L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Protéger sa maison du froid et du gel, quelles solutions ?

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
Mis à jour le 23 février 2018
Froid extrême, neige et gel sont autant d'agressions pour votre maison. Quelques actions préventives peuvent vous éviter les conséquences graves de ces intempéries hivernales. Découvrez-les dans notre fiche pratique.
Les premières neiges ne vont pas tarder à tomber sur la France et, avec elles, les risques liés au froid extrême et à la neige : explosion des canalisations, toit fragilisé par le gel, entrée d'air froid par les ouvertures, etc.
Dans les maisons anciennes, la meilleure solution reste la rénovation thermique. Mais tout le monde ne peut pas recourir à de gros travaux. A défaut, de petites interventions sont possibles au niveau des points stratégiques du bâti afin de préparer votre maison aux intempéries de l'hiver. Découvrez-les différentes solutions et les produits associés...
Protéger sa maison du froid et du gel, quelles solutions ?

Toiture : obtenir une parfaite étanchéité

Toiture : bonne isolation et parfaite étanchéité
Toiture : bonne isolation et parfaite étanchéité © ThinkstockPhotos
La toiture est la première source de déperdition de chaleur dans la maison. Le meilleur moyen de se protéger du froid est donc d'isoler convenablement la toiture ainsi que les combles. Faites vérifier l'étanchéité du toit par un professionnel, notamment la présence d'un écran de sous-toiture, qui protège de la neige poudreuse et des eaux de fonte de neige.
Vous pouvez également choisir de renforcer cette protection par l'intérieur, en isolant le plafond.
Sous l'action de la chute des températures, l'eau infiltrée dans la toiture peut geler. Son volume augmente alors, ce qui peut entraîner un éclatement ou d'autres graves dégâts, en particulier dans les tuiles en matériau poreux. Vous trouverez, en grande surface de bricolage, plusieurs produits imperméabilisants ou hydrofuges à vaporiser sur la toiture pour la protéger des infiltrations. De même, des peintures décoratives protectrices ont le même effet.
Toiture : obtenir une parfaite étanchéité

Murs intérieurs : renforcer l'isolation existante

Murs intérieurs : renforcer l'isolation
Murs intérieurs : renforcer l'isolation © Highwaystarz Photography
Dans une construction ancienne, l'idéal, pour maintenir la chaleur à l'intérieur de la maison, est de renforcer son isolation par l'intérieur, ou par l'extérieur (ITE). Si vous pouvez lancer des travaux de grande ampleur, changez l'isolation de l'ensemble des murs, ou renforcez-la.
Le revêtement mural peut également jouer : un tissu mural, bien que désuet, vous permet de poser plusieurs couches de textiles sur le mur, et ainsi couper l'entrée du froid.
Si le budget ne le permet pas, vous pouvez également jouer avec les éléments de décoration. Installez des rideaux épais devant les ouvertures, et faites les arriver jusqu'au sol. Ils créeront un écran pour supprimer l'impression de paroi froide.
Murs intérieurs : renforcer l'isolation existante

Sol : du plancher chauffant au tapis

Sol : du plancher chauffant au tapis
Sol : du plancher chauffant au tapis © ThinkstockPhotos
Un sol froid est rapidement désagréable, l'hiver. Les plus frileux apprécieront le confort d'un système de chauffage par le sol, de type "plancher chauffant". Mais, en rénovation, le chantier risque d'être lourd et le coût élevé.
Pour ne pas laisser entrer le froid par le bas, placez sous le revêtement de sol une isolation d'une qualité et d'une épaisseur suffisante. Si, là encore, vous ne pouvez pas entamer de gros travaux, un tapis épais peut jouer le rôle d'écran face au froid du sol.
Sol : du plancher chauffant au tapis

Canalisations : des protections s'imposent

Canalisations : des protections s'imposent
Canalisations : des protections s'imposent © ThinkstockPhotos
En gelant, le volume d'eau augmente et la pression est telle que le compteur et les canalisations d'eau risquent alors d'éclater. Pour éviter ce désagrément, calfeutrez les compteurs et leur coffrage situés en extérieur, avec des blocs de polystyrène expansé ou même des plaques de bois, deux très bons isolants.
Même en cas de températures très basses, les canalisations d'eau ne craignent pas le gel si elles ont été enterrées assez profondément (environ 80 cm du sol). C'est d'autant plus vrai si l'eau y circule régulièrement, dans une résidence principale par exemple. Pour les parties qui ne seraient couvertes que par quelques dizaines de centimètres de terre, ou celle qui se trouvent à l'air libre, des gaines isolantes sont disponibles en jardinerie et magasins de bricolage.
Vous pouvez également utiliser des câbles chauffants (à partir de 15 euros le mètre), qui s'enroulent autour des canalisations pour les empêcher de geler. Ce type de câbles souples peut également être posé dans les gouttières, ou sous le revêtement de l'allée du garage.
A l'extérieur comme à l'intérieur...
A l'intérieur aussi, il peut faire froid ! Si vous devez quitter la maison pendant la période de gel, ne coupez pas le chauffage central : l'eau risquerait de geler dans les radiateurs et de faire exploser les canalisations ! Maintenez le chauffage sur un mode économique minimal, ou sur le mode "antigel".
Et si le gel se fait intense ou perdure, essayez de laisser couler, le plus souvent possible, un filet d'eau dans votre évier. Visant à assurer une circulation constante dans votre installation, cette dépense sera dérisoire en comparaison des dégâts qui peuvent être causés par le gel dans vos conduits. En cas d'absence prolongée, notamment pour les résidences secondaires, pensez aussi à vidanger ces canalisations.
Canalisations : des protections s'imposent

Fenêtres : les changer ou les calfeutrer

Fenêtres : les changer ou les calfeutrer
Fenêtres : les changer ou les calfeutrer © ThinkstockPhotos
Des fenêtres en mauvais état laisseront entrer le froid. Le tour de la fenêtre et le tour de chaque battant sont autant de ponts thermiques difficiles à casser... à moins de changer complètement l'ouverture, avec ou sans dépose totale de la fenêtre. Dans ce cas, remplacez-les par des modèles de qualité, en double ou triple vitrage, avec un faible coefficient thermique U.
Pensez également à poser des stores isolants : ils vous permettront de gagner quelques degrés la nuit et éviteront la formation de buée. De même, ne négligez pas l'impact des rideaux épais, voire des doubles rideaux, qui créent un écran contre le froid.
De petites solutions qui aident aussi
Si votre budget ne vous permet pas de changer vos fenêtres, vous pouvez les calfeutrer. Un joint plus ou moins épais est collé sur le cadre, et coincé par le battant lorsqu'il se referme. Plusieurs matériaux existent : mousse, caoutchouc, silicone, thermoplastique. Choisissez en fonction du matériau de votre fenêtre (PVC, bois ou aluminium) et de son état de dégradation. Comptez environ 2 à 25 euros les 10 mètres de joint.
Enfin, vous trouverez, en grande surface de bricolage, des films isolants de survitrage (environ 20 euros le rouleau de 7 mètres). Collés directement sur la vitre côté intérieur, ils créent une légère isolation, diminuent les déperditions de chaleur et évitent la condensation.
Fenêtres : les changer ou les calfeutrer

Portes : empêcher les déperditions de chaleur

Portes : empêcher les fuites de chaleur
Portes : empêcher les fuites de chaleur © ThinkstockPhotos
Comme les fenêtres, les portes peuvent laisser passer les courants d'air. L'idéal reste d'en changer complètement, mais, là encore, le budget peut être une limite.
Si c'est votre cas, sachez qu'il existe des moyens de calfeutrer les portes, comme les fenêtres. Là encore, le joint vient boucher l'espace entre le cadre et le battant de la porte, empêchant aussi bien la fuite de chaleur que l'entrée du froid.
C'est souvent par le bas de la porte que l'air froid se faufile. En grande surface de bricolage, vous trouverez également plusieurs éléments différents, appelés "bas de porte" : à visser, à clouer, à coller ou à glisser sous la porte. Ils bloqueront plus ou moins efficacement l'arrivée d'air froid, en fonction de leur épaisseur et de leur matériau (mousse, PVC, brosse, etc.). Comptez environ 3 à 20 euros pour un bas de porte.
Pensez, enfin, aux traditionnels chiens en tissu, à poser au pied de la porte. Vous pouvez le réaliser vous-même, à partir de chutes de tissus par exemple.
Portes : empêcher les déperditions de chaleur
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic