L'HABITAT SOUS TOUS LES ANGLES

7 conseils pour bien choisir son poêle à bois

Par Amélie Pierquin et Rouba Naaman-Beauvais
,
Mis à jour le 2 novembre 2018
Les offres de poêles à bois sont de plus en plus nombreuses. Quelles questions se poser avant de s'en procurer un ? Comment choisir le modèle qui convient à vos besoins ? Découvrez tout ce qu'il faut savoir pour bien choisir son chauffage bois.
Ça y est, vous êtes décidés à vous chauffer au bois. Vous avez entendu parler de ses multiples avantages : économies, confort, plaisir d'utilisation... Mais attention, profiter pleinement de votre poêle à bois une fois installé, nécessite qu'il soit entièrement adapté à vos besoins et à votre intérieur.
Le principe est simple et efficace. Le poêle fonctionne à plein régime sur une durée courte (d'une à trois heures), la chaleur accumulée est ensuite diffusée lentement, entre 12 et 24 heures, pour apporter une chaleur douce et constante.
Cette solution est à prévoir au moment de la construction de votre maison ou en cas de travaux de rénovation importants, car elle nécessite de placer le poêle stratégiquement (au centre de la maison ou près d'une cage d'escalier) pour chauffer l'intégralité de l'habitation. Si vous vous rendez-compte que votre maison n'est pas correctement chauffée, pas de panique ! Contrairement à une cheminée, un poêle à bois est indépendant et peut être déplacé, il est recommandé, pour cela, de faire appel à un professionnel.
Les offres sont nombreuses : à bois ou à granulés, poêles traditionnels ou à double combustion, sans parler de leur design... Il y a de quoi s'y perdre. Découvrez dans les pages suivantes, les bonnes questions à se poser, et leurs réponses, avant de faire l'acquisition d'un poêle à bois.

A chaque besoin son poêle à bois

La première étape avant l'achat de son poêle à bois est d'en définir l'utilisation. Avez-vous besoin d'un chauffage d'appoint ou d'un chauffage pour l'ensemble de la maison ? En déterminant la surface à chauffer, un premier écrémage se fera aussitôt.
Les poêles à faible puissance sont mieux adaptés à des intérieurs bien isolés, basse consommation ou de petite taille. L'on recommande alors les poêles à buches, en complément de chauffage. Les prix pour ce type de modèle vont de 800 à 5.000 € en moyenne, voire plus selon ce qui recherché.
En revanche, pour le chauffage intégral de l'habitation, ce sont les poêles de masse, appelés aussi à inertie ou à accumulation, qui sont préconisés. "Ces poêles sont plus chers et donnent leur pleine efficacité si les matériaux de construction du bâtiment s'y prêtent : par exemple, le bois, la brique plâtrière ou certains nouveaux panneaux à changement de phase qui sont des émetteurs de chaleur secondaires", précise Stéphane Labbé, directeur général du fabricant Lorflam. Il faut compter entre 4.000 et 15.000 € en moyenne pour ce type de poêles, sans compter la main d'œuvre et les options éventuelles.

Les normes que les poêles à bois doivent respecter

Tous les appareils commercialisés doivent être certifiés CE et conformes aux normes produits en vigueur. Cette certification est réalisée par un laboratoire accrédité indépendant, elle garantie la sécurité de fonctionnement du poêle et les performances annoncées par le constructeur.
Sans ces normes et certifications, votre poêle à bois ne pourra pas être éligible au crédit d'impôt pour la transition écologique (CITE).
 
Type de certifications :
Pour les poêles : EN13240
Pour les inserts, foyers fermés et foyers ouverts : EN13229
Pour les poêles et inserts à granulés : EN14785
Type de normes :
DTU 24.1 et 24.2 pour la partie installation et fumisterie
Plus de renseignements : www.dpcnet.org

Choisir un poêle à bois suffisamment puissant

La puissance est l'un des critères principaux au moment de choisir votre poêle à bois. La puissance, exprimée en kW, correspond à la chaleur que le poêle peut fournir. Elle doit être évaluée après une étude du niveau d'isolation de la maison (éventuellement estimé d'après l'année de construction de la bâtisse), de la surface de la pièce dans laquelle le poêle sera installé et de la configuration du lieu.
"Si les plafonds sont trop hauts ou en présence de mezzanine, inutile de pousser la puissance d'un appareil à convection : l'air chaud s'accumulant sous le plafond, vous continuerez à ressentir le froid au sol, même en consommant beaucoup de bois ! Il vaut beaucoup mieux dans ce cas partir sur un appareil à rayonnement, qui ne chauffe pas l'air mais directement les corps et matériaux capteurs.", nous précise Stéphane Labbé.
Plus concrètement, l'on admet en général qu'il faut 1Kw pour chauffer 10 m2. "Un poêle de faible puissance peut avoir un rendement élevé !", tempère le fabricant Poujoulat.

Trouver le rendement maximal pour son poêle à bois

Le rendement est un autre critère essentiel à prendre en considération lors de l'achat de votre poêle à bois. Il s'agit de la chaleur que vous allez pouvoir tirer du bois. Plus il est élevé, plus la performance énergétique sera bonne : le poêle consommera moins de bois tout en chauffant correctement la maison.
De plus, un poêle avec un bon rendement permettra d'améliorer indirectement l'impact environnemental du produit : les émissions polluantes seront réduites avec la diminution du bois consommé. "Un poêle à bois à 80 % de rendement consomme 30% de bois en moins qu'un poêle à bois à 60% de rendement, à niveau de chauffage égal", explique le fabricant Poujoulat.
Le label "Flamme Verte", créé en 2000, a permis d'améliorer sensiblement les rendements des poêles. Ils doivent désormais, pour être commercialisés, atteindre minimum 70% de rendement. En moyenne, les poêles actuels atteignent 75 à 80% de rendement. En dessous de ces taux, un poêle à bûches serait peu recommandé. Certains poêles à granulés dépassent même les 90% de rendement.
 
Attention : la recherche du rendement maximum ne doit pas se faire au détriment d'autres paramètres importants comme la température des fumées. En effet, si les fumées évacuées par le poêle sont trop froides, il existe de réels risques de condensation et bistrage du conduit de fumées, un dépôt de suie qui peut entrainer un feu de cheminée.

Tenir compte des contraintes d'installation de son poêle à bois

Avant d'acheter son poêle à bois, il faut se renseigner sur les modalités d'installation des différents modèles. L'emplacement du poêle doit être scrupuleusement étudié. Il faut bien appréhender les volumes de l'habitation et veiller à la bonne circulation du flux : l'air chaud apporté vers les autres pièces doit pouvoir, en se refroidissant, revenir à la source pour être réchauffé de nouveau.
L'aspect à ne pas négliger au moment de l'installation du poêle est son environnement immédiat. Il faut respecter l'écart au mur et au meuble préconisé par le constructeur et par les normes de type DTU 24.2. En moyenne, un poêle à bois en état de fonctionnement ne doit pas se tenir à moins d'un mètre des meubles.
Le dernier élément auquel il faut prêter une attention toute particulière au moment de l'installation du poêle est son raccordement à un conduit d'évacuation des fumées. Il est recommandé de le faire poser par un professionnel car la pose du conduit est régie par des normes strictes et rigoureuses.

Choisir un poêle à bois traditionnel ou design

Êtes-vous plutôt adeptes des lignes modernes et épurées ou des poêles traditionnels au design indémodable ? En porcelaine, en acier, en fonte ? D'un point de vue esthétique, il est d'usage de choisir un chauffage qui s'intègre au mieux à votre décoration intérieure. Un poêle sur pieds aux moulures saillantes pourrait faire tâche dans un intérieur épuré et moderne.
Presque tous les constructeurs proposent une gamme classique qui s'inspire du poêle à bois nordique traditionnel, ainsi qu'une gamme plus moderne. Certaines marques collaborent même avec des designers reconnus pour créer des pièces inédites.
Le poêle traditionnel sera le plus souvent en fonte et sans vitre. Les plus récents permettent d'avoir vue sur les bûches qui brûlent, comme dans les cheminées.

Les options de votre poêle à bois

Une fois votre type de poêle choisi, vous pouvez penser aux options. Certains modèles offrent des fonctions de rangement type bûcher très pratiques. D'autres ont même un four intégré pour cuire les pizzas ou le pain et d'autres donnent la possibilité d'installer un barbecue pour y faire ses grillades !
Encore plus pratique : la télécommande pour piloter à distance les réglages d'entrées d'air. Vous pouvez-même programmer une température donnée.
Pour voir votre feu depuis plusieurs angles de la pièce, des plateaux tournants peuvent faire tourner certains poêles, y compris les plus grands, à 180, voire 360°.
Il existe même une application pour smartphones et tablettes, qui permet d'utiliser son poêle à bois de manière optimale. La marque danoise Aduro a conçu un dispositif doté d'une box et de deux capteurs, communiquant grâce à une technologie sans fil (bluetooth) avec votre téléphone ou tablette. Les capteurs surveillent la combustion du bois et l'application vous conseille pour que votre poêle fonctionne au mieux (diminuer la température, remettre du bois, etc).
7 conseils pour bien choisir son poêle à bois
 
Recevez gratuitement
La newsletter Maison à Part
L'e-magazine de l'habitat sous tous les angles
Vous pouvez vous désabonner en un clic