L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Intoxication au monoxyde de carbone : conseils pour réduire les risques

Par La rédaction
,
Mis à jour le 26 janvier 2018
Le monoxyde de carbone, gaz particulièrement dangereux car incolore et inodore, cause chaque année des milliers d'intoxications dont une centaine sont mortelles en France. Pour les éviter, certains gestes comme, par exemple, de faire contrôler ses appareils de chauffage avant de s'en servir, d'installer des détecteurs ou encore de bien aérer son logement sont à connaître. Rappel.
1.500. C'est le nombre de personnes qui s'intoxiquent au monoxyde de carbone (CO) chaque année. "Nous faisons environ 1.500 interventions suite à des intoxication à ce gaz. Et chaque année, entre 100 et 200 individus en meurent", explique Stéphane Boubet, commandant des pompiers des Yvelines qui œuvre avec le Sprue Safety Products (société spécialisée dans la sécurité incendie domestique), dans le cadre de "Un cri d'alarme", campagne de sensibilisation lancée en 2016.
Selon l'Institut de veille sanitaire, 8 intoxications sur 10 ont lieu de manière accidentelle au sein de l'habitat et la plupart lors de la saison de chauffe, d'octobre à mars. En cause : un appareil de chauffage - poêle à bois, chaudière, chauffe-eau, etc. - mal entretenu ou défectueux qui entraîne l'émission de ce gaz.

Un mal invisible

Problème : il est incolore, inodore et non irritant, ce qui rend sa détection très difficile, en l'absence de détecteur. De plus, aux vues de ces caractéristiques, "les chiffres sont sans doutes sous-évalués et les intoxications légères peuvent passer inaperçues. Et ce gaz extrêmement toxique n'est pourtant pas produit dans l'usine d'à côté, mais chez nous", précise Stéphane Boubet.
L'on sait cependant que les accidents se produisent le plus souvent dans des logements anciens souffrant d'une mauvaise aération, lorsque les appareils de chauffage sont mal entretenus ou encore lors de l'utilisation, à l'intérieur, de réchauds de campings, de fours, de braseros, de barbecues ou de cuisinières. La première règle à retenir est donc de ne pas utiliser d'appareils inadaptés pour se chauffer.
Un conseil à ne pas prendre à la légère dans la mesure où une intoxication au monoxyde de carbone peut tuer. "Les premiers signes peuvent être assez anodins : des maux de tête, de la fatigue..." explique Stéphane Boubet. Pas de quoi s'alarmer à première vue. Pourtant, d'autres maux peuvent venir : vomissements, convulsions, perte de connaissance, hallucinations, apathie... Et à terme, des séquelles neurologiques, le coma et, dans le pire des cas, la mort. Et il en faut peu. "Un cri d'alarme" rappelle qu'il faut 0,1% de CO dans l'air pour tuer en une heure et 1% en 15 minutes. Au regard du grave danger que présente ce gaz, il est donc important de connaître les gestes qui permettent de réduire les risques d'émissions. Petit récapitulatif.
Intoxication au monoxyde de carbone : conseils pour réduire les risques

Utiliser des appareils appropriés pour se chauffer

La première des règles à respecter pour limiter les risques d'émission de monoxyde de carbone est d'employer des appareils appropriés. Réchauds de campings, fours, braseros, barbecues, cuisinières ou groupes électrogènes ne doivent en aucun cas être utilisés pour se chauffer. Ils sont en effet conçus pour d'autres usages que le chauffage. Ils doivent être employés à l'extérieur et non pas dans un environnement clos.
Il est également vivement déconseillé de faire fonctionner les chauffages d'appoint en continu. Ils sont conçus pour une utilisation brève et par intermittence uniquement.
Utiliser des appareils appropriés pour se chauffer

Faire contrôler ses appareils de chauffage avant de s'en servir

Afin de pouvoir utiliser sereinement ses appareils de chauffage et de production d'eau chaude à combustion - chaudières, chauffe-eau, chauffe-bains, inserts et poêles -, il est recommandé de faire vérifier leur bon état de marche par un professionnel qualifié au début de l'hiver. Il contrôlera également (par ramonage mécanique) que les conduits de fumée ne sont pas obstrués ou encrassés."Le conduit de cheminée doit être en bon état et raccordé à la chaudière. Il doit déboucher loin de tout obstacle qui nuirait à l'évacuation des fumées", explique l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).
Pour ne pas oublier de procéder à ces vérifications, le plus pratique est de signer un contrat d'entretien garantissant une visite annuelle de prévention (réglage, nettoyage et remplacement des pièces défectueuses) et un dépannage gratuit sur simple appel.
Par ailleurs, si un professionnel installe une chaudière au gaz, demandez-lui une "attestation de conformité", qui prouve qu'elle est bien installée.
Bref, comme le rappelle, Stéphane Boubet : "il s'agit de bien choisir ses équipements, mais aussi de les entretenir, car avoir un détecteur de monoxyde de carbone ça ne suffit pas !"
Faire contrôler ses appareils de chauffage avant de s'en servir

Installer un détecteur de monoxyde de carbone

Contrairement aux détecteurs autonomes de fumée (DAAF) qui sont obligatoires dans tous les logements depuis le 8 mars 2015, les détecteurs de monoxyde de carbone ne le sont pas. Pourtant, s'équiper d'un ou plusieurs détecteurs de monoxyde de carbone (DAACO) peut vous aider à réduire les risques d'après Stéphane Boubet et Anne-Claire Labaste, directrice de la campagne "Un cri d'alarme". Pour environ 30 € pièce, le petit appareil détecte le gaz et signale sa présence aux occupants du logement grâce à une alarme. Cependant, à ce jour, Sprue estime que le taux d'équipement n'est que d'environ 5% sur les 21 millions de logements renfermant une source potentielle de CO.
Toutefois, si vous en possédez un, pour un fonctionnement optimal, quelques règles d'installation sont à respecter. "Le détecteur ne doit pas être placé trop prêt de la source mais à environ 3 mètres". De manière à éviter des déclenchements intempestifs, mais aussi, parce que le gaz se diffuse dans l'air. Ainsi, si le détecteur se déclenche, alors qu'il est loin de l'appareil, c'est pour une bonne raison !
Il doit être installé à hauteur de tête, dans chaque étage comportant un appareil à combustion et idéalement dans le couloir, dans les salles de vie principales, près des chambres à coucher, afin de pouvoir alerter les occupants même durant leur sommeil, moment où ils sont le plus vulnérables.
Enfin, avant d'acheter l'appareil, assurez-vous qu'il soit conforme aux normes CE et EN 50291. Et de préférence, que celui-ci soit labélisé NF par exemple. Ce qui atteste de la conformité du produit aux documents normatifs nationaux, européens et internationaux.
Installer un détecteur de monoxyde de carbone

Bien aérer son logement

Aérer son logement tous les jours pendant au moins 10 minutes, même quand il fait froid est essentiel pour y renouveler l'air. Si une pièce est insuffisamment aérée, la combustion au sein des appareils sera incomplète et émettra du CO. Vous pouvez également installer une ventilation pour renouveler l'air de votre intérieur, comme une VMC par exemple.
Il est également important de s'assurer que les entrées et sorties d'air (grilles d'aération dans les cuisines, salles d'eau et chaufferies principalement) ne sont pas obstruées. Bien sûr, il est à noter qu'aérer son logement ne réglera pas le problème d'une fuite de CO.
Bien aérer son logement

Agir rapidement en cas d'intoxication

Si vous soupçonnez une intoxication au monoxyde de carbone, ou que votre détecteur se met à sonner, voici les bons réflexes à avoir : "Il faut agir vite, aérer son logement, fermer les éventuelles sources de la fuite si possible, évacuer les lieux et appeler les secours", énonce Stéphane Boubet. Pour les sapeurs-pompiers composez le 18, pour le Samu le 15 ou le pour le numéro d'appel d'urgence européen le 112.
Retrouvez tous les conseils et les règles de sécurité dans le dépliant édité par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES)., mais aussi sur le site de la campagne, "Un cri d'alarme".
Agir rapidement en cas d'intoxication
Nous vous recommandons

Leader européen des systèmes d’évacuation de fumées, Cheminées Poujoulat conçoit des solutions innovantes qui optimisent les performances des appareils de chauffage. Personnalisables et design, les sorties de toit et conduits en inox apportent confort et sécurité

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic