pour les clipser si besoin.


Réaliser les découpes spéciales



Retour de cloison, tuyaux, pied de chambranle... La pose de votre parquet peut nécessiter plusieurs découpes pour pouvoir insérer correctement les lames. Pour un résultat harmonieux, c'est une étape à ne pas négliger. "Il est en effet indispensable de bien calepiner la pièce, de prendre soigneusement les mesures" insiste Eddy Courvoisier.

Prenez donc les mesures de la découpe à réaliser (les cotes doivent toujours inclure la cale de dilatation) et reportez-les au crayon sur l'envers de la lame. Effectuez la coupe à la scie sauteuse, et poncez légèrement le bord si nécessaire. "Apportez un soin particulier aux portes" conseille le spécialiste. "Si on pose du parquet dans plusieurs pièces, mieux vaut procéder pièce par pièce et, pour éviter les raccords, poser une barre de seuil entre chaque pièce. La dilatation sera ainsi meilleure" ajoute-t-il.


Poser les plinthes



Une fois les dernières lames de parquet posées, retirez toutes les cales de dilatation. A l'aide d'un cutter, retirez les éventuels débords de sous-couche avant de poser les plinthes. Commencez par prendre les dimensions et découpez celles-ci à la bonne longueur. Pour les angles, utilisez une boîte à onglets pour les biseauter correctement. Utilisez ensuite de la colle à bois et posez les plinthes en insérant des cales de dilatation entre la plinthe et le parquet. Laissez sécher avant de les retirer.

Si vous avez posé votre parquet sur le revêtement existant, comme du carrelage, et que vous n'avez pas retiré les anciennes plinthes, vous pouvez utiliser des surplinthes. "Il s'agit d'une plinthe creuse à l'intérieur, qui vient recouvrir la plinthe existante. C'est la solution la plus simple" assure Eddy Courvoisier. Faciles à mettre à dimension, on les pose avec de la colle type néoprène. "Et pour une finition impeccable de la pièce, on peut appliquer un petit joint mastic entre le mur et la plinthe. C'est plus propre" ajoute le spécialiste.


Conseils avant de se lancer



Prendre son temps est bien sûr la première règle. C'est essentiel.
  • Bien choisir le revêtement à poser. Moins cher qu'un parquet en bois massif, le parquet contrecollé ou stratifié est aussi un peu moins résistant, car moins épais. Le parquet contrecollé est composé de plusieurs couches de matériau mais seule la dernière est en bois noble. Le stratifié, lui, se contente d'imiter l'aspect bois. Il est composé de résines et de fibres agglomérées.
  • Soigner la première rangée. "La première rangée de lames doit être bien droite, bien sûr, c'est primordial pour un résultat harmonieux" souligne Eddy Courvoisier.
  • Disposer les lames de façon aléatoire. "Pour que le dessin soit joli, il faut aussi faire attention à la manière dont on dispose les lames. Mieux vaut privilégier une pose dite "à la française", c'est-à-dire une pose aléatoire afin que les lames ne dessinent pas un escalier sur le sol" ajoute le spécialiste.
  • Demander conseil. "Si l'on n'est pas sûr de soi, il ne faut surtout pas hésiter à recontacter la personne en magasin pour demander conseil. On peut aussi s'appuyer sur des tutoriels en vidéos, ou suivre les ateliers proposés dans les enseignes spécialisées, cela permet de se familiariser avec la technique et les outils".

Poser du parquet flottant : mode d'emploi
Nous vous recommandons

Malgré une surface confortable, ce grand studio manquait de fonctionnalité. L'intérieur avait aussi besoin d'être modernisé et la déco rafraîchie. Transformé en deux pièces confortable, l'appartement a changé de visage. Reportage...

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic