L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

Combles aménagés : conseils de pro pour les isoler

Par Rouba Naaman-Beauvais
,
le 5 septembre 2016
Pour gagner de la place sans déménager, aménager les combles est une solution idéale. Le passage obligé est alors l'isolation de la toiture. Une étape à ne pas négliger pour optimiser le confort thermique et réaliser des économies d'énergie. Règles d'or et conseils de pro.
L'hiver, c'est par la tête que la chaleur s'échappe le plus de notre corps. D'où l'intérêt d'un bonnet de laine ! Et, pour la maison, le constat est le même : la toiture et les combles sont les principales sources de déperditions de chaleur d'un bâtiment.
A défaut de pouvoir tricoter à votre habitation un joli chapeau, vous pouvez faire mieux : isoler les combles, qu'ils soient perdus (c'est-à-dire non occupés) ou aménagés. "Isoler ses combles est toujours intéressant, insiste Arthur L'Houtellier, chargé de développement pour SNR Entreprise. Pour les aménager, c'est même indispensable".
Si c'est là votre projet, avant de vous lancer dans l'aménagement de ce nouvel étage de la maison, penchez-vous sur la question de l'isolation, première étape avant de choisir la couleur des murs ou le parquet au sol. Les règles d'or et les conseils pratiques des pro, en pages suivantes.
Combles aménagés : conseils de pro pour les isoler

Je veux aménager mes combles, quelles solutions pour les isoler ?

Pour aménager les combles en une chambre ou un bureau, vous aurez besoin d'isoler la pièce de la principale source de ponts thermiques : la toiture. Pour cela, une isolation sous-pente est idéale.
"La chaleur a tendance à monter, nous explique Arthur L'Houtellier. On n'isole donc pas de la même manière la partie la plus haute et celle des pignons". On distingue ainsi jusqu'à quatre zones différentes, qui seront protégées par des isolants de quatre épaisseurs différentes. "Par exemple, 300 mm au point le plus élevé, et jusqu'à 120 mm sur les murs des pignons", ajoute notre expert.
Deux solutions s'offrent à vous (voir plus de détails en pages suivantes) : l'isolant en rouleau, qui se pose derrière une structure métallique qui doit, elle, être fixée aux murs ; ou l'isolant en plaques, qui se colle directement en sous-pente. Le choix dépend du budget mais aussi de l'état des murs.
 
"Attention à bien isoler toutes les surfaces", prévient enfin Arthur L'Houtellier, et donc à n'oublier aucun petit pan de mur.
Je veux aménager mes combles, quelles solutions pour les isoler ?

Je veux isoler des combles perdus, quelles solutions ?

Toit trop bas ou surface trop petite, vous ne souhaitez pas aménager les combles pour créer un étage supplémentaire. Il est tout de même possible de les isoler afin d'améliorer les performances thermiques globales de votre logement.
Dans le cas de combles perdus, il est plus facile d'isoler le plancher. Pour cela, deux techniques :
- Dérouler de la laine minérale (de verre ou de roche) : les rouleaux d'isolant sont assez simples à poser seul. "Il est préférable qu'il y ait déjà un plancher. Si la charpente est brute, certaines zones risquent de ne pas être bien isolées", conseille tout de même Arthur L'Houtellier.
- Souffler un isolant au sol : uniquement "s'il n'y a pas de plancher et pas d'ambition de transformation les combles dans le futur", précise Arthur L'Houtellier. Qu'il s'agisse de laine de roche, de verre ou d'ouate de cellulose, la matière soufflée se répartit de manière très homogène. Vous devrez nécessairement faire appel à un professionnel, car la technique nécessite une machine spécifique et de nombreuses précautions de sécurité (masque, lunettes, gants, etc.).
Je veux isoler des combles perdus, quelles solutions ?

Quel matériau choisir pour isoler les combles de ma maison ?

Plusieurs solutions existent pour isoler les combles de la maison, au sol ou sous-pente :
- Laine minérale (roche ou verre) : ce sont les matériaux les plus courants pour l'isolation. La laine de roche présente une isolation phonique plus intéressante. Ce type d'isolant a tendance à se tasser avec le temps ;
- Laine végétale (chanvre ou laine de bois) : plus chère que la laine minérale, elle a été très à la mode pour des raisons écologiques. Ses performances ne sont cependant pas nécessairement plus intéressantes ;
- Panneaux de polyuréthane ou polystyrène : moins répandus sur le marché, ces panneaux se présentent en une épaisseur assez fine, ce qui permet de perdre moins de volume dans la pièce.
La mise en oeuvre de ces différents matériaux dépend de leur forme. Les laines minérales et végétales se présentent en rouleaux et doivent être calées derrière des ossatures métalliques fixées aux murs. "La pose de ce squelette métallique peut être réalisée par un particulier même inexpérimenté", encourage Arthur L'Houtellier. Des plaques de plâtre viennent ensuite finaliser les murs.
Les panneaux sont, eux, vissés directement sur l'ossature de la toiture, ou collés sur les murs existants. Ils se clipsent entre eux pour limiter les ponts thermiques. Certains sont 2-en-1, avec un parement plâtre sur le côté extérieur, et sont donc prêts à revêtir.
Quant aux performances de ces différents matériaux, elles varient assez peu et dépendent surtout de l'épaisseur d'isolant installé. "Notez qu'un isolant en rouleau de 300 mm d'épaisseur a une capacité d'isolation comparable à un isolant en panneaux de 240 mm", indique Arthur L'Houtellier.
Quel matériau choisir pour isoler les combles de ma maison ?

Isoler ses combles, combien ça coûte ?

Le prix d'une isolation des combles varie en fonction du type d'isolation (au sol ou en sous-pente), du type de mise en oeuvre (soufflée ou posée) et du matériau.
Pour un isolant soufflé au sol, comptez 17 euros/m2, et environ 25 euros/m2 pour un isolant écologique déroulé au sol.
Quant à l'isolation sous-pente, elle est nécessairement plus chère puisqu'elle inclut l'habillage (plaque de plâtre) de la structure métallique. On estime le coût à 50 euros/m2 hors revêtement (peinture ou autre) des parois pour une laine minérale, et 60 euros/m2 pour un isolant écologique ou un panneau.
Vous pouvez obtenir une estimation plus précise en fonction des options que vous recherchez, sur des sites spécialisés comme Enchantier.com. Mais tout cela, c'est bien sûr sans compter sur les aides financières possibles (voir en pages suivantes).
Isoler ses combles, combien ça coûte ?

Quelles sont les aides financières pour isoler les combles de ma maison ?

Il existe de nombreuses aides financières que vous pourrez toucher pour les travaux d'isolation des combles de votre maison. Il s'agit de toutes les aides existantes pour l'amélioration des performances énergétiques d'un bâtiment existant :
- Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) : soit 30% du montant des travaux (fourniture et pose) ;
- La TVA à 5,5% au lieu de 10% sur le montant des travaux ;
- L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) : d'un montant maximum de 30.000 euros, ce crédit sans intérêt, à demander en amont de votre projet, peut vous permettre de financer l'isolation des murs et de la toiture ;
- Le chèque énergie : attribué à certains ménages sous conditions de ressources, il peut servir à payer les travaux d'isolation des combles ;
- Les certificats d'économie d'énergie (CEE) : récupérés auprès de l'installateur qui réalisera l'isolation, ils peuvent avoir une valeur importante.
"C'est une solution très rentable en ce moment", insiste Arthur L'Houtellier. Un point important : pour bénéficier des aides d'Etat, vous devez impérativement faire appel à un professionnel certifié RGE.
Quelles sont les aides financières pour isoler les combles de ma maison ?
Nous vous recommandons

Les beaux jours seront bientôt là et vous savez que votre envie d'aller piquer une tête sera irrépressible. C'est le moment de concrétiser votre envie de piscine.

 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic